compteur internet
Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

lundi, 03 septembre 2018

Mons-la-Trivalle : Les marchés de l'été se prolongent en septembre

Les marchés à Mons-la-Trivalle ont lieu depuis le début juillet au centre du village, animant la saison estivale, ils proposent à l'envie produits frais et locaux. Pour combler habitants et vacanciers qui s'attardent, ils se prolongeront en septembre.

marché mons août.jpgPour retrouver l'ambiance chaleureuse des petits marchés populaires

Les visiteurs ne se lassent pas de l'ambiance chaleureuse et si particulière des petits marchés populaires où les parfums et les couleurs se mélangent pour que dure le goût des longues journées de l'été.

Parmi les producteurs présents : Aurélie de la Ferme des 3 Vallées propose ses fromages de chèvres, Cécilia ceux de ses brebis du Larzac, Yannick le vigneron du Mas du Rouyre ses vins de pays, Irene sa traditionnelle paella maison... "Nous sommes ainsi une dizaine, nous souhaitons maintenir au fil des mois, hors saison estivale et pourquoi pas tout au long de l'année, ce service apprécié de tous".

Le marché de Mons la Trivalle est à découvrir les jeudis et dimanches matins, de 8 h à 12 h 30, Place du Gros Platane, face à l'épicerie et l'auberge, jusqu'à la fin de septembre.

Producteurs et promeneurs se retrouveront pour célébrer cette prolongation dès ce jeudi 6 septembre.

Plus d'informations après de la mairie organisatrice au 04 67 97 71 10

jeudi, 16 août 2018

Mons-la-Trivalle : Aimie Cros et Patrick Clerc exposent leurs œuvres

Deux univers d'artistes en quête poétique vont se rencontrer ce vendredi pour le vernissage de leur exposition au Comptoir Associatif.

Patrick Clerc et Aimie Cros.JPGPatrick Clerc et Aimie Cros, deux regards d'artistes sur le monde

Aimie Cros et Patrick Clerc sont toute la semaine les nouveaux invités du Comptoir où Marie Hélène Roger continue son exposition permanente en compagnie de l'Association Teranga Jappalante et des artistes adhérents.

Patrick Clerc poursuit un travail de recherche et d’exploration portant un regard autre sur l'environnement. Terres, ocres, minéraux, cendres et tout ce qui reflète le travail du temps sont les éléments premiers pris en compte dans ses œuvres. La composition plastique est support d'une symbolique nouvelle.

"Telle est la tentative difficile mais nécessaire de ces productions artistiques, déclare-t-il : lier le non-conformisme et l'émotion esthétique au travers des objets-poèmes qui nous permettent de renouer avec des sentiments premiers..."

Pour Aimie Cros, "les couleurs, les mots sont comme des notes avec lesquelles nous jouons la mélodie de notre Vie". Sa recherche la conduit à un autre regard pour " acquérir une compréhension sensorielle de la résonance entre toutes choses."

Elle s‘exprime, dans les divers domaines des Arts Plastiques, de la Poésie, de la Musique et de la Danse.

Vernissage ce vendredi 17 août 2018 à 18 h à Mons-la-Trivalle en présence des artistes.

dimanche, 12 août 2018

Votre chronique : « Monsanto coupable... mais qui sont les responsables ?»

Communiqué de Agir pour l'Environnement

Glyphosate : Monsanto coupable mais qui sont les responsables ?

"Chère amie, cher ami,

Vendredi 10 août, Monsanto a été condamnée, par un tribunal américain, à verser 289 millions de dollars à un jardinier atteint d’un cancer incurable et ce, après avoir utilisé du round up et sa fameuse substance active le glyphosate.

Cette condamnation est l’occasion de rappeler que les parlementaires français ont eu l’occasion d’interdire cette substance classée potentiellement cancérigène par l’Organisation Mondiale de la Santé. La pression du lobby a été la plus forte… Après un débat nocturne, 63 députés français ont refusé d’interdire le glyphosate."
 
 
RETROUVEZ LA LISTE DES 63 PARLEMENTAIRES
OPPOSES A L’INTERDICTION DU GLYPHOSATE
 
 
ou
 
 
"À la suite de cette condamnation, nous nous devons de ne pas avoir la mémoire courte. Ces 63 députés doivent assumer leur vote et encore et toujours s’expliquer. La société du spectacle est ainsi faite que certains parlementaires espèrent qu’une fois le vote passé, nous passerons à autre chose et nous oublierons ce vote scandaleux.

Monsanto est donc condamnée pour avoir intoxiqué un jardinier. Mais cette multinationale est-elle la seule responsable ? Les parlementaires refusant d’interdire cette substance ne sont-ils pas eux aussi responsables ?

En juin dernier, Agir pour l’Environnement a mis en ligne un trombinoscope permettant de visualiser les parlementaires s’étant opposés à l’interdiction du glyphosate. Ce site a été partagé plus de 150 000 fois !
N’hésitez pas à réagir à la condamnation de Monsanto en adressant un courriel ou en postant un message sur les pages facebook ou twitter de ces parlementaires.
 
 
AIDEZ NOUS A INTERDIRE
LE GLYPHOSATE
 
 
ou
 

// Soutenez Agir pour l’Environnement

Plus nous sommes nombreux, plus nous avons d'impact.
Plus nous avons de soutiens, plus nous pouvons multiplier nos actions pour une planète vivable.

En 2017, 10545 personnes ont adhéré à Agir pour l'Environnement.

 
 
Le livre
 
La contrepartie de bienvenue !
Pour tout don ponctuel ≥ à 75€ (soit 25€ après réduction d'impôt) ou don mensuel ≥ à 10€, recevez :
 
En apportant votre soutien, vous recevrez :
  • un reçu fiscal pour déduire de vos impôts 66% du montant de votre don ;
  • nos campagnes cartes pétitions pendant 1 an ;
  • LE LIVRE "Le round up face à ses juges" de Marie-Monique Robin ;
 
Faire un don maintenant
 
 
★ Ne doutez jamais qu'un petit groupe de gens réfléchis et engagés puisse changer le monde. En fait, c'est toujours comme cela que ça s'est passé. - Margaret Mead (1901 - 1978) - Anthropologue.
 

samedi, 21 juillet 2018

Votre chronique : « Demande de stage en "Gestion/Protection des Zones Humides" »

Aurore et Gaby recherchent un stage de 2 ° année de BTS à faire à l'automne 2018 en zones humides. Leurs contacts sont dans les pièces jointes ci-dessous :

IMG_20170726_190355641.jpg Aurore Bascoul RoubeauFB_IMG_1528675489081.jpg Gabriel Gay

Demande de stage de 8 semaines en « Gestion/Protection des Zones Humides » du 08 octobre au 02 novembre 2018, du 26 novembre au 07 décembre 2018 et du 21 janvier au 01 février 2019

 

Madame, Monsieur,

               Nous sommes en formation de Brevet de Technicien Supérieur Agricole Gestion et Protection de la Nature à la Maison Familiale Rurale Valrance de Saint-Sernin sur Rance en Aveyron. Nous comptons nous spécialiser dans le domaine de la Nature, et plus précisément dans tout ce qui touche à son aménagement et à l’environnement. Dans ce cadre,  nous avons un stage de quelques semaines à faire dans un  organisme reliant gestion et protection des  Zones Humides  (Protection des Sources / Syndicats de Rivières / Littoraux / Voix fluviales  : rivières et canaux / Lacs de montagnes et barrages électriques artificiels / Salins…) qui nous aidera à en comprendre et analyser cette gestion et cette protection ainsi que d'en connaître les acteurs. Nous devrons acquérir une expérience en gestion des espaces "naturels" et/ou en éducation à l’environnement et ainsi concevoir et réaliser un projet en adoptant une démarche cohérente. Les fonctions qui nous seront confiées nous permettront d'affiner nos sens des réalités et de développer un véritable sens de l'initiative, de l'observation et un sens critique qui sont les qualités requises pour tout professionnel. 

Nous demandons ce stage à titre individuel mais nous pouvons venir à deux si votre structure peut nous recevoir ensemble. En fait peu nous importe. Nous faisons juste une démarche commune car nous sommes tous deux actuellement en stage ensemble en Gestion & Animation Nature au Québec, qu’il nous est plus pratique, de si loin, de faire nos démarches en commun, et que nous avons donc acquis l’habitude de travailler ensemble. Nous disposons tous deux de la capacité d'adaptation nécessaire pour bien nous intégrer au sein de votre organisme, car, comme vous pourrez le remarquer à la lecture de nos Curriculum Vitae, nos précédents stages et nos diverses activités extrascolaires nous ont permis de développer un bon sens du contact, de l'organisation et des responsabilités. 

Nous sommes tous deux très proches de la Nature, Gaby pour être un passionné de chasse et de pêche, et moi pour être issus du monde agricole. Nous vivons tous deux en pleine campagne depuis toujours. Nous connaissons bien les départements du Tarn, de l’Hérault et de l’Aveyron. Nous y connaissons bien les rivières, Gaby pour y pêcher régulièrement, et moi pour y pratiquer le canyoning et le canoé. (Je suis pour ma part en train de préparer un BE Canyoning).

Nous sommes véhiculés et autonomes pour le logement.

Ayant déjà découvert les métiers qui se rapportent à la Gestion des Forêts, à l’Agriculture, à l’Animation Nature, à la Protection des espèces, nous sommes particulièrement motivés pour découvrir les divers métiers qui se rapportent à la biodiversité des zones humides. Lors de ce stage, nous vous apporterons notre sérieux, notre dynamisme, notre curiosité et surtout, nos divers questionnements. Vous l’aurez peut-être compris à la lecture de cette demande de stage, nous sommes tous deux très motivés pour découvrir d’autres horizons, d’autres métiers. Étant donc actuellement en stage au Québec, nous ne serons disponibles que début septembre pour vous rencontrer, nous présenter et pour vous énoncer les motivations qui nous animent.

                 En attendant cette rencontre, nous vous prions de croire, Madame, Monsieur, en notre réel engagement et en nos remerciements les plus sincères pour une réponse favorable de votre part.

                                                                                                    Aurore Bascoul Roubeau & Gabriel Gay

Pour plus d'information voir les documents ci-dessous 

Lettre de demande de stage zones humides Aurore & Gaby Juillet 2018.pdf

BASCOUL ROUBEAU Aurore Gestion Animation Nature Juillet 2018.pdf

GAY Gabriel Gestion Aménagement Protection Nature juillet 2018.pdf 

lundi, 18 juin 2018

Mons-la-Trivalle : Assemblée Générale de l'Association Communale de Chasse Agréée

L'Assemblée Générale de l'Association Communale de Chasse Agréée de Mons-La- Trivalle aura lieu le samedi 23 juin 2018 à 15 h, dans la salle polyvalente de la commune.

chasse caroux (2).jpg

La distribution des cartes de chasse aura lieu le samedi 28 juillet et le samedi 1er septembre 2018, de 17 h à 19 h au local de Chasse à Mons-La-Trivalle.

Francis Sigé, président de l'ACCA rappelle que la présentation de la validation du permis de chasser ainsi que de l'attestation d'assurance pour la saison 2018-2019 est obligatoire.

"La présence de chacun est fortement souhaitée à l'Assemblée Générale de notre Association ce samedi 23 juin 2018 à 15 h, précise le président. Cette rencontre essentielle permet de bien gérer l'activité de chasse à la réglementation et aux responsabilités importantes."

jeudi, 07 juin 2018

BÉZIERS : "Douze prévenus à la barre, vent debout contre le glyphosate"

Tribunal. Compte Rendu d’Audience Annick Koscielniak

"Le 19 mars 2016, ils avaient investi le magasin Bricomarché de Pézenas et dégradé des bidons de désherbants.

Résultat de recherche d'images pour "Les prévenus, avant leur procès, se sont servis du palais de justice comme tribune contre les pesticides"Les prévenus, avant leur procès, se sont servis du palais de justice comme tribune contre les pesticides A.K. 

Sur la vidéo surveillance du magasin, diffusée dans la salle d’audience du tribunal correctionnel de Béziers, on assiste à toute la scène. Le 19 mars 2016, des hommes et des femmes arrivent en ordre dispersé, se fondent parmi la clientèle du Bricomarché de Pézenas. On voit ensuite l’un d’eux étendre une bâche bleue au sol, au rayon fleurs et tout commence. Pendant dix minutes, les douze prévenus viennent y déverser le contenu de leurs chariots de courses. Les boîtes et les bidons d’un puissant herbicide s’amoncellent, bombés à la peinture.

Ce jour-là, un collectif sous la bannière des Faucheurs volontaires participe à l’une des trente actions programmées en France contre les enseignes commercialisant des produits au glyphosate.

Des tee-shirts avec des taux d’intoxication

Ce mercredi, ils comparaissent pour dégradation volontaire. Tandis que leurs soutiens campent aux portes du palais de justice, ils s’alignent sur le banc, la plupart porte un tee-shirt blanc avec un chiffre placardé en noir.

« Cela représente le taux de glyphosate retrouvé dans nos urines. Avec 3,50 microgrammes par litre, je suis la championne des empoisonnés, sachant que le taux autorisé est de 0,1. Je n’en ai jamais acheté et pourtant, j’en ai plein mon corps, explique une retraitée. J’ai signé des pétitions, j’ai voté pour des gens à qui j’ai eu la faiblesse de faire confiance. Cela n’a servi à rien. Cette action non violente est une réponse à la violence extrême de produits en vente libre.»

Tour à tour, ils viennent à la barre, reconnaissent et même revendiquent leur présence sur la vidéo. Quant à la cible. « Nous avons choisi cette grande surface car elle a une quantité astronomique de ces produits, présentés en tête de gondole. Ce magasin fait marcher le tiroir-caisse autour de leur produit phare, en promotion », insiste Julien. Il a filmé lui aussi l’opération. L’enregistrement rejoindra ceux des autres opérations, aux fins de communication.

Le 19 mars, ils ont distribué des tracts, discuté avec la clientèle et les employés. « Ces actions visent à avertir les gens, montrer qu’il y a de la résistance. En 2010, il y avait danger imminent. Aujourd’hui, c’est la catastrophe. Et cela concerne le monde entier.» Une ancienne infirmière a « vu de ses yeux en Colombie des bébés avec des difformités horribles, une recrudescence de cancers lors de mes dix dernières années d’activité. C’est un problème politique. Il est inadmissible de renouveler l’autorisation du glyphosate et de ses coformulants obligatoires, aussi toxiques. Nous avons juste peinturluré des bidons, à défaut de pouvoir les détruire. J’ai la rage et je suis malheureuse de ne pas avoir pu faire d’action plus forte ».

Catherine parle de droit à la « désobéissance civile ». Anne dénonce la chaîne des responsabilités : « Les firmes évidemment, les politiques, les utilisateurs, les agriculteurs formatés par les syndicats ou les chambres d’agriculture qui nient la toxicité des produits, les commerçants, pas toujours au courant de ce qu’ils vendent par ailleurs.»

Le tribunal correctionnel devient une tribune contre l’ennemi juré, le géant Monsanto, fabricant du glyphosate. Le vice-procureur Samuel Serre recadre les débats : « On ne fait pas ici le procès de Monsanto. Vous avez terrorisé des clients, agressé une employée qui filmait, vandalisé un supermarché, cela fait de vous des délinquants de droit commun. Il y a d’autres moyens de faire passer un message. Il existe des associations, des lobbyings européens. Vous avez opté pour la violence, c’est ce que vous voulez montrer à vos enfants et petitsenfants ?». Il requiert un mois de prison avec sursis pour chacun des prévenus.

Le gérant de la grande surface s’est constitué partie civile et réclame 9 500 € de préjudice matériel, et 3 000 € de perte commerciale.

Délibéré le 4 juillet

Me Nicolas Gallon qui avait soulevé le moyen de nullité au nom du principe de précaution, des droits fondamentaux de vivre dans un environnement préservé et garant de la santé, plaide la relaxe au nom de « l’état de nécessité. Les trois conditions sont réunies, le danger imminent, l’intérêt supérieur et la proportion de la riposte par rapport à l’atteinte. Cette action est symbolique, non violente. À défaut de relaxe, requalifions la en contravention. »

L’avocat n’hésite pas à pourfendre Monsanto, « sa rétention d’informations, son lobbying à Bruxelles, ces scientifiques à sa solde qui démontent les études osant démontrer la nocivité du glyphosate, le Monsanto papers… ».

Et d’en appeler au tribunal : « Mes clients s’en sont pris au seigneur des pesticides ! La parole du citoyen n’arrive pas à émerger. Vous êtes le dernier rempart dont on ne peut influencer les décisions.» Il se demande aussi que sont devenus les bidons peinturlurés : « On n’a présenté aucun bon de destruction, un témoin affirme les avoir vus en promo avec les indications noircies de peinture donc illisibles ! 

Le tribunal a renvoyé son délibéré au 4 juillet.»

midilibre.fr : jeudi 7 juin 2018 COMPTE RENDU D’AUDIENCE ANNICK KOSCIELNIAK

Témoins. Ils ont alerté à la barre

Alain, viticulteur : « Ma maladie est un enfer »

Il consulte en Ardèche, Guy est membre d’un réseau d’alerte des médecins sur les pesticides : « Les cancers de la prostate ont été multipliés par dix chez les quinquagénaires. Les maladies de Parkinson et d’Alzheimer, les autismes, ont explosé en parallèle de l’utilisation accrue du glyphosate. On voit de plus en plus d’anomalies génitales chez les enfants de viticulteurs, avec des micropénis, des pubertés précoces, des problèmes de fertilité. Le glyphosate est un grave perturbateur endocrinien ! Pourquoi est-il encore sur le marché ? Il y a omerta sur les études. Les chercheurs qui parlent des méfaits voient leurs crédits coupés, l’industrie les diffame et inonde avec de fausses recherches.»

Alain, 67 ans, ancien viticulteur, atteint de la maladie de Parkinson, s’avance avec difficulté à la barre : « Ma maladie a été reconnue professionnelle par la Mutuelle Sociale Agricole. Elle est due aux pesticides que j’ai utilisés dans ma vigne. Je n’ai jamais été informé des dangers. Je suis passé au bio en 2005. Ma maladie est un enfer.»

Arnaud représente l’association Justice-pesticide : « J’ai été coordinateur du tribunal citoyen international Monsanto. Cinq questions ont été posées. Monsanto at-il enfreint les droits fondamentaux à la santé, à un environnement sain, à l’alimentation, à la recherche académique libre, estil complice de crime de guerre avec l’agent orange et de crime d’écocide ? Cinq juges ont auditionné une trentaine de personnes venues du monde entier .» A.K.

lundi, 04 juin 2018

Votre chronique : Communiqué de France Nature Environnement

FNE

COMMUNIQUÉ DE PRESSE FNE LR - ECCLA

Montpellier, le 4 juin 2018
RENONCEMENTS À TOUS LES ÉTAGES DE L'ÉTAT SUR LA RÉGLEMENTATION DE L'USAGE DES PESTICIDES

Alors que la promesse du Président de la République d’interdire le glyphosate ne sera pas tenue, les préfets du Gard et de l’Aude entérinent la régression des zones de non traitement à proximité des milieux aquatiques (cours d’eau, canaux, plan d’eau, étangs ...).

Les milieux aquatiques sont particulièrement sensibles à l’épandage de pesticides à leurs abords, pour de nombreuses raisons : impact direct sur la faune et la flore aquatiques, diffusion dans le milieu, exportation et accumulation des produits en aval etc. Commencer par réglementer la pulvérisation de produits phytopharmaceutiques à proximité des milieux aquatiques est donc la priorité.

Depuis mai 2017, la réglementation sur les Zones de Non Traitement (ZNT) a changé : le nouvel arrêté interministériel (1) donne – à l’instar du précédent (2) – une définition assez large des « points d’eau » concernés, qui doivent recouvrir l’ensemble des éléments du réseau hydrographique identifiés sur les cartes IGN au 1/25 000. Malgré tout, c’est désormais aux préfets de chaque département qu’est délégué le soin de définir les « points d’eau » à protéger.

Si certains préfets sont restés dans l’esprit du texte, d’autres ont pris des arrêtés restreignant de manière considérable la définition des « points d’eau » concernés. Ainsi, l’arrêté du préfet de l’Aude ne protège plus que 39 % du réseau hydrographique au sein du vignoble audois ; l’arrêté du préfet du Gard, quand à lui, ne protège plus que 34 % du réseau hydrographique dans le vignoble gardois, et 9 % dans les zones de riziculture.

Alors que ces départements sont particulièrement touchés par la pollution aux produits phytopharmaceutiques dans les eaux de surface, mais aussi dans l’eau potable, FNE LR - et l’association ECCLA dans l’Aude - ont demandé par recours gracieux aux préfets de compléter leurs arrêtés.

En l’absence de réponse des préfets les associations ont décidé de saisir le juge administratif pour les contraindre à revoir la définition des « points d’eau ».

Pour Simon Popy, président de FNE LR : « Nos territoires sont touchés par la pollution aux pesticides. Certains bassins présentent des concentrations fortes à très fortes dans les eaux de surface, voire dans les eaux souterraines. C’est à la fois un enjeu de protection de la nature et de santé publique. Les mesures prises par les préfets de l’Aude et du Gard sont manifestement en dessous des exigences de la loi et constituent une régression. Nous ne pouvons l’accepter ».


1 : Arrêté interministériel du 4 mai 2017 NOR : AGRG1632554A

2 : Arrêté ministériel du 12 septembre 2006 NOR : AGRG0601345A


Contacts presse :
Olivier Gourbinot : tél : 06 89 56 04 84 ; email : coordination.fnelr [at] gmail.com

A diffuser largement, merci.

PIERRE BALZERGUE

ANIMATEUR DU RESEAU REGIONAL – CHARGE DE RELATIONS PUBLIQUES
18 RUE DES HOSPICES – 34090 MONTPELLIER
09 72 62 18 15 - 06 72 57 40 77
pierre.balzergue@fne-languedoc-roussillon.fr www.fne-languedoc-roussillon.fr
Retrouvez-nous sur notre page Facebook et Twitter

mercredi, 30 mai 2018

Hérault : Procès des Faucheurs Volontaires à Béziers le 6 juin 2018

COMMUNIQUÉ DE PRESSE
Procès de Béziers le 6 juin 2018

Résultat de recherche d'images pour "Faucheurs Volontaires"

"Les Faucheurs Volontaires d'OGM se sont mobilisés le 19 mars 2016 sur tout le territoire français
pour dénoncer la vente des pesticides et notamment du Roundup contenant du glyphosate et des
co-formulants hautement toxiques. Ils se sont introduits dans 34 magasins et ont peint les bidons
concernés.
12 Faucheurs(-ses) Volontaires étaient en procès à Béziers le mercredi 18 octobre pour être
intervenus dans un magasin de Pézenas. Ce procès a été reporté au 6 juin 2018
La région du Languedoc Roussillon est largement utilisatrice de Roundup ou d'herbicides à base
de glyphosate (plus de 4000 tonnes annuelles).
La direction de l'Agence de l'eau Rhône Méditerranée-Corse constate depuis plusieurs années la
présence de glyphosate dans les cours d'eau, présence particulièrement élevée dans les zones
viticoles et arboricoles.
Les Faucheurs Volontaires mènent un combat contre les OGM et l'agriculture industrielle qui les utilise. Il y a un lien direct entre les herbicides et les OGM : en effet la majorité de ceux-ci sont des OGM rendus tolérants aux herbicides, que ce soit par la méthode de la transgenèse, mise en place à la fin des années 90, ou par les méthodes de mutagenèse plus récentes.
Ces nouveaux OGM sont cultivés en France et sont essentiellement du tournesol et du colza (150 000 ha environ) : ce sont des éponges à pesticides et les résidus d"herbicides se retrouvent dans les huiles alimentaires et dans l'au potable, c"est à dire dans nos assiettes et dans nos verres.
Quant aux OGM transgéniques, ils ne sont plus cultivés en France, mais le sont ailleurs et sont importés massivement pour nourrir nos animaux d'élevage. Dans les pays où ils sont cultivés, les épandages d'herbicides sont la cause de morts, de malformations et de maladies intolérables.

Les Faucheurs Volontaires, par cette action du 19 mars 2016, ont voulu alerter sur :
- le problème majeur de santé publique que provoque l'utilisation des herbicides et en particulier du glyphosate classé en 2015 comme « cancérogène probable » par le CIRC (centre de Recherche sur le Cancer)
-les dangers liés à la dispersion du glyphosate (ou de son métabolite l'AMPA) et de ses co-formulants hautement toxiques,
- la soumission des pouvoirs publics aux lobbies agro-alimentaires et leur irresponsabilité face
aux problèmes des pesticides et des OGM, comme le montre dans l'actualité le rétro-pédalage sur
- l'interdiction effective du glyphosate dans 3 ans,
- l'absence de transparence concernant la culture dans notre pays d'OGM mutés tolérants aux herbicides.

Les Faucheurs Volontaires demandent:
- le retrait immédiat du Roundup et autres herbicides contenant du glyphosate,
- la levée du secret industriel sur les co-formulants du Roundup et autres herbicides à base de glyphosate. En effet ces herbicides sont constitués de 30 à 40 pour cent de glyphosate, le reste étant des co-formulants toxiques échappant à toute évaluation,
- un moratoire sur la culture en France des OGM mutés tolérants aux herbicides,
- un moratoire sur les importations d'OGM.

A Guingamp comme à Foix, pour la même action, le tribunal a décidé de poser des questions préjudicielles à la Cour de Justice Européenne pour non respect du principe de précaution et
évaluation insuffisante de la dangerosité de tous les pesticides".

Le Collectif des Faucheurs d'OGM

recto-béziers-6-octobre-web.jpgverso-beziers-rectif.jpgCapture du 2018-05-24 14-22-21 (1).png

lundi, 28 mai 2018

Mons-la-Trivalle : La fête de la cerise 2018 arrive !

Dimanche 3 Juin aura lieu la traditionnelle fête de la cerise organisée par le Foyer Rural de Mons-La-Trivalle. Ce fruit est à l'honneur chaque année le premier dimanche de juin au pied des aiguilles du Caroux et des Gorges d'Héric pour une journée complète d'animations et de fête.

cerises.JPGLes délicieuses et croquantes cerises sont prêtes à être dégustées !

Au programme, comme les années précédentes, vente de cerises bien sûr, marché des producteurs et des artisans (Renseignements au 06 76 68 05 12) et le vide-grenier (inscription au 06 71 67 62 65 - tarif 10 euros les 5 m).

Toute la journée animation avec TOTAL FESTUM, Passejada du CIRDOC, Jeux traditionnels Occitans. Animation de rue assurée par l'Harmonie Bédaricienne.

Chorale des Chœurs de l'Argentière de Villemagne à écouter à 11 h 30.

L'Essieu de Velours viendra exposer ses vieilles voitures ainsi que des motos anciennes.

À 12 h dégustation "Cerises et Rosé" par le sommelier Thierry Boyer. Restauration assurée sur place : Paëlla (12€) à partir de 12 h 30, réservation sur place.

Le concours de pétanque organisé par La Boule des Gorges aura lieu à 15 h, inscription sur place.

À 15 h 30 conférence de la Talvera : "chants, musique, instruments traditionnels en Haut Languedoc", suivie à 17 h de l'Atelier cuisine avec Lucille Gauffre.

L'apéritif offert à 17 h 30 clôture cette grande journée festive.

mercredi, 23 mai 2018

Occitanie : « Les Perturbateurs endocriniens - Des tragédies d'hier à celles de demain »

Perturbateurs endocriniens, défi sanitaire, économique et social
 
Résultat de recherche d'images pour "Y AURA-T-IL ENCORE DES PETITS OCCITANS EN 2040 ?"
Y AURA-T-IL ENCORE DES PETITS OCCITANS EN 2040 ?
 
"Comme vous le savez, les perturbateurs endocriniens représentent un défi sanitaire, économique et social de grande ampleur.
Je vous prie de trouver ci-joint les annonces de 3 colloques organisés, dans les jours qui viennent, en Occitanie."
Communiqué du Professeur Charles Sultan
CHU et Université Montpellier
 
afape1.jpgProgramme-Colloque-Infertilite-page-002.jpgafape2.jpgProgramme-Colloque-Infertilite-page-001.jpg

dimanche, 22 avril 2018

Votre chronique : « La Journée mondiale de la Terre » a lieu ce 22 avril 2018

"Si les riches détruisent la planète, les pauvres pourront-ils la sauver ?" Paul Ariès 

Résultat de recherche d'images pour "Si les riches détruisent la planète, les pauvres pourront-ils la sauver ? Paul Ariès"

Paul Ariès : "La transition écologique ne viendra pas des 1 % les plus riches, mais des 99 %"

À l'occasion de la réédition de son livre "Désobéir et grandir", We Demain s'est entretenu avec le politologue et objecteur de croissance Paul Ariès sur la perspective d'une société de la décroissance, ses idées et ses espoirs.

mardi, 17 avril 2018

Votre chronique : « journée internationale des luttes paysannes »

17 avril 2018 : journée internationale des luttes paysannes –

Résultat de recherche d'images pour "17 AVRIL JOURNÉE INTERNATIONALE DES LUTTES PAYSANNES frère des hommes"

Frères des Hommes a ajouté une vidéo : [17 AVRIL JOURNÉE INTERNATIONALE DES LUTTES PAYSANNES].

"Chaque année, le 17 avril, Journée internationale des luttes paysannes pour La Via Campesina, tout en continuant de lutter pour une réforme agraire complète, nous commémorons le massacre des paysans sans terre ayant eu lieu le 17 avril 1996 à Eldorado dos Carajás, au Brésil. Pendant la manifestation, la police militaire brésilienne de l’État amazonien du Pará a attaqué des membres du Mouvement des travailleurs sans terre (MST) bloquant une route, tuant 19 personnes et blessant des centaines de paysans."


"Ce 17avril, en poursuivant la lutte paysanne, nous nous mobilisons contre les accords de libre-échange (ALE), la criminalisation des luttes sociales, pour la terre, les territoires, l’eau et la #SouverainetéAlimentaire.
Nous appelons nos membres, alliés, amis et communautés du monde entier à nous rejoindre par des actions directes, des activités culturelles, des conférences, des projections de films, 

des débats publics et des rassemblements pour dénoncer les avancées du capitalisme qui se font au détriment des peuples et de leurs territoires. Envoyez-nous à lvcweb@viacampesina.org toutes les actions et activités prévues afin que nous puissions les rassembler sur la carte globale des actions.

Lire l’intégralité de l’appel pour le 17 avril 2018 ici.

Suivez-nous sur les réseaux sociaux :
#17Abril #April17#17Avril #LaViaCampesina  #SoberaníaAlimentaria #StopFTA #SouverainetéAlimentaire #LuttesPaysannes #FoodSovereignty

@viacampesinaFR

https://www.facebook.com/viacampesinaOFFICIAL

Nous nourrissons nos peuples et construisons les mouvements pour changer le monde!
Contre le pillage orchestré par le capitalisme, pour la terre et la souveraineté de notre peuple!

Cet article existe aussi en anglais et en espagnol "

vendredi, 26 janvier 2018

Votre chronique : Philip Forrer présente "Le Jardin du Graal"

L'Abondance Végétale selon Philip Forrer - culture sur buttes
 
Résultat de recherche d'images pour "Philip Forrer"

Philip Forrer expérimente la culture sur buttes depuis plus de 40 ans, dans ce film vous verrez comment il se nourrit toute l'année de son potager.

Résultat de recherche d'images pour "Philip Forrer"

lundi, 22 janvier 2018

Votre chronique : « Les micro fermes »

L'Ecole de Permaculture du Bec Hellouin

lundi, 15 janvier 2018

Votre chronique : De quelques occupant.es de la zad (NDDL)

Communication de quelques occupants de la ZAD de Notre Dame des Landes
 
Résultat de recherche d'images pour "zad notre dame des landes"Un fermier dans l'une des fermes de la ZAD à Notre-Dame-des-Landes, le 17/01/2018 photo Loic Venance/AFP
 
Lettre aux comités locaux, aux soutiens du mouvements, et à toutes celles et ceux qui se reconnaissent dans le mouvement contre l’aéroport et son monde

 lundi 15 janvier 2018

 "On assiste ces dernières semaines à un déluge de déclarations médiatiques autour de la zad de NDDL et de son avenir – aéroport ou pas, expulsions ou pas, nouveau Larzac ou pas, blablabla. Autant dire qu’on ne s’y retrouve pas forcément, voire pas du tout, voire au contraire.

Quelques retours nous portent à croire que c’est pas toujours très clair, pour les membres des comités locaux, les soutiens et les sympathisant.e.s, surtout celleux qui sont un peu loin. C’est à vous qu’on adresse cette lettre, parce qu’on a envie d’expliquer ce qu’on comprend de la situation, et aussi de porter une autre voix que celles qui se font le plus entendre. 

On, c’est quelques habitant.es / occupant.es, de différents lieux de la zad, qui n’ont pas toujours les mêmes positions, mais se rejoignent souvent sur la volonté que la zad conserve une certaine radicalité qui ne soit pas que de façade, en restant attaché.es à ce que chacun.e puisse trouver sa place dans ce qui se vit ici."

Pour lire la suite  http://zad.nadir.org/spip.php?article5028

mercredi, 03 janvier 2018

Votre chronique : La Mort est dans le pré

"Ce documentaire va éveiller nos consciences sur le scandale des agriculteurs empoisonnés par les pesticides de leurs propres champs."

"Peut-on vraiment évoquer un crime ou un complot à ce sujet, la réalité est peut être plus nuancée et difficile à cerner, mais quoi qu'il en soit, ce documentaire révèle les dessous de graves défaillances liées l'utilisation des pesticides.

Tout d'abord, il semble que ce soit la course au profit qui est indirectement à l'origine des maladies des agriculteurs mentionnés dans le reportage. En semant des pesticides, «les travailleurs des champs» étaient loin de se douter qu'ils récolteraient des cancers et des troubles neurologiques. «Intitulé la mort est dans le pré», ce reportage est un gros plan sur la souffrance de ces sacrifiés de l'agriculture.

Caroline est la première d'entre eux, et lance cet appel qui résonne dans le vide tel un cri angoissant : «les agriculteurs sont en train de mourir». Il faut dire que Caroline a déjà payé un lourd tribut pour son exploitation puisque son mari (Yannick) est décédé de leucémie, une mort attribuée par les médecins à l'utilisation des pesticides."

mardi, 28 novembre 2017

Votre chronique : « appel à manifestation contre le transfo et l'éolien industriel »

Communiqué de L'Amassada

"Bonjour à toutes et tous
Vous savez surement qu'ici, à saint victor dans le sud-Aveyron, nous sommes en plein dans l'enquête d'utilité publique lié au projet de "transfo" de RTE (Réseaux de Transport d’Électricité).

Nous organisons une grande journée de mobilisation le samedi 2 décembre."

Affiche 2 decembre.jpg

"Ce sera surement la dernière avant les expropriations et donc les débuts des travaux. Nous appelons TNE (Toutes Nos Énergies) à mobiliser tous ses collectifs et associations et à venir manifester en nombre."

Non-au-transfo.jpg

« Pas res nos arresta » le film de l’Amassada

Plus d'info : Le film de et par l’Amassada sur la lutte contre le méga transfo de Saint Victor, ses 1000 éoliennes industrielles et le monde qui l’accompagne est disponible via le lien viméo ici : PAS RES NOS ARRESTA

mardi, 24 octobre 2017

Mons-la-Trivalle : ils sont à l'initiative du collectif "PERLE" et expriment leur motivation

Robert Cahuzac, conseiller municipal à Mons-la-Trivalle et Jean-Luc Barthès, ancien maire de Colombières-sur-Orb, sont à l'initiative du collectif "PERLE" 

Quels sont les objectifs de ce collectif ?

"Ce collectif "PERLE" : Protection Et Respect des Lois pour l'Environnement,  composé d'élus, d'anciens élus et de personnalités locales pointe l'illégalité et les préjudices environnementaux de la construction Bio Orb."

Robert Cahuzac,Mons-la-Trivalle,Jean-Luc Barthès,Colombières,perle caroux"La justice tranchera" assurent Robert Cahuzac et Jean-Luc Barthès à l'initiative du collectif PERLE

De quoi s'agit-il ?

"Il s'agit de l'implantation d'un hangar de stockage et d'un dispositif de lavage et séchage d'iris, construit à Mons la Trivalle pour le projet Bio Orb."

collectif "perle",mons-la-trivalle,communauté de commune orb jaur,permis de construireFinancement du "Projet Bio Orb", 

"Sa réalisation portée par l'ex Communauté de Communes Orb-Jaur et son président, a donné lieu à des dérives inacceptables :

- Rien ne justifiait sa réalisation sur notre commune

- L'obligation d'affichage des informations du permis de construire n'a pas été satisfaite

- La non-conformité des travaux qui sont  en totale contradiction avec le permis de construire"

collectif "perle",mons-la-trivalle,communauté de commune orb jaur,permis de construireActuel Bâtiment Bio Orb, le site remarquable des Gorges d'Héric et du Caroux en toile de fond 

Quelles sont les actions du collectif ?

"Trois lettres recommandées : en avril 2017 à Madame le maire, sans réponse, en mars à la Direction Départementale des Territoires et de la Mer, la DDTM, qui après une 3e intervention nous informait en juin avoir demandé au maire la mise en demeure de conformité dans les 15 jours par le maître d'œuvre."

Votre objectif est-il atteint ?

"Un courrier adressé le 6 juin par Madame le maire à la nouvelle communauté n'a depuis rien changé."

Concrètement que demandez-vous ?

"Compte tenu du préjudice environnemental constitué par cette construction nous n'accepterons pas un simple permis modificatif.

Nous souhaitons la remise aux normes architecturales prévues au permis et l'application de la loi, valable pour tous. "

Contact : perlecaroux@gmail.com Jean-Luc Barthès 06 32 51 76 51 ou Robert Cahuzac 06 12 18 15 91

Ci-dessous : copie du dépliant explicatif qui a été distribué aux habitants de la commune

collectif "perle",mons-la-trivalle,communauté de commune orb jaur,permis de construire

collectif "perle",mons-la-trivalle,communauté de commune orb jaur,permis de construire

collectif "perle",mons-la-trivalle,communauté de commune orb jaur,permis de construire

collectif "perle",mons-la-trivalle,communauté de commune orb jaur,permis de construire

mardi, 17 octobre 2017

Votre chronique : « La pomme POISON nous tue »

"Très inquiétant !!! 

Mangez des pommes oui, mais pas n'importe lesquelles .....! 

Des industriels voyous qui portent atteinte à notre santé en toute connaissance de cause !!

Devra t’on attendre encore longtemps pour les voir traduire en Justice pour utilisation d’armes de destruction massive ?"

 

dimanche, 15 octobre 2017

Hérault : Procès des Faucheurs Volontaires d'OGM à Béziers ce mercredi 18 octobre

Faucheurs Volontaires d'OGM pour dénoncer publiquement les effets nocifs du Roundup

"Les Faucheurs Volontaires d'OGM se sont mobilisés le 19 mars 2016 sur tout le territoire français pour dénoncer la vente des pesticides et notamment du Roundup contenant du glyphosate et des co-formulants hautement toxiques. Ils se sont introduits dans 34 magasins et ont peint les bidons concernés.

12 Faucheurs (-ses) Volontaires sont en procès à Béziers le mercredi 18 octobre pour être intervenus dans un magasin de Pézenas.

La région du Languedoc Roussillon est largement utilisatrice de Roundup ou d'herbicides à base de glyphosate (plus de 4000 tonnes annuelles). Selon la direction de l'Agence de l'eau Rhône Méditerranée Corse  sa concentration peut dépasser localement 200 fois la norme.

Les Faucheurs Volontaires mènent un combat contre les OGM et l'agriculture industrielle qui les utilise. Il y a un lien direct entre les herbicides et les OGM : en effet la majorité de ceux-ci sont des OGM rendus tolérants aux
herbicides, que ce soit par la méthode de la transgenèse, mise en place à la fin des années 90, ou par les méthodes de mutagenèse plus récentes.
Les OGM transgéniques ne sont plus cultivés en France, mais le sont ailleurs et sont importés massivement pour nourrir nos animaux d'élevage. Dans les pays où ils sont cultivés, les épandages d'herbicides sont la cause de morts, de malformations et de maladies intolérables.
Des OGM mutés sont cultivés en France ce sont essentiellement du tournesol et du colza (150 000 ha environ) : ce sont des éponges à pesticides et les résidus d'herbicides se retrouvent dans les huiles alimentaires et dans l'eau potable, c'est à dire dans nos assiettes et dans nos verres.

Alerter sur un problème majeur de santé publique 

     "Les Faucheurs Volontaires, par cette action du 19 mars 2016, ont voulu alerter sur : 

    - le problème majeur de santé publique que provoque l'utilisation des herbicides et en particulier du                glyphosate classé en 2015 comme « cancérogène probable » par le CIRC, centre de Recherche sur le Cancer

     - les dangers liés à la dispersion du glyphosate (ou de son métabolite l'AMPA) et de ses co-formulants             hautement toxiques 

     - la soumission des pouvoirs publics aux lobbies agro-alimentaires et leur irresponsabilité face aux                   problèmes des pesticides et des OGM, 

      - l'absence de transparence concernant la culture dans notre pays d'OGM mutés tolérants aux herbicides. 

      Les Faucheurs Volontaires demandent

     - le retrait immédiat du Roundup et autres herbicides contenant du glyphosate

      - la levée du secret industriel sur les co-formulants du Roundup et autres herbicides à base de glyphosate. En effet ces herbicides sont constitués de 30 à 40 pour cent de glyphosate, le reste étant des co-formulants toxiques échappant à toute évaluation

      - un moratoire sur la culture en France des OGM mutés tolérants aux herbicides

      - un moratoire sur les importations d'OGM."   Le Collectif des Faucheurs d'OGM

"Le glyphosate empoisonne à petit feu : maladies chroniques, Parkinson, cancers, malformation, dérèglement génétique, problème de fertilité, de comportement, autisme... Perturbateur endocrinien le Roundup entraîne malformations génitales et pubertés précoces (Pr Sultan*, Montpellier)"

En Argentine les champs d'OGM sont traités au glyphosate par avion²"Aux USA, la moitié des enfants seront autistes d’ici 2025" met en garde la chercheuse principale du Massachussetts Institute of Technology**.

Pour les nombreux témoins, spécialistes reconnus, le glyphosate n'est pas la seule matière active du round up. Les co-formulants, poisons très corrosifs issus du pétrole, de l'arsenic, etc., sont 1000 fois plus efficaces et toxiques, ils ne sont jamais testés, ni énoncés, protégés par le secret industriel.

Plusieurs procès ont eu lieu dans différentes régions de France "Nous provoquons délibérément les jugementsUn procès local porterait ces méfaits sur la place publique et sensibiliserait aussi les viticulteurs de la région."

flier 18 oct. verso (1).jpgaffiche 18 oct..jpg

Les Faucheurs Volontaires d'OGM ont un objectif précis

"Nous souhaitons aboutir ainsi à la Saisine de la Cour de Justice Européenne pour dénoncer publiquement les effets nocifs, les évaluations biaisées et incomplètes du glyphosate et de ses co-formulants."

Les procès se multiplient et les militants de l'Hérault attendent leur convocation au tribunal correctionnel de Béziers, ce 18 octobre prochain. 

Une "Touche d'espoir" : Le glyphosate convoqué à Bruxelles

   - Lors du délibéré de ce 12 octobre 2017, le tribunal de Foix a suivi la requête du Parquet et décidé de saisir la Cour européenne de justice sur cette question. Pour les Faucheurs, c’est « une excellente victoire ».

     https://www.infogm.org/6352-foix-evaluation-herbicide-devant-cour-europeenne?lang=fr

   - et en images :

     http://france3-regions.francetvinfo.fr/occitanie/ariege/foix/glyphosate-juge-du-tribunal-foix-saisit-europe-dangerosite-pesticides-1346687.html

autre liens :

http://www.midilibre.fr/2014/09/13/les-pesticides-plaie-d...

*Le professeur Charles Sultan alertait déjà en 2013

**http://www.northeastern.edu/nejrc/wp-content/uploads/NPAC...

²cf - http://www.midilibre.fr/2012/04/16/la-pulverisation-aerie...

Dossier_Presse_Beziers.doc

06:05 Publié dans abeilles, Actualités, agriculture, amérique, Associations, biodiversité, culture, deuil, développement durable, eau, écologie, Economie, France, Haut Languedoc, Hauts Cantons d'Oc, Hérault, information, jardin, mobilisation populaire, monde, Nature/Environnement, Occitanie, patrimoine, Politique, pollution, santé, société, solidarité, vin, viticulture | Tags : législation européenne sur les pesticides, cour de justice européenne, tribunal de foix, occitanie, faucheurs d'ogm, faucheurs volontaires d'ogm, le larzac, variétés mutées tolérantes aux herbicides, destructions de parcelles d’essai de colza génétiquement modifié, mutagénèse, herbicides, plantes génétiquement modifiées (pgm), plantes transgéniques, roundup de monsanto, glyphosate, composants toxiques, université de caen, criigen, association le chabot surveillance du réseau hydraulique local, comité Écologique ariègeois, alain moles agriculteur victime des pesticides, sofia gatica militante argentine contre ogm et pesticides, nina holland, corporate europe observatory, paul bousquet, médecin ardéchois membre d'alerte médecins pesticides, leïla jenkins, militante argentine contre les ogm et les pesticides, frédéric jacquemart, biologiste, joël spiroux de vendômois, gilles-eric séralini chercheur et professeur en biologie molécul, faucheurs et faucheuses volontaires d'ogm devant le tribunal de, comité de recherche et d'information indépendantes sur le génie, cécile stratonovitch pédiatre et pédopsychiatre alerte médecins, président de la frapna ardèche et ancien membre du haut conseil | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook | | |