compteur internet
Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

lundi, 18 janvier 2016

Info du reste du monde : "La Terre après la disparition des humains"

Une "Fiction" !  ...qui éclaire la réalité

Afficher l'image d'origine

de Mightymab

mercredi, 21 octobre 2015

Vieussan : Le « Castillo de Vilzano » vivait en l'an... 1059

Installée en Languedoc depuis 2005, Marie-Christine Matray est originaire de la région viticole du Beaujolais. Elle a suivit des modules sur le Moyen Age à l'Université Lumière Lyon II et publié en 2013 son 1er livre sur le patrimoine LanguedocienMembre de l'association Histoire et Culture en Languedoc, Marie-Christine adhère aussi à la Société Historique et Archéologique des Hauts Cantons où elle a tissé des liens amicaux et partage sa passion.

Marie-Christine Matray publie en cette année 2015 son 2e livre sur le patrimoine de l'Hérault : Un Castrum de l'an mil. Pour elle étudier Maders, castrum abandonné est un défi.

« Ce castillo de Maders, qui deviendra plus tard castrum, fait partie d'une liste de 15 châteaux héraultais cités au plus loin en 1059 dans le cartulaire des vicomtes Trencavel. Dans ce serment entre le comte du Razès et la comtesse Rangarde de Carcassone figure aussi... Vieussan ! ».

vieussan,un castrum de l'an mil,parution 2015,patrimoine,marie-christine matray

Le Caroux vu par l'ouverture du vestige du Castillo de Vilzano photo de Marie-Christine Matray 

Passionnée de moyen-âge et d'histoire, Marie-Christine l'est aussi du riche patrimoine de notre région. Ces murs solitaires qui défient le temps attisent sa curiosité : Qui vivait ici, y a-t-il eu des batailles, quand et pourquoi ? Comment restituer son passé à un monument en ruines ? 

 vieussan,un castrum de l'an mil,parution 2015,patrimoine,marie-christine matrayVieussan en toile de fond, Marie-Christine Matray dit sa passion pour le patrimoine

« Les plus grandes familles Languedociennes furent les acteurs de la féodalité particulière de notre région. Ce château transite  par mariages, successions et guerres dans les biens des seigneurs de Béziers, des contes de Carcassonne, des Guilhem de Montpellier pour succomber aux assauts de Simon de Monfort pendant la croisade des Albigeois.

vieussan,un castrum de l'an mil,parution 2015,patrimoine,marie-christine matray P1 de couverture du livre "un castrum de l'an mil"

Ainsi, l’on y côtoie Garsinde de Béziers, Ermengarde de Carcassonne, épouse Trencavel et bien d'autres... Quels liens les unissaient ? »

vieussan,un castrum de l'an mil,parution 2015,patrimoine,marie-christine matrayExtrait original même du cartulaire (original au Musée Languedocien de Montpellier) dans lequel on peut lire en latin en bas à gauche de cette fameuse liste : «  Castillo de Vilzano »

À partir de recherches de l'historienne Hélène Débax et d'études de la DRAC, Marie-Christine Matray retrouve l'acte qui cite aussi le Castillo de Vilzano (Vieussan) dans les biens de la famille de Carcassonne au début du XIe siècle.

L'archéologue Noël Houlès, ancien président de la société archéologique de l'Hérault a participé aux fouilles de surface du site et préfacé l'étude.

« Ce livre est un voyage dans le temps, accompagné de poésie et d'occitan, grâce au patrimoine qui est primordial et doit être protégé.» dit Marie-Christine Matray.

Pour commander le livre Un Castrum de l'an mil (prix 16€ + 3€ envoi rapide) 

Adresse : invitationpatrimoine@gmail.com   Site : portesetheurtoirs.overblog.com.

dimanche, 23 août 2015

Haut-Languedoc : Gilbert Massol parle de son ouvrage

Durant toute sa vie Gilbert Masson s'est battu pour la protection du Caroux-Espinouse. Son ouvrage "Les Monts de l'Espinouse" vient de paraître

Haut-Languedoc : Gilbert Massol parle de son ouvrage

Gilbert Massol, vous êtes l'auteur et l'éditeur du livre « Les monts de l'Espinouse » qui vient de paraître. Peut-on considérer  cet ouvrage comme un devoir de mémoire ?
 
En effet, la rédaction de ce travail constitue un devoir de mémoire  sur l'origine du parc naturel et de la réserve nationale ainsi que sur le rôle des personnages, de certains organismes et associations ayant consacré des années de lutte  pour obtenir la prise de mesures conservatoires indispensables et pour assurer la pérennité du patrimoine naturel et culturel des hauts pays héraultais.
Il s'agit là d'une contribution importante à l'histoire d'une action militante qui s'exerça pour aboutir, avec certaines nuances, aux réalisations que nous connaissons.
 
Vous avez milité dès le premier jour pour l'existence d'un parc, pourquoi ?
 
Un manifeste, signé par onze universitaires montpelliérains de renom, demandant la réalisation du projet de parc est rédigé en 1964. Nous le publions.
Mais notre propos ne se limite pas là. Il fait état de certains desseins préjudiciables à l'intégrité des sites tel que l'ouverture d'une piste sur le plateau du Caroux dénoncée par une action de terrain qui regroupa trente associations et aboutit à la Résolution des Mille en 1971.
 
Vous êtes pour la conservation du patrimoine vernaculaire, pensez-vous que l'on pourra le sauver ? 
 
J'ai écrit un long commentaire sur les importants travaux conservatoires dont ont fait l'objet différents édifices civils ou religieux tels que hameaux, chapelles, fermes, moulin à eau, four à pain, le remarquable pont vieux d'Andabre, etc.
Un développement est accordé aux anciennes granges-étables à pignons à redans et couverture de genêts, aujourd'hui pratiquement disparues, dont quelques bonnes photos de l'époque en rappellent les intéressantes particularités.

vendredi, 22 mai 2015

Mons-la-Trivalle : le Duo Juan Gris enchantera La Voulte

Un concert de musique baroque est programmé pour célébrer la Pentecôte dans la Chapelle de la Voulte, dimanche 24 Mai à 17 h.

chapelle

La Pentecôte, dans la tradition juive de la Révélation, matérialise la Voix divine qui s'exprime, aussi, dans la musique.

Guitare et Violon en duo, interpréteront des compositions de Johann Sebastian Bach, Béla Bartók, Georg Philipp Telemann et Astor Piazzolla.

Michel Coppé "violoniste à plusieurs facettes", s'implique pour faire évoluer la musique. Œuvres anciennes, violon baroque : de formation moderne il allie la liberté d'invention au langage nouveau.

black_oliv1

Olivier Richard, guitariste passionné, s'est donné pour objectif de faire découvrir au plus grand nombre des pièces originales et de transcriptions en un répertoire qui parcourt les époques, du classique au contemporain.

Leur duo s'illustre du titre de l'œuvre de Juan Gris. Ce peintre exigeant pratiqua un cubisme dit "analytique". «Juan Gris cherchait la vérité interrogeant les formes et les couleurs au sein du mouvement cubiste, dans ce qu’il nommait lui-même, "les rimes plastiques".»

Juan_Gris_-_Violon_et_guitare_-_Google_Art_Project.jpgLe duo s'illustre du titre de l'œuvre de Juan Gris, (1887-1927) "Violon et guitare" 1913

En quête de recherche esthétique, le Duo Juan Gris propose un panorama d’œuvres qui captiveront un large public et déploieront toute la beauté des harmonies en perpétuelle évolution de la musique.

Dans le chœur de la petite chapelle romane de la Voulte, les mélomanes sont attendus nombreux.

Entrée en  Libre Participation

samedi, 16 mai 2015

Vieussan - Hauts Cantons : La mémoire d'André Favard reste présente au cœur du patrimoine

Ce weekend du 17 mai qui met à l'honneur le patrimoine culturel, rappellera à tous ses amis la mémoire d'André Favard, sa personnalité bienveillante et son savoir, minutieusement accumulé, généreusement  distribué.

sahhch,andré favardAndré Favard  partageait avec jubilation et modestie le résultat de ses recherches 

Écrivain, conférencier, il aimait avant tout partager ses connaissances et transmettre son intérêt pour les œuvres humaines à travers le temps. 

Tissé de curiosité et de philosophie, son esprit s'attachait à l'étude des traces laissées par l'homme, gravées dans la pierre, jalonnant ses habitats et ses édifices. Il aimait en conter l'histoire.

Visites commentées, textes érudits, conférences, André Favard  partageait avec jubilation et modestie le résultat de ses recherches et n'avait pas son pareil, en un style remarquable, pour donner vie à ces vestiges que certains pensent morts.

DSC02533

Abbaye de Villemagne

Dans "Les conférences de Villemagne", André Favard, révélait à tous la richesse des symboles. À travers ses mots, les églises des  Hauts Cantons « se sont mises à parler ». 

vieussan,hauts cantons,mémoire,andré favard,atrimoine,deuil,sahhch,"les conférences de villemagne",archéologie,symboles,églises,société archéologique et historique des hauts cantons de l’hérau

"Il fût également le conservateur de l'exposition consacrée à l'histoire de l'Abbaye de Villemagne, ouverte à tous dans l'ancienne église Saint Grégoire de Villemagne" (voir le commentaire ci-dessous)

Secrétaire de la Société Archéologique et Historique des Hauts Cantons de l’Hérault, « Toujours tourné vers les autres, son principal souci était le rayonnement de notre Société » déclare Michel Scanzi président de la S.A.H.H.C.H, au nom de tous les adhérents qui lui ont rendu hommage.

La dernière des "Conférences de Villemagne", préparée par André Favard « Les pigeonniers de l’Hérault » sera présentée par Frédéric Mazeran ce dimanche 17 mai à partir de 15 h à Villemagne. 

Sensibiliser le grand public à la sauvegarde du patrimoine culturel, tel était le souhait d'André Favard. Son œuvre qui met en lumière le patrimoine des Hauts Cantons prolonge sa mémoire.

vendredi, 29 mars 2013

Vieussan - Hauts Cantons : Hommage à François Granier, fondeur de cloches

François Granier, fondeur de nombreuses cloches qui, le jour de Pâques prennent leur envol 

La Société Archéologique et Historique des Hauts Cantons de l'Hérault dont le président Michel Scanzy vit sur la commune de Vieussan , rayonne sur tout le territoire objet de ses études.

Quelques lignes, superbement rédigées par André Favard, secrétaire de la S.A.H.H.C.H., rendent un vibrant hommage au fondeur de nombreuses de ces cloches qui le jour de Pâques prennent leur envol.

« François Granier, le tenant de l’une des  plus anciennes dynasties des fondeurs de France, grand prix des métiers d’art,  nous a quitté à l'automne 2012 au terme de 93 ans d’une laborieuse et belle existence dans l’Hérault. Membre de notre Société à laquelle il a collaboré activement, notamment à l’occasion de l’une de ses conférences, il a été avec ses travaux l’objet d’études approfondies de la part d’André Signoles et de Robert Gourdiole dans nos bulletins 9 et 14.» rappelle André Favard.

« Depuis Saint-Laurent-des-Nières, berceau de la famille, puis Castanet-le-Bas et Hérépian, la fonderie de cloches de François Granier fut non seulement l’une des quatre subsistant sur le territoire national mais demeurait aussi la seule et unique en France qui confectionnait l’ensemble des trois produits de l’art campanaïre, à savoir les sonnailles, les grelots et les cloches d’églises

François Granier,Béziers,bourdon,

« Marie », le bourdon de la cathédrale de Béziers, fondu en 1939 par la fonderie Granier (masse : 3 958 kg) photo Vpe, source Wikipédia 

« François Granier aimait conter son histoire, et celle de bon nombre de ses cloches, continue André Favard, on apprend  ainsi que le bourdon de la cathédrale Saint Nazaire de Béziers,  pour 1m75 de diamètre pèse près de 4000 kg. »

En ces Fêtes Pascales, cet hommage rappellera la mémoire de  François Granier, fondeur de cloches des Hauts Cantons de l'Hérault.

« Si le silence s’est abattu sur son atelier, conclut André Favard, d’innombrables cloches continuent dans le monde, jusqu’au Liban, à faire chanter l’œuvre de ses mains... »

Retrouvez les travaux de La Société Archéologique et Historique des Hauts Cantons de l'Hérault