compteur internet
Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

samedi, 02 janvier 2010

Vieussan : deuxième festival de la BD : rencontre avec Gilles Rochier

La première des rencontres programmées avec les auteurs de bandes dessinées a eu lieu au Lézard Bleu, dans la petite salle chaleureuse et bien remplie pour l'occasion, du Café de Pays où Gilles Rochier présentait son dernier album TEMPS MORT. C'est avec beaucoup d'attention et de curiosité que les amateurs se pressaient, participant au débat, s'intéressant aux techniques du dessinateur et aussi à son parcours.

Loin de la quiétude des villages, enfant de la banlieue, Gilles Rochier découvre la BD avecMétal hurlant. C'est d'abord le monde des fanzines puis la rencontre qui va permettre la mise en recueil avec la maison d'éditions Six pieds sous terre. Créées en 1995, à Montpellier, ces éditions accompagnent et soutiennent les auteurs, privilégient l'autobiographie, l'intimisme et les carnets de voyage, intégrant la réalité sociale à leurs albums. En 1996, le premier album Envrac regroupe de courtes scènes ; le regard de Gilles Rochier se porte avec acuité sur les êtres et la vie de son quartier, avant-goût de la vie des banlieues aujourd'hui.

vieussan,Loisirs,Culture,album,gilles rochier, lectures vagabondes, bande dessinée, lézard bleu,livre

Entouré de Jean-Claude Mancione, de l'association Lectures Vagabondes, pilier fondateur du festival, et de Jean-Christophe Lopez, des éditions Six Pieds Sous Terre, l'auteur raconte la mise en bande dessinée de ce TEMPS MORT où, durant un passage à vide, il s'agit de... «... graver ce moment de rien, voir que l'on est devenu des adultes avec toujours 16 piges dans la tête ».

Un moment fort qui aura des prolongements dans la vallée de l'Orb, la bande dessinée se révélant un média porteur de sens, apprécié par tous, petits et grands qui ont pu s'initier à sa technique, en approfondir la force expressive qui permet une réelle prise de conscience à travers la mise en image de la société.

Les commentaires sont fermés.