compteur internet
Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

mercredi, 10 février 2016

Mons-la-Trivalle : « Darwin et les grandes énigmes de la vie » ce jeudi au Comptoir Associatif

Le livre, traduit de l'américain par Daniel Lemoine pour la Nouvelle édition établie par Marcel Blanc, « Darwin et les grandes énigmes de la vie » sera proposé à la lecture partagée au Comptoir coopératif des Artistes de Mons-la-Trivalle.

lecture du jeudi au comptoir associatif.JPG"Les grandes énigmes de la vie" partagées au Comptoir Associatif

"Le bambou qui fleurit tous les 120 ans, la disparition des cerfs géants voici 10 000 ans, la palourde pêcheuse et son leurre, les mouches qui se reproduisent sans accouplement,..." et bien d'autres histoires naturelles, comme autant de contes philosophiques pour nous familiariser avec la nouvelle vision du monde vivant que nous propose Darwin.

Les textes de Stephen Jay Gould, Pierre Sonigo et Caspar Henderson sont présentés par Jean Michel Villeroux. 

« Car Darwin a changé notre monde, écrit Stephen Jay Gould...  Je pense même que le véritable esprit darwinien pourrait sauver notre monde en perdition, car il sape cette arrogance occidentale coutumière qui nous attribue tout pouvoir sur la Terre et ses habitants, sous prétexte que nous serions le produit ultime d'un processus évolutif prédéterminé. »

Stephen Jay Gould, Professeur de biologie, de géologie et d'histoire des sciences à l'université de Harvard est l'un des chefs de file de la nouvelle théorie de l'évolution.

Son engagement pour le partage de la connaissance scientifique fait sa notoriété, due à la fois à ses travaux scientifiques et à son activité constante contre les abus de cette même "connaissance scientifique".

Ce jeudi 11 Février, la lecture partagée des grandes énigmes de la vie, animera le Comptoir associatif de Mons-la-Trivalle, à 18 h 30. Contact tel : 06 70 95 05 56.

La fable de "L'éphémère" pour illustrer des points de vue... bien courts !

« Une éphémère adulte. Plus qu'un jour à vivre.

Ephemere.jpg

Photo de Stéphane Bonhomme, voir son site De-natura.net « La nature en billebaude »

Un beau matin, les éphémères d'un étang tinrent conseil pour débattre d'une théorie ahurissante à propos des enfants, créatures bipèdes agitées que l'on voyait souvent patauger à grands cris sur la rive. Selon cette hypothèse audacieuse, qui contredisait le savoir des anciens, les enfants n'étaient pas éternels, mais grandissaient, pour devenir des hommes, créatures bipèdes de haute taille souvent aperçues en compagnie des enfants.

C'était évidemment une idée ridicule mais pour en avoir le cœur net, on décida de réaliser une vaste expérience scientifique. Ainsi pendant une journée (car les éphémères ne vivent qu'une journée à l'état adulte), les nombreux enfants se promenant autour de l'étang furent discrètement suivis et mesurés à intervalles réguliers.

On accumula ainsi des centaines de données. Le verdict tomba au crépuscule et il était sans appel : les enfant ne grandissent pas. Tous les individus observés avaient en effet conservé la même taille tout au long de leur promenade. Les savants ayant participé à l'opération purent donc mourir le soir même avec la satisfaction d'avoir démontré, une bonne fois pour toutes, que les enfants sont des entités immuables.»

L'illusion des éphémères et de leur courte expérience nous rappelle qu'un phénomène trop lent échappe à nos sens conclut Jean Marie. Pour le percevoir, il faut juger son œuvre sur une longue période, parfois même sur une très longue période...»

Les commentaires sont fermés.