compteur internet
Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

mardi, 21 juin 2016

Hauts Cantons : HURLEVENT ASSO communique, "c’est le moment ou jamais…"

« Venez assister au conseil municipal de Courniou !

Voici l’appel que lance l’association « Protection Somail » de Courniou qui demande à chacun d’entre nous d’assister au conseil municipal de leur commune, qui a lieu ce mardi 21 juin à 20 H 30, à la mairie. (voir pièce jointe)»

 

Afficher l'image d'origine

«Hurlevent est scandalisé par l’attitude de certains élus qui ne se soucient guère des riverains qui seront victimes des machines projetées à proximité des hameaux qu’ils habitent.

Après Ferrières-Poussarou, Les Verreries de Moussans, Riols, Saint-Etienne d’Albagnan, Vieussan et Courniou, c’est au tour de Saint-Pons de Thomières d’envisager un projet.

C’est de la folie !

Mais il n’y a pas unanimité : après Riols (avec 8 voix pour contre 7 et condition suspensive), c’était cette semaine au tour de Saint-Pons de délibérer : 8 voix pour, 8 contre et trois abstentions concernant le projet de Riols, puis s’agissant d’autoriser une étude sur la commune, 9 voix pour, 6 contre et trois abstentions.

Ce sont les maires et présidents de com’com qui sont coupables, car ce sont eux qui introduisent les projets et insistent pour qu’ils soient adoptés.

Maintenant, c’est le conseil municipal de Courniou qui va être appelé à se prononcer alors que la population est très majoritairement contre. Madame le maire va-t-elle vouloir passer en force ?

Le rôle prioritaire de nos élus n’est-il pas de protéger leurs administrés avant toute considération économique ou politique ? »

L’association “Protection Somail” de Courniou précise qu'une présence modérée et courtoise est souhaitée ce Mardi 21 juin au conseil municipal. 

Aux différents conseils (de communes ou de communauté) auxquels nous avons assisté, nous nous sommes abstenus d’intervenir de manière intempestive. Il n’y a pas de raison pour que dans cette commune où un travail considérable a été accompli, nous agissions autrement.

Nous serons présents, calmes et dignes.

Pièce jointe : 

"Le conseil municipal va délibérer sur le projet éolien ce mardi 21 juin 2016 à 20 h 30.

Conscients de cette heure solennelle, les habitants de Courniou et ceux des communes voisines seront présents nombreux à ce Conseil qui engage l'avenir de leur environnement et celui de leurs enfants.

En ces circonstances, une pétition de 306 signataires (600 habitants, 480 électeurs environ à Courniou), donc une large majorité de la population contre le projet éolien a été remise à Mme le maire et à ses conseillers : Tous ces signataires sont des habitants de Courniou, ou des contribuables ayant une résidence secondaire, quelquefois leurs héritiers soucieux de participer à l’avenir de la commune. Un certain nombre encore ne s’est pas exprimé ni les personnes âgées qui n’ont pas été contactées en raison de leur grand âge. D’autres habitants, opposés au projet ont préféré ne pas signer.

Espérons que cette tentative d'expression participative (ou de véritable plébiscite) ne sera pas ignoré du Conseil Municipal.

L'association Protection Somail"

dimanche, 19 juin 2016

Vieussan : « Mon père était cantonnier...»

En ce 19 juin 2016, jour de la Fête des Pères, Brigitte se souvient : « Mon père a été le dernier cantonnier de la commune », elle évoque avec une nostalgie teintée de fierté la mémoire d'André Villebrun qui fut cantonnier à Vieussan.

Laborieusement André entretenait cette portion de départementale qu'il gérait au rythme des saisons. Ce métier rude le comblait de fatigue et de satisfaction.

André Villebrun cantonnier.jpgAndré Villebrun était le dernier cantonnier de la commune de Vieussan

Chaque pierre du chemin lui devait sa place. Chacun de ses  gestes, mètre après mètre donnait valeur à cette voie qui permettait la communication de hameaux en villages. L'œuvre du jour achevée, il pouvait contempler le travail réalisé.

Chaque année, au fil des évolutions technologiques, des métiers disparaissent, semblant, tel l'allumeur de réverbères du Petit Prince tout droit sortis de livres d'histoire. «Les machines outils modernes ont désormais remplacé les cantonniers d'antan* et la rouille a bel et bien eu raison de la traditionnelle faux abandonnée au fond de la remise !»

Certains métiers cependant que l'on croyait disparus à tout jamais redeviennent tendances tels les barbiers qui enregistrent un surcroît d'engouement !

En ce 21e siècle, Le métier de cantonnier est en passe de révéler son utilité : les problématiques environnementales liées aux inondations ou à la sécheresse rappellent la nécessité d'une politique urbaine responsable et de proximité.

cantonnier fauchant.jpg

Tout ce que les anciens avaient imaginé pour canaliser et évacuer les eaux a connu un abandon total : "Aménagement, constructions et bétonnages aggravent les risques et ont rendu fragile des espaces où la gestion de l'entretien des ruisseaux et des fossés, l'évacuation des eaux riveraines, sont diluées entre divers organismes... Gravats et terre amoncelés en bordure des rives pour faire office de digues sont des remblais instables qui créent un double effet d’accumulation de l’eau puis de coulée de boue..."

André Villebrun, le cantonnier de Vieussan, né en décembre 1917, commence à gagner sa vie très tôt. Léopold Villebrun son père, blessé à la guerre de 1914-18 meurt des suites de ses blessures en 1929, laissant veuve Margueritte née Boissezon et leurs 2 enfants, Aimé 9 ans et André 12 ans.

Grâce à son oncle Eugène Boissezon chef cantonnier à Tarassac, André est embauché dans les Ponts et Chaussées. Affecté à Vieussan, il est chargé d'entretenir les abords de la route, faucher l'herbe, couper les branches qui pourraient gêner la circulation, curer les fossés et les aqueducs, enlever les éboulements après orage, etc...

Après sa journée de travail et pendant ses loisirs, il cultive son jardin potager, chasse, pêche, joue aux boules, à la lyonnaise, cueille les asperges sauvages et les champignons.

André VILLEBRUN.jpg

En 1940 André Villebrun épouse Arlette Bessières de Cazouls les Béziers et trois enfants viennent agrandir le foyer. Gérard en 1942, Mauricette en 1946, et Brigitte en 1949. Pendant ses congés, André laisse les enfants à la garde de Margueritte et part souvent en promenade, sur sa moto, avec Arlette à l'arrière sur le tan-sad.

L'été il travaille souvent en équipe avec ses collègues des secteurs voisins, sur des chantiers plus importants nécessitant plus de main d'œuvre, par exemple le goudronnage. L'équipe peut intervenir à Vieussan mais aussi sur des cantonnements voisins. Le travail est moins monotone mais plus contraignant. Souvent il y a peu de volontaire pour tenir la lance de goudronnage, c'est salissant, alors on fait à tour de rôle ou peut-être on tire au sort ? !

« je me rappelle, dit Andrée Calmettes , fille d'Éloi Cros, cantonnier à Colombières, ils étaient 5 et se rencontraient souvent : il y avait Mr Marty d'Olargues, Élie Sigé de Tarrassac, Mr Hortala du Poujols sur Orb et André Villebrun de Vieussan. Quand Mr Villebrun travaillait sur le secteur de mon père, il venait souvent prendre le repas a la maison, et vice versa. Je me souviens aussi qu'ils faisaient un repas ensemble dans l'année...»

«C’est vrai, tous ces noms je les ai entendus, se rappelle Brigitte. On parlait aussi à la maison, du cantonnier de Ceps, Marcel Austruy, le père de Michel, Gérard, Serge, Régine, Marie Claude et Christine. Et aussi du cantonnier d’Escagnès qui venait souvent manger chez nous, Charles Audier, le père de Max...»
Tous ces hommes furent nos anciens “balayeurs” de routes... 

« À cette époque là, le travail de curage des fossés se faisait deux fois par an, je constate, écrit Andrée qu'il n'y avait pas les inondations que nous avons maintenant.... Petite anecdote : mon père ramassait des escargots en curant les fossés, et ma mère les cuisinait. Je pense qu'ils en avaient pour leur repas annuel... 

Il y avait entre eux beaucoup de solidarité et une profonde amitié... Le métier de cantonnier, c'est une belle histoire d'hommes et de fraternité. » 

*Un peu de l'histoire des cantonniers... Du XVIIe au XVIIIe siècle, les routes étaient entretenues par la corvée (obligation faite aux paysans de consacrer plusieurs jours de travail à ces tâches).
Pierre Marie Jérôme Trésaguet, intendant de la généralité de Limoges, a l’idée de mettre en place en 1764 des baux d’entretien de routes, qui sont découpées en cantons. Les ouvriers sont alors appelés des cantonniers : le bail d’entretien des chemins rappelle ses devoirs : « Toutes les parties de routes comprises au présent bail seront entretenues en état de perfection, bien roulantes, sans heurt, flaches, buttes, pierres errantes, dépôts, décombres, boues, immondices, etc. ; et ce par des cantonniers [...] ».

Le cantonnier était préposé à l’entretien des routes ou des voies ferrées et de leurs abords.
Le cantonnier effectue, sous la responsabilité d’un entrepreneur, les travaux manuels d’entretien des chemins
En 1807, le Directeur général des Ponts et Chaussées écrit : « [...] généralement, l’emploi des cantonniers a produit de bons effets, mais il faut qu’ils soient entièrement au compte de l’Administration... »
En 1811, un décret du 16 décembre prévoit de diviser les routes en cantons dont les limites correspondent aux relais de poste. « Les travaux seront confiés à des cantonniers qui seront des maîtres de postes ou des petits entrepreneurs locaux.
En 1816, constatant que des cantonniers à gages (ouvriers permanents de l'Etat) ont été substitués dans beaucoup de départements aux cantonniers adjudicataires, un décret du 11 juin promulgue le »Règlement pour le service des cantonniers salariés chargés de l’entretien des routes en cailloutis.cantonnier chantier mobile (46).jpg

L’appellation de cantonnier est remplacée en 1947 par celle d’agent de travaux, puis en 1991 par celle d’agent d’exploitation. Depuis 2011 on parle aussi d'accoroutiste.
Le travail du cantonnier était un vrai travail de forçat qui consistait essentiellement à casser des cailloux et déblayer les routes de tous détritus et autres encombrants pour un salaire dérisoire.
Avant la Grande Guerre, les usagers ne se bousculaient pas sur les chemins des villages. Le cantonnier transportait ses outils dans une brouette, qu'il garait au bord du talus tant que durait son ouvrage de réfection. [...] Selon la saison, il balayait les mottes laissées par les charrues, étalait les gravillons dans les « nids de poule » ou curait les fossés en prévision des pluies.
L'herbe des accotements était laissée aux paysannes, qui la faucillonnaient pour leurs lapins ou y attachaient leurs chèvres. On disait malicieusement que le cantonnier, qui rempierrait pendant l'hiver mettait « les pièces à côté des trous ». Les pierres étaient fournies par les paysans, comme pendant les corvées du Moyen Age. Les trous rebouchés, le cantonnier tassait les reprises en roulant dessus un cylindre à avoine; le cheval était prêté par un paysan complaisant. 

une petite cabane abris des outils du cantonnier.jpg

Des cabanes, maçonnées ou en pierres sèches, construites çà et là sur l'accotement, permettaient aux cantonniers de s'abriter des intempéries et, la journée terminée, de ranger les outils qu'ils n'auraient pas, de la sorte, à rapporter le lendemain.

Un cantonnier avait la responsabilité d'une portion de grande voirie qui s'étirait sur une douzaine de kilomètres. A l'époque des véhicules à crottin, l'homme se contentait de signaler sa présence en plantant sur l'accotement un écriteau métallique, peint en rouge vif, sur lequel, à la craie, il indiquait le numéro de la route et la désignation du canton. Les ordres qu'il exécutait émanaient d'un supérieur hiérarchique et d'un ingénieur. C'était à bicyclette que le cantonnier chef faisait son inspection.

Des gens prétendent volontiers, sur le ton de la blague, qu'un cantonnier n'a de corne qu'au menton à force de rester arcbouté, des journées complètes, du matin au soir, sur le manche de son outil. Billevesées que ça, évidemment! De la médisance pure et simple. Ceux qui racontent ce genre de sornettes en abattent souvent moins que ceux qu'ils se plaisent tellement à critiquer.

Les axes principaux furent goudronnés dans les années 1920, mais le macadamisage du réseau secondaire ne se fit qu’après la Seconde Guerre. Si les conditions de circulation s'en trouvèrent améliorées, le boulot des cantonniers n'en devint pas moins pénible pour autant. Il fallait toujours rapiécer le revêtement, nettoyer les accotements, faucher les talus, faucarder et curer les fossés, prêter la main aux maçons qui construisaient les ponts d'écoulement. Les cantonniers des nationales se chargeaient, en plus, de l'élagage des alignements d'arbres et des replantations qui s’imposaient. En revanche, l'entretien des chemins vicinaux relevait des municipalités. [...] Les voies empierrées étaient plus éreintantes à entretenir que les routes goudronnées, cela va de soi. Il y avait sans cesse des ornières qui se creusaient, des trous qui s'approfondissaient, des ravinées qui s'aggravaient sous l'orage. Au dégel de chaque hiver rigoureux, les véhicules s'enlisaient dans la gadoue et ne parvenaient plus à se tirer des bourbiers. Parfois, on devait appeler un cultivateur à la rescousse, qui rappliquait avec son cheval. Et c'était le rechargement qu'on entreprenait aussitôt, à la pelle et à la brouette, qu'il pleuve ou qu'il vente, afin que la mésaventure ne se reproduise pas tout de suite. On tassait ensuite le raccord à la demoiselle ou au rouleau. En cas de rempierrement total, on arrosait copieusement le caillou que le cylindre s'apprêtait à compacter...»

«...Les rangées d'arbres, sur le talus des chemins, se composèrent d'abord d'ormeaux, que l'on nommait les « ranis ». Le mot rappelait que ces alignements étaient dus à Sully, baron de Rosny-sur-Seine et ministre aux yeux duquel un supplément de bois d'œuvre ne pouvait qu'enrichir le royaume. Sous l'Empire, les plantations d'accotement se multiplièrent le long des voies fréquentées. Il ne s'agissait plus d'un avantage économique, mais d'une réponse aux impératifs militaires. Les noyers étaient destinés à la fabrication des fûts de fusil ; les pruniers noirs devenaient des crosses de pistolet. Une armée de charrons taillait des afffuts de canon dans les marronniers et débitait les ormes tortillards en moyeux de prolonge d'artillerie. De surcroît, les feuillages de la belle saison dissimulaient le mouvement des troupes, tout en offrant un frais ombrage aux soldats.
Depuis l'avènement de la sacro-sainte automobile, la sécurité routière a tendance à faire table rase de ces arbres qui, sur les bas-côtés, gardent la raideur des sentinelles au garde-à-vous. Les écraseurs de champignons leur reprochent de causer un accident mortel à chaque fois qu'un de leurs bolides, dérapant par vitesse excessive, finit sa course dans le décor.»

mercredi, 15 juin 2016

Rosis : L'équipe des stagiaires du GRETA en action à Douch

Le hameau de Douch, sur la commune de Rosis engagée dans l'économie de développement touristique, améliore ses hébergements.
La convention conclue avec le GRETA 34 Ouest site de Bédarieux, dans le cadre d’un projet pédagogique est financées par la Région Languedoc Roussillon. 2 actions de formations diplômantes sont mises en œuvre dans le secteur du bâtiment : le CAP de maçon et celui d'installateur thermique.

douch,economie,gorges d'héric,hauts cantons d'oc,rosis,sciences et technologie,stagiaires,greta,gites communaux,commune,formation pour adultePhoto souvenir de l'équipe du GRETA 2016 à Douch

Les stagiaires du GRETA ont déjà réalisé en 2014 et 2015 les travaux de maîtrise d'énergie. En 2016, ils interviennent pour moderniser les sanitaires.

douch,economie,gorges d'héric,hauts cantons d'oc,rosis,sciences et technologie,stagiaires,greta,gites communaux,commune,formation pour adultedouch,economie,gorges d'héric,hauts cantons d'oc,rosis,sciences et technologie,stagiaires,greta,gites communaux,commune,formation pour adulte

Le réseau des GRoupements d'ÉTAblissements, GRETA, est sous le contrôle du recteur d'académie. « Les formations s'adressent à un vaste public : salariés d'employeurs publics ou privés, demandeurs d'emploi et toute personne qui souhaite se former à titre individuel, précise Gautier Fontanel conseiller formation continue au GRE
TA.

douch,economie,gorges d'héric,hauts cantons d'oc,rosis,sciences et technologie,stagiaires,greta,gites communaux,commune,formation pour adulte

Nous sommes le seul organisme de formation pour adultes à mailler complètement le territoire Hérault ouest. Avec la réforme territoriale, c'est un atout non négligeable. Le GRETA, en partenariat avec le Mouvement des Entreprises de France, MEDEF, s'inscrit dans la nouvelle dynamique visant une offre de formation adaptée au développement de l'économie locale de ce territoire sinistré. » 

douch,economie,gorges d'héric,hauts cantons d'oc,rosis,sciences et technologie,stagiaires,greta,gites communaux,commune,formation pour adulte

Tout est flambant neuf, avec dextérité, Bruno, David, Frédéric, Killian, Romain et Romaric ont installé les douches dans leur ensemble, plomberie et carrelage, guidés par les formateurs René Magnaldi et Thierry Coiffard.

douch,economie,gorges d'héric,hauts cantons d'oc,rosis,sciences et technologie,stagiaires,greta,gites communaux,commune,formation pour adultedouch,economie,gorges d'héric,hauts cantons d'oc,rosis,sciences et technologie,stagiaires,greta,gites communaux,commune,formation pour adultedouch,economie,gorges d'héric,hauts cantons d'oc,rosis,sciences et technologie,stagiaires,greta,gites communaux,commune,formation pour adulte

Thierry Coiffard explique pour la énième fois une subtilité qui échappe aux non initiés : « On m'interroge souvent sur le décalage de la sortie des robinets, ce n'est pas une erreur, cette pose excentrée permet au flexible de douche de se fixer sur la barre sans torsion, évitant ainsi une cassure prématurée. Qu'on se le dise ! »

douch,economie,gorges d'héric,hauts cantons d'oc,rosis,sciences et technologie,stagiaires,greta,gites communaux,commune,formation pour adultedouch,economie,gorges d'héric,hauts cantons d'oc,rosis,sciences et technologie,stagiaires,greta,gites communaux,commune,formation pour adulte

Réunis, pour le repas en commun, ils ont apprécié la paella savamment concoctée sur place, avec le soutien de Fabrice,  employé à la mairie.

Voir le clip vidéo de la rencontre ci-dessous :

Réalisation Video cantons d'oc

Le maire Jacques Mendes ne résiste pas au plaisir d'un éloge : « Ces travaux sont réalisés de façon remarquable, toute l'équipe a été exemplaire et cette œuvre mérite nos félicitations » déclare-t-il, pleinement satisfait de cette collaboration qu'il se propose volontiers de renouveler, sur de prochains chantiers.
Pour tout renseignement auprès du Greta 04 67 95 16 46.

mardi, 14 juin 2016

Votre chronique : mobilisation express pour sauver les Abeilles

A l'aube d'un vote crucial à l'Assemblée nationale, nous n'avons plus que quelques jours pour sauver les abeilles des pesticides néonicotinoïdes.

pollution environnementale,industrie phytosanitaire,bayer,abeilles,insecticides,assemblée nationale,sauver les abeilles,pesticides néonicotinoïdes.députés,pollution,néonicotinoïdes,députés,europe

Dites aux Député-e-s et au gouvernement de faire passer nos écosystèmes avant les lobbies en défendant l’interdiction totale des pesticides néonicotinoïdes dans la loi biodiversité. Ces pesticides sont responsables de la décimation des abeilles, oiseaux et papillons !

Une bataille féroce se déroule en ce moment même pour interdire définitivement les néonicotinoïdes, ces fameux pesticides neurotoxiques qui déciment chaque année 300 000 colonies d'abeilles en France.Nous sommes à deux doigts de sauver les abeilles !

La loi biodiversité - qui pourrait prévoir une interdiction totale de ces pesticides tueurs d’abeilles - doit en effet passer une nouvelle épreuve : un nouveau vote de l'Assemblée nationale à partir du 21 juin.

Au moment-même où vous lisez cette pétition,l’industrie phytosanitaire et notamment ses champions comme Bayer redoublent d’efforts afin de faire pression sur les Député-e-s et faire barrage à l’interdiction des néonicotinoïdes.

Exigez que les Député-e-s et le gouvernement agissent dans l’interêt de tous et pas celui des lobbies en votant l’interdiction des néonicotinoïdes.

Nous devons absolument faire savoir à nos Député-e-s comme à notre gouvernement que notre santé et nos écosystèmes comptent plus que tout.

C’est pourquoi la Fondation Nicolas Hulot, LPO-Agir pour la biodiversité, la Fédération nationale d'agriculture biologique, le Syndicat Apiculteurs Midi-Pyrénées, l'Union nationale de l'apiculture française et SumOfUs appellent le gouvernement et les Député-e-s à se positionner du bon côté de l’histoire en votant contre les pesticides néonicotinoïdes. Aujourd’hui plus que jamais, nous devons rester mobilisés et augmenter la pression afin d'inscrire dans la loi l’interdiction totale et définitive de ces insecticides si dévastateurs pour les pollinisateurs et pour tous les écosystèmes.

Vous aussi, faites barrages aux pesticides tueurs d’abeilles. Demandez au gouvernement et aux Député-e-s de voter pour l’interdiction totale et définitive des néonicotinoïdes.

Cette interdiction dépasse le cadre français. L’Europe a les yeux rivés sur nous. Si nous faisons interdire tous les néonicotinoïdes alors demain d’autres pays le feront aussi. Nous sommes peut être à l’aube d’une révolution agricole pour un meilleur respect de nos écosystèmes et de notre santé.  

Merci pour tout ce que vous faites,
Nabil, Fatah et le reste de l'équipe SumOfUs 

Plus d'information:

Biodiversité: le texte repart à l’Assemblée, Libération, 25 mai 2016.
Projet de loi Reconquête de la biodiversité, Assemblée nationale
Insecticides néonicotinoïdes : le grand massacre, Libération, 27 novembre 2014 

samedi, 11 juin 2016

Votre chronique : Appel à la Marche anti-militariste du 18 juin 2016

Le Collectif Gardem Lo Larzac organise le samedi 18 juin 2016 une marche antimilitariste de réflexion et de fête

"Le Samedi 18 juin 2016, TOUTES et TOUS debout au Larzac !!!
 
Pour trouver La Blaquière sur le Larzac : https://goo.gl/maps/dWKmS27LLNy
 
Salutations larzaciennes, bonne journée...
 
Collectif Gardem Lo Larzac
Collectif de paysans, d’habitants, de citoyens du Larzac et d’ailleurs opposés à la décision de densification du Camp du Larzac...
https://www.facebook.com/Collectif-Gardem-Lo-Larzac-408882059321808/timeline/(des infos utiles, date de réunion, date d'actions, bulletin "Gardem Lo Larzac"...)"

Affichage de Papillon18juin_KepiBlanc_RectoVerso_Page_2.png en cours...

Affichage de Papillon18juin_KepiBlanc_RectoVerso_Page_2.png en cours...Affichage de Papillon18juin_KepiBlanc_RectoVerso_Page_2.png en cours...Affichage de Papillon18juin_KepiBlanc_RectoVerso_Page_2.png en cours...Affichage de Papillon18juin_KepiBlanc_RectoVerso_Page_2.png en cours...

mardi, 07 juin 2016

Hauts Cantons : Nuit Debout à Saint-Pons

Nuits-Debout aura lieu dans les Hauts Cantons, à Saint-Pons-de-Thomières, mercredi 08 juin 2016 à compter de 18 h 30, sur le parvis de la mairie.

Afficher l'image d'origine

Le message à transmettre "On ne lâche rien , mais rien de rien ....." Pierre Blondeau

contact : lacigale.stpons@gmail.com

Dernières infos : "Les Nuit Debout font le mur - Durant la nuit du 25 au 26 mai, le collectif Saint-Ponais Nuits debout a retroussé ses manches et pris la truelle..." http://la-commune.over-blog.com/

 

dimanche, 05 juin 2016

C'est de saison : Coluche "Le temps des cerises" ...et plus

Afficher l'image d'origine

Voir aussi :

https://www.youtube.com/watch?v=8n9Jl6DGoEQ

https://www.youtube.com/watch?v=KPG6GHKFz1A

https://www.youtube.com/watch?v=gtSkAQ-SSlU

samedi, 04 juin 2016

Votre chronique : le pouvoir citoyen résiste aux intimidations de Monsanto.

Communiqué des membres de SumOfUs

"On retrouve du glyphosate, ce pesticide toxique, absolument partout. Ce produit est probablement cancérigène, et nous sommes tous exposés sans le savoir. 

Aujourd’hui, nous avons enfin une chance de l’interdireLe vote du 6 juin prochain est crucial !

Ségolène Royal et le ministère de l'Environnement allemand ont favorablement répondu aux centaines de milliers de citoyens - parmi lesquelles figurent plus de 235.000 membres de SumOfUs - qui demandent aux gouvernements européens de dire STOP au glyphosate lundi prochain à Bruxelles. 


Pouvez-vous ajouter votre voix pour convaincre les autres gouvernements restants ?

Nous venons d’apprendre que la Commission européenne manœuvre en coulisses pour faire approuver ce lundi 6 juin une extension de l’autorisation du pesticide préféré de Monsanto, le glyphosate - dont les scientifiques disent qu’il cause probablement le cancer pour les humains.

Dites aux gouvernements des pays membres de l'UE de ne pas voter pour l’extension de l'autorisation du glyphosate.

SIGNER LA PÉTITION

Merci pour tout ce que vous faites

La Commission s’évertue ainsi à ignorer scandaleusement les alertes des experts et des ONG, et cherche coûte que coûte à satisfaire les intérêts cupides de Monsanto. Il s'agit ici d’un cas flagrant de tentative de prise de pouvoir des multinationales aux dépens de notre santé.

C’est le moment ou jamais d’accentuer la mobilisation et de dire aux pays qui ont jusqu’ici résisté au puissant lobbying de la Commission et de Monsanto, de rester fidèles à leur décision et de faire passer notre santé avant leurs profits.

Signez la pétition et faites passer le message pour en finir une bonne fois pour toute avec le glyphosate.

Un panel de scientifiques indépendants choisis par l’Organisation Mondiale de la Santé a pourtant déclaré en 2015 que le glyphosate cause probablement le cancer pour les humains. Le 19 mai dernier, suite à la formidable mobilisation des ONG et des scientifiques, la France, l’Allemagne, les Pays-bas, l’Italie et d’autres pays européens avaient refusé - pour la deuxième fois - de donner un blanc-seing à la Commission européenne. 

Le CIRC (Centre international de recherche sur le cancer) a classé le glyphosate comme cancérogène « probable » en mars 2015 suite à la réunion d'un comité de 17 experts scientifiques indépendants ayant étudié pendant plus d'un an 260 études menées aux États-Unis, en Suède et au Canada depuis 2001. En d'autres termes, une classification prise au sérieux et basée sur des données scientifiques fiables.

Monsanto, qui accuse le CIRC d'avoir écarté de son évaluation les études commissionnées par les industriels de l'agrochimie, ne dit pas toute la vérité. Comme le rappel Kathryn Guyton, directrice de recherche au CIRC, les recherches menées par les industriels comme Monsanto n'ont jamais été publiées publiquement et n'ont donc pas pu être évaluées par les chercheurs indépendants.

Alors, aujourd'hui se pose une question très simple : pourquoi la Commission européenne refuse l'évaluation du CIRC concernant les dangers du glyphosate pour l'homme ? La réponse est simple : la Commission est à la botte du lobby du glyphosate et des multinationales comme Monsanto et Bayer.

Dites aux gouvernements des pays membres de l'UE de ne pas voter pour l’extension de l'autorisation du glyphosate. Notre santé doit passer avant leurs profits !

Un porte-parole de la Commission a prévenu que «si aucune décision n’était prise avant le 30 juin, le glyphosate ne sera plus autorisé en Europe et les Etats membres devront retirer du marché tous les produits contenant ce pesticide». Une Europe sans glyphosate est donc à portée de main !

Le vote du 6 juin prochain est crucial. Ensemble, nous avons déjà réussi à faire échouer par deux fois la proposition irresponsable de la Commission -- alors que beaucoup d’observateurs pensaient que la partie était déjà gagné et que nos voix ne feraient jamais le poids face au lobbying gigantesque de l’industrie agro-chimique.

Montrons à Monsanto et Cie que notre santé passe avant leurs profits en menant cette campagne vers son but ultime : l’interdiction totale et définitive du glyphosate.

Exigez que notre santé passe avant les profits de Monsanto et Cie. Dites aux gouvernements des pays membres de l'UE de ne pas approuver l’extension de l'autorisation du glyphosate.

Nabil, Eoin et le reste de l'équipe SumOfUs"

Plus d'information :

mercredi, 01 juin 2016

Votre chronique : Pierre Rabhi appelle à « quitter le culte de la croissance indéfinie »

Communiqué par le 27 mai 2016

"Pierre Rabhi appelle à « quitter le culte de la croissance indéfinie »

Pierre Rabhi appelle à « quitter le culte de la croissance indéfinie »

COP 21 et persistance d’un modèle de consommation obsolète 

Déjà en amont de la COP21, Pierre Rabhi exprimait ses doutes quant à son efficacité. Le fondateur du mouvement Colibri était assez pessimiste sur le sujet : « Il ne sortira rien de cette énième grand-messe. J’ai du mal à croire que les changements structurels nécessaires y soient actés ». Car, pour lui, la COP21 ne s’attaque pas « aux sources des déséquilibres ».

Quelles sont alors les sources de ce déséquilibre à la fois écologique, mais aussi économique (entre les pays du Nord et du Sud, par exemple) ? Selon le sage paysan, c’est notre modèle économique même et notre façon de consommer. Il en appelle donc à « quitter le culte de la croissance indéfinie ».

Arrêter d’en vouloir toujours plus : la seule solution 

Seule solution pour s’en sortir, quitter ces pratiques effrénées de consommation, pour se tourner vers d’autres solutions plus durables et modérées dans leur fonctionnement : « Il faut entrer dans une nouvelle ère, celle de la modération : modération de la consommation et de la production ». Au rang des choses à supprimer : la pêche industrielle, l’agriculture intensive, etc.

Une nouvelle façon de consommer et de créer de la richesse doit être mise en place, selon Rabhi. Et cette nouvelle façon, c’est l’agroécologie, concept qu’il défend depuis longtemps. Cette nouvelle vision de l’agriculture promeut le compostage, la pluriculture, la recherche de complémentarité entre les espèces, la réintroduction des haies, etc. Une  façon de cultiver la terre qui a déjà fait ses preuves, notamment lors de la mission qu’il a menée en 1981 au Burkina Faso, avec son association Terre et Humanisme : l’expérience a permis aux paysans burkinabés de retrouver une autonomie alimentaire, qu’ils peinaient à atteindre lorsqu’ils essayaient de se développer selon les lois de la mondialisation.

20467223

Ce qui l’inquiète : la récupération de cette idéologie par les multinationales

L’idée de l’agroécologie se répand de plus en plus dans les médias, dans les discours des politiques, dans celui des grands groupes, etc. Une évolution qui, contrairement à ce qu’on pourrait penser, ne réjouit pas son chantre tant que cela. Pierre Rabhi considère l’adoption de ce discours comme un leurre des grandes multinationales, qui se cachent derrière du greenwashing.

« L’agroécologie, ne se résume pas à des techniques, mais répond à une éthique de vie qui consiste à préserver la terre en tant que patrimoine », déclare-t-il, nous rappelant aussi la composante humaine de l’agroécologie, que certaines grandes entreprises négligent toujours, alors même qu’elles prétendent aller vers une agriculture plus durable. Une agriculture plus équilibrée passera par l’arrêt de l’exploitation de l’humain, pense l’agronome algérien.

Contre l’agriculture industrielle : les initiatives citoyennes

Désillusionné sur le pouvoir des initiatives gouvernementales et internationales, comme la COP21, Pierre Rabhi n’est pourtant pas pessimiste. Il entrevoit une lueur d’espoir au bout du chemin : les initiatives citoyennes. Selon le sage de l’agroécologie, c’est par le bas que se fera la révolution de demain.

« La société civile est en train de se forger un nouvel imaginaire face à un système à bout de souffle, dont le déclin se traduit par la montée du chômage, de la pauvreté et de nombreux déséquilibres. (…)Les innovations sociales qui se multiplient sur les territoires, dans l’écologie, les énergies renouvelables, l’éducation… sont autant d’expérimentations qui vont assurer le futur», décrypte Pierre Rabhi.

C’est pourquoi lui-même souhaite épouser le mouvement et lui fournir un nouveau souffle. Au micro du Monde, il confie envisager de «lancer une plate-forme citoyenne, un forum civique qui révélera tout ce qu’entreprend la société civile. Un inventaire dynamique des alternatives, en quelque sorte, qui permettra, quelques mois avant les échéances de 2017, de montrer aux politiques ce que font les citoyens ».

coups-projecteur-image-copy10-big

À quand un véritable support politique ? 

Pour Rabhi, on l’a compris, l’initiative vient d’en bas, des citoyens qui prennent conscience de l’obsolescence d’un modèle économique. Mais pour que cette révolution verte soit véritablement mise en place, il faudrait que ces initiatives qui viennent « par le bas », remontent « vers le haut » : « Si nous avions des politiques intelligents, ils appuieraient ces initiatives qui émanent de la société civile ». 

Rien n’est moins sûr en cette période de crise : entre élections présidentielles qui approchent et incompréhension des politiques, l’agroéconomie peut encore attendre. Il n’y a, pour s’en convaincre, qu’à se rappeler les mots récents de Sarkozy, qui définit l’agroécologie comme « une véritable obsession pour la destruction de notre puissance agricole qui serait remplacée par la possibilité donnée aux bobos d’aller faire leurs courses à la ferme dans le cadre des circuits courts ». Une analyse qui passe fondamentalement à côté d’une tendance émergente et dynamique de notre nouvelle société.

Cette incompréhension des sphères politiques conduit à l’immobilisme vis à vis de l’écologie et de l’industrie alimentaire. Pourtant, selon Rabhi, « il y a urgence. Car ce n’est pas la planète qui est en danger, mais l’humanité. La Terre, elle, en a vu d’autres ».

Sources : Interview de Rabhi par Le MondeLe mépris de Nicolas Sarkozy pour l’agroécologie

 

 

dimanche, 29 mai 2016

Poèmes à partager... Pour un peu de douceur dans ce monde...

En ce dimanche 29 mai 2016, journée dédiée à La Fête des Mères

Mille voix s'élèvent pour chanter " Bonne Fête Maman ! " ...

Peinture by Jennifer Lommers 

 Le poème de Bernard Guiraud, extrait de son recueil "Cigale dans la tramontane" illustre avec sensibilité ce lien qui unit chaque enfant à sa mère... 

poème Maman 001.jpgpoème Maman 001 (2).jpgpoème Maman 001 (3).jpgPoème "MAMAN" de Bernard Guiraud prix d'excellence - Institut Académique de Littérature Francophone

mercredi, 25 mai 2016

Vieussan : Fêter la Nature à l'écoute de la biodiversité

La Fête de la Nature mise à l'honneur au mois mai, célébrait ses 10 ans en cette année 2016. Partout en France cet événement invitait à renouer les liens avec la biodiversité au travers de plus de 5 000 manifestations.

15 mai 2016 080.JPG

La vie, dans les Hauts Cantons d'Oc nous montre à quel point notre patrimoine naturel est beau et l'équilibre de la biodiversité qui nous entoure très vulnérable aussi.

logo  15.jpg

Sous l'égide de l'association des Farfadets, passionnés de nature, appareil photo et caméra aux aguets, micro en bandoulière, la quête, au gré de la balade rencontra de discrets habitants des berges et des bois.


Ce mois de mai est l'occasion d'entendre le Rossignol Philomèle, petit oiseau à la voix étonnamment puissante.

rossignol

Son répertoire mélodique varié, enchante de ses notes flûtées les nuits de printemps, de suivre un oiseau survolant le cours de l'Orb et d'admirer les fleurs simples des sentiers.


De courts reportages vidéo mettent en lumière, au fil des saisons, la faune, la flore et la luxuriance de la vie des hauts cantons, offrent modestement une vision au plus près de ces infimes instants saisis.

Visibles sur le blog « Vidéo Cantons d'oc », les images, au delà des mots, dévoilent en musique cet univers sensible et furtif, où se tisse, harmonieusement, la biodiversité.

lundi, 23 mai 2016

Votre chronique : le mois d'avril de l'Association Hurlevent

Hurlevent Asso propose le compte-rendu de ce mois d'avril à la lecture publique. Parti du constat que beaucoup de gens ignoraient ce qui se passait autour de leur combat contre l'éolien industriel... Publier  régulièrement les infos évite cet écueil et permet de partir sur des bases solides.

"compte-rendu mensuel avril 2016

Beaucoup de choses dans ce mois. Dans l’ordre chronologique : 

  • le 7 avril :: rendez-vous à la Com’com du Saint-Ponais avec son président. Selon lui, l’accord obtenu par les représentantes de Courniou et de Riols permettant à leurs communes d’obtenir 65 % de l’IFER et non pas seulement 20 % pourrait etre appliqué sans difficulté. Mais la question de la légalité de cet accord, selon nous, n’est pas réellement tranchée. Nous avons noté que le président n’est pas persuadé qu’en cas de vote concernant l’éolien, le conseil voterait majoritairement pour…
  • le 13 avril :: visite chez le maire de Saint-Pons, Georges Cèbe : il s’agit de tenter de le convaincre de demander à son conseil municipal de se prononcer contre les projets éoliens de Riols et de Courniou.

A cette occasion, il nous apprend que le 15 avril, lors de la séance du Conseil municipal, il sera question d’un projet sur Saint-Pons : Valorem, opérateur éolien, sollicite l’autorisation de mener une étude pour un parc éolien sur la crête des Trois Boules.

  • le 15 avril, nous assistons au conseil municipal : effectivement, la question est posée, dans les questions diverses. Après un long conseil sur les questions budgétaires, la question est simplement abordée, mais ne fait pas l’objet d’un vote, l’information du conseil étant insuffisante. Nous avons bien fait d’assister à cette séance.
  • le 22 avril : Carton rouge à l’éolien industriel : grande réunion-manifestation au Palais des Congrès de Mazamet.

Mazamet.jpgManifestation réussie au Palais des Congrès de Mazamet avec une participation de 600 à 700 personnes

L’objectif était atteint. Une bonne partie des personnes présentes ont signé un manifeste destiné aux autorités en charge de l’éolien dans la nouvelle région, à savoir Daniel Kruger, directeur de la DREAL à Toulouse et A Langevine, vice-présidente en charge de l’environnement au nouveau conseil régional.

Ces responsables devaient recevoir une délégation de 8 personnes représentant les associations de quatre départements, et cela dans la dernière semaine du mois d’avril. Nous vous donnerons dans notre prochain billet, des nouvelles de ces rencontres aorès la prochaine réunion de TNE (Toutes nos Energies) qui en tirera les conclusions.

  • Olargues: Grande soirée le 30 avril à la salle polyvalente, avec le soutien de Hurlevent, contre l’éolien industriel, mais aussi le gaz de schiste, le compteur Linky… Il est venu du monde, à différents moments de cette manifestation, certains dans l’après-midi, d’autres en début de soirée, d’autres encore en soirée qui se sont longuement attardés.

Hurlevent est intervenu sur plusieurs points : l’absence de fiabilité de l’éolien industriel qui conduit à des pannes gigantesques contre lesquelles de plus en plus de pays cherchent à se protéger en installant à leurs frontières des transformateurs-déphaseurs pour refouler cette électricité fatale, le coût de cette énergie payée plus de trois fois par les usagers et les contribuables et aussi le comportement des opérateurs éoliens qui se conduisent dans nos campagnes comme le faisaient les colonialistes en Afrique et ailleurs (confiscation des richesses de ces pays avec en contrepartie, de la verroterie pour les « indigènes »).

            · Courniou

Après la grande réunion du mois dernier, à laquelle ont participé plus de 120 personnes, Madame Sonzogni avait déclaré qu ‘elle se prononcerait contre le projet. Nous citons notre précédent bulletin : « Très peu de temps après, a eu lieu une réunion entre deux membres des associations et Madame le maire. La discussion a été assez longue. Il en ressort surtout qu’elle avait décidé de dire Non au projet et de demander à ses conseillers de faire de même.

Les associations, et en particulier l’association Protection Somail, se sont déclarées satisfaites et ont demandé la confirmation par écrit de cette décision.».

Il y avait un conseil municipal ce 2 mai 2016. C’était l’occasion d’en terminer avec cette question, mais non…

Pourtant, une déclaration comme ci-dessus en présence de délégués de deux associations dignes de foi, c’est comme une parole donnée. Apparemment, le premier magistrat de Courniou avait envie de revenir sur cette parole. Après le conseil municipal,

elle a mis systématiquement en accusation les opposants. s’est exprimée avec arrogance et agressivité, sans apporter quoi que ce soit de neuf sur le projet d’EDF EN…

A suivre…"

vendredi, 13 mai 2016

"Toute la vie", une chanson... pour un message d'espoir ?

Les Restos du Cœur, fondés par Coluche en 1985, ... 

30 ans plus tard, ce sont 128.5 millions de repas distribués par l’association (2014-2015)... 

En France, 8.5 millions de personnes vivent sous le seuil de pauvreté. Source : INSEE, Septembre 2014.

"Toute la vie" La chanson composée pour les Enfoirés par Jean-Jacques Goldman : « C'est une chanson dans laquelle des adolescents reprochent aux générations qui les ont précédés l'état du monde qu'ils leur laissent : pollution, chômage, violence, dette, misère (c'est un sujet qui n'est pas si fréquent...).

Les Enfoirés jouent le rôle des adultes qui leur répondent comme trop souvent : en se dédouanant et avec mauvaise foi, mais en espérant qu'ils feront mieux.

Le fait que la jeunesse nous demande des comptes me semble la moindre des choses.

Le fait que la chanson se termine en faisant confiance à l'avenir aussi. » Jean-Jacques Goldman.

"Toute la vie" la chanson 2015 des Enfoirés, à télécharger ici : http://smarturl.it/TouteLaVie
Les bénéfices de la vente permettront de financer les missions sociales des Restos du Coeur.
Suivez l'actualité des Enfoirés sur :
https://www.facebook.com/LesEnfoires
http://www.enfoires.fr 

La chanson 2016 "Liberté"http://lesenfoires.sonymusic.fr/
1 achat de la chanson = 1 repas pour les Restos

jeudi, 12 mai 2016

Rosis : le XIV Congrès de la Fédération Des Moulins de France accueilli dans la commune

La Fédération des Moulins de France (FDMF) organisait récemment son quatorzième Congrès.

Une centaine de visiteurs se rassemblèrent, membres d'associations régionales, départementales et locales, d'organismes privés ou publics, d'entreprises, ainsi que de nombreux adhérents individuels, propriétaires de moulins, chercheurs, étudiants, historiens, tous passionnés par le Monde des Moulins et son histoire.

Congrès 2016_Accueil Rosis (4).jpgLe Maire, entouré des présidents de la FDMF et de la CDC, photo de Patrick Suilhard

En présence de Bridgett Petit, présidente d'Auxillium Hérault, le maire Jacques Mendes, en compagnie du président de la Communauté Des Communes, a fait les honneurs des lieux : visite du hameau de Douch et son Église Notre-Dame, la Maison du Mouflon et du Caroux, la visite du moulin de La Fage, propriété de la commune, et son hameau, Rosis, le pont restauré.

congres FDMF_AG.JPG
Accueillir tout spécialement l'Assemblée Générale du congrès national des Moulins de France dans le hameau d'Andabre, siège de la mairie, était un événement pour la commune.

congres FDMF-AG_soutien des maires 214.JPGLe Maire, entouré des présidents de la CDC et de la FDMF

La FDMF, créée en 2002, a pour objectif de rassembler tous les acteurs qui œuvrent pour la sauvegarde, la rénovation et l’animation des moulins, encore nombreux sur le territoire.

moulin à eau de La Fage.jpgLe moulin à eau de La Fage propriété de la commune de Rosis

Organisé en 2013, son premier Forum National démontrait que les moulins, bien que peu connus du grand public, avaient une existence et un potentiel dans le domaine de l’hydroélectricité, des aérogénérateurs, des produits de la meule (huiles, farines, papier,…) et du tourisme culturel. Depuis, ce nouvel engouement pour les moulins et leur devenir s'est confirmé.

congres FDMF_intronisation président.JPGIntronisation du président

« Les champs d’activités de la FDMF, assure son président Alain Eyquem, ne se réduisent pas à la seule vision historique et patrimoniale de ces témoins d’un riche passé industriel. Innovation, développement durable, produits bio, énergies propres, autant de thématiques que la fédération met au cœur de sa vie associative en développant la thématique des moulins producteurs dans le cadre européen. Modernes de tradition, il est important d’affirmer que les moulins, acteurs du tourisme ont un avenir économique.»

Vidéo réalisée par videocantondoc Moulin de La Fage commune de Rosis, présentation de Cathy

Cette manifestation invitait aussi à découvrir la qualité de l'ensemble du patrimoine du Haut Languedoc.

Le programme proposait aux participants, bien chaussés, les lieux choisis : Musée de la Cloche et de la Sonnaille à Hérépian visite guidée par Guilhem Beugnon, le moulin de Julien à Neffiès qui ne fonctionne pas mais présente un système hydraulique typique de la région, le site des moulins de Tiberet qui vaut le détour. 

Congrès FDMF_moulin de Tibéret.JPGMoulin de Tibéret (Cabrières), une partie des congressistes en visite…

La Manufacture Royale de Villeneuvette, le circuit hydraulique avec les amis de Villeneuvette, le Cirque de Moureze, visite guidée par Marc Meurisse ainsi que le panorama "à couper le souffle" du lac du Salagou, La Meuse Gignac (association Demain la Terre! : Musée de l'hydraulique qui retrace l'histoire de l'eau dans la commune avec l'histoire du barrage de la Meuse depuis 1850. Le moulin à vent de Parlatge avec les Amis du moulin de St Pierre de Lafage, le moulin fortifié des Laures à Phaulan accompagnés par Thierry Jam, ensemble de trois Moulins du XIe et Noria, à Saint-Pons de-Mauchiens, le moulin fortifié de Roquemengarde, inscrit en 1935.

congres FDMF_conférence moulins de l'Hérault à Lamalou par JP Azéma.JPGCongres FDMF, conférence "Moulins de l'Hérault" à Lamalou par JP Azéma

La conférence de Jean Pierre Azema, présentant "Les moulins de l'Hérault" fut suivie à Lamalou par les congressiste. Pprésentation de la Carrière, de Villemagne et sa visite, le musée. À Taussac-La-Billiere (Christophe Bivolas / Michel Scanzi), carrière de Meules de la Veyrasse. Jacques Mendes conduisit la visite à Rosis, hameau et Moulin de La Fage, gorges de Colombières, hameau de Andabre, pont restauré. Faugères : moulins à vent Thézan, noria (Patrick Hygounenc), Roquebrun moulins à huile et à grain Moulins d’Oc projet pilote RESTOR Hydro Prémian, moulin des Arènes

Cette Rencontre est, au dire de chacun, très positive. "La qualité du patrimoine laissant entrevoir le réel potentiel débattu par les visiteurs spécialistes et passionnés". Des expériences à suivre. www.fdmf.fr

mercredi, 11 mai 2016

Vieussan : opération nettoyage des berges de l'Orb

Samedi 14 mai est organisée une opération citoyenne du nettoyage des rives de L'Orb, à Vieussan.
C'est à partir de l'initiative locale de quelques habitants que cette action a été mise en place. Les mauvaises conditions climatiques de la fin du mois d'avril n'ayant pas permis de mener à bien le nettoyage programmé, le projet est renouvelé et la participation active des riverains est attendue.

vieussan, orb, polution, nettoyage, bergesLa pollution des berges met en danger tout l'écosystème

Ainsi que le rappelle l'un d'entre eux, « C'est juste un rendez vous citoyen pour le ramassage de détritus et de plastique. Si rien n'est fait, souligne-t-il, en plus de souiller nos rives, le plastique polluera la méditerranée. Avec les conséquences que nous connaissons tous....»

Le rendez vous est fixé à 9 h 30 devant la mairie à Vieussan. Le pique-nique partagé, tiré du sac à 13 h 00 permettra aussi les échanges autour du projet berges saines mis en place, ici comme dans de nombreuses autres régions, afin de prendre une part active à la protection de l'environnement, indispensable au bien-être de tous et trop souvent négligée.

« Pensez à vous équiper de gants et de bottes, indispensables pour cette entreprise en bordure de rivière ». Pour tous renseignements et précisions contact au 06 61 86 86 41

mardi, 10 mai 2016

Rosis : l'Association Couleurs du Caroux en balade à Anduze

Pour sa sortie de printemps, l'Association Couleurs du Caroux avait choisi la belle journée de ce 7 mai 2016 pour aller à la découverte d'un nouveau coin de nature.

GROUPE 7 05 2016.JPGLes fidèles voyageurs de l'Association Couleurs du Caroux groupés au pieds des bambous géants

« C'est sous le signe de l'amitié que quarante et une personnes des Hauts Cantons se sont regroupées pour une visite en car à la Bambouseraie d'Anduze, raconte Marie-Rose. »

VOYAGEUR DANS WAGON.jpg

Toujours ravis, ils se retrouvent à l'approche des beaux jours dans l'ambiance cordiale qu'ils ont su tisser au cœur du plateau du Caroux.

LOCOMOTIVE.JPG

« À la gare d'Anduze, dans un train à vapeur, nos voyageurs se sont assis sur des sièges en lattes de bois, tour à tour offrant au milieu des rires, leurs visages à la poussière et à la fumée lorsque le train s'engouffrait dans les tunnels puis admirant de magnifiques panoramas ! »

BAMBOUS.JPGLe bambou, une espèce à croissance très rapide

Arrivés à St Jean du Gard c'est dans une superbe salle de restaurant que nos amis ont dégusté de succulents plats régionaux avant une très agréable promenade guidée dans le parc botanique et exotique, parmi les bambous d'une vingtaine de mètres de hauteur et des arbres d'espèces rares.

rosis,association couleurs du caroux,bambouseraie,anduze,locomotive à vapeur

Humour et convivialité ont rempli cette belle journée pour le plus grand bonheur des adhérents et des organisateurs.
Prochain rendez-vous le 15 août à Douch.

dimanche, 08 mai 2016

L'Armistice : la Paix en Europe

Aujourd'hui, ...c'est encore l'actualité !8 mai 2016 www.humeurs.be.jpgDessin (8 mai 2015) de Oli, dessinateur et caricaturiste belge, à découvrir sur son blog les humeurs d'Oli 

vendredi, 29 avril 2016

Olargues : le 30 avril, mobilisation "contre le saccage de nos territoires..."

Affichage de Affiche 30 avril 02.jpg en cours...Affichage de Affiche 30 avril 02.jpg en cours...manifestation citoyenne,actualités,associations,climat,courniou,débatforum,développement durable,écologie,economie,europe,haut languedoc,hauts cantons d'oc,hérault,mbilisation populaire,natureenvironnement,patrimoine,politique,pollution,santé,sciences et technologie,société,tourisme,urbanisme,somail,éolien industriel,association hurle vent

jeudi, 28 avril 2016

Vieussan : opération nettoyage des berges de l'Orb

Samedi 30 avril est organisée une opération citoyenne du nettoyage des rives de L'Orb, à Vieussan.

Afficher l'image d'origine http://www.berges-saines.fr/

Cette action émane d'une initiative locale de quelques habitants.

 « C'est juste un rendez vous citoyen pour le ramassage de détritus, et de plastique. Si rien n'est fait, souligne l'un d'entre eux, en plus de souiller nos rives, le plastique polluera la méditerranée. Avec les conséquences que nous connaissons tous.... »

Le rendez vous est fixé à 9 h 30 devant la mairie. Pique nique partagé tiré du sac à 13 h 00.
Penser à vous équiper de gants et de bottes.

Renseignements au 06 61 86 86 41

mercredi, 27 avril 2016

Votre chronique : L'éolien en question, quelques exemples vécus...

Afficher l'image d'origineL’éolien industriel : une absurdité écologique, économique et sociale 
Ingénieur agronome

Des témoignages à entendre :

"Le scandale des éoliennes" 2014

Pièces à conviction : Eoliennes : le vent du scandale mai 2015

Éoliennes et santé : « Si cela peut arriver aux animaux, cela peut aussi arriver aux humains. » 25/11/2015

Un éleveur porte plainte contre un opérateur éolien - France 3 Picardie - 18 septembre 2015

Éoliennes : bruit et conséquences pour l'agriculture avril 2016 

« Un projet éolien a pour effet de détruire pas mal de terrain. Et du bon terrain ! En sachant que pour atteindre une éolienne, il faut des chemins qui font 7 m de large ! » Extrait du 19/20 de France 3 Auvergne 11/04/2016.