compteur internet
Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

dimanche, 04 juin 2017

Occitanie : pARTage zapatiste à Béziers

Les 09 et 10 juin, étape languedocienne de la tournée en France de l’exposition : « pARTage zapatiste, œuvres des communautés zapatistes du Chiapas », à la CIMADE, 14 rue de la rotonde, Béziers.

zapatiste.jpg

* Programme 

  - Vendredi 09 Juin 18h30-22h  / Vernissage de l'exposition

  - Samedi 10 juin 10h-18h

             - 12h : Repas partagé

             - 15h : Conférence " Construire nos propres mondes. A propos de l'autonomie Zapatiste " avec Jérôme Baschet

Ces œuvres de grandes dimensions, peintes ou brodées, ont été réalisées collectivement par les villages zapatistes, à l’occasion du festival « CompArtepor la Humanidad ».

Elles célèbrent à leur manière un art « qui ne se voit pas et ne s’entend pas », qui est aussi celui de la résistance et de la rébellion.

 Les zapatistes ont souhaité que ces œuvres circulent dans le cadre d’une campagne mondiale

              « Face aux murs d’en haut, les brèches et la résistance d’en bas »

par laquelle ils appellent à soutenir partout les migrants et ceux qui résistent aux détentions et déportations.

Ainsi, en offrant une tonne du café produite dans leurs coopératives, ils ont décidé d'apporter leur soutien aux personnes qui, souffrant de persécutions et de discriminations, ont été obliger de fuir leurs pays.

C'est pourquoi à l'occasion de cette exposition, solidaire des Zapatistes le collectif Mut-Vitz 34, qui depuis plusieurs années s'est organisé localement pour acheter ensemble leur café, participera à cette campagne en offrant à son tour une centaine de paquets de café aux migrants présents dans notre région.

★ ★ ★

Le Mexique a été le lieu de nombreuses luttes depuis la colonisation espagnole, en particulier la lutte pour l’indépendance au XIXème siècle, la révolution de 1910 au cours de laquelle se sont distingués Emiliano Zapata et Pancho Villa, ou encore plus récemment le soulèvement Zapatiste de 1994 au Chiapas. Ces luttes s’inscrivent dans un contexte de reconnaissance des droits indigènes contre cinq cents ans d’impérialisme occidental. Depuis la rébellion de 1994, les communautés zapatistes s’appliquent à construire l’autonomie. Celle-ci passe par une volonté d’intégrer les indigènes à la nation sur un pied d’égalité, tout en reconnaissant leurs différences, pour donner corps à l’idéal « d’un monde qui puisse contenir de nombreux mondes », et ce en dehors de l’État mexicain et de ses institutions. Pour défendre la nation contre le capitalisme mondialisé, ils mettent en œuvre dans tous les secteurs de la société une forme d’organisation politique décentralisée et participative. L’essentiel de l’activité des communautés zapatistes tourne autour de la paysannerie. Les terres sont majoritairement destinées à la culture vivrière, le reste est destiné à l’exportation. C’est le cas du café, dont la vente demeure un enjeu essentiel pour la construction de l’autonomie. Après 23 ans de résistance, cette lutte anticapitaliste tient toujours tête à l’État mexicain, au prix de nombreuses victimes de la très forte répression militaire et paramilitaire. Elle s’articule au niveau local autour des questions de réappropriation et de de défenses des communautés, des terres et des territoires, et au niveau international par des rencontres artistiques (compArte) et scientifiques (conSciencias) l’an passé et renouvelées cette année, et par une campagne mondiale de soutien aux migrants (« Face aux murs d’en haut, les brèches et la résistance d’en bas ») lancée il y a quelques mois, et relayée par la Sexta, le réseau international de soutien aux peuples en lutte au Chiapas. Mut-Vitz 34 mutvitz34@laposte.net http://www.alternatives34.ouvaton.org/collectifs:mut-vitz-34

mardi, 09 mai 2017

Votre chronique : Pierre Desproges...

Le 9 mai 1939, naquit Pierre Desproges...

« Je crois qu’on a le droit de rire de tout. Mais rire avec tout le monde, ça, peut-être pas... » Lire plus

Description de cette image, également commentée ci-aprèsPierre Desproges en scène à Morlaix en Bretagne le 26 janvier 1985 (photo de Roland Godefroy)

"Le but de l’homme moderne sur cette terre est à l’évidence de s’agiter sans réfléchir dans tous les sens, afin de pouvoir dire fièrement, à l’heure de sa mort : « Je n’ai pas perdu mon temps. »"-La Minute nécessaire de monsieur Cyclopède - Éditions du Seuil - 14/08/2008-

Retrouver son humour noir, son anticonformisme et son sens de l'absurde...

jeudi, 09 mars 2017

Mons-la-Trivalle : trois univers musicaux se retrouvent au Comptoir Associatif

Pour chanter en acoustique dans la chaleureuse ambiance du Comptoir Associatif, trois univers musicaux différents se retrouveront ce vendredi 10 mars.
 Sculptures de Marie Hélène Roger pour une.jpgLuxuriance étonnante de sculptures à l'accueil du Comptoir Associatif des artistes

samedi, 04 février 2017

Mons-la-Trivalle : Enjo anime des Ateliers de Danse Singulière

Entrer dans La Danse Singulière, c'est expérimenter une libération nouvelle

« La Danse Singulière est un dispositif de danse-improvisation où alternent des temps collectifs et et des temps plus personnels, facultatifs, une écoute corporelle des musiques proposées dans un cadre ouvert favorisant l'émergence de sa propre danse, explique Enjo. La Danse Singulière ne propose pas une approche technique, mais invite à retrouver la danse comme manière d'exister et d'explorer sa propre existence.»

Enjo.JPGEnjo propose d'expérimenter une libération nouvelle avec La Danse Singulière

La vaste mouvance des arts singuliers regroupe des créateurs ayant établi une distance avec l'art officiel. Peintre, poète, dessinateur, sculpteur ou danseur, les artistes dits singuliers revendiquent une certaine spontanéité face aux divers mouvements et leurs règles établies.

enjo 1.JPG"Retrouver la danse comme manière d'exister"

Créateur de la Danse Singulière, Marc Guiraud répond à l'interrogation. « Danse Libre ? Quand la danse se libère de la référence obligée aux pas à apprendre, à respecter et à suivre, alors redevient possible un rapport plus personnel et vivant à la danse et à ses codes. Alors émerge la possibilité de danses plus singulières. Alors, la danse redevient une aventure de libération. »

La Danse Singulière, ouverte à tout adulte quels que soient son âge et son corps invite aussi bien les danseurs confirmés que ceux qui pensent ne pas savoir danser. « De la musique naît l’émotion, mon corps s’abandonne et devient mouvements sans contrainte, danse libérée et libératrice ! Parfois la musique se fait silence et le corps parle encore, témoigne l'un d'eux. »

Les ateliers de Danse Singulière se déroulent les 1er et 3e lundi de chaque mois, de 18 h 30 à 20 h 30 à la base de plein air, à côté du tennis à Mons la Trivalle. Le prochain a lieu le 6 février.
Contact : association « Les Vies Dansent » Enjo BOSC tel. 06 83 29 66 37

 

mercredi, 01 février 2017

Mons-la-Trivalle : lecture autour du thème "Migrants et Anthropocène" au Comptoir Associatif

Le Comptoir Associatif des Artistes de Mons-La-Trivalle est au cœur de l’effervescence sociale actuelle

Roulés dans le flot commun de la matière, des idées et des mouvements, les artistes qui puisent d'une époque ses désirs et ses doutes, expriment, en même temps, sa volonté d’action.

Vendredi, les artistes associés ouvrent leur exposition permanente et partageront la lecture d'un court texte " Migrants et Anthropocène "* écrit par Élise Löwy pour la revue Ecorev, revue critique d’écologie politique.

comptoir  fin mai début juin 2016 080 (2).jpgAu Comptoir Associatif, les artistes expriment les désirs et les doutes d'une époque

Depuis la découverte des premiers Hominidés, humanité et migrations ont toujours été indissociables. Quelle que soit l’hypothèse retenue des premières migrations humaines, l’Homme moderne a toujours migré, au gré des aléas, pour assurer sa survie. Les migrations font partie intrinsèque de l’Histoire de l’Humanité.

Avec l’Anthropocène, nouvelle ère géologique où l’influence de l’Homme sur le système terrestre est prédominante, la Terre et tous ses habitants sont bouleversés. Nous sommes toute et tous des migrants.

Au Comptoir, vendredi 3 février à 18 h, lecture en trio et réflexion fraternelle autour d'un thème, celui d'Humanité, avec ponctuations musicales au violon par Cecilia Juhász.

*Article publié dans la Revue EcoRev’ n°44 Migrants et Anthropocène - Elise Lowy -

"Si l’Anthropocène est un Capitalocène et polarise encore plus chaque jour les asymétries sociales et les modes de vie, alors les migrations actuelles en sont un des marqueurs les plus fort, injuste et terriblement destructeur de vies et de communautés de vie. Élise Löwy nous en livre dans ce texte une analyse sans concession qui interroge notre conception même de commune humanité."

« Le respect pour la dignité humaine ne se mérite pas, il est une donnée préalable. » Tzvetan Todorov, La peur des barbares, Robert Laffont, 2008, p.112

jeudi, 26 janvier 2017

Vieussan : Dharma Nature, pour développer empathie et bienveillance

À travers Dharma Nature, Denis poursuit sa quête d'harmonie. L'association basée à Vieussan a pour but de promouvoir la pratique de la méditation et son usage dans le quotidien.

Denis Robberechts.jpgDenis Robberechts, enseignant de l’association Dharma Nature

« Pour pratiquer la méditation, explique Denis Robberechts enseignant de l’association, il faut une bonne dose de curiosité. C’est un chemin vers une plus grande connaissance de soi. Il faut accepter de se poser calmement pendant un temps, d’observer nos sensations physiques, nos émotions, le mouvement de notre pensée et l’impact des perceptions extérieures sur notre monde intérieur. Il faut apprendre à gérer son attention, à ne pas la laisser se disperser. Cela rend la pensée et l’action plus efficace et a un impact très bénéfique sur la qualité générale de notre vie. »

dharmanature.jpg

Dharma Nature organise des retraites (temps pendant lesquels les participants se retirent de leur quotidien) en France et à l’étranger. Certaines combinent la méditation avec d’autres activités sportives ou artistiques qui ont chacune un lien avec la méditation : ski de randonnée, escalade, marche, arts martiaux, danse contact.

dharma-musique.jpg

« La dernière née, créée avec des anciens d’un collectif anglais, Spiral Tribe, Son, Silence et Danse, précise Denis, permet aux participants de réaliser que la méditation développe la perception au point de faciliter l’immersion dans la musique et la transe que peut procurer la danse.»

« Dharma Nature est invité en 2017 à enseigner avec Master Wu, maître connu dans la tradition Chan ( Zen chinois) » ajoute Denis qui, accompagné de 10 occidentaux ira rejoindre une trentaine de pratiquants chinois pour une marche silencieuse de 10 jours, en Chine centrale.

Localement l'association propose des séminaires de mindfulness (méditation axées sur la pleine conscience). Pendant 6 semaines à raison d’une rencontre de 2 h 30 par semaine, les participants apprennent l’usage de cette pratique, maintenant utilisée dans les écoles, les hôpitaux, les grandes entreprises...

Pour plus d'info : Dharmanature.org   contact : info@dharmanature.org

mercredi, 18 janvier 2017

Mons-la-Trivalle : trois filles chantent le Jazz samedi soir au Comptoir Associatif

Ambiance des caves de Saint Germain des Prés, si chères à Boris Vian, samedi au Comptoir des artistes.

Il a fallu le Jazz et ses grands classiques chantés par Ella Fitzgerald pour se propulser hors du temps. Le Jazz et Dylan pour pousser la jeunesse hors de l’appartement familial et de toute provenance, pour s’inscrire sur le livre ouvert à cette génération.

Le Jazz, musique des esclaves noirs, descendants des veines ouvertes de l’Afrique martyre, de migrateurs plus ou moins volontaires comme tant.

Liza, Agnès et Louise chantent  le Jazz.jpgLiza, Agnès et Louise chantent le Jazz

Agnès, Liza et Louise chantent sur leurs propres paroles ces standards du Jazz, moments chatoyants de souvenirs et de création.

Exposition en musique accompagnée des tapas d’Irène pour ce Trio de jazz vocal à capella, samedi 21 janvier à partir de 18 h 30 au Comptoir Associatif place du Platane.

lundi, 26 décembre 2016

Mons-la-Trivalle : Le Comptoir des artistes inaugure "L'Entre Deux Fêtes"

Prêt aux clins d’œil innovants, les artistes du comptoir partageront le 30 décembre "L'Entre Deux Fêtes", pour célébrer une année qui s’achève et l'autre qui arrive.

P1000503.JPGL'art singulier innove chaque semaine au Comptoir des artistes

Pour cette double occasion aura lieu un buffet dînatoire rouge et vert, devancé par la lecture d’un court article d’Olivier Cena, journaliste spécialisé en art contemporain pour une mise en bouche auditive.

Le plat de résistance reste l'art en tout genre, sculpture et peinture associées pour cette après midi festive accompagnée d'intermèdes musicaux.

Les artistes associés : Biau, Cèbe, Herbet, Koster, Ortega, Pom, Ramos, Roger et Sclano offrent toute l'inventivité remarquable de l'art singulier.

Plaisirs de l’œil, lecture pour l’esprit, joies du palais seront donc au programme de cette « Entre deux fêtes » du 30 décembre à 18 heures. contact tel. au 06 73 19 57 47.

jeudi, 22 décembre 2016

Mons-la-Trivalle : Le « Charalou » de Marie Hélène Roger au Comptoir des artistes

Pour un Noël peu banal, les trois semaines de l’Avent proposent de nombreuses expositions au Comptoir des artistes où les créations de Marie Hélène Roger sont à voir.

Marie hélène et un Charalou, créature Hybride de l'anthropocène 2016 088.JPGMarie hélène Roger près du "Charalou", créature hybride de l'Anthropocène

Ces statues, appelées joliment «Charalou», construites de grillage recouvert de papier lacéré, collé ensuite à la gélatine d’os avant d’être poli, peint puis patiné pour donner un aspect bronze, incarnent une sorte d’hybride triple, comme son nom l’indique. L’effet produit s’avère saisissant.

Marie-Hélène Roger, créatrice du «Chat-rat-loup» appartient au mouvement dit Art Singulier de ce temps troublé. « Quand Cézanne prend son pinceau, l’enjeu de la peinture est questionné...» écrit Jean-François Lyotard dans Le Différend. Comme ce fut le cas pour l'Impressionnisme à la naissance de la révolution industrielle des années 1890-1910, l' Art Singulier illustre une série de bouleversement à l'œuvre.


À sa manière leCharalou exprime l’Anthropocène, ce moment de l’histoire de la terre où pour la première fois dans une trajectoire longue de 550 millions d’années, une espèce, la nôtre : homo sapiens sapiens, modifie le climat de la planète en lieu et place de phénomènes naturels comme la tectonique des plaques ou l’impact de météorites.

Périlleux est ce changement climatique majeur lié au réchauffement de 2° moyens en 50 ans seulement. De nouvelles espèces adaptées vont exister.

Le Charalou à posture humaine de Marie Hélène ouvre ses yeux interrogateurs. « Mon travail contribue à sensibiliser l’amateur d’art aux enjeux de notre époque. » Le salon des artistes accueille chaleureusement les œuvres des créateurs des hauts cantons pour cette troisième semaine.

Vernissage ce vendredi 23 décembre au Comptoir Associatif à 18 h place du Platane, une pause sympathique dans l’effervescence ambiante avant le jour de Noël.
Contact 06 73 19 57 47

 

mercredi, 14 décembre 2016

Mons-la-Trivalle : Le Comptoir des Artistes accueille Catherine Herbet

Salon de Noël ouvert du vendredi au dimanche midi, de 11 h à 12 h 30 et de 17 h à 19 h

Venues des Pradals, hameau à la lisière du mont Caroux, quelques réalisations artistiques de Catherine Herbet sont exposées au Comptoir associatif de Mons-La-Trivalle cette semaine.

Catherine, passionnée d’art authentique va, poursuivant la quête d'un soi ignoré. Elle réalise des œuvres poétiques et des peintures d'un réalisme étonnant.

Catherine Herbet.jpgIntuition créative et quête d'harmonie guident la main de Catherine Herbet

Parisienne d'origine, son instinct créatif semble toujours en perpétuelle recherche de ce lieu où « tout n’est qu’ordre et beauté, Luxe, calme et volupté. »

De longues robes de papier sont le centre de l’exposition. Habiles collages de matériaux détournés, tons de blanc immaculé et textures travaillées, ces robes de mariées semblent échappées de malle de grand-mère, oubliée au coin du grenier.

Ces frémissement de papier nervurés évoquent de blanches ailes d'anges, envolée fort à propos pour cette saison de Noël.

mons-la-trivalle,comptoir associatif,la trivalle,les pradals,exposition,peinture,œuvres,poésie,réalisme,catherine herbet

Au pied des cintres où se dévoilent ces robes fascinantes, une offrande de quelques petits galets peints, polis au fil du torrent d’Héric par des millénaires d’orages cévenols. «On s'appelle toutes - Rose !! » écrit Catherine présentant avec humour ces surprenantes figurines multicolores fleuries, tracées avec précision.

Des huiles sur toile complètent l’exposition, reproductions remarquables en savoir faire de tableaux cultes quin sont détournées chaque fois par un détail facétieux, à trouver, tel celui caché dans une célèbre toile d'Ingres.

Avec la découverte du travail de Catherine Herbet, le Salon de Noël propose aussi les œuvres uniques des artistes associés : sculptures de bois de Pom et Ramos, de cuivre de Biau, de pierre de koster, les modelages de Roger, les peintures de Sclano, Cèbe, Purnell et Ortega.

Le vernissage aura lieu en musique le vendredi 16 décembre, au Comptoir Associatif à 18 h, place du Platane. Contact 06 73 19 57 47