compteur internet
Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

dimanche, 12 novembre 2017

Votre chronique : l'encyclopédie mondiale des oiseaux...

Merci à J P pour ce partage 

"L'Encyclopédie mondiale des oiseaux"... Avec la connaissance complète de tous  les oiseaux du monde et de leur chant.

Image associée

"Cliquez sur le nom d'un oiseau ou « par région(s)», dans le monde.

Pour vous, ils n'auront plus de secrets et cliquez aussi sur son chant (à droite de chaque fiche).

Un site à conserver !

Superbe site de reconnaissance des oiseaux !"

Cliquer sur le lien ci-dessous : 

http://www.oiseaux.net/oiseaux/France.htmltml

Résultat de recherche d'images pour "oiseaux gift"

samedi, 29 avril 2017

Rectificatif pour la note précédente : appel à solidarité depuis le CHU de Nantes

Merci à Iris pour son commentaire qui permet de ne pas prolonger cette information erronée

Pour rectification consulter le site web du CHU de Nantes http://www.chu-nantes.fr/noelie-ou-lucie-information-erronee-12057.kjsp

"Des messages diffusés sur internet font appel aux donneurs de sang d'un groupe rare. De nombreuses personnes abusées par ces messages frauduleux se sont alarmées et ont, de bonne foi, appelé les services du CHU de Nantes, c'est pourquoi nous vous informons ici du caractère mensonger de ces courriels.

Une personne que vous connaissez vous a fait suivre un message commençant par exemple par "Ceci est un appel au secours venant du CHU de ANGERS..." vous invitant à participer à une  chaîne de solidarité autour d'une fillette malade.

Le CHU de Nantes tient à préciser que ces messages ne sont pas sérieuxaucun Dr Rigaudeau ou Riaudeau n'exerce au CHU de Nantes et le service mentionné n'existe pas ; les N° de téléphone sont faux ; seul l'Etablissement français du sang est habilité à effectuer des appels à donneurs... lire la suite"

mercredi, 08 mars 2017

Votre chronique : Un maire en guerre contre les pesticides

Henri Boguet, un maire soucieux de ses administrés
 
« A Fontoy en Moselle, un maire a pris un arrêté municipal contre l'usage de certains insecticides. Effectif depuis le 16 février dernier, cet arrêté est jugé illégal par la sous Préfecture de Thionville. Ce dossier est en cours d'expertise dans le cadre de cette phase pré-contentieuse.
Par Matthieu Mercier 
Les abeilles de cet apiculteur de Fontoy (Moselle) disparaissent années après années. Il a perdu quatre ruches cette saison.  / © Matthieu Mercier
Les abeilles de cet apiculteur de Fontoy (Moselle) disparaissent années après années. Il a perdu quatre ruches cette saison. / © Matthieu Mercier
Le maire de Fontoy, sans étiquette, en est à son 8e mandat. Il ne se représentera pas, c'est donc un combat sans arrières-pensées qu'il mène en ce moment contre les pesticides. Henri Boguet veut faire bouger les lignes et défendre les abeilles et donc la santé de ses administrés. Il a pris un arrêté en novembre pour interdire l'usage de certains pesticides dans sa commune, des néonicotinoïdes. Mais ce texte va à l'encontre d'une loi biodiversité qui prolonge l'usage de certains produits insecticides jusqu'en 2020. La Préfecture de Moselle a donc demandé le retrait de cet arrêté, pourtant effectif depuis le 16 février.

"Les abeilles sont les sentinelles de l'environnement, expliquent les apiculteurs. Leur mort c'est la nôtre aussi".  / © Matthieu Mercier"Les abeilles sont les sentinelles de l'environnement, expliquent les apiculteurs. Leur mort c'est la nôtre aussi". / © Matthieu Mercier
Une menace de recours au Tribunal administratif a été brandie. Elle ne change pas l'attitude du maire, médecin de profession. Pour lui c'est au contraire à l'industrie chimique qui fabrique ce genre de produits de transformer ses produits.

"Quand on voit comment sont protégés certains agriculteurs dans leurs tracteurs, avec des scaphandres, on se dit qu'eux aussi ont bien compris la nocivité des traitements qu'ils utilisent".

De leurs côté les apiculteurs applaudissent le maire. Face à la lente mais certaine disparition de leurs abeilles, ils se sont mobilisés. Un Lorrain a lancé une pétition en ligne. Elle a déjà récolté près de 28000 signatures. Sur le bureau du maire, les mails d'encouragements sont très nombreux. »
 


Arrêté municipal anti pesticides

Voir le reportage sur le lien ci dessous :

Le maire de Fontoy a pris un arrêté municipal effectif depuis quinze jours pour interdire l'usage de certains pesticides. mais la prefecture le juge illégal, l'élu local est prêt à aller devant le tribunal .  - France 3 Lorraine - Matthieu Mercier et Benoît Bour

"Des gouvernants qui représenteraient réellement les intérêts des populations pour lesquelles ils travaillent, ne devraient pas tolérer que les intérêts des lobbies passent avant la santé publique !"

Liens vers la pétition en ligne

http://www.mesopinions.com/petition/nature-environnement/...

Soutien au Maire de Fontoy qui interdit les pesticides tueurs d'abeilles (néonicotinoïdes) sur sa commune !

vendredi, 17 février 2017

Vieussan : Janine a quitté son petit royaume du Fargaydas

C’est en 1976 que Janine et Raymond se sont installés au Fargaydas. Ils y ont cultivé fraises et asperges que Janine vendait sur les marchés. Tombée amoureuse de son petit paradis elle n’a jamais voulu le quitter.

Au milieu de la nature, dans son petit paradis du Fargaydas Jeanine a  vécu heureuse.pngAu milieu de la nature, dans son petit paradis du Fargaydas Janine a vécu heureuse

« Maman se plaisait dans cette vie rustique loin du brouhaha de la ville et de la société de consommation, elle aimait plus que tout son jardin, ramasser de la salade sauvage, cuisiner pour les amis, jouer au scrabble, et les livres. C’est d’ailleurs avec ces derniers qu’elle a le plus voyagé, un fauteuil confortable, devant le poêle en hiver, devant la porte en été. »

maman.JPGDans "le petit royaume du Fargaydas" Janine, l'esprit en éveil, aimait toujours recevoir ses amis, jouer au scrabble...

Janine était liée d'amitié avec les écrivains occitans Yves Rouquette décédé en janvier 2015 et Marie Rouanet qui a écrit un touchant hommage lu durant les funérailles de Janine où ses amis l'accompagnèrent :

«Notre amitié est lointaine, elle date de notre arrivée à Béziers. Nos hommes participèrent à toutes les causes justes : Le Larzac, le refus du bétonnage du littoral, les exigences pour garder digne la langue d'Oc. Nous étions près d'eux dans l'aventure utopique des disques Ventadorn...

Raymond disparu tu as continué à maintenir le petit royaume du Fargaydas, le bois à couper, les ronces à tenir en respect, les semis à soigner, les cueillettes à assurer, les réserves, la table à pourvoir pour ta famille et pour tous ceux qui trouvèrent chez vous table ouverte et ils sont nombreux à se souvenir... J'ai compris grâce à toi ce qu'était la fidélité. Elle n'est ni dans les gémissements ni dans les tombes fleuries mais dans chaque geste, dans chaque pas pour "garder de périr" l'œuvre accomplie à deux. »

Janine s’est éteinte tout doucement, sans bruit, comme la flamme d’une chandelle qui n’a plus rien pour s’alimenter.

À ses fils Jacques et Pierre et leur famille, à ses petits-enfants Marielle, Nadia, Sophie, Guilhem et Marine qui lui apportait son soutien quotidien, tous adressent leurs sincères condoléances.

mercredi, 04 janvier 2017

[ZÉRO PHYTO] : Bonne année pour la nature !

STOP AUX PESTICIDES DANS LES LIEUX PUBLICS ET PLACE AUX ALTERNATIVES !

Depuis le 1er janvier 2017, les collectivités territoriales, les établissements publics et l’État ne peuvent plus utiliser ou faire utiliser des pesticides pour l'entretien des espaces verts, des forêts ou des promenades accessibles ou ouverts au public et relevant de leur domaine public ou privé.

Afficher l'image d'origine

 VOIR L'INTERVIEW DE JOËL LABBÉ 

SÉNATEUR DU MORBIHAN

Rappel des faits : une procédure législative de longue haleine 

Le 22 juillet 2015, l’Assemblée nationale a adopté la loi de transition énergétique pour la croissance verte qui prévoit la mise en place de l’objectif zéro pesticide dans l’ensemble des espaces publics à compter du 1er janvier 2017 : interdiction de l’usage des produits phytosanitaires par l’État, les collectivités locales et établissements publics pour l’entretien des espaces verts, promenades, forêts, et les voiries. De plus, la commercialisation et la détention de produits phytosanitaires à usage non professionnel seront interdites à partir du 1er janvier 2019. Cette mesure concerne tout particulièrement les jardiniers amateurs. A noter que les produits de biocontrôle, qualifiés à faible risque ou dont l’usage est autorisé dans le cadre de l’agriculture biologique peuvent être utilisés.

Depuis hier, plus aucune commune n’a le droit d’utiliser ou de faire utiliser des pesticides de synthèse dans ses espaces verts, promenades, forêts et voiries. Joël Labbé, sénateur EELV du Morbihan et à l’origine de cette loi, nous explique, pourquoi il a souhaité déposer cette loi et comment elle devra se mettre en place.

Et maintenant ? Quels impacts pour les acteurs publics ?

Si de nombreuses collectivités, dont des communes de toutes tailles (Versailles, Strasbourg, Mouans-Sartoux, Grande-Synthe, Paris…), ont déjà dit stop aux pesticides en se tournant vers les alternatives, d’autres n’ont pas encore franchi le cap. Or le printemps va arriver à grands pas, et si ces collectivités ne prennent pas les mesures qui s’imposent, elles vont se retrouver hors la loi.

L'initiative « 0phyto 100%bio » souhaite donc rappeler à toutes ces collectivités françaises qui seraient tentées d’avoir recours, cette année encore, aux pesticides de synthèse, leur obligation de respecter cette loi qui constitue une réelle avancée pour la protection de l’environnement et surtout de la santé des professionnels des espaces verts comme des citoyens.

Les organisations partenaires invitent les citoyens à interpeller les maires de leur commune sur ce sujet et à inciter les communes qui le souhaitent à se signaler sur le site sur www.villes-et-villages-sans-pesticides.fr

Pour plus d’informations consultez la campagne « 0phyto 100%bio » www.0phyto-100pour100bio.fr

Consultez également le « kit collectivité » destiné à accompagner les communes à passer au 0 phyto et à l’introduction de produits bio dans la restauration collective.

 CONSULTER LA CARTE DES VILLES ET VILLAGES SANS PESTICIDES

CONSULTER LE « KIT COLLECTIVITÉ » 

Joël Labbé - Zéro phyto

Guillaume Bodin 

QUI SUIS-JE ?

J'étais ouvrier viticole sur des domaines en bio et en biodynamie avant de me lancer dans la réalisation de films documentaires ! Amoureux de la nature et épicurien, je me suis dit qu'il fallait faire ma part dans ce monde afin de sensibiliser le maximum de personne à la préservation de l'environnement et à une alimentation de qualité. J'ai déjà réalisé "La Clef des Terroirs" en 2010 qui explique le travail de vignerons en bio et en biodynamie, ainsi que "Insecticide Mon Amour" en 2015 qui parle du problème des traitements systématiques des vignes aux insecticides et dont l'affaire d'un vigneron (Emmanuel Giboulot) ayant refusé de traiter avait fait la une de la presse en 2014 ! Je réalise depuis un peu plus d'un an un documentaire "Zéro Phyto 100% Bio", soutenu en novembre par plus de 1500 personnes et les associations Bio Consom'acteurs, Agir Pour l'Environnement et Générations Futures, qui sortira en salle en novembre 2017 et qui sera en avant-première dès le mois de mars 2017 un petit peu partout en France.

J'ai créé ma propre petite structure de production de films pour être le plus indépendant possible : Dahu Production (Je suis savoyard... Pour ceux faisant le lien avec l'animal !). Cette structure est membre d'une Coopérative d'Activités et d'Emploi (CAE) annécienne exploitant sous la forme d'une Société Coopérative et Participative (SCOP) au nom d'Amétis. J'ai préféré intégrer une Coopérative d'Activités et d'Emploi plutôt que de créer ma propre structure car je pense qu'il devient urgent de faire de l'économie collaborative et ce système de la CAE exploitée sous la forme d'une SCOP répond à mes convictions en matière de partage.

Bonne année à tous et à la nature :-)

Guillaume Bodin

vendredi, 14 octobre 2016

Vieussan : Annette du Pin nous a quitté

Annette a définitivement quitté le Pin, ses amis et la maison de son enfance.

Anne Marie, que tout le monde connaît sous le prénom affectueux d' Annette, a connu une jeunesse difficile. Orpheline de père à 17 ans, elle a vécu avec Reine sa mère, à qui elle prodigua jusqu'à sa mort des soins attentifs.

Mariée, elle travaillait dans la vigne tout au long du jour, rentrant après sa rude besogne pour s'occuper de ses deux filles et de la maisonnée.

annette farenc,décès de annette farenc,le pin,vieussanAnnette avait su garder son sourire a travers les épreuves de la vie (photo vidéo cantons d'oc)

Guy son mari décédé à 58 ans la laisse veuve et elle connaîtra d'autres nombreux deuils, perdant l'une de ses filles encore jeune. Traversant ses multiples épreuves, son naturel optimiste l'aide à surmonter tous les aléas, ainsi que les soucis de santé qui l'ont ensuite assaillie.

Dans sa maison familiale, la retraite venue, Annette avait su garder son sourire a travers les épreuves de la vie. Elle a vécu le bonheur calme qu'elle aimait, soignant ses poules et cultivant son jardin de fleurs.

Ces derniers mois la maladie l'a terrassée, laissant dans la tristesse sa fille Marie France qui vivait près d'elle, l'assistant tous les jours, jusqu'à ses derniers moments.

À sa fille, ses proches et ses amis, nous présentons nos sincères condoléances.

jeudi, 14 juillet 2016

Mons-la-Trivalle : concert à la Chapelle de La Voulte

Le Duo Astoria, Flûte Guitare Chant, se produira le dimanche 17 juillet à la Chapelle de La Voulte sur la commune de Mons La Trivalle.

Duo Astoria.jpg
Le Duo Astoria, Christine Cannac et  Patrick Villanti en concert

Christine Canac, musicienne de formation classique a étudié la flûte traversière au Conservatoire de Montpellier de 1983 à 1990 où elle obtint une médaille d'or.
En partie autodidacte, son parcours est éclectique tout comme ses goûts musicaux. Ses rencontres et coups de cœur l'amènent à créer successivement diverses formations. Professeur de flûte, elle forme aussi et dirige un chœur d'enfants et d'adultes, conjuguant son goût pour l'enseignement avec celui pour les concerts.
Patrick Villanti est guitariste et compositeur, il a étudié la guitare au C.N.R de Montpellier, puis à Toulouse et à l'École Normale à Paris.
Il enseigne la guitare et dirige des ensembles dans plusieurs écoles de musique de l'Hérault. Membre du quatuor Quarte Blanche pour qui il compose plusieurs pièces (Palissandre, Avril etc..) Il dirige, arrange et compose pour les stages de musique Kaliphonie.

Depuis ce printemps, Christine Cannac (flûte et voix) et Patrick Villanti (guitare, composition et arrangements) proposent une performance autour de la musique d'Astor Piazzolla, (tango argentin) avec Histoire du Tango, Tango suite... 

Sens du rythme, du phrasé, de la mélodie,... et du silence, le duo Astoria est en concert dans le cadre exceptionnel de la Chapelle de La Voulte avec des œuvres de Richard Galliano, Astor Piazzolla et Patrick Villanti ce dimanche 17 juillet 2016 à 18 h 30.

Ce concert est en libre participation. Les organisateurs espèrent rencontrer un large public de mélomanes autour de leurs concerts de l'été, toujours suivis du verre de l'amitié offert par l'association de La Chapelle de La Voulte.

mardi, 07 juin 2016

Hauts Cantons : Nuit Debout à Saint-Pons

Nuits-Debout aura lieu dans les Hauts Cantons, à Saint-Pons-de-Thomières, mercredi 08 juin 2016 à compter de 18 h 30, sur le parvis de la mairie.

Afficher l'image d'origine

Le message à transmettre "On ne lâche rien , mais rien de rien ....." Pierre Blondeau

contact : lacigale.stpons@gmail.com

Dernières infos : "Les Nuit Debout font le mur - Durant la nuit du 25 au 26 mai, le collectif Saint-Ponais Nuits debout a retroussé ses manches et pris la truelle..." http://la-commune.over-blog.com/

 

mercredi, 01 juin 2016

Votre chronique : Pierre Rabhi appelle à « quitter le culte de la croissance indéfinie »

Communiqué par le 27 mai 2016

"Pierre Rabhi appelle à « quitter le culte de la croissance indéfinie »

Pierre Rabhi appelle à « quitter le culte de la croissance indéfinie »

COP 21 et persistance d’un modèle de consommation obsolète 

Déjà en amont de la COP21, Pierre Rabhi exprimait ses doutes quant à son efficacité. Le fondateur du mouvement Colibri était assez pessimiste sur le sujet : « Il ne sortira rien de cette énième grand-messe. J’ai du mal à croire que les changements structurels nécessaires y soient actés ». Car, pour lui, la COP21 ne s’attaque pas « aux sources des déséquilibres ».

Quelles sont alors les sources de ce déséquilibre à la fois écologique, mais aussi économique (entre les pays du Nord et du Sud, par exemple) ? Selon le sage paysan, c’est notre modèle économique même et notre façon de consommer. Il en appelle donc à « quitter le culte de la croissance indéfinie ».

Arrêter d’en vouloir toujours plus : la seule solution 

Seule solution pour s’en sortir, quitter ces pratiques effrénées de consommation, pour se tourner vers d’autres solutions plus durables et modérées dans leur fonctionnement : « Il faut entrer dans une nouvelle ère, celle de la modération : modération de la consommation et de la production ». Au rang des choses à supprimer : la pêche industrielle, l’agriculture intensive, etc.

Une nouvelle façon de consommer et de créer de la richesse doit être mise en place, selon Rabhi. Et cette nouvelle façon, c’est l’agroécologie, concept qu’il défend depuis longtemps. Cette nouvelle vision de l’agriculture promeut le compostage, la pluriculture, la recherche de complémentarité entre les espèces, la réintroduction des haies, etc. Une  façon de cultiver la terre qui a déjà fait ses preuves, notamment lors de la mission qu’il a menée en 1981 au Burkina Faso, avec son association Terre et Humanisme : l’expérience a permis aux paysans burkinabés de retrouver une autonomie alimentaire, qu’ils peinaient à atteindre lorsqu’ils essayaient de se développer selon les lois de la mondialisation.

20467223

Ce qui l’inquiète : la récupération de cette idéologie par les multinationales

L’idée de l’agroécologie se répand de plus en plus dans les médias, dans les discours des politiques, dans celui des grands groupes, etc. Une évolution qui, contrairement à ce qu’on pourrait penser, ne réjouit pas son chantre tant que cela. Pierre Rabhi considère l’adoption de ce discours comme un leurre des grandes multinationales, qui se cachent derrière du greenwashing.

« L’agroécologie, ne se résume pas à des techniques, mais répond à une éthique de vie qui consiste à préserver la terre en tant que patrimoine », déclare-t-il, nous rappelant aussi la composante humaine de l’agroécologie, que certaines grandes entreprises négligent toujours, alors même qu’elles prétendent aller vers une agriculture plus durable. Une agriculture plus équilibrée passera par l’arrêt de l’exploitation de l’humain, pense l’agronome algérien.

Contre l’agriculture industrielle : les initiatives citoyennes

Désillusionné sur le pouvoir des initiatives gouvernementales et internationales, comme la COP21, Pierre Rabhi n’est pourtant pas pessimiste. Il entrevoit une lueur d’espoir au bout du chemin : les initiatives citoyennes. Selon le sage de l’agroécologie, c’est par le bas que se fera la révolution de demain.

« La société civile est en train de se forger un nouvel imaginaire face à un système à bout de souffle, dont le déclin se traduit par la montée du chômage, de la pauvreté et de nombreux déséquilibres. (…)Les innovations sociales qui se multiplient sur les territoires, dans l’écologie, les énergies renouvelables, l’éducation… sont autant d’expérimentations qui vont assurer le futur», décrypte Pierre Rabhi.

C’est pourquoi lui-même souhaite épouser le mouvement et lui fournir un nouveau souffle. Au micro du Monde, il confie envisager de «lancer une plate-forme citoyenne, un forum civique qui révélera tout ce qu’entreprend la société civile. Un inventaire dynamique des alternatives, en quelque sorte, qui permettra, quelques mois avant les échéances de 2017, de montrer aux politiques ce que font les citoyens ».

coups-projecteur-image-copy10-big

À quand un véritable support politique ? 

Pour Rabhi, on l’a compris, l’initiative vient d’en bas, des citoyens qui prennent conscience de l’obsolescence d’un modèle économique. Mais pour que cette révolution verte soit véritablement mise en place, il faudrait que ces initiatives qui viennent « par le bas », remontent « vers le haut » : « Si nous avions des politiques intelligents, ils appuieraient ces initiatives qui émanent de la société civile ». 

Rien n’est moins sûr en cette période de crise : entre élections présidentielles qui approchent et incompréhension des politiques, l’agroéconomie peut encore attendre. Il n’y a, pour s’en convaincre, qu’à se rappeler les mots récents de Sarkozy, qui définit l’agroécologie comme « une véritable obsession pour la destruction de notre puissance agricole qui serait remplacée par la possibilité donnée aux bobos d’aller faire leurs courses à la ferme dans le cadre des circuits courts ». Une analyse qui passe fondamentalement à côté d’une tendance émergente et dynamique de notre nouvelle société.

Cette incompréhension des sphères politiques conduit à l’immobilisme vis à vis de l’écologie et de l’industrie alimentaire. Pourtant, selon Rabhi, « il y a urgence. Car ce n’est pas la planète qui est en danger, mais l’humanité. La Terre, elle, en a vu d’autres ».

Sources : Interview de Rabhi par Le MondeLe mépris de Nicolas Sarkozy pour l’agroécologie

 

 

mardi, 16 février 2016

Hauts Cantons - Mobilisation Solidaire : " PAS D’OGM DANS NOS CHAMPS ET NOS ASSIETTES !"

CONTRAIREMENT À CE QUE L'ON POURRAIT CROIRE, LES OGM SONT TOUJOURS LÀ !

Afficher l'image d'origine

L'Union Locale CNT des Hauts Cantons relaye cet appel à mobilisation solidaire, février 2016 :

"Bonjour,
A DIFFUSER LARGEMENT !
Des faucheurs sont convoqués en gendarmerie de Bédarieux vendredi 19
février et en gendarmerie de Saint-Pons de Thomières le jeudi 25 février,
suite à une action de destruction de parcelles d'essais de colzas mutés,
véritables OGM cachés, dans le Maine et Loire le 5 avril 2015.

Mobilisons nous pour les soutenir !

19 février: POUR BEDARIEUX: RDV dès 13 h 45 à la gendarmerie.


25 février: POUR SainT-PONS DE THOMIERES: RDV dès 15 h 45 à la gendarmerie.

Pour ceux qui ne connaissent pas Bedarieux, voir le lien ci dessous:

https://www.google.fr/maps/place/24+Route+de+Saint-Pons,+34600+B%C3%A9darieux/@43.606027,3.1470623,17z/data=!3m1!4b1!4m2!3m1!1s0x12b179c50b75c53b:0xfd65be3974ebc19b

Pour ceux qui ne connaissent pas St-Pons:

https://www.google.fr/maps/place/Gendarmerie+Nationale+(Brigade)/@43.4875507,2.7642472,17.75z/data=!4m2!3m1!1s0x12b1ead792379847:0xfcbaba3a5bb2bc9d

Équipez vous pour faire du bruit, (casserole, etc)
apporter café et bonne humeur !"

Le collectif des faucheurs volontaires d'OGM de l'Hérault

Voir les détails sur le document : Tract FV 34 GEVES - BEDARIEUX - ST PONS.pdf