compteur internet
Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

lundi, 14 août 2017

Votre chronique : HURLEVENT ASSO communique

olien La période de l'été

Ce compte-rendu des événements concernant l’éolien industriel est devenu un peu irrégulier. Mais nous allons essayer de nous y tenir.

En cette fin de printemps et ce début d’été, les deux points forts sont la lutte héroïque des habitants de Bouriège (Aude) contre le projet éolien qu’on veut leur imposer, lutte remarquable que nous vous proposons de soutenir, et celle du Collectif TNE-Occitanie-Environnement dans le cadre du plan régional concernant l’énergie.

Stop à l'éolien industrielhttp://ventsetterritoires.blogspot.fr/2017/02/aude-destru...

Nos amis de Bouriège luttent depuis plus de deux mois pour faire barrage à la construction d’un projet éolien près de leur village. Ils avaient épuisé tous les recours en justice et n’avaient plus que ce moyen pour empêcher l’érection des éoliennes. Ils ont reçu de l’aide physique et morale d’un peu partout en Occitanie et en France et ont pu jusqu’à ce jour empêcher le passage des camions et des engins vers le site prévu.

Ils ont eu à faire face à des manœuvres d’intimidation et à de la violence de la part de l’opérateur, qui n’a pas manqué d’en traduire un certain nombre en justice, à des arrêtés illégaux du Conseil Départemental qui n’a manqué aucune occasion de piétiner la démocratie et la légalité, et à un préfet attentiste, favorable à l’éolien…

Nous avons choisi des textes-jalons pour que vous puissiez vous rendre compte du courage de nos amis et de la violence de l’opérateur auquel le département apporte tout l’appui possible (en commettant des erreurs). Le troisième document se termine sur une demande d’aide qui s’adresse à tous et à chacun.  Notre association ne manquera pas de décider d’envoyer un peu d’argent lors de sa prochaine réunion, mais nous pensons qu’il est souhaitable, pour ceux qui le peuvent, d’envoyer un peu d’argent à titre personnel. Les coordonnées du collectif de résistance sont dans le troisième texte.

Le Collectif TNE-Occitanie-Environnement poursuit son travail à l’échelle de la région

Au niveau du Parc Naturel Régional du Haut Languedoc, vous avez pu constater, grâce à notre dernier message, que la question des 300 éoliennes maximum  a été largement clarifiée. Ce résultat est satisfaisant.

Au niveau plus large de la région tout entière, le collectif a multiplié les contacts tant avec la DREAL qu’avec les responsables régionaux : présidente, vice-présidente, chef de cabinet… afin d’être associé à l’élaboration du plan régional de l’énergie (cf. la volonté de devenir une « région à énergie positive »), mais nous avons eu la désagréable surprise de constater que nous avions été tenus à l’écart (« Cela aurait fait trop de monde », dixit Madame Delga). Une fois de plus, les élus montrent qu’ils ont une conception très particulière de la démocratie.

Nous avons appris cette nouvelle lors d’une réunion programmée au siège d’EDF EN entre la présidente et la direction d’EDF le 19 juillet dernier à 15 h à Colombiers, près de Béziers. Un groupe de militants s’était posté devant l’entreprise pour interpeller les élues. La  vice-présidente A. Langevine est arrivée la première : elle a essuyé de vifs reproches concernant notre mise à l’écart de la commission énergie. Elle a bien essayé de sauver la mise en disant qu’à l’automne, nous pourrions participer à la concertation sur le plan énergie (appelé « REPOS »). Mais c’est toujours la même chose : au stade de l’élaboration des projets, nous sommes toujours « évités ».

Quand, une demi-heure pus tard, Me Delga est arrivée, la discussion a repris, tendue, vive parfois, mais le mal était fait et elle n’a pu que répéter que nous avions un rôle à jouer dans la concertation. Evidemment, nous étions très mécontents et nous l’avons fait savoir.

Le collectif régional s’est, depuis lors, mis au travail pour élaborer un projet pour la région qui n’aura pas de mal à être meilleur que celui du conseil régional (qui, entre autres, oublie complètement la géothermie et la pile à combustible !) Nous aborderons la « concertation » bien décidés à faire bouger fortement les lignes. Ce sera pour septembre-octobre.

Quant à l’actualité de notre vallée, nous l’aborderons dans un prochain message.

A bientôt.

Documents ci-dessous

Valeco stoppée en référé

http://www.ladepeche.fr/article/2017/07/12/2611125-valeco...

Le chantier de construction des éoliennes du parc de la Bruyère a connu, hier, un sérieux coup d'arrêt./Photo DDM, archivesLe chantier de construction des éoliennes du parc de la Bruyère a connu, hier, un sérieux coup d'arrêt./Photo DDM, archives 

La société Valeco a été déboutée, hier, de son référé intenté contre onze opposants au projet du parc éolien de la Bruyère. Le chantier reste donc au point mort, jusqu'à nouvel ordre.

Le parc éolien de la Bruyère, porté par la société Valeco, est-il en passe de devenir un fiasco industriel ? Si rien n'est encore écrit sur la commune de Bouriège où devaient s'élever six aérogénérateurs, les choses se compliquent très sérieusement. Hier, la justice a débouté Valeco, demandant de reconnaître que les opposants au projet ne respectaient pas un arrêté de circulation pris par le conseil départemental. Arrêté qui, selon elle, lui aurait permis de mener à bien l'acheminement des morceaux d'éoliennes sans encombres. Restait un détail d'importance. Les camions au gabarit hors normes ne peuvent réellement transporter les éléments sur la RD 52 qu'en empiétant sur des propriétés privées.

«Aucune exception»

La juge des référés n'est pas entrée dans ce détail. Au terme de son délibéré, elle s'est limitée à analyser le contenu de l'arrêté départemental du 6 juin, interdisant circulation et stationnement sur une partie de la route départementale entre 6 heures et 20 heures Et la magistrate de noter que cet arrêté «ne prévoit aucune exception à cette interdiction. La société Parc éolien de la Bruyère ne peut donc pas se prévaloir d'un droit à circuler sur cette partie de la RD 52».

Pour pouvoir poursuivre le chantier, Valeco devra donc trouver une autre astuce. En attendant, l'arrêté départemental étant devenu caduc, la circulation est de nouveau libre sur la RD 52.

Valeco a toutefois la possibilité de saisir le juge du fond. La juge des référés rappelle qu'il ne lui appartient pas «d'interpréter l'arrêté départemental pour pallier les défauts de sa rédaction».

En ce sens, Valeco pourrait donc demander à bénéficier d'une nouvelle mesure dérogatoire de circulation.

Une demande qui pourrait aussi s'apparenter au début d'un nouveau feuilleton judiciaire. Car le vrai débat reste la largeur de la chaussée. Les camions peuvent-ils accéder au chantier sans entrer, ne serait-ce qu'un peu, sur une propriété privée ?

----------------------------------------------------------------------------------

OCCITANIE 11 AUDE Bouriège & Toureilles
BOURIEGE
Ainsi nous avons eu gain de cause contre la société du Parc la Bruyère-dont Valéco est actionnaire
principal - qui a été déboutée et condamnée à 2000 euros (cf document joint). Lors du passage en force du
convoi éolien le 21 juin dernier, à 5h du matin, nous avions bien souligné que nous avions perdu une
bataille, mais pas la guerre, aujourd'hui c'est nous qui avons gagné une bataille mais nous ne pouvons pas
crier victoire pour autant.
La différence entre les 2 c'est que nous l'avons fait légalement.
En effet l'assignation d'heure en heure nous reprochait de ne pas respecter un arrêté du conseil
départemental censé selon la Société requérante lui accorder le monopole de la circulation. Or, l‘arrêté en
question concernait une interdiction de circuler à tous les véhicules, y compris les convois commandés par
le promoteur des éoliennes....
Nous avons eu raison sur ce point mais pas au-delà. ! Si le conseil départemental se fait complice
de cette compagnie face à des citoyens qui se battent pour leurs droits, il peut produire1 nouvel arrêté sans
faire d'erreur !
Je ne peux pas m’empêcher de rappeler le coût des erreurs de l’administration, dans ce dossier.
Cette assignation en est une parmi tant d'autres, et si les vérifications premières quant à l'étude d';impact
avaient été faites, nous n’en serions certainement pas là aujourd'hui puisque le permis de construire
n'aurait jamais été donné.
Je répète mon credo : pourquoi des citoyens devraient-ils subir les lacunes, les défaillances, les
erreurs de certaines administrations q'ils rémunèrent par ailleurs.
En pays de droit, il s'agit que ces administrations reconnaissent leurs erreurs .Sur le pont du Rec, si
le conseil départemental réitère1 nouvel arrêté de circulation les camions ne passeront pas puisque depuis
12 ans, la largeur n'y est toujours pas.....

La presse s’est faite l’écho d’un arrêté que veut prendre le conseil départemental, celui de
l'élargissement de la route à partir de la propriété privée sur laquelle nous sommes depuis le début.
Notre combat est donc loin d’être terminé, mais aujourd'hui, avec cette seconde victoire juridique, je ne
peux m’empêcher de penser à tous ceux qui nous soutiennent et qui nous ont envoyé des mails pour nous
dire combien il fallait que l'on poursuive parce que, eux, n'avaient pas pu, et combien je les comprends :
parce qu'il y a 10 ans, si le noyau que nous étions - dont notre président des Amis de St Sernin qui a 83
ans aujourd'hui - n'avait pas eu le temps, l'énergie, la conviction, les moyens –y compris financiers - de se
battre contre un projet qui bafouait à la fois la démocratie, la république, la justice et les citoyens que nous
sommes, nous aurions les éoliennes de ce projet depuis déjà 10 ans...et ce n'est pas juste que toutes ces énergies - non renouvelables celles là - soient dépensées en raison des erreurs de certains.

Il serait bon de rappeler à chacun et à tous que toutes les irrégularités, pressions qui se passent
aujourd'hui sur le Pont du Rec sont autant de preuves de la fraude que nous dénonçons depuis...10 ans, et
nous tenons à ce que cette fraude soit reconnue.

Enfin pour rester sur une note positive et estivale, nous engageons tous ceux qui ne seraient pas
encore où passer leurs vacances à venir visiter la Haute Vallée de l'Aude et plus particulièrement le
hameau de Saint Sernin, celui des résistants qui habitent près du Pont du Rec.

D'ailleurs même si les routes étaient fermées à la circulation, les terres de tous les habitants mises
bout à bout nous permettraient d'arriver au Pont du Rec par « les nouveaux chemins... de résistance..!!! ».
Plus que jamais, le Rec sera le pont d'une victoire démocratique ou d'une honte républicaine.

Agnès Roy

------------------------------------------------

Michel BRONCARD Résistance ! 31 juillet

 Des nouvelles de Bouriège.  

 Ils ont besoin de votre aide. 

Michel Broncard   Vice Président de la Fédération Environnement durable

06 23 80 71 93

--------------------------------------------------------------------------------

Pont du Rec 55e jour

 Désolée pour ce manque d'assiduité à vous donner quelques nouvelles mais d'une part je savais que certaine relais étaient pris notamment par la revue de presse qui est une courroie de transmission essentielle dans notre combat.-Qu'elle en soit ici remerciée...au moins 55 fois!-  d'autre part parce que la semaine  a été faite d'évènements auxquels il a fallu participer mais aussi préparer.

Je ne reparlerai que brièvement  de cette 2e assignation d'heure en heure qui est pour nous, citoyens, une grande incompréhension et une grande" injustice". Comment comprendre qu'une compagnie privée peut assigner sans preuve- et en l’occurrence en plein mensonge- 11 personnes- (dont 2 qui n'ont jamais été sur ce pont!) pour la 2e fois - et en faisant accessoirement 1 copié/collé alors qu'elle a été condamnée pour la même affaire 15 jours plus tôt???? C'est une instrumentalisation de la justice qui nous parait inqualifiable.
 > Est ce acceptable en démocratie? Je repose ici la question d'un groupe de travail  pour proposer de légiférer sur une loi "anti-bâillon".  Comment le simple citoyen peut il faire face aux multiples pressions, poursuites, procès etc… la lutte est disproportionnée et ce n’est pas l’aide juridictionnelle qui peut y répondre !

Le droit d’expression, les convictions et la résistance se paient très chers et c'est dans cette guerre de l'argent que nous nous trouvons parce que c’est leur arme de prédilection. Il faut nous soumettre, à n'importe quel prix!!!!  Et nous" payons", aussi, avec notre temps , nos énergies, nos choix à faire entre la famille , le travail , la vigne , les vacances qui se prendront l'année prochaine ,nos désarrois parfois, nos émotions toujours ...Parce que nous revendiquons en plus ces dernières comme 1 bastion contre "l’inhumanité" en marche ...
Nous défendons la terre sur laquelle nous avons choisi de vivre. Rien de plus et nous avons la force de ceux qui se battent pour la justice...Même si, après 55 jours, certains jours, "on fatigue"...

La presse d'aujourd'hui, dimanche 30 juillet, à travers les journaux de La Dépêche et de l'Indépendant donnent des C.R du "verdict" sur lequel je ne m'étendrai pas.... bien que j'ai conscience de le faire par ailleurs ...

Il est vrai que si certains trouvent des similitudes avec d'autres combats lus dans les livres d'histoire, il y a vraiment de quoi . En dehors de la "colonisation" il faut dire que nous avons l'impression de jouer dans un remake de la dernière guerre puisque nous sommes à St Sernin en "zone occupée" puisque la réponse du directeur de cabinet du président du conseil départemental va dans ce sens.  Comme vous le savez, le 5e arrêté de circulation  en 1 mois! et daté du 17 juillet " ferme" l'accès à St Sernin du lundi au vendredi de 6h à 20h -ces gens là travaillent 14h par jour!!! -et ce jusqu'au 6 septembre sauf pour les engins éoliens de Valeco, les services de gendarmerie et de sécurité et nous, riverains. Nous avons donc rencontré Mr Baro, l'un des vice-présidents du conseil départemental pour l'alerter sur l'incongruité de la situation puisque cela signifie que la famille, les amis, les clients des gites, les livreurs ne peuvent plus monter à St Sernin. Je ne parle pas des étrangers, touristes, promeneurs et autres qui auraient l'outrecuidance de vouloir visiter les lieux… Quant aux nuisances pour les économies touristiques et viticoles et  la dangerosité de la situation en période de vendange, de rentrée des classes nous en parlerons encore moins. D’autant plus, qu’il n’y a aucune nécessité de bloquer la route D52 après l’intersection de St Sernin le chantier se situant en amont. Le promoteur, lui, voit l’arrêté du 13 juillet remplacé par celui du 17juillet avec une seule différence : une ligne où Valeco a le droit de "stationner", forcément sur la chaussée et donc à bloquer la circulation ...

Bref ! pour Valeco on change l’arrêté et pour nous,  la proposition de Mr Brunel est:"...les locataires des gites et autres résidences de tourisme pouvant prouver leur réservation  peuvent sans restriction circuler sur la RD52 à toute heure. De même, toute personne pouvant prouver qu'il doit se rendre au hameau de St Sernin peut être autorisé à le faire, tel que le ramassage des déchets." ....      édifiant !

Nous avons donc décidé, pour être résilients plutôt que déprimés, de faire le choix de l'humour, en éditant  des "laisser passer" pour la Principauté de St Sernin...!!!!

Enfin,  après avoir fait face à 10 ans de tribunal administratif ;   les factures de ce dernier  trimestre :  un pourvoi en conseil d’état, 6 constats d'huissier, 2 relevés de géomètre expert, 4 référés, 1 recours en excès de pouvoir…. commencent à alourdir nos épaules …Il nous faut quelques "munitions"...supplémentaires, en effet, notre résistance implique sans doute un référé liberté et nous sommes sous la menace d’une astreinte de 500€ par jour… pourrons nous tenir le temps nécessaire ?

http://ventsetterritoires.blogspot.fr/2017/08/aude-destru...

Que ceux qui peuvent nous aider le fassent.

 Envoyez vos dons –chèque libellé   au nom de l’association « Les Amis de St Sernin »  et adressé à :

Les   Amis de StSernin

 Traverse du hameau

 Hameau de St Sernin

11300 Bouriège.

Agnès Roy pour le Collectif des Résistants du Pont du Rec

Plus d'informations : ICI

vendredi, 28 juillet 2017

Mons-La-Trivalle : Lecture Partagée au Comptoir associatif des artistes

Le Comptoir Associatif invite à la Lecture Partagée autour de l'ouvrage d'Élisabeth Lebovici "Ce que le sida m’a fait, art et activisme à la fin du XXe siècle".

lecture partagée.jpgLecture partagée au Comptoir associatif des artistes à Mons-La-Trivalle

Observatrice privilégiée, historienne et critique d'art, Élisabeth Lebovici revisite, avec sa mémoire de témoin, les liens entre art et activisme durant les "années sida" en France et aux États-Unis.

Résultat de recherche d'images pour "'Élisabeth Lebovici"Elisabeth Lebovici a participé à de multiples projets impliquant des artistes

Cet ouvrage rédigé à la première personne et composé de textes monographiques, d'entretiens et d'essais thématiques, met en évidence une créativité artistique née de l'urgence.

Entre la thèse de doctorat et le journal intime le livre raconte la lutte fiévreuse qui a vu naître slogans, actions, graphismes, œuvres d'art pour de nouvelles formes d'expositions visant à mobiliser le grand public.

Ce vendredi 28 juillet, la lecture partagée aura lieu de 18 à 20 h au Comptoir associatif des artistes place du grand Platane à Mons-La-trivalle.

lundi, 24 juillet 2017

Occitanie : communiqué de presse des Faucheurs Volontaires d'OGM

 "Nous avons rédigé des communiqués de presse envoyés aux médias lundi 10 juillet à midi, sans trop de succès en particulier pour le fauchage du champ de tournesol muté VrTH (variétés mutées tolérantes aux herbicides) - silence complet - Ce qui est relativement habituel, comme le fait que le semencier ne porte pas plainte. peut-être vaut-il mieux pour eux étouffer l'affaire ?"

Afin qu'il atteigne les lecteurs : voici le communiqué de presse concernant le fauchage de tournesol muté

OGM - Communiqué presse Usclat d Herault-page-001.jpg

jeudi, 25 mai 2017

HURLEVENT ASSO : Depuis le début de l'année...

Cela fait pas mal de temps que n’avons donné de nouvelles de l’éolien (aux niveaux local, départemental et régional). Ce début d’années a été riche en événements)

"Vous le savez : l’an dernier, les anti-éoliens se sont constitués en collectif au niveau de la région Occitanie. Ce collectif a continué à structurer son organisation de façon à être efficace. Il a eu de nombreux contacts avec les principaux responsables aux nivaux administratif et politique.

albi,collectif régional,eolien,compte rendu réunion du 23 novembre 2016,hurlevent asso

L’objectif était d’informer les élus et collaborateurs  sur l’éolien (ce n’était pas un luxe), de faire connaître notre point de vue sur les énergies renouvelables, et en particulier de participer aux travaux de la commission spécialisée en la matière (elle a pour mission d’analyser les problèmes énergétiques et de piloter tout autant que faire se peut, la programmation des énergies renouvelables en Occitanie, région « à énergie positive »). De même, le grand public étant peu informé des nuisances de l’éolien, un travail important en direction des médias a été mis en place.

Les responsables des départements se réunissent tous les deux ou trois mois (la communication se faisant, dans l’intervalle par courrier  électronique).

Une de ces réunions avait lieu à Rodez le 21 janvier dernier à Rodez, le jour même de la grande manifestation contre le transformateur géant de St-Victor et Melvieu. Manifestation très réussie.

Deux jours auparavant, une délégation de TNE PNRHL était reçue par M. Vialelle au siège du Parc Régional. Objectif : faire en sorte que la limite de 300 éoliennes maximum soit respectée et obtenir que les décisions de la commission spécialisée du Parc appelée à donner son avis sur les projets éoliens ne le fassent plus dans le plus grand secret. Le premier résultat a été que des délégués de TNE ont été admis à participer à la réunion suivante de la commission spécialisée et ont pu faire des remarques, le 11 avril dernier.

Deux projets étaient à l’ordre du Jour : Courniou et Les Verreries de Moussans. Ils ont été exposés par les personnels du Parc avec projection de cartes et de croquis. Mais comme on avait refusé de nous communiquer les dossiers ou du moins des éléments suffisants auparavant, nous ne pouvions pas être efficaces dans la discussion qui a suivi. Du coup, il sera très important de crever cet autre abcès : celui de la communication du dossier dès qu’il aura été déposé en préfecture (ce qui, soit dit en passant, est le cas du projet des Verreries qui reste bloqué jusqu’ici).

Nous n’étions pas admis à la phase finale de la commission: la délibération et le vote. Du coup, nous ne savons rien de la décision concernant le Verreries de Moussans. En revanche, pour Courniou, nous avions appris dès avant la séance, qu’EDF avait retiré son projet.

Ce retrait s’explique aisément quand on sait que les citoyens de Courniou se sont très bien battus : l’association Protection Somail, appuyée par Hurlevent, après une pétition bien conduite (plus de 80 % de signataires dans la commune), a obtenu que le conseil municipal se prononce très majoritairement contre le projet. Elle a ensuite continué la pression. C’est ce qui a contraint EDF EN a retirer son dossier. Mais pour combien de temps ?

Les Verreries de Moussans : Il y a peu de riverains vers le Sud, et peu armés. Côté Courniou, il y a du monde et il est apparu qu’il y avait des co-visiblités importantes à partir de certains points du village. Ce sont donc les citoyens de cette commune qui sont le plus directement concernés par ce projet.

Entre temps, c’était l’enquête publique de Riols 2. Hurlevent n’avait pas appelé à y participer, mais a appelé à manifester à St-Pons le jour où le commissaire enquêteur était en mairie. Après quelques prises de parole et de premières interviews, il a été décidé d’entrer, tous, dans la salle où il recevait. A suivi une assez longue discussion entre le public et le commissaire, couverte par France Bleu Hérault et FR 3*. Il fallait le faire pour marquer notre désapprobation.

A ce jour, nous attendons le rapport du commissaire (15 jours de retard).

Nous allons maintenant préparer la commission départementale de la nature, des paysages et des sites (CDNPS) qui va donner son avis avant la décision préfectorale. Notre objectif est de nous faire entendre, , de sorte que tous les membres aient bien pris connaissance de notre argumentation.

Il ne manque pas de pain sur la planche.

Désolés de ne pas avoir donné davantage de détails. Certaines choses se préciseront dans les prochains messages. Nos objectifs principaux sont de nous faire entendre, de faire connaître notre façon de penser et, pour cela, agir sur les communes où les problèmes se posent… et aux niveaux où les décisions se prennent.

*grâce à Michèle, merci !"

dimanche, 30 avril 2017

Occitanie : des habitants du Rialet (Tarn) bloquent le chantier d'un nouveau projet éolien

 Article transféré pour info par l'Union Locale CNT des Hauts Cantons :

"Des habitants de la commune du Rialet, dans la montagne noire, ont manifesté ce jeudi contre le projet d'implantation d'un parc éolien à proximité des hameaux où ils habitent, bien que situé... sur la commune voisine." Par Fabrice Valery 

rialet Tarn img_3407-3024117.jpgLes habitants se sont regroupés au petit matin / © Mathieu Chouvellon / France 3

Ils ne veulent pas d'éoliennes sur les hauteurs de leur village.

Des habitants de la commune du Rialet, dans le Tarn, se sont réunis au petit matin ce jeudi 27 avril pour bloquer l'installation d'un mât de mesure par la société Valorem.

"C'est l'encerclement éolien du village du Rialet qui continue" s'exclament-ils. Car le projet de Valorem est situé sur la commune voisine de Boissezon dont le centre se trouve à... 18 kms. Un terrain, en revanche, situé à 500 mètres de la mairie du Rialet ! Il est prévu d'y construire 7 éoliennes. 

Ce nouveau mât de mesure est situé à un kilomètre de celui déjà implanté par EDF, cette fois sur la commune de Cambounès. D'où le sentiment au Rialet et dans les hameaux environnants de cet "encerclement éolien". 

Régulièrement, les projets d'implantations d'éoliennes sont contestés par des riverains ou des collectifs locaux qui dénoncent la mise à disposition de terrains aux "promoteurs éoliens" au nom du développement des énergies renouvelables. 

Voir le reportage de Nicolas Bonduelle et Matthieu Chouvellon, de France Tarn "

lienhttp://france3-regions.francetvinfo.fr/occitanie/tarn/albi/habitants-du-rialet-tarn-bloquent-chantier-nouveau-projet-eolien-1242285.html#xtor=EPR-521-[france3r

lundi, 27 mars 2017

Hauts Cantons - HURLEVENT ASSO appelle à rassemblement ce mercredi 29 mars 2017

HURLEVENT ASSO Hauts Cantons communique :

« Manifestons contre le projet éolien Riols 2 ! 

à l'occasion de l’enquête publique,

le commissaire enquêteur étant présent en mairie,

Rassemblons nous

ce mercredi 29 mars 2017

à 10 H 30

devant la mairie de Saint-Pons de Thomières

pour protester contre le projet éolien de Riols 2

imposé par EDF EN (bafouant ses propres engagements) et les autorités, au mépris de la santé des riverains, de l’environnement et de nos paysages ! Hurlevent »  

Les éoliennes vivent sous perfusion d'eau ou de charbon : "Les nouvelles énergies renouvelables (solaire, éolien...), peuvent produire beaucoup d'énergie... Mais seulement de temps en temps, quand elles veulent bien travailler." 

Sur les bruits que font les éoliennes, les nuisances sur la santé, les paysages, l’environnement et l'économie, liens ci-dessous vers des documents : 

http://lemontchampot.blogspot.fr/2015/01/comprendre-lener... Quelques affirmations (en rouge)  à l'épreuve des faits

http://leventtourne.org/attestations-juridiques-du-tgi-de...

http://montceau-news.com/environnement/312611-le-bruit-de...

http://epaw.org/echoes.php?lang=fr&article=n525 (Des vols périlleux dans les parcs éoliens)

Quelques documents à télécharger ci dessous pour consultation :

Massacre d'oiseaux.doc        Contrepoints1.docx     aigle royal-biolgie-écologie.doc      carnage 2.doc                        LPO-CanardEnchaine.pdf     ChS-synth.doc             Les éoliennes tueuses de chauves.doc

vendredi, 24 mars 2017

Hauts cantons d'Oc : "Le projet de parc éolien Riols 2 est inacceptable !"

Communiqué de l'association Hurlevent 

"Le projet de parc éolien Riols 2 est inacceptable

Ce n’est pas nous qui le disons, mais l’Autorité Environnementale* (institution régionale officielle)

Elle estime le projet Riols 2 non satisfaisant. Nous avons relevé quelques remarques parmi d’autres :

« Le projet modifie profondément les perceptions immédiates et le cadre de vie des hameaux à proximité… »

« Les résultats des mesures de bruit mettent en évidence un risque de dépassement des valeurs réglementaires… »

« L’effet cumulé avec le parc des Avant-Monts (Ferrières-Poussarou) marque le grand paysage… » « Le parc est visible depuis certains point de vue de Saint-Pons de Thomières (impact jugé fort), ou d’autres hameaux et villages implantés sur les premiers contreforts du Somail… », « depuis les positions en belvédères, Caroux et Somail, routes, sites patrimoniaux… »

Pour les oiseaux et les chauves-souris, « le projet ne parvient pas à apporter les garanties que les enjeux forts sont sufffisamment pris en compte. » Les aigles royaux et plusieurs espèces de chauves-souris, pourtant protégées, seront fortement menacés.

Ce massacre n’est-il pas insupportable ?"

Résultat de recherche d'images pour "contre les éoliennes"Dessin de Geluck

"Peut-on approuver un projet qui impacte lourdement le cadre de vie des habitants (environ 115) des 7 hameaux proches du projet, qui leur rendra la vie difficile, voire impossible ?

Peut-on accepter la mutilation de notre paysage ? et ses conséquences sur le tourisme ?

Rappelons que la vallée du Jaur est la partie la plus touristique du Parc Naturel Régional et que, suite au sinistre de l’agriculture, le tourisme constitue la principale ressource  du pays. Même si elle ne diminue que de 10 % (ce serait, nous en sommes sûrs, très supérieur), cela ferait une perte bien supérieure au montant des taxes perçues par les collectivités territoriales… et un appauvrissement pour de nombreuses personnes.

Pour ces raisons, nous vous demandons

d’émettre un avis défavorable au projet Riols 2

Votez Non !

Le 16 mars 2017                                                                    Hurlevent   Attac Jaur-Somail

 

« Rendez-vous ce Vendredi 24 mars à 18 H à Saint-Pons, réunion de TNE Toutes nos Énergies, collectif anti-éolien, salle sous la mairie, pour analyser les problèmes rencontrés dans notre lutte et enparticulier, pour les projets en cours (dont Riols et Courniou). Vous êtes tous bienvenus.»                                                                    

*Voir ci dessous le lien vers l'avis émis par DREAL Occitanie au titre des article L.122-1 et suivants du code de l'environnement

http://www.occitanie.developpement-durable.gouv.fr/IMG/pd...

La DREAL Occitanie Sous l’autorité du préfet de région et sous l’autorité fonctionnelle des préfets de département, est chargée de mettre en oeuvre les politiques de l'Etat en matière d'environnement et logement, de développement et d'aménagement durables.

lundi, 20 mars 2017

Votre chronique : "le droit international des droits de l’homme énonce le droit à la santé "

Du 20 au 30 mars 2017 semaine pour le rappel des Alternatives aux Pesticides
 
nuit-grave-logo-gf
 
 
A l’initiative du collectif d’associations « Action Citoyenne pour une Alternative aux Pesticides » et de l’association Générations Futures, cette semaine a pour objectifs d’informer sur les impacts des pesticides sur l’environnement et sur la santé, ainsi que de faire connaitre et de promouvoir les alternatives à leur utilisation.
 
OMS1

Des rapports de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) alertent... (lire la suite...)

"Si vous aussi, vous souhaitez que nos élu(e)s et futur(e)s élu(e)s s’intéressent à ce sujet, demandez aux candidat(e)s à l’élection présidentielle de protéger nos enfants des pollutions multiples et diverses !"

>>> Signez et relayez notre pétition <<<

Ce que les « Monsanto Papers » révèlent du Roundup LEMONDE.FR

La justice américaine a déclassifié des correspondances internes de la firme. Dès 1999, cette dernière s’inquiétait du potentiel mutagène du glyphosate.

Rarement hasard du calendrier aura été plus embarrassant pour une agence d’expertise. Dans le cadre d’une action intentée contre Monsanto, la justice fédérale américaine a déclassifié, jeudi 16 mars, plus de 250 pages de correspondance interne de la firme agrochimique, montrant que cette dernière s’inquiétait sérieusement, dès 1999, du potentiel mutagène du glyphosate, principe actif de son produit phare, le Roundup, et molécule phytosanitaire la plus utilisée au monde.

Or le 15 mars, à la veille de la publication de cette documentation confidentielle, l’Agence européenne des produits chimiques (ECHA) annonçait qu’elle ne considérait le glyphosate ni comme cancérogène ni même mutagène – c’est-à-dire capable d’engendrer des mutations génétiques.

Pour Monsanto, l’affaire est cruciale : le Roundup est la pierre angulaire de son modèle économique, fondé sur la vente liée de ce pesticide et des cultures transgéniques capables de le tolérer.

La rapporteuse spéciale sur le droit à l’alimentation de l’ONU dresse un réquisitoire des conséquences délétères des pesticides sur la faune, la flore et l’être humain. Un article de notre partenaire, Le Journal de l’Environnement. euractiv.fr

« Être tributaire de pesticides dangereux est une solution à court terme qui porte atteinte au droit à une alimentation suffisante et au droit à la santé des générations actuelles et des générations futures.» Hilal Elver n’a pas la notoriété d’u...  Afficher la suite ici

mercredi, 15 mars 2017

Votre chronique : Un partenariat éducatif qui interpelle éducateurs et parents

Monsanto partenaire des Éditions Nathan et du GNIS pour enseigner comment préserver la biodiversité !

Communiqué de SumOfUs L’humain avant le profit

« Et si Monsanto enseignait à vos enfants comment préserver la biodiversité ? C’est un peu l’objet du partenariat que viennent de signer les Éditions Nathan et le GNIS, un syndicat national de semenciers regroupant quelques-unes des multinationales les plus dangereuses du marché.

Résultat de recherche d'images pour "nathan"

C’est un membre de SumOfUs qui nous a alertés sur cette collaboration de la honte. L’éditeur de manuels scolaires et le GNIS travaillent à la publication d’une revue intitulée « Mille et une graines » pour accompagner professeurs et lycéens sur des thèmes tels que « la biodiversité » ou « nourrir l’humanité ». Un comble!

En réalité, vu les intérêts et l’hégémonie du GNIS, il s’agira de vanter à nos chères têtes blondes, brunes et rousses, les mérites des OGM et des pesticides pour la planète.

Les Éditions Nathan pensaient sûrement pouvoir mener à bien cette collaboration dans la plus grande discrétion. C’était sans compter la vigilance de certains d’entre vous. Mettons-on leur la pression pour qu’ils abandonnent ce projet de propagande.

Pétition pour demander aux Éditions Nathan de Cesser immédiatement cette collaboration avec les multinationales du toxique

Le Groupement National Interprofessionnel des Semences (GNIS) a été créé sous Vichy dans le but « d’organiser la production et la commercialisation des semences et plants ». Depuis les années 60, ses prérogatives se sont élargies conduisant à de nombreux conflits d’intérêts. Placé sous tutelle du Ministère de l’Agriculture, le groupement veille aux intérêts des grandes entreprises du secteur.... même quand elles vont à l’encontre du respect de notre environnement.

C’est, par exemple, le GNIS qui détermine et répertorie dans un catalogue officiel les variétés de semences qui peuvent être commercialisées. Évidemment, celles qui sont choisies favorisent les grandes industries agroalimentaires au détriment des petits paysans mais aussi de la biodiversité. Ainsi, entre 1955 et aujourd’hui, ce sont près de 80% des variétés végétales comestibles ont disparu de ce fameux catalogue.

Quelle ironie donc de confier un projet pédagogique sur la biodiversité aux groupes qui mettent en danger notre alimentation et notre climat!

Par expérience, nous savons que la mobilisation des membres de SumOfUs peut obliger les grandes entreprises à revoir leurs plans. Les Éditions Nathan n’auront pas d’autre choix que de renoncer à ce partenariat dangereux qui est en totale contradiction avec les valeurs de notre enseignement public.


Dites aux Éditions Nathan que l’école ne doit pas devenir un lieu de propagande pour les entreprises irresponsables. »

« Non à la collaboration toxique entre les Éditions Nathan et le GNIS ! »

signez la pétition

Plus d’informations

Pourquoi faut-il être hors-la-loi pour bien manger ?
Actuality. 10 octobre 2016.

Communiqué du GNIS
GNIS. 1 septembre 2016.

Le GNIS, c'est qui le GNIS ?
Reporterre. 21 janvier 2014.

lundi, 06 mars 2017

Hauts Cantons d'Oc : Enquête Publique à Riols

Projet Éolien Industriel de Riols
 
Enquête publique
 
Le commissaire enquêteur sera présent à la Mairie de Riols
 
 lundi 6 mars 2017
 
de 14 h à 17h
 
Collioure59 est l'auteur de cette photo de Riols (Hérault)