compteur internet
Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

dimanche, 12 août 2018

Votre chronique : « Monsanto coupable... mais qui sont les responsables ?»

Communiqué de Agir pour l'Environnement

Glyphosate : Monsanto coupable mais qui sont les responsables ?

"Chère amie, cher ami,

Vendredi 10 août, Monsanto a été condamnée, par un tribunal américain, à verser 289 millions de dollars à un jardinier atteint d’un cancer incurable et ce, après avoir utilisé du round up et sa fameuse substance active le glyphosate.

Cette condamnation est l’occasion de rappeler que les parlementaires français ont eu l’occasion d’interdire cette substance classée potentiellement cancérigène par l’Organisation Mondiale de la Santé. La pression du lobby a été la plus forte… Après un débat nocturne, 63 députés français ont refusé d’interdire le glyphosate."
 
 
RETROUVEZ LA LISTE DES 63 PARLEMENTAIRES
OPPOSES A L’INTERDICTION DU GLYPHOSATE
 
 
ou
 
 
"À la suite de cette condamnation, nous nous devons de ne pas avoir la mémoire courte. Ces 63 députés doivent assumer leur vote et encore et toujours s’expliquer. La société du spectacle est ainsi faite que certains parlementaires espèrent qu’une fois le vote passé, nous passerons à autre chose et nous oublierons ce vote scandaleux.

Monsanto est donc condamnée pour avoir intoxiqué un jardinier. Mais cette multinationale est-elle la seule responsable ? Les parlementaires refusant d’interdire cette substance ne sont-ils pas eux aussi responsables ?

En juin dernier, Agir pour l’Environnement a mis en ligne un trombinoscope permettant de visualiser les parlementaires s’étant opposés à l’interdiction du glyphosate. Ce site a été partagé plus de 150 000 fois !
N’hésitez pas à réagir à la condamnation de Monsanto en adressant un courriel ou en postant un message sur les pages facebook ou twitter de ces parlementaires.
 
 
AIDEZ NOUS A INTERDIRE
LE GLYPHOSATE
 
 
ou
 

// Soutenez Agir pour l’Environnement

Plus nous sommes nombreux, plus nous avons d'impact.
Plus nous avons de soutiens, plus nous pouvons multiplier nos actions pour une planète vivable.

En 2017, 10545 personnes ont adhéré à Agir pour l'Environnement.

 
 
Le livre
 
La contrepartie de bienvenue !
Pour tout don ponctuel ≥ à 75€ (soit 25€ après réduction d'impôt) ou don mensuel ≥ à 10€, recevez :
 
En apportant votre soutien, vous recevrez :
  • un reçu fiscal pour déduire de vos impôts 66% du montant de votre don ;
  • nos campagnes cartes pétitions pendant 1 an ;
  • LE LIVRE "Le round up face à ses juges" de Marie-Monique Robin ;
 
Faire un don maintenant
 
 
★ Ne doutez jamais qu'un petit groupe de gens réfléchis et engagés puisse changer le monde. En fait, c'est toujours comme cela que ça s'est passé. - Margaret Mead (1901 - 1978) - Anthropologue.
 

samedi, 21 juillet 2018

Votre chronique : « Demande de stage en "Gestion/Protection des Zones Humides" »

Aurore et Gaby recherchent un stage de 2 ° année de BTS à faire à l'automne 2018 en zones humides. Leurs contacts sont dans les pièces jointes ci-dessous :

IMG_20170726_190355641.jpg Aurore Bascoul RoubeauFB_IMG_1528675489081.jpg Gabriel Gay

Demande de stage de 8 semaines en « Gestion/Protection des Zones Humides » du 08 octobre au 02 novembre 2018, du 26 novembre au 07 décembre 2018 et du 21 janvier au 01 février 2019

 

Madame, Monsieur,

               Nous sommes en formation de Brevet de Technicien Supérieur Agricole Gestion et Protection de la Nature à la Maison Familiale Rurale Valrance de Saint-Sernin sur Rance en Aveyron. Nous comptons nous spécialiser dans le domaine de la Nature, et plus précisément dans tout ce qui touche à son aménagement et à l’environnement. Dans ce cadre,  nous avons un stage de quelques semaines à faire dans un  organisme reliant gestion et protection des  Zones Humides  (Protection des Sources / Syndicats de Rivières / Littoraux / Voix fluviales  : rivières et canaux / Lacs de montagnes et barrages électriques artificiels / Salins…) qui nous aidera à en comprendre et analyser cette gestion et cette protection ainsi que d'en connaître les acteurs. Nous devrons acquérir une expérience en gestion des espaces "naturels" et/ou en éducation à l’environnement et ainsi concevoir et réaliser un projet en adoptant une démarche cohérente. Les fonctions qui nous seront confiées nous permettront d'affiner nos sens des réalités et de développer un véritable sens de l'initiative, de l'observation et un sens critique qui sont les qualités requises pour tout professionnel. 

Nous demandons ce stage à titre individuel mais nous pouvons venir à deux si votre structure peut nous recevoir ensemble. En fait peu nous importe. Nous faisons juste une démarche commune car nous sommes tous deux actuellement en stage ensemble en Gestion & Animation Nature au Québec, qu’il nous est plus pratique, de si loin, de faire nos démarches en commun, et que nous avons donc acquis l’habitude de travailler ensemble. Nous disposons tous deux de la capacité d'adaptation nécessaire pour bien nous intégrer au sein de votre organisme, car, comme vous pourrez le remarquer à la lecture de nos Curriculum Vitae, nos précédents stages et nos diverses activités extrascolaires nous ont permis de développer un bon sens du contact, de l'organisation et des responsabilités. 

Nous sommes tous deux très proches de la Nature, Gaby pour être un passionné de chasse et de pêche, et moi pour être issus du monde agricole. Nous vivons tous deux en pleine campagne depuis toujours. Nous connaissons bien les départements du Tarn, de l’Hérault et de l’Aveyron. Nous y connaissons bien les rivières, Gaby pour y pêcher régulièrement, et moi pour y pratiquer le canyoning et le canoé. (Je suis pour ma part en train de préparer un BE Canyoning).

Nous sommes véhiculés et autonomes pour le logement.

Ayant déjà découvert les métiers qui se rapportent à la Gestion des Forêts, à l’Agriculture, à l’Animation Nature, à la Protection des espèces, nous sommes particulièrement motivés pour découvrir les divers métiers qui se rapportent à la biodiversité des zones humides. Lors de ce stage, nous vous apporterons notre sérieux, notre dynamisme, notre curiosité et surtout, nos divers questionnements. Vous l’aurez peut-être compris à la lecture de cette demande de stage, nous sommes tous deux très motivés pour découvrir d’autres horizons, d’autres métiers. Étant donc actuellement en stage au Québec, nous ne serons disponibles que début septembre pour vous rencontrer, nous présenter et pour vous énoncer les motivations qui nous animent.

                 En attendant cette rencontre, nous vous prions de croire, Madame, Monsieur, en notre réel engagement et en nos remerciements les plus sincères pour une réponse favorable de votre part.

                                                                                                    Aurore Bascoul Roubeau & Gabriel Gay

Pour plus d'information voir les documents ci-dessous 

Lettre de demande de stage zones humides Aurore & Gaby Juillet 2018.pdf

BASCOUL ROUBEAU Aurore Gestion Animation Nature Juillet 2018.pdf

GAY Gabriel Gestion Aménagement Protection Nature juillet 2018.pdf 

jeudi, 05 juillet 2018

Vieussan : Forage horizontal dirigé sous l'Orb pour enterrer le réseau électrique

Une entreprise du Vaucluse est spécialisée dans ces chantiers particuliers. Rencontre.

Sur leur casque de chantier, la carte des travaux public présente l'entreprise vauclusienne For-Drill, 6 équipes toujours en déplacement pour des forages horizontaux dirigés dans toute la France.

Sur leur casque de chantier, la carte des travaux publics présente l’entreprise For Drill : six équipes toujours en déplacement pour des forages horizontaux dirigés dans toute la France.

fin juin 2018 003.JPGSerguey, Djamel et Roman, une équipe de choc pour l'entreprise For Drill

"On passe partout où c'est impossible de faire une tranchée :  sous les rivières, sous les autoroutes. C'est propre et rapide. Ditch Witch, c'est le nom de notre équipe, du nom de la machine que nous utilisons."

IMG_20180612_102448.jpg"On mesure, on repère, c'est le sol qui dirige, on passe partout où c'est impossible de faire une tranchée"

Traverser la rivière n'était pas sans difficulté : le terrain est très dur et si, aujourd'hui, il y a 10 cm d'eau, elle monte vite. Pour poser la gaine sans tranchée, on mesure d'abord la profondeur de la rivière.

IMG_20180608_104416.jpg
"Ditch Witch, c'est le nom de notre équipe du nom de la machine que nous utilisons." 

« On a un point de départ A et il faut arriver au point B, c'est le sol qui dirige, on peut aller jusqu'à 23 m de profondeur. On doit passer sous le fond des cours d'eau à 3 m minimum."

Avec le détecteur on repère, on trace au sol les points à la peinture biodégradable tous les 4 m 34, longueur de chaque tige. C'est la direction du forage." L'appareil donne le graphique. Tout est détaillé sur l'écran. Le détecteur a un cadran horaire : 6 h pour descendre, 9 h tourner à gauche, 3 h à droite, 12 h pour monter."

IMG_20180608_114407.jpg

"Plus de 117 m de forage, 2 m 70 de dénivelé, 9 m de profondeur, on est descendu à 8 m 60 en bord de rivière. Notre guide c'est la tête du détecteur, son porte sonde et sa sonde électronique. Si il y a une erreur il faut tout recommencer. Avec la tête et le détecteur on peut pas se tromper. On est sorti a 1 m 90 de profondeur au point B."

Voir les images sur : http://videocantondoc.blogs.midilibre.com

L'aiguillage est fait, le câble électrique est en attente pour EDF. Une société viendra terminer le terrassement.

Seules traces du chantier : quelques points de couleur biodégradable sur les galets, une flaque boueuse qui sera rebouchée. Là est récupérée la bentonite, cette argile purifiée a servi à refroidir la tête et à stabiliser le tunnel.

fin juin 2018 007.JPG

"Le tuyau a été tiré : le forage est réussi ! "C'est le bilan de ce chantier sous l'Orb qui vient de se terminer pour Djamel, Roman et Serguey. Trois techniciens pour un matériel de pointe et une équipe de choc.

samedi, 30 juin 2018

Votre chronique : Défense du professeur Belpomme... pour "la santé durable"

ENEDIS a saisi le Conseil de l’Ordre des Médecins d’une plainte contre le Professeur BELPOMME en raison de certificats délivrés à des personnes électrosensibles (intolérantes à la pollution électromagnétique) pour leur éviter l’installation de compteurs Linky.

Action pour la relaxe du professeur Belpomme : https://www.cyberacteurs.org/cyberactions/larelaxepourlep...

10 juin 2015 010.JPGLe professeur Dominique Belpomme défend la notion de Santé Durable (rencontre de juin 2016 dans sa maison à Saint Julien)

- Le cancérologue met en cause la dégradation de l’environnement : pollutions chimiques et champs magnétiques. "La pollution, par quelques-un, de l'environnement qui est le bien commun de tous, devrait être reconnu comme un crime de santé" assure Dominique Belpomme. ( Rencontre de juin 2016)

Plus d'infos :

Robin des Toits qui est à l'origine de la médiatisation de l'électrosensibilité en 2008 et qui souhaite la reconnaissance de cette affection a pu interroger le Pr Belpomme.

Le Pr Belpomme a simplement tenu à confirmer la pleine validité scientifique de tout ce qu'il a fait concernant l’Électro-Hypersensibilité (EHS). Pour le reste, il s'en remet à l'impartialité du Conseil de l'Ordre.

https://www.cyberacteurs.org/cyberactions/larelaxepourlep...

jeudi, 07 juin 2018

BÉZIERS : "Douze prévenus à la barre, vent debout contre le glyphosate"

Tribunal. Compte Rendu d’Audience Annick Koscielniak

"Le 19 mars 2016, ils avaient investi le magasin Bricomarché de Pézenas et dégradé des bidons de désherbants.

Résultat de recherche d'images pour "Les prévenus, avant leur procès, se sont servis du palais de justice comme tribune contre les pesticides"Les prévenus, avant leur procès, se sont servis du palais de justice comme tribune contre les pesticides A.K. 

Sur la vidéo surveillance du magasin, diffusée dans la salle d’audience du tribunal correctionnel de Béziers, on assiste à toute la scène. Le 19 mars 2016, des hommes et des femmes arrivent en ordre dispersé, se fondent parmi la clientèle du Bricomarché de Pézenas. On voit ensuite l’un d’eux étendre une bâche bleue au sol, au rayon fleurs et tout commence. Pendant dix minutes, les douze prévenus viennent y déverser le contenu de leurs chariots de courses. Les boîtes et les bidons d’un puissant herbicide s’amoncellent, bombés à la peinture.

Ce jour-là, un collectif sous la bannière des Faucheurs volontaires participe à l’une des trente actions programmées en France contre les enseignes commercialisant des produits au glyphosate.

Des tee-shirts avec des taux d’intoxication

Ce mercredi, ils comparaissent pour dégradation volontaire. Tandis que leurs soutiens campent aux portes du palais de justice, ils s’alignent sur le banc, la plupart porte un tee-shirt blanc avec un chiffre placardé en noir.

« Cela représente le taux de glyphosate retrouvé dans nos urines. Avec 3,50 microgrammes par litre, je suis la championne des empoisonnés, sachant que le taux autorisé est de 0,1. Je n’en ai jamais acheté et pourtant, j’en ai plein mon corps, explique une retraitée. J’ai signé des pétitions, j’ai voté pour des gens à qui j’ai eu la faiblesse de faire confiance. Cela n’a servi à rien. Cette action non violente est une réponse à la violence extrême de produits en vente libre.»

Tour à tour, ils viennent à la barre, reconnaissent et même revendiquent leur présence sur la vidéo. Quant à la cible. « Nous avons choisi cette grande surface car elle a une quantité astronomique de ces produits, présentés en tête de gondole. Ce magasin fait marcher le tiroir-caisse autour de leur produit phare, en promotion », insiste Julien. Il a filmé lui aussi l’opération. L’enregistrement rejoindra ceux des autres opérations, aux fins de communication.

Le 19 mars, ils ont distribué des tracts, discuté avec la clientèle et les employés. « Ces actions visent à avertir les gens, montrer qu’il y a de la résistance. En 2010, il y avait danger imminent. Aujourd’hui, c’est la catastrophe. Et cela concerne le monde entier.» Une ancienne infirmière a « vu de ses yeux en Colombie des bébés avec des difformités horribles, une recrudescence de cancers lors de mes dix dernières années d’activité. C’est un problème politique. Il est inadmissible de renouveler l’autorisation du glyphosate et de ses coformulants obligatoires, aussi toxiques. Nous avons juste peinturluré des bidons, à défaut de pouvoir les détruire. J’ai la rage et je suis malheureuse de ne pas avoir pu faire d’action plus forte ».

Catherine parle de droit à la « désobéissance civile ». Anne dénonce la chaîne des responsabilités : « Les firmes évidemment, les politiques, les utilisateurs, les agriculteurs formatés par les syndicats ou les chambres d’agriculture qui nient la toxicité des produits, les commerçants, pas toujours au courant de ce qu’ils vendent par ailleurs.»

Le tribunal correctionnel devient une tribune contre l’ennemi juré, le géant Monsanto, fabricant du glyphosate. Le vice-procureur Samuel Serre recadre les débats : « On ne fait pas ici le procès de Monsanto. Vous avez terrorisé des clients, agressé une employée qui filmait, vandalisé un supermarché, cela fait de vous des délinquants de droit commun. Il y a d’autres moyens de faire passer un message. Il existe des associations, des lobbyings européens. Vous avez opté pour la violence, c’est ce que vous voulez montrer à vos enfants et petitsenfants ?». Il requiert un mois de prison avec sursis pour chacun des prévenus.

Le gérant de la grande surface s’est constitué partie civile et réclame 9 500 € de préjudice matériel, et 3 000 € de perte commerciale.

Délibéré le 4 juillet

Me Nicolas Gallon qui avait soulevé le moyen de nullité au nom du principe de précaution, des droits fondamentaux de vivre dans un environnement préservé et garant de la santé, plaide la relaxe au nom de « l’état de nécessité. Les trois conditions sont réunies, le danger imminent, l’intérêt supérieur et la proportion de la riposte par rapport à l’atteinte. Cette action est symbolique, non violente. À défaut de relaxe, requalifions la en contravention. »

L’avocat n’hésite pas à pourfendre Monsanto, « sa rétention d’informations, son lobbying à Bruxelles, ces scientifiques à sa solde qui démontent les études osant démontrer la nocivité du glyphosate, le Monsanto papers… ».

Et d’en appeler au tribunal : « Mes clients s’en sont pris au seigneur des pesticides ! La parole du citoyen n’arrive pas à émerger. Vous êtes le dernier rempart dont on ne peut influencer les décisions.» Il se demande aussi que sont devenus les bidons peinturlurés : « On n’a présenté aucun bon de destruction, un témoin affirme les avoir vus en promo avec les indications noircies de peinture donc illisibles ! 

Le tribunal a renvoyé son délibéré au 4 juillet.»

midilibre.fr : jeudi 7 juin 2018 COMPTE RENDU D’AUDIENCE ANNICK KOSCIELNIAK

Témoins. Ils ont alerté à la barre

Alain, viticulteur : « Ma maladie est un enfer »

Il consulte en Ardèche, Guy est membre d’un réseau d’alerte des médecins sur les pesticides : « Les cancers de la prostate ont été multipliés par dix chez les quinquagénaires. Les maladies de Parkinson et d’Alzheimer, les autismes, ont explosé en parallèle de l’utilisation accrue du glyphosate. On voit de plus en plus d’anomalies génitales chez les enfants de viticulteurs, avec des micropénis, des pubertés précoces, des problèmes de fertilité. Le glyphosate est un grave perturbateur endocrinien ! Pourquoi est-il encore sur le marché ? Il y a omerta sur les études. Les chercheurs qui parlent des méfaits voient leurs crédits coupés, l’industrie les diffame et inonde avec de fausses recherches.»

Alain, 67 ans, ancien viticulteur, atteint de la maladie de Parkinson, s’avance avec difficulté à la barre : « Ma maladie a été reconnue professionnelle par la Mutuelle Sociale Agricole. Elle est due aux pesticides que j’ai utilisés dans ma vigne. Je n’ai jamais été informé des dangers. Je suis passé au bio en 2005. Ma maladie est un enfer.»

Arnaud représente l’association Justice-pesticide : « J’ai été coordinateur du tribunal citoyen international Monsanto. Cinq questions ont été posées. Monsanto at-il enfreint les droits fondamentaux à la santé, à un environnement sain, à l’alimentation, à la recherche académique libre, estil complice de crime de guerre avec l’agent orange et de crime d’écocide ? Cinq juges ont auditionné une trentaine de personnes venues du monde entier .» A.K.

lundi, 04 juin 2018

Votre chronique : Communiqué de France Nature Environnement

FNE

COMMUNIQUÉ DE PRESSE FNE LR - ECCLA

Montpellier, le 4 juin 2018
RENONCEMENTS À TOUS LES ÉTAGES DE L'ÉTAT SUR LA RÉGLEMENTATION DE L'USAGE DES PESTICIDES

Alors que la promesse du Président de la République d’interdire le glyphosate ne sera pas tenue, les préfets du Gard et de l’Aude entérinent la régression des zones de non traitement à proximité des milieux aquatiques (cours d’eau, canaux, plan d’eau, étangs ...).

Les milieux aquatiques sont particulièrement sensibles à l’épandage de pesticides à leurs abords, pour de nombreuses raisons : impact direct sur la faune et la flore aquatiques, diffusion dans le milieu, exportation et accumulation des produits en aval etc. Commencer par réglementer la pulvérisation de produits phytopharmaceutiques à proximité des milieux aquatiques est donc la priorité.

Depuis mai 2017, la réglementation sur les Zones de Non Traitement (ZNT) a changé : le nouvel arrêté interministériel (1) donne – à l’instar du précédent (2) – une définition assez large des « points d’eau » concernés, qui doivent recouvrir l’ensemble des éléments du réseau hydrographique identifiés sur les cartes IGN au 1/25 000. Malgré tout, c’est désormais aux préfets de chaque département qu’est délégué le soin de définir les « points d’eau » à protéger.

Si certains préfets sont restés dans l’esprit du texte, d’autres ont pris des arrêtés restreignant de manière considérable la définition des « points d’eau » concernés. Ainsi, l’arrêté du préfet de l’Aude ne protège plus que 39 % du réseau hydrographique au sein du vignoble audois ; l’arrêté du préfet du Gard, quand à lui, ne protège plus que 34 % du réseau hydrographique dans le vignoble gardois, et 9 % dans les zones de riziculture.

Alors que ces départements sont particulièrement touchés par la pollution aux produits phytopharmaceutiques dans les eaux de surface, mais aussi dans l’eau potable, FNE LR - et l’association ECCLA dans l’Aude - ont demandé par recours gracieux aux préfets de compléter leurs arrêtés.

En l’absence de réponse des préfets les associations ont décidé de saisir le juge administratif pour les contraindre à revoir la définition des « points d’eau ».

Pour Simon Popy, président de FNE LR : « Nos territoires sont touchés par la pollution aux pesticides. Certains bassins présentent des concentrations fortes à très fortes dans les eaux de surface, voire dans les eaux souterraines. C’est à la fois un enjeu de protection de la nature et de santé publique. Les mesures prises par les préfets de l’Aude et du Gard sont manifestement en dessous des exigences de la loi et constituent une régression. Nous ne pouvons l’accepter ».


1 : Arrêté interministériel du 4 mai 2017 NOR : AGRG1632554A

2 : Arrêté ministériel du 12 septembre 2006 NOR : AGRG0601345A


Contacts presse :
Olivier Gourbinot : tél : 06 89 56 04 84 ; email : coordination.fnelr [at] gmail.com

A diffuser largement, merci.

PIERRE BALZERGUE

ANIMATEUR DU RESEAU REGIONAL – CHARGE DE RELATIONS PUBLIQUES
18 RUE DES HOSPICES – 34090 MONTPELLIER
09 72 62 18 15 - 06 72 57 40 77
pierre.balzergue@fne-languedoc-roussillon.fr www.fne-languedoc-roussillon.fr
Retrouvez-nous sur notre page Facebook et Twitter

mercredi, 30 mai 2018

Hérault : Procès des Faucheurs Volontaires à Béziers le 6 juin 2018

COMMUNIQUÉ DE PRESSE
Procès de Béziers le 6 juin 2018

Résultat de recherche d'images pour "Faucheurs Volontaires"

"Les Faucheurs Volontaires d'OGM se sont mobilisés le 19 mars 2016 sur tout le territoire français
pour dénoncer la vente des pesticides et notamment du Roundup contenant du glyphosate et des
co-formulants hautement toxiques. Ils se sont introduits dans 34 magasins et ont peint les bidons
concernés.
12 Faucheurs(-ses) Volontaires étaient en procès à Béziers le mercredi 18 octobre pour être
intervenus dans un magasin de Pézenas. Ce procès a été reporté au 6 juin 2018
La région du Languedoc Roussillon est largement utilisatrice de Roundup ou d'herbicides à base
de glyphosate (plus de 4000 tonnes annuelles).
La direction de l'Agence de l'eau Rhône Méditerranée-Corse constate depuis plusieurs années la
présence de glyphosate dans les cours d'eau, présence particulièrement élevée dans les zones
viticoles et arboricoles.
Les Faucheurs Volontaires mènent un combat contre les OGM et l'agriculture industrielle qui les utilise. Il y a un lien direct entre les herbicides et les OGM : en effet la majorité de ceux-ci sont des OGM rendus tolérants aux herbicides, que ce soit par la méthode de la transgenèse, mise en place à la fin des années 90, ou par les méthodes de mutagenèse plus récentes.
Ces nouveaux OGM sont cultivés en France et sont essentiellement du tournesol et du colza (150 000 ha environ) : ce sont des éponges à pesticides et les résidus d"herbicides se retrouvent dans les huiles alimentaires et dans l'au potable, c"est à dire dans nos assiettes et dans nos verres.
Quant aux OGM transgéniques, ils ne sont plus cultivés en France, mais le sont ailleurs et sont importés massivement pour nourrir nos animaux d'élevage. Dans les pays où ils sont cultivés, les épandages d'herbicides sont la cause de morts, de malformations et de maladies intolérables.

Les Faucheurs Volontaires, par cette action du 19 mars 2016, ont voulu alerter sur :
- le problème majeur de santé publique que provoque l'utilisation des herbicides et en particulier du glyphosate classé en 2015 comme « cancérogène probable » par le CIRC (centre de Recherche sur le Cancer)
-les dangers liés à la dispersion du glyphosate (ou de son métabolite l'AMPA) et de ses co-formulants hautement toxiques,
- la soumission des pouvoirs publics aux lobbies agro-alimentaires et leur irresponsabilité face
aux problèmes des pesticides et des OGM, comme le montre dans l'actualité le rétro-pédalage sur
- l'interdiction effective du glyphosate dans 3 ans,
- l'absence de transparence concernant la culture dans notre pays d'OGM mutés tolérants aux herbicides.

Les Faucheurs Volontaires demandent:
- le retrait immédiat du Roundup et autres herbicides contenant du glyphosate,
- la levée du secret industriel sur les co-formulants du Roundup et autres herbicides à base de glyphosate. En effet ces herbicides sont constitués de 30 à 40 pour cent de glyphosate, le reste étant des co-formulants toxiques échappant à toute évaluation,
- un moratoire sur la culture en France des OGM mutés tolérants aux herbicides,
- un moratoire sur les importations d'OGM.

A Guingamp comme à Foix, pour la même action, le tribunal a décidé de poser des questions préjudicielles à la Cour de Justice Européenne pour non respect du principe de précaution et
évaluation insuffisante de la dangerosité de tous les pesticides".

Le Collectif des Faucheurs d'OGM

recto-béziers-6-octobre-web.jpgverso-beziers-rectif.jpgCapture du 2018-05-24 14-22-21 (1).png

lundi, 02 avril 2018

Votre chronique : "l'eau un produit commercial ou un bien commun ?" Ciné-débat le 11 avril à Montpellier

"Jusqu'à la dernière goutte, les guerres secrètes de l'eau en Europe"

"Le comité local Attac Montpellier vous invite à un ciné-débat autour de la projection du film « Jusqu'à la dernière goutte, les guerres secrètes de l'eau en Europe » de Yorgos Avgeropoulos.

goutte d'eau.jpg

Au moment où l'Europe traverse une crise non seulement économique mais aussi morale et politique, des millions d'européens réclament une réponse à une question cruciale : l'eau pour l'Union européenne est-elle un produit commercial ou un bien commun ?

Le documentaire de 60 minutes explique clairement les contradictions de l'Union européenne qui, bien que constatant l'échec de la privatisation dans le domaine de l'eau, pousse à cette même privatisation et va jusqu'à exiger de certains Etats membres qu'ils vendent leurs services d'eau et d'assainissement au privé dans le cadre de plans d'austérité qui leur sont imposés.

Des interviews réalisées durant 4 ans dans 6 pays et 13 villes montrent ce processus à l'oeuvre ainsi que les résistances qu'il soulève.En effet, certaines villes européennes rejettent la privatisation de l'eau qu'elles avaient adopté depuis des années et "remunicipalisent" leurs services d'eau et d'assainissement.

Le débat qui suivra la projection du documentaire sera animé par Eau Secours 34  avec pour grand témoin, Jean-Luc Touly, qui abordera plus particulièrement la situation française. Porte-parole de l'Association pour le contrat mondial de l'eau France, président du Front Républicain d'Intervention Contre la Corruption, juge prud'homal de 1993 jusqu'en janvier 2018, Jean-Luc Touly est un fin connaisseur de la gestion publique et privée de l'eau en France ainsi que des multinationales comme Veolia et Suez." https://herault.demosphere.eu/rv/8551

Ce ciné-débat aura lieu le 11 avril à 19 h, a Montpellier Salon du Belvédère Le Corum - Esplanade Charles-de-Gaulle Montpellier

carte

carte

lundi, 22 janvier 2018

Votre chronique : « Les micro fermes »

L'Ecole de Permaculture du Bec Hellouin

lundi, 15 janvier 2018

Votre chronique : De quelques occupant.es de la zad (NDDL)

Communication de quelques occupants de la ZAD de Notre Dame des Landes
 
Résultat de recherche d'images pour "zad notre dame des landes"Un fermier dans l'une des fermes de la ZAD à Notre-Dame-des-Landes, le 17/01/2018 photo Loic Venance/AFP
 
Lettre aux comités locaux, aux soutiens du mouvements, et à toutes celles et ceux qui se reconnaissent dans le mouvement contre l’aéroport et son monde

 lundi 15 janvier 2018

 "On assiste ces dernières semaines à un déluge de déclarations médiatiques autour de la zad de NDDL et de son avenir – aéroport ou pas, expulsions ou pas, nouveau Larzac ou pas, blablabla. Autant dire qu’on ne s’y retrouve pas forcément, voire pas du tout, voire au contraire.

Quelques retours nous portent à croire que c’est pas toujours très clair, pour les membres des comités locaux, les soutiens et les sympathisant.e.s, surtout celleux qui sont un peu loin. C’est à vous qu’on adresse cette lettre, parce qu’on a envie d’expliquer ce qu’on comprend de la situation, et aussi de porter une autre voix que celles qui se font le plus entendre. 

On, c’est quelques habitant.es / occupant.es, de différents lieux de la zad, qui n’ont pas toujours les mêmes positions, mais se rejoignent souvent sur la volonté que la zad conserve une certaine radicalité qui ne soit pas que de façade, en restant attaché.es à ce que chacun.e puisse trouver sa place dans ce qui se vit ici."

Pour lire la suite  http://zad.nadir.org/spip.php?article5028

mercredi, 03 janvier 2018

Votre chronique : La Mort est dans le pré

"Ce documentaire va éveiller nos consciences sur le scandale des agriculteurs empoisonnés par les pesticides de leurs propres champs."

"Peut-on vraiment évoquer un crime ou un complot à ce sujet, la réalité est peut être plus nuancée et difficile à cerner, mais quoi qu'il en soit, ce documentaire révèle les dessous de graves défaillances liées l'utilisation des pesticides.

Tout d'abord, il semble que ce soit la course au profit qui est indirectement à l'origine des maladies des agriculteurs mentionnés dans le reportage. En semant des pesticides, «les travailleurs des champs» étaient loin de se douter qu'ils récolteraient des cancers et des troubles neurologiques. «Intitulé la mort est dans le pré», ce reportage est un gros plan sur la souffrance de ces sacrifiés de l'agriculture.

Caroline est la première d'entre eux, et lance cet appel qui résonne dans le vide tel un cri angoissant : «les agriculteurs sont en train de mourir». Il faut dire que Caroline a déjà payé un lourd tribut pour son exploitation puisque son mari (Yannick) est décédé de leucémie, une mort attribuée par les médecins à l'utilisation des pesticides."

lundi, 01 janvier 2018

Bonnes résolutions 2018 : 1ère journée mondiale de l'Altruisme

En vous souhaitant une belle année 2018

remplie de bonheur

et

de Paix

La journée mondiale de la paix qui a lieu le 1er janvier de chaque année, a été établie à l'initiative de l'Église catholique romaine en 1968 par le pape Paul VI en faveur de la paix dans le monde

1er janvier 2018,journée de la paix,association mouvement altruiste,première journée mondiale de l’altruisme,journée mondiale de la paix,journée

« Puisque le bien de la paix est étroitement lié au développement de tous les peuples, il est nécessaire de tenir compte des implications éthiques de l'usage des biens de la terre.
Le Concile Vatican II a opportunément rappelé que « Dieu a destiné la terre et tout ce qu'elle contient à l'usage de tous les hommes et de tous les peuples, en sorte que les biens créés doivent être mis en abondance à la disposition de tous... ». »  Message du pape François pour la célébration de la XLVIIe Journée mondiale de la paix, 1er janvier 2014

À l’occasion de ce 1er Janvier 2018, journée de la Paix, l’association Mouvement Altruiste annonce la date de la première journée mondiale de l’Altruisme.

CP - 1ère journée mondiale de l altruisme.docx-page-001.jpg

Dans la liste des bonnes résolutions à prendre pour cette nouvelle année, Mouvement Altruiste propose à tous de tendre vers plus d’altruisme pour le bonheur des hommes, des animaux, de la planète.

La journée mondiale de l’altruisme se déroulera à Paris à la salle Appollo et sera retranscrite en direct en français et en anglais. Bruno LallementYves Cochet, Pablo ServigneJérôme Bernard-Pellet, interviendront pour présenter un état des lieux de notre planète.

Yann Athus BertrandEric JulienGuillaume Corpard et Benjamin Escamez soutiennent la journée mondiale de l’Altruisme.

 

lundi, 18 décembre 2017

Votre chronique : réflexion sur le contenu du registre d’enquête publique du SAGE Orb

Réflexion d'un riverain autour du Schéma d’Aménagement et de Gestion de l’Eau (SAGE) de l’ORB

"Ce schéma d’aménagement et de gestion de l’eau du fleuve Orb concerne 105 communes situées sur le bassin versant de l’Orb ; mais surtout sur les affluents du Jaur et de la Mare au pied du Caroux et de l’Espinouse, dans le cadre de la gestion de la qualité et la quantité de l’eau eau potable et assainissement  et de la protection contre les inondations ( GEMAPI).... Merci de faire passer..." D. B.

Image associée

« Avec le réchauffement de la planète et ses conséquences, l’EAU est au centre de toutes les
préoccupations à tous les niveaux. L’eau, un BIEN COMMUN, doit être préservée de toute urgence. Les
monts de l’Espinousse, Caroux, Somail, Escandorgue recueillent les pluies cévenoles du Massif Central
méridional. (Le cycle de l’eau de la montagne à la mer méditerranée )
Récemment, une enquête publique s’est déroulée pour étudier toutes les problématiques concernant
l’eau du grand bassin versant de l’Orb, fleuve côtier à l’ouest du département 34 (http://www.vallees-orb-libron.fr/). Un fleuve bien irrigué qui va généreusement alimenter de surcroît la nappe de l’Astien et transférer de l’eau aux communes du Minervois ainsi qu’aux stations littorales entre Narbonne et Gruissan.

Le premier schéma d’Aménagement et de Gestion de l’EAU ( SAGE) est mis en place en 2017, grâce à
la création d’un Etablissement Public qui remplace le Syndicat Mixte de la vallée de l’Orb. Ce schéma
d’aménagement est coordonné avec le Schéma directeur de l’agence de Bassin Rhône- Méditerranée
(SDAGE).

L’enquête publique, qui vient de se dérouler du mois de novembre au 8 décembre, a concernées 105
communes de l’ouest héraultais ; communes toutes traversées par des rivières, ruisseaux, et tout un
chevelu de petit riu formant le grand bassin versant de l’Orb et du Libron. L’eau des montagnes
alimentent les nappes phréatiques et les sources, qui elles mêmes alimentent les canaux, béals et
pesquiers construits par l’homme.

Dans cette géographie locale, le contrôle de l’eau et sa distribution demandent une gestion programmée sérieuse, que l’administration à du mal à mettre en place . La vétusté du réseau s’accroît, la qualité de l’eau potable se dégrade ; la situation devient critique , face à des administrateurs de l’eau qui sont en incapacité d’y remédier.

A qui l’eau appartient-elle ?

Lors de l’enquête publique, quelques remarques critiques qui ont été énoncées, méritent d’être
soulignées :
• Une demande d’approche locale et montagnarde, pour ne pas se laisser se dominer par l’aval et ses
objectifs particuliers. L’amont est au cœur du système eau avec ses sources, ses nappes et réservoirs
en eau , sa zone humide, la dynamique des rivières , l’oxygénation de l’eau, et ses ripisylves
écologiques. Une bonne coopération interprofessionnelle et politique est primordiale au développement
et à l’entretien des zones de montagne riche en potentialité.
• Il faut rendre moins opaque les services publics liés aux équipements et infrastructures (ouvrages
d’adduction, de collecte d’eau ou d’assainissement).
• Privilégier la création de bassins réservoir et les équipements de potabilisation de l’eau sur place,
• Essayer de réduire le coût des réseaux longs et complexes et surtout de profiter de la qualité à
proximité de notre l’eau de Montagne. Pour cela, nos services compétents doivent s’appliquer à faire
avancer les projets d’intérêts généraux (PIG), en particulier l’entretien des rivières afin de parer aux
violentes inondations dûes aux fortes crues cévenoles et de se pencher sur la préservation des béals et
autres patrimoines hydrauliques.
• Il est à déplorer un manque de représentation et d’équité des diversités territoriales et des opinions
locales correspondantes au terroir, à sa géographie, à sa culture etc. ...entre le littoral et l’arrière pays
(départements 12 et 34)
• Il est à déplorer de constater, qu’au sein de la commission locale de l’eau (CLE), il n’y ait aucune
présence de représentants d’associations comme les ASA locales et autres associations sur
l’environnement et sur le cadre de vie (Trame verte et bleue : urbanisme, paysage...)

A nous citoyens de prendre conscience de l’enjeu capital de la survie de l’eau potable par notre propre
comportement en restant vigilants, critiques et actifs sur les décisions qui sont prises souvent d’une
façon un peu trop arbitraire pour nos gouvernants.

Notes
CLE, = commission locale de l’eau une structure administrative et politique du gouvernement de l’eau »

Plus d'infos

La région Méditerranée : un « hot-spot » du changement climatique

- http://www.partenariat-francais-eau.fr/comite-francais-un...

- http://www.partenariat-francais-eau.fr/en/our-productions/

- http://www.partenariat-francais-eau.fr/wp-content/uploads...

- http://www.partenariat-francais-eau.fr/en/wp-content/uplo...

Risque climatique et accès à l’eau en Méditerranée : presentation_du_seminaire_eau_septembre_2015.pdf

jeudi, 07 décembre 2017

Orb et Libron : Schéma d'Aménagement et de Gestion des Eaux (SAGE)

Enquête publique

Le Schéma d'Aménagement et de Gestion des Eaux (SAGE) des Vallées de l'Orb et du Libron fait l'objet d'une enquête publique

Il reste quelques heures pour déposer une observation

"Dans le cadre de la procédure d'approbation du Schéma d'Aménagement de Gestion des Eaux (SAGE) des bassins versants de l'Orb et du Libron, le projet présenté par le Syndicat mixte des vallées de l'Orb et du Libron (SMVOL), maître d'ouvrage, est soumis à enquête publique qui se déroulera du lundi 30 octobre 2017 à 9H00 au vendredi 8 décembre 2017 à 17 H 00, pendant 40 jours consécutifs."

enquête publique.jpg

https://www.democratie-active.fr/enquete-sage-vallees-orb...

Enquête publique par internet jusqu’au 8 décembre 16 h  maximum 
Le dossier SAGE est consultable sur  le site Internet des services de l’État, aux liens suivants : 
 
 
 
Pour réagir au projet et déposer vos observations, c'est  avant le 8 décembre 16 h sur  le registre dématérialisé : https://www.democratie-active.fr/enquete-sage-vallees-orb-libron

vendredi, 17 novembre 2017

Votre chronique : Le chardonneret prend son bain

Rien n'est meilleur que des mains amicales

Une espèce menacée : Le chardonneret se cache pour mourir (Hicham AIT ALMOUH

vendredi, 03 novembre 2017

Votre chronique : enquête publique ouverte du 2 novembre au 8 décembre 2017 pour approbation du SAGE

L'enquête publique préalable à l’approbation du Schéma d’Aménagement et de Gestion des Eaux (SAGE) des bassins de l’Orb et du Libron vient de s'ouvrir 

Image associée

Premier Schéma d’aménagement et de gestion de l’eau « SAGE Orb »,   concernant l’eau potable, l’assainissement, le ruissellement, la gestion des zones humides, la prévention des risques d’inondation, la protection des rivières, riu et ruisseaux, les zones de baignade, hydroélectricité,  etc... du 2 novembre au 8 décembre 2017

Le dossier de l'enquête contenant les infos est accessible sur ce lien : https://www.democratie-active.fr/enquete-sage-vallees-orb-libron/dossier-enquete-publique-dematerialisee-s1012.html

Liste des lieux de réunions publiques : https://www.democratie-active.fr/enquete-sage-vallees-orb-libron/

Ce Premier Schéma d’aménagement et de gestion de l’eau  SAGE Orb :  schéma sur l’eau potable, les inondations, la biodiversité , l’urbanisme, le ruissellement des pluies cévenoles , la protection des rivières , des ruisseaux, riu, béal,  des canaux d’irrigation, des pesquiers, des bassins d’orages, des forages,   etc...
 
Lire ci-dessous
l'avis préfectoral d’enquête publique (préfet de l’Hérault et préfet de l’Aveyron)
affiché dans plus de 110 communes 

gestion,schéma d’aménagement et de gestion des eaux (sage),bassins,orb,libron,« sage orb »,eau potable,assainissement,ruissellement,risques d’inondation,protection des rivières,riu et ruisseaux,zones de baignade,hydroélectricité,enquête publique,approbation du sagegestion,schéma d’aménagement et de gestion des eaux (sage),bassins,orb,libron,« sage orb »,eau potable,assainissement,ruissellement,risques d’inondation,protection des rivières,riu et ruisseaux,zones de baignade,hydroélectricité,enquête publique,approbation du sagegestion,schéma d’aménagement et de gestion des eaux (sage),bassins,orb,libron,« sage orb »,eau potable,assainissement,ruissellement,risques d’inondation,protection des rivières,riu et ruisseaux,zones de baignade,hydroélectricité,enquête publique,approbation du sage

Les communes de l’Hérault -en gras les communes du bassin amont de l’Orb- concernées par le projet sont : Les-Aires, Assignan, Autignac, Avène, Babeau-Bouldoux, Bassan, Bédarieux, Berlou, Bessan, Béziers, Boujan Sur Libron, Le-Bousquet-D'orb, Cabrerolles, Cambon-Et-Salvergues, Camplong, Capestang, Carlencas- Et-LevasCastanet-Le-Haut, Causses-Et-Veyran, Caussiniojouls, Cazedarnes, Cazouls-Les-Béziers, Cébazan, Ceilhes-Et-Rocozels, Cers, Cessenon- Sur-Orb, Colombières-Sur-Orb, Colombiers, Combes, Corneilhan, Courniou-Les-Grottes, Creissan, Cruzy, Dio-Et-Valquieres, Espondeilhan, Faugeres, Ferrieres-Poussarou, Fouzilhon, Fraisse-Sur- Agoût, Gabian, Graissesac, HérépianJoncels, Lamalou-Les-Bains, Laurens, Lespignan, Lieuran-les-Beziers, Lignan-Sur-Orb, Lunas, Magalas, Maraussan, Maureilhan, Mons-La-Trivalle, Montady, Montblanc, Murviel-Les-Béziers, Olargues, Pailhes, Pardailhan, Pezenes-Les-Mines, Pierrerue, Portiragnes, Le-Poujol-Sur-OrbPradal, Prades-Sur-Vernazobres, Prémian, Puimisson, Puissalicon, Puisserguier, Quarante, Riols, Romiguières, RoquebrunRoqueredondeRosis, Saint-Chinian, Saint-Étienne- D'albagnan, Saint-Étienne-D'estrechoux, Saint-Genies-De-Varensal, Saint-Genies-Le-Bas, Saint-Gervais- Sur-MareSaint-Julien-D'olargues, Saint-Martin-De-L'arçon, Saint-Nazaire-De Ladarez, Saint-Pons-De-Thomières, Saint-Vincent-D'olargues, Sauvian, Sérignan, Servian, Taussac-La-Billière, Thézan-Les-Béziers, La- Tour-Sur-Orb, Valras-Plage, Vendres, Vias, Vieussan, Villemagne-L'argentière, Villeneuve-Les-Béziers, Villespassans. 

LIEUX de consultations  du dossier 

HORAIRES D’OUVERTURE DES BUREAUX

Syndicat mixte des vallées de l’Orb et du Libron (SMVOL), Siège de l’enquête Domaine de Bayssan à BEZIERS

du lundi au vendredi de 8h30 à 12h00 et de 14h00 à 17h00

Mairie de Le-Bousquet-D'orb

du lundi au vendredi de 8h30 à 12h00 et de 13h30 à 17h00 et le samedi de 9h00 à12h00

Mairie de Bédarieux

du lundi au vendredi de 8h00 à 12h00 et de 14h00 à 17h00

Mairie de Boujan Sur Libron

du lundi au vendredi de 8h30 à 12h00 et de 13h30 à 18h00

Mairie de Ceilhes-Et-Rocozels

du lundi au vendredi de 9h00 à 12h15

Mairie de Cessenon-Sur-Orb

du lundi au mercredi de 9h00 à 12h00 et de 16h00 à 18h00 ; le jeudi de 9h00 à 12h00 ; le vendredi de 9h00 à 12h00 et de 14h00 à 16h00

Mairie de Laurens

du lundi au vendredi de 8h00 à 12h00 et de 13h30 à 17h00

Mairie de Lignan-Sur-Orb

du lundi au jeudi de 8h00 à 12h00 et de 14h00 à 18h00, le vendredi de 8h00 à12h00 et de 14h00 à17h00

Mairie de Olargues

les lundi, mercredi et vendredi de 9h00 à 12h00 ; les mardi et jeudi de 13h30 à 16h30

Mairie de Puisserguier

du lundi au vendredi de 8h30 à 12h00 et de 13h30 à 17h00

Mairie de Saint-Chinian

du lundi au vendredi de 8h30 à 12h00 et de 13h30 à 17h00

Mairie de Saint-Gervais-Sur-Mare

les lundi, mardi et mercredi de 9h30 à 12h00 et de 13h30 à 16h00 ; le jeudi de 9h30 à 12h00 ; le vendredi de 9h30 à 12h00 et de 13h30 à 17h00

Mairie de Saint-Pons-De-Thomières

du lundi au vendredi de 8h30 à 12h00 et de 13h45 à 17h30

Mairie de Sérignan

du lundi au jeudi de 8h00 à 12h00 et de 14h00 à 18h00 et le vendredi de 8h00 à 12h00

Mairie de Vias

du lundi au vendredi de 8h30 à 12h00 et de 13h00 à 17h00

 
• Pour trouver l’ensemble du dossier avec cartes et règlement imposable  par le schéma d’aménagement 
- consulter le site Internet des services de l’État, au lien suivant : http://www.herault.gouv.fr/Publications/Consultation-du-public/Enquetes-publiques2
• Pour déposer ses observations via internet -avant le 8 décembre 2017 à 17 h 00- sur le site internet comportant le registre dématérialisé, au lien suivant : https://www.democratie-active.fr/enquete-sage-vallees-orb-libron

dimanche, 15 octobre 2017

Hérault : Procès des Faucheurs Volontaires d'OGM à Béziers ce mercredi 18 octobre

Faucheurs Volontaires d'OGM pour dénoncer publiquement les effets nocifs du Roundup

"Les Faucheurs Volontaires d'OGM se sont mobilisés le 19 mars 2016 sur tout le territoire français pour dénoncer la vente des pesticides et notamment du Roundup contenant du glyphosate et des co-formulants hautement toxiques. Ils se sont introduits dans 34 magasins et ont peint les bidons concernés.

12 Faucheurs (-ses) Volontaires sont en procès à Béziers le mercredi 18 octobre pour être intervenus dans un magasin de Pézenas.

La région du Languedoc Roussillon est largement utilisatrice de Roundup ou d'herbicides à base de glyphosate (plus de 4000 tonnes annuelles). Selon la direction de l'Agence de l'eau Rhône Méditerranée Corse  sa concentration peut dépasser localement 200 fois la norme.

Les Faucheurs Volontaires mènent un combat contre les OGM et l'agriculture industrielle qui les utilise. Il y a un lien direct entre les herbicides et les OGM : en effet la majorité de ceux-ci sont des OGM rendus tolérants aux
herbicides, que ce soit par la méthode de la transgenèse, mise en place à la fin des années 90, ou par les méthodes de mutagenèse plus récentes.
Les OGM transgéniques ne sont plus cultivés en France, mais le sont ailleurs et sont importés massivement pour nourrir nos animaux d'élevage. Dans les pays où ils sont cultivés, les épandages d'herbicides sont la cause de morts, de malformations et de maladies intolérables.
Des OGM mutés sont cultivés en France ce sont essentiellement du tournesol et du colza (150 000 ha environ) : ce sont des éponges à pesticides et les résidus d'herbicides se retrouvent dans les huiles alimentaires et dans l'eau potable, c'est à dire dans nos assiettes et dans nos verres.

Alerter sur un problème majeur de santé publique 

     "Les Faucheurs Volontaires, par cette action du 19 mars 2016, ont voulu alerter sur : 

    - le problème majeur de santé publique que provoque l'utilisation des herbicides et en particulier du                glyphosate classé en 2015 comme « cancérogène probable » par le CIRC, centre de Recherche sur le Cancer

     - les dangers liés à la dispersion du glyphosate (ou de son métabolite l'AMPA) et de ses co-formulants             hautement toxiques 

     - la soumission des pouvoirs publics aux lobbies agro-alimentaires et leur irresponsabilité face aux                   problèmes des pesticides et des OGM, 

      - l'absence de transparence concernant la culture dans notre pays d'OGM mutés tolérants aux herbicides. 

      Les Faucheurs Volontaires demandent

     - le retrait immédiat du Roundup et autres herbicides contenant du glyphosate

      - la levée du secret industriel sur les co-formulants du Roundup et autres herbicides à base de glyphosate. En effet ces herbicides sont constitués de 30 à 40 pour cent de glyphosate, le reste étant des co-formulants toxiques échappant à toute évaluation

      - un moratoire sur la culture en France des OGM mutés tolérants aux herbicides

      - un moratoire sur les importations d'OGM."   Le Collectif des Faucheurs d'OGM

"Le glyphosate empoisonne à petit feu : maladies chroniques, Parkinson, cancers, malformation, dérèglement génétique, problème de fertilité, de comportement, autisme... Perturbateur endocrinien le Roundup entraîne malformations génitales et pubertés précoces (Pr Sultan*, Montpellier)"

En Argentine les champs d'OGM sont traités au glyphosate par avion²"Aux USA, la moitié des enfants seront autistes d’ici 2025" met en garde la chercheuse principale du Massachussetts Institute of Technology**.

Pour les nombreux témoins, spécialistes reconnus, le glyphosate n'est pas la seule matière active du round up. Les co-formulants, poisons très corrosifs issus du pétrole, de l'arsenic, etc., sont 1000 fois plus efficaces et toxiques, ils ne sont jamais testés, ni énoncés, protégés par le secret industriel.

Plusieurs procès ont eu lieu dans différentes régions de France "Nous provoquons délibérément les jugementsUn procès local porterait ces méfaits sur la place publique et sensibiliserait aussi les viticulteurs de la région."

flier 18 oct. verso (1).jpgaffiche 18 oct..jpg

Les Faucheurs Volontaires d'OGM ont un objectif précis

"Nous souhaitons aboutir ainsi à la Saisine de la Cour de Justice Européenne pour dénoncer publiquement les effets nocifs, les évaluations biaisées et incomplètes du glyphosate et de ses co-formulants."

Les procès se multiplient et les militants de l'Hérault attendent leur convocation au tribunal correctionnel de Béziers, ce 18 octobre prochain. 

Une "Touche d'espoir" : Le glyphosate convoqué à Bruxelles

   - Lors du délibéré de ce 12 octobre 2017, le tribunal de Foix a suivi la requête du Parquet et décidé de saisir la Cour européenne de justice sur cette question. Pour les Faucheurs, c’est « une excellente victoire ».

     https://www.infogm.org/6352-foix-evaluation-herbicide-devant-cour-europeenne?lang=fr

   - et en images :

     http://france3-regions.francetvinfo.fr/occitanie/ariege/foix/glyphosate-juge-du-tribunal-foix-saisit-europe-dangerosite-pesticides-1346687.html

autre liens :

http://www.midilibre.fr/2014/09/13/les-pesticides-plaie-d...

*Le professeur Charles Sultan alertait déjà en 2013

**http://www.northeastern.edu/nejrc/wp-content/uploads/NPAC...

²cf - http://www.midilibre.fr/2012/04/16/la-pulverisation-aerie...

Dossier_Presse_Beziers.doc

06:05 Publié dans abeilles, Actualités, agriculture, amérique, Associations, biodiversité, culture, deuil, développement durable, eau, écologie, Economie, France, Haut Languedoc, Hauts Cantons d'Oc, Hérault, information, jardin, mobilisation populaire, monde, Nature/Environnement, Occitanie, patrimoine, Politique, pollution, santé, société, solidarité, vin, viticulture | Tags : législation européenne sur les pesticides, cour de justice européenne, tribunal de foix, occitanie, faucheurs d'ogm, faucheurs volontaires d'ogm, le larzac, variétés mutées tolérantes aux herbicides, destructions de parcelles d’essai de colza génétiquement modifié, mutagénèse, herbicides, plantes génétiquement modifiées (pgm), plantes transgéniques, roundup de monsanto, glyphosate, composants toxiques, université de caen, criigen, association le chabot surveillance du réseau hydraulique local, comité Écologique ariègeois, alain moles agriculteur victime des pesticides, sofia gatica militante argentine contre ogm et pesticides, nina holland, corporate europe observatory, paul bousquet, médecin ardéchois membre d'alerte médecins pesticides, leïla jenkins, militante argentine contre les ogm et les pesticides, frédéric jacquemart, biologiste, joël spiroux de vendômois, gilles-eric séralini chercheur et professeur en biologie molécul, faucheurs et faucheuses volontaires d'ogm devant le tribunal de, comité de recherche et d'information indépendantes sur le génie, cécile stratonovitch pédiatre et pédopsychiatre alerte médecins, président de la frapna ardèche et ancien membre du haut conseil | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook | | |

jeudi, 12 octobre 2017

Votre chronique : le fléau des bouteilles en plastique...

Qu'en pensez-vous?

L'eau en bouteille n'est pas plus saine que l'eau du robinet et elle coûte 300 fois plus cher que l'eau du robinet !

Sans parler de l'énergie gaspillée et de la pollution liée aux bouteilles en plastique...
Reporterre

 
 
La quasi-totalité des foyers français a accès à une eau du robinet potable et plutôt bonne. Pourtant, le pays est dans le top 5 des plus gros buveurs d’eau…
REPORTERRE.NET 

mercredi, 04 octobre 2017

Votre chronique : prévention des incendies de forêt

L’image contient peut-être : texteAucun texte alternatif disponible.L’image contient peut-être : texte

samedi, 16 septembre 2017

Votre chronique : Communiqué de presse de Générations Futures

Communiqué de presse de Générations Futures

Glyphosate : Générations Futures  demande au gouvernement français d’exiger une enquête indépendante sur l’affaire des copiés-collés des données de Monsanto dans le dossier d’évaluation du glyphosate de l’agence sanitaire allemande Bfr.

Alors que quelques centaines d’agriculteurs manipulés par l’agro-industrie se compromettent dans un combat d’arrière-garde en défendant dans les rues le glyphosate, premier pesticide polluant nos rivières et cancérogène probable pour l’homme, Générations Futures revient sur le scandale du copié collé de passages entier du dossier de Monsanto dans le rapport de l’agence sanitaire allemande Bfr.

Ces copiés collés concernent l’évaluation de dizaines études universitaires indépendantes sur les effets du glyphosate. On s’en doute, le rapport de Monsanto juge dans la quasi-totalité des cas ces études universitaires, dont beaucoup montrent la dangerosité du glyphosate,  comme non fiables. Le problème c’est que le rapport d’évaluation du Bfr reprend mots pour mots des pages entières de ces évaluations de Monsanto dans son propre rapport d’évaluation, en utilisant de manière grossière la technique du copié-collé !  Le Bfr utilise ensuite ces éléments de Monsanto pour juger lui aussi ces études comme non fiables, au lieu de produire lui-même sa propre évaluation indépendamment de l’industrie, comme on serait en droit de l’attendre. L’EFSA (l’Agence européenne de sécurité sanitaire)  s’est ensuite basée sur ce rapport pour produire son propre avis, favorable au glyphosate.

Générations Futures demande que toute la lumière soit faite sur cette affaire et qu’une commission d’enquête soit mise en place. De toute évidence le fonctionnement des agences sanitaires doit être profondément réformé, afin d’éviter de tels agissements préjudiciables à la santé publique.

« Nous considérons ces agissements comme extrêmement graves. C’est la question de l’indépendance de l’évaluation des pesticides qui est en cause. Nous demandons au gouvernement français de rester ferme sur ses positions et contre la ré-autorisation du glyphosate. »  déclare François Veillerette, Porte-parole de Générations Futures. « Nous demandons également au gouvernement de demander la mise en place d’une commission d’enquête européenne indépendante pour faire toute la lumière sur cette affaire scandaleuse de copié collé du rapport de Monsanto par l’Agence allemande ! Il s’agit d’un véritable scandale de santé publique sur lequel toute la lumière doit être faite. »

Générations Futures

Contact presse:

Nadine Lauverjat - Coordinatrice

François Veillerette - Porte-parole et Directeur