compteur internet
Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

samedi, 22 avril 2017

Votre chronique : ce 22 avril 2017, c'est « La Journée mondiale de la Terre »

Nicolas Hulot. Le président de la Fondation pour la Nature et l’Homme s’exprimait récemment sur RTL sur le débat présidentiel.

Nicolas Hulot dans le RTLsocialstudioPhoto de Benjamin Turquier / RTLNet

« C’est un contresens

de mettre l’écologie

à gauche ou à droite.

Être écologiste,

c’est faire de la solidarité

une loi universelle »

mardi, 04 avril 2017

Biocoop arrête l'eau en bouteilles plastique... Et vous ?

"Faites un geste pour la planète, arrêtez la consommation d’eau en bouteille plastique..."

 www.ma-cons-eau.com 

 

Pour préserver la planète et réduire les émissions de CO2, Biocoop arrête dans tous ses magasins la vente d'eau
en bouteilles plastiques.

Et vous ?

Découvrez les éco-solutions :

http://www.biocoop.fr/produits-bio/Eau?utm_source=faceboo...

lundi, 20 mars 2017

Votre chronique : "le droit international des droits de l’homme énonce le droit à la santé "

Du 20 au 30 mars 2017 semaine pour le rappel des Alternatives aux Pesticides
 
nuit-grave-logo-gf
 
 
A l’initiative du collectif d’associations « Action Citoyenne pour une Alternative aux Pesticides » et de l’association Générations Futures, cette semaine a pour objectifs d’informer sur les impacts des pesticides sur l’environnement et sur la santé, ainsi que de faire connaitre et de promouvoir les alternatives à leur utilisation.
 
OMS1

Des rapports de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) alertent... (lire la suite...)

"Si vous aussi, vous souhaitez que nos élu(e)s et futur(e)s élu(e)s s’intéressent à ce sujet, demandez aux candidat(e)s à l’élection présidentielle de protéger nos enfants des pollutions multiples et diverses !"

>>> Signez et relayez notre pétition <<<

Ce que les « Monsanto Papers » révèlent du Roundup LEMONDE.FR

La justice américaine a déclassifié des correspondances internes de la firme. Dès 1999, cette dernière s’inquiétait du potentiel mutagène du glyphosate.

Rarement hasard du calendrier aura été plus embarrassant pour une agence d’expertise. Dans le cadre d’une action intentée contre Monsanto, la justice fédérale américaine a déclassifié, jeudi 16 mars, plus de 250 pages de correspondance interne de la firme agrochimique, montrant que cette dernière s’inquiétait sérieusement, dès 1999, du potentiel mutagène du glyphosate, principe actif de son produit phare, le Roundup, et molécule phytosanitaire la plus utilisée au monde.

Or le 15 mars, à la veille de la publication de cette documentation confidentielle, l’Agence européenne des produits chimiques (ECHA) annonçait qu’elle ne considérait le glyphosate ni comme cancérogène ni même mutagène – c’est-à-dire capable d’engendrer des mutations génétiques.

Pour Monsanto, l’affaire est cruciale : le Roundup est la pierre angulaire de son modèle économique, fondé sur la vente liée de ce pesticide et des cultures transgéniques capables de le tolérer.

La rapporteuse spéciale sur le droit à l’alimentation de l’ONU dresse un réquisitoire des conséquences délétères des pesticides sur la faune, la flore et l’être humain. Un article de notre partenaire, Le Journal de l’Environnement. euractiv.fr

« Être tributaire de pesticides dangereux est une solution à court terme qui porte atteinte au droit à une alimentation suffisante et au droit à la santé des générations actuelles et des générations futures.» Hilal Elver n’a pas la notoriété d’u...  Afficher la suite ici

mercredi, 15 mars 2017

Votre chronique : Un partenariat éducatif qui interpelle éducateurs et parents

Monsanto partenaire des Éditions Nathan et du GNIS pour enseigner comment préserver la biodiversité !

Communiqué de SumOfUs L’humain avant le profit

« Et si Monsanto enseignait à vos enfants comment préserver la biodiversité ? C’est un peu l’objet du partenariat que viennent de signer les Éditions Nathan et le GNIS, un syndicat national de semenciers regroupant quelques-unes des multinationales les plus dangereuses du marché.

Résultat de recherche d'images pour "nathan"

C’est un membre de SumOfUs qui nous a alertés sur cette collaboration de la honte. L’éditeur de manuels scolaires et le GNIS travaillent à la publication d’une revue intitulée « Mille et une graines » pour accompagner professeurs et lycéens sur des thèmes tels que « la biodiversité » ou « nourrir l’humanité ». Un comble!

En réalité, vu les intérêts et l’hégémonie du GNIS, il s’agira de vanter à nos chères têtes blondes, brunes et rousses, les mérites des OGM et des pesticides pour la planète.

Les Éditions Nathan pensaient sûrement pouvoir mener à bien cette collaboration dans la plus grande discrétion. C’était sans compter la vigilance de certains d’entre vous. Mettons-on leur la pression pour qu’ils abandonnent ce projet de propagande.

Pétition pour demander aux Éditions Nathan de Cesser immédiatement cette collaboration avec les multinationales du toxique

Le Groupement National Interprofessionnel des Semences (GNIS) a été créé sous Vichy dans le but « d’organiser la production et la commercialisation des semences et plants ». Depuis les années 60, ses prérogatives se sont élargies conduisant à de nombreux conflits d’intérêts. Placé sous tutelle du Ministère de l’Agriculture, le groupement veille aux intérêts des grandes entreprises du secteur.... même quand elles vont à l’encontre du respect de notre environnement.

C’est, par exemple, le GNIS qui détermine et répertorie dans un catalogue officiel les variétés de semences qui peuvent être commercialisées. Évidemment, celles qui sont choisies favorisent les grandes industries agroalimentaires au détriment des petits paysans mais aussi de la biodiversité. Ainsi, entre 1955 et aujourd’hui, ce sont près de 80% des variétés végétales comestibles ont disparu de ce fameux catalogue.

Quelle ironie donc de confier un projet pédagogique sur la biodiversité aux groupes qui mettent en danger notre alimentation et notre climat!

Par expérience, nous savons que la mobilisation des membres de SumOfUs peut obliger les grandes entreprises à revoir leurs plans. Les Éditions Nathan n’auront pas d’autre choix que de renoncer à ce partenariat dangereux qui est en totale contradiction avec les valeurs de notre enseignement public.


Dites aux Éditions Nathan que l’école ne doit pas devenir un lieu de propagande pour les entreprises irresponsables. »

« Non à la collaboration toxique entre les Éditions Nathan et le GNIS ! »

signez la pétition

Plus d’informations

Pourquoi faut-il être hors-la-loi pour bien manger ?
Actuality. 10 octobre 2016.

Communiqué du GNIS
GNIS. 1 septembre 2016.

Le GNIS, c'est qui le GNIS ?
Reporterre. 21 janvier 2014.

lundi, 13 mars 2017

Votre chronique : mobilisation contre le projet de retraitement des déchets à Malvési (Narbonne)

Dans le cadre d’un processus de réduction ou d’élimination des déchets de la conversion de l’uranium, Areva NC a demandé une autorisation d’exploiter pour son projet TDN, qui vise le traitement des effluents liquides.
Les associations locales qualifient ce procédé d'« usine à gaz » et s’inquiètent des retombées possibles pour la santé et l’environnement.

« Pour prévenir les conséquences du traitement des nitrates sur l'environnement et la santé, le  CoViDeM (Collectif de Vigilance sur les Déchets de Malvési) appelle à se mobiliser contre le projet de retraitement des déchets des bassins d’AREVA Malvési en signant la pétition.
 
Yellowcake (https://fr.wikipedia.org/wiki/Yellowcake)
 
"À Malvési arrive tout l'uranium qui rentre en France et qui est transformé de concentré d'uranium (yellow cake) en UF4 puis envoyé à Tricastin (en camion sur routes et autoroute). Cela pour alimenter toutes les centrales nucléaires française et pour 40% vendu à l'exportation.
Autrement dit, sans Malvési, plus de nucléaire en France.
Mais voilà, les déchets de cette transformation sont stockés depuis 1958 dans des bassins de décantation et il devient urgent de s'en débarrasser. Mais comment ?"
mobilisation populaire,traitement des nitrates,environnement,santé,covidem (collectif de vigilance sur les déchets de malvési),retraitement des déchets des bassins d’areva,projet de retraitement des déchets,malvési,narbonne
 
Rappel : "Le procédé THOR (incinération des déchets de la transformation de l'Uranium (yellow cake) en UF4) engendrera une pollution atmosphérique mettant en danger la santé publique avec des rejets hautement nocifs : oxydes d’azote (NOx), particules fines, oxyde de soufre, ammoniac, Composés Organiques Volatils (COV), benzène, DEHP bis-phtalate, métaux lourds, interrogation sur les dioxines.... Certains ont pour effet d’agresser le système respiratoire et cardio-vasculaire, d’autres sont des perturbateurs endocriniens et/ou des éléments cancérogènes.
Un article explique ce qui se passe à Malvési : https://eclairagespublics.wordpress.com/2017/01/01/areva-malvesi-depollution-des-effluents-quel-risque/
 
Si vous êtes convaincu du caractère délétère de ce projet polluant , énergivore, à l'opposé de la politique de développement durable préconisée par les COP21, 22 et les accords du Grenelle de l'environnement, alors vous pouvez signer la pétition du CoviDeM. Elle vise à faire échouer le projet de traitement des effluents nitratés TDN d'AREVA Malvési par le procédé THOR  (voir http://www.rubresus.org/actualites/la-reunion-du-covidem-comme-si-vous-y-etiez/
 
Elle est en ligne, il suffit de suivre le lien suivant: NON A LA SURPOLLUTION ATMOSPHERIQUE D’AREVA MALVESI...

Adresse du Covidem : covidem@gmx.fr  pour recevoir informations, manifestations, mobilisations, etc...
 
La page internet de Rubresusassociation de protection et sauvegarde de l’environnement des Basses Plaines de l’Aude, fondée en 1998 : Rubresus
 
 
 
Ci dessous les deux interventions lors de la réunion d'information CoViDeM - 16 février 2017 à l'auditorium de la Médiathèque de Narbonne
 
 
 
 
Deux PDF d'informations distribués pour situer le Covidem et résumé le TDN (traitement des nitrates)
Merci de diffuser l'info. »

mobilisation populaire,traitement des nitrates,environnement,santé,covidem (collectif de vigilance sur les déchets de malvési),retraitement des déchets des bassins d’areva,projet de retraitement des déchets,malvési,narbonne

Présentation Covidem RP.pdf

mobilisation populaire,traitement des nitrates,environnement,santé,covidem (collectif de vigilance sur les déchets de malvési),retraitement des déchets des bassins d’areva,projet de retraitement des déchets,malvési,narbonne

Présentation TDN RP.pdf 
 
 "Il faut avoir le plus rapidement possible des centaines de signatures pour protéger votre santé, celle de vos enfants et notre environnement. Si chacun de vous la transmet à un maximum de contacts, nous aurons une chance de forcer les autorités à refuser ce projet et d'exiger d'AREVA un traitement moins polluant.
 
La pétition s'adresse aux habitants du Grand Narbonne mais aussi aux touristes susceptibles de venir y passer des vacances, aux citoyens désireux de protéger l'environnement...Pensez donc aux amis, aux membres de votre famille qui seraient amenés à séjourner dans notre territoire.
 
Si ne voulez pas que votre nom apparaisse dans la pétition en ligne, pas de problème, c'est une option proposée. Laissez par contre votre email (il n’apparaîtra pas non plus), cela permettra de vous contacter pour des actions ultérieures.
 
Alors allez y, cliquez et signez sans compter NON A LA SURPOLLUTION ATMOSPHERIQUE D’AREVA MALVESI... et surtout partagez le lien. 
 
Grand merci par avance
 
Le CoViDem"

mercredi, 08 mars 2017

Votre chronique : Un maire en guerre contre les pesticides

Henri Boguet, un maire soucieux de ses administrés
 
« A Fontoy en Moselle, un maire a pris un arrêté municipal contre l'usage de certains insecticides. Effectif depuis le 16 février dernier, cet arrêté est jugé illégal par la sous Préfecture de Thionville. Ce dossier est en cours d'expertise dans le cadre de cette phase pré-contentieuse.
Par Matthieu Mercier 
Les abeilles de cet apiculteur de Fontoy (Moselle) disparaissent années après années. Il a perdu quatre ruches cette saison.  / © Matthieu Mercier
Les abeilles de cet apiculteur de Fontoy (Moselle) disparaissent années après années. Il a perdu quatre ruches cette saison. / © Matthieu Mercier
Le maire de Fontoy, sans étiquette, en est à son 8e mandat. Il ne se représentera pas, c'est donc un combat sans arrières-pensées qu'il mène en ce moment contre les pesticides. Henri Boguet veut faire bouger les lignes et défendre les abeilles et donc la santé de ses administrés. Il a pris un arrêté en novembre pour interdire l'usage de certains pesticides dans sa commune, des néonicotinoïdes. Mais ce texte va à l'encontre d'une loi biodiversité qui prolonge l'usage de certains produits insecticides jusqu'en 2020. La Préfecture de Moselle a donc demandé le retrait de cet arrêté, pourtant effectif depuis le 16 février.

"Les abeilles sont les sentinelles de l'environnement, expliquent les apiculteurs. Leur mort c'est la nôtre aussi".  / © Matthieu Mercier"Les abeilles sont les sentinelles de l'environnement, expliquent les apiculteurs. Leur mort c'est la nôtre aussi". / © Matthieu Mercier
Une menace de recours au Tribunal administratif a été brandie. Elle ne change pas l'attitude du maire, médecin de profession. Pour lui c'est au contraire à l'industrie chimique qui fabrique ce genre de produits de transformer ses produits.

"Quand on voit comment sont protégés certains agriculteurs dans leurs tracteurs, avec des scaphandres, on se dit qu'eux aussi ont bien compris la nocivité des traitements qu'ils utilisent".

De leurs côté les apiculteurs applaudissent le maire. Face à la lente mais certaine disparition de leurs abeilles, ils se sont mobilisés. Un Lorrain a lancé une pétition en ligne. Elle a déjà récolté près de 28000 signatures. Sur le bureau du maire, les mails d'encouragements sont très nombreux. »
 


Arrêté municipal anti pesticides

Voir le reportage sur le lien ci dessous :

Le maire de Fontoy a pris un arrêté municipal effectif depuis quinze jours pour interdire l'usage de certains pesticides. mais la prefecture le juge illégal, l'élu local est prêt à aller devant le tribunal .  - France 3 Lorraine - Matthieu Mercier et Benoît Bour

"Des gouvernants qui représenteraient réellement les intérêts des populations pour lesquelles ils travaillent, ne devraient pas tolérer que les intérêts des lobbies passent avant la santé publique !"

Liens vers la pétition en ligne

http://www.mesopinions.com/petition/nature-environnement/...

Soutien au Maire de Fontoy qui interdit les pesticides tueurs d'abeilles (néonicotinoïdes) sur sa commune !

dimanche, 05 mars 2017

Votre chronique : La nouvelle cartographie des cours d’eau menace l’intérêt général

"La nouvelle cartographie des cours d’eau menace l’intérêt général

Un article du 2 mars 2017 / Lorène Lavocat et Fabrice Nicolino (Reporterre)

"Près d'un cours d'eau sur cinq pourrait être déclassé en fossé ou ravine, et échapper ainsi au cadre protecteur de la loi sur l'eau. Avec des conséquences terribles pour l'environnement : pollution de l'eau, eutrophisation et algues vertes, mort des écosystèmes..."

"Est-ce un cours d’eau ou un fossé ? La question n’a rien d’anodin : épandage de pesticides et travaux d’aménagement sont interdits à proximité du premier, mais autorisés autour du second. Le déclassement possible de nombre de cours d’eau menace la qualité de notre environnement.

Impulsée par la FNSEA, la cartographie des cours d’eau pourrait à terme bouleverser profondément la géographie de nos territoires et la qualité de notre environnement. Ce qui se joue dans les couloirs des préfectures n’a donc rien d’anodin. Derrière des termes techniques et des formulaires compliqués, se dessine une menace écologique grave sur la qualité des rivières du pays..."

Lire la suite : La-nouvelle-cartographie-des-cours-d-eau-menace-l-interet...

À consulter : Une série d'articles de Reporterre sur l'identification et la cartographie des cours d'eau entrepris par l'Etat, et les manœuvres de la FNSEA pour en faire déclasser le maximum.

-- Quand le gouvernement et la FNSEA redessinent la carte des cours d'eau
https://reporterre.net/Quand-le-gouvernement-et-la-FNSEA-redessinent-la-carte-des-cours-d-eau

-- La FNSEA veut faire disparaître les petits cours d'eau de nos cartes https://reporterre.net/La-FNSEA-veut-faire-disparaitre-les-petits-cours-d-eau-de-nos-cartes
-- La nouvelle cartographie des cours d'eau menace l'intérêt général https://reporterre.net/La-nouvelle-cartographie-des-cours-d-eau-menace-l-interet-general Et pourtant : "En France, 76 % des concentrations d’insecticides mesurées dans les cours d’eau et leurs sédiments sont supérieures aux limites fixées par l’Union Européenne." https://reporterre.net/spip.php?page=redirect&id_article=8939

samedi, 04 mars 2017

Un film de 12 minutes : "Ilha das Flores"

Ilha das Flores (L'Île aux fleurs), titre en version originale du court-métrage documentaire brésilien, réalisé par Jorge Furtado (1989)

Ilha das Flores (1989) Documental Subtitulado : La Isla de las Flores (Español)

"Lo que en principio no es más que la historia de un tomate, desde su origen en una plantación hasta el basurero, por obra y gracia del humor negro, poco a poco se transforma en una cruel y profunda reflexión sobre la condición humana. De la miseria humana, acaso sea más apropiado decir.

Isla de las Flores ganó el Oso de Plata en Berlín, fue elegido el corto del año 90 en Brasil y en 1995, fue incluido por la crítica francesa en la lista de los 100 cortometrajes más importantes del cine. Es el trabajo de un genio, sin lugar a dudas."

ILHA DAS FLORES 35 mm, 12 min, cor, 1989.
Dirección: Jorge Furtado
Producción Ejecutiva: Monica Schmiedt, Giba Assis Brasil e Nora Goulart
Guión: Jorge Furtado
Dirección de Fotografia: Roberto Henkin e Sérgio Amon
Dirección de Arte: Fiapo Barth
Música: Geraldo Flach
Dirección de Producción: Nora Goulart
Montaje: Giba Assis Brasil
Asistente de Dirección: Ana Luiza Azevedo

mardi, 28 février 2017

Votre chronique : "La FNSEA veut faire disparaître les petits cours d’eau de nos cartes..."

"La FNSEA veut faire disparaître les petits cours d’eau de nos cartes" 28 février 2017 / Lorène Lavocat et Fabrice Nicolino (Reporterre)

La <span class="caps">FNSEA</span> veut faire disparaître les petits cours d'eau de nos cartes

"Alors que l’État cartographie les cours d’eau du pays, la FNSEA, le syndicat agricole majoritaire, a mobilisé ses troupes pour en faire déclasser le maximum.

Enjeu : échapper aux règles sur la lutte contre la pollution. Deuxième volet de l’enquête de Reporterre.

 

 

Cet article est le deuxième de l’enquête que Reporterre consacre à la définition de la carte de France des cours d’eau. Vous pouvez lire, ou relire, le premier ici : « Quand le gouvernement et la FNSEA redessinent la carte des cours d’eau »..."

Lire la suite en suivant le lien : https://reporterre.net/La-FNSEA-veut-faire-disparaitre-le...

jeudi, 16 février 2017

Hauts-Cantons d'Oc/Faugérois : problèmes de potabilité de l'eau sur quinze communes

Les intempéries entraînent des mesures

Ce mercredi, suite aux intempéries intervenues ces dernières heures et « en vertu du principe de pré- caution », le Syndicat intercommunal Mare et Libron met en garde la population.

Résultat de recherche d'images pour "l'eau en bouteille"

L’eau distribuée sur plusieurs communes des Hauts-Cantons et du Faugérois est impropre à la consommation humaine.

Cela concerne les communes de Rosis, Saint Geniès de Varensal, Saint-Gervais-sur Mare, Saint-Etienne Estrechoux, Graissessac, La-Toursur-Orb, Le Pradal, Autignac, Cabrerolles, Caussiniojouls, Faugères, Laurens, Magalas, Roquessels et Saint-Nazaire-de-Ladarez.

Des précautions sont indispensables, en particulier pour les nouveau-nés, les jeunes enfants et les personnes âgées ou de santé fragile en général. Distribution d’eau minérale organisée.

Les autres usages de l’eau ne présentent strictement aucun risque. Pour répondre aux besoins, une distribution d’eau minérale est organisée dans les mairies concernées.

Un futur message indiquera le retour à une utilisation normale de l’eau potable.

Le Syndicat intercommunal Mare et Libron assure que, dans le courant de l’année 2017, « des stations de filtration de l’eau potable seront mises en service, afin d’éviter définitivement qu’une telle situation ne se reproduise ».

Le retour à une utilisation normale de l’eau potable sera communiquée par le syndicat.