compteur internet
Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

mardi, 17 avril 2018

Votre chronique : « journée internationale des luttes paysannes »

17 avril 2018 : journée internationale des luttes paysannes –

Résultat de recherche d'images pour "17 AVRIL JOURNÉE INTERNATIONALE DES LUTTES PAYSANNES frère des hommes"

Frères des Hommes a ajouté une vidéo : [17 AVRIL JOURNÉE INTERNATIONALE DES LUTTES PAYSANNES].

"Chaque année, le 17 avril, Journée internationale des luttes paysannes pour La Via Campesina, tout en continuant de lutter pour une réforme agraire complète, nous commémorons le massacre des paysans sans terre ayant eu lieu le 17 avril 1996 à Eldorado dos Carajás, au Brésil. Pendant la manifestation, la police militaire brésilienne de l’État amazonien du Pará a attaqué des membres du Mouvement des travailleurs sans terre (MST) bloquant une route, tuant 19 personnes et blessant des centaines de paysans."


"Ce 17avril, en poursuivant la lutte paysanne, nous nous mobilisons contre les accords de libre-échange (ALE), la criminalisation des luttes sociales, pour la terre, les territoires, l’eau et la #SouverainetéAlimentaire.
Nous appelons nos membres, alliés, amis et communautés du monde entier à nous rejoindre par des actions directes, des activités culturelles, des conférences, des projections de films, 

des débats publics et des rassemblements pour dénoncer les avancées du capitalisme qui se font au détriment des peuples et de leurs territoires. Envoyez-nous à lvcweb@viacampesina.org toutes les actions et activités prévues afin que nous puissions les rassembler sur la carte globale des actions.

Lire l’intégralité de l’appel pour le 17 avril 2018 ici.

Suivez-nous sur les réseaux sociaux :
#17Abril #April17#17Avril #LaViaCampesina  #SoberaníaAlimentaria #StopFTA #SouverainetéAlimentaire #LuttesPaysannes #FoodSovereignty

@viacampesinaFR

https://www.facebook.com/viacampesinaOFFICIAL

Nous nourrissons nos peuples et construisons les mouvements pour changer le monde!
Contre le pillage orchestré par le capitalisme, pour la terre et la souveraineté de notre peuple!

Cet article existe aussi en anglais et en espagnol "

mardi, 06 mars 2018

Hauts cantons d'Oc : HURLEVENT ASSO invite à son assemblée générale le 9 mars

"Nous vous invitons à l’assemblée générale de notre association (9 mars 2018, 18 H 30, salle de Prémian)"

Invitation-A-G-Hurlevent-2018.jpg invitation à l’assemblée générale

"Cette réunion se situe dans un contexte d’envahissement de la crête qui domine notre vallée, celle des Avant-Monts, par des éoliennes géantes :

EDF EN confirme depuis quelques années sa volonté de la coloniser. C’est d’abord 10 machines sur Ferrières-Poussarou (projet publié en 2012, puis 9 sur Riols (publié début 2015). Ces deux projets ont été autorisés par le Préfet. Mais EDF Energies Nouvellles ne s’en tiendra pas là : elle a, n’en doutons, déjà, dans ses cartons, un projet de 8 à 10 machines au-dessus d’Olargues et de Saint-Etienne d’Albagnan, reconstituant ainsi la zone de développement éolien qu’elle proposait en 2008 et que notre association, avec le concours des habitants de Pardailhan (ou l’inverse) a fait échouer en janvier 2010 (40 à 50 éoliennes projetées).

On ne s’en rend pas compte, mais ces monstres d’acier vont changer radicalement notre cadre de vie. Ce sera difficile à supporter, pas seulement pour les riverains qui prendront les nuisances de plein fouet, mais aussi pour de très nombreux habitants de notre vallée qui auront pleine vue sur cette funeste barrière et pour les touristes à qui ça ne plaira pas et qui déserteront les gîtes et autres lieux d’accueil (cf. association hebergeurs touristique inde PDF Article AHTI Une etude sondage edifiant )

Depuis 2008, nous luttons et avons réussi jusqu’ici à endiguer cet assaut.

Mais aujourd’hui la menace se précise et, compte tenu du danger qu’elle présente, nous avons besoin de votre renfort. Rejoignez nous, venez à notre assemblée générale de ce vendredi 9 mars pour élaborer avec nous notre plan de lutte contre ces projets dévastateurs.

A bientôt.

NB : L’énergie éolienne n’est pas fiable du tout. Nous vous ferons parvenir prochainement des documents qui le montrent. D’autres sources d’énergie existent, beaucoup plus écologiques, dont la géothermie. Il faut imposer à nos dirigeants irresponsables un changement d’orientation sur le plan énergétique."

vendredi, 02 mars 2018

Votre chronique : Le vin et les Pesticides par Gilles-Eric Seralini

Reporterre s’est prêté à cette expérience inédite. 

Reconnaître le goût des pesticides dans le vin : 27 janvier 2018 / Gilles-Éric Séralini et Jérôme Douzelet 

Massivement employés en viticulture, les pesticides tuent beaucoup des arômes naturels du vin. Comment reconnaître les vins ainsi déformés ? Gilles-Éric Séralini et Jérôme Douzelet ont élaboré une méthode pour reconnaître ces substances.

"Le Goût des pesticides dans le vin", de Gilles-Éric Séralini et Jérôme Douzelet, éditions Actes Sud, janvier 2018, 144 p., 14,8 €.
  • Présentation du livre par son éditeur :

Le vin, en tant que produit fermenté, a des vertus dé­toxifiantes insoupçonnées quand il n’est pas traité. Mais la viticulture conventionnelle est parmi les plus gros consommateurs de pesticides au monde. Ces substances nous intoxiquent durablement et, par leur proximité chimique avec les arômes naturels, déforment le goût des vins. C’est ce que nous montrent les auteurs de ce livre, où l’on découvre aussi qu’il est possible d’ap­prendre à reconnaître le goût des pesticides, pour pou­voir ensuite éviter les produits qui en contiennent.

En effet, ils ont proposé à des cuisiniers et à des vignerons une expérience inhabituelle : goûter des pesticides dilués dans de l’eau aux doses où ils ont été identifiés dans des vins. Une palette de nouveaux goûts et de sensations s’ébauche dans le cerveau, qui permet peu à peu de déceler la présence de pesticides. Un « Petit guide » détaille les caractéristiques, au nez et à la bouche, de onze pesticides parmi les plus répandus dans les vins.

Ce livre n’est pas un guide œnologique. Il se conçoit plutôt comme un outil original, de science pour tous, plaidant pour une recherche du bien-vivre et du bien-manger qui passe par l’éradication des substances chimiques nocives.

lundi, 05 février 2018

Mons-la-Trivalle : Francine Fromage prend sa retraite

Pour remercier tous les usagers de leur fidélité à l'épicerie du village, Francine Fromage a organisé une soirée festive dans la salle polyvalente de la commune

Ils étaient très nombreux a répondre à l'invitation, la soirée débutait par une pièce de théâtre surprise  "comptant" la vie de l'épicerie.

Une heure durant laquelle tous ont pu assister à ces croquantes anecdotes qui ont émaillé le quotidien de Francine. Défilé multiple et varié, quelquefois cocasse de clients mis en scène devant l'épicière, partagée entre émotion et amusement.

mons-la-trivalle,francine fromage,théâtre,escalier b,épicerieFrancine Fromage, émue, remercia tous ses clients

" Je suis bluffé dit-elle, tout est vrai, j'ai l'impression de revivre onze ans de ma vie." Pendant cette période la petite épicerie a fait le bonheur des habitants et celui de Francine Fromage qui a réalisé à la fois son rêve de vivre à Mons la Trivalle et celui de maintenir ce commerce ouvert au cœur du village. Dans ce lieu plein de ressources chacun trouve tout ce qui permet de vivre, sans se déplacer vers les centres commerciaux. Tout est là et la promenade vers l'épicerie permet de rencontrer voisins et connaissances.

Voir ci dessous le reportage souvenir "l'épicerie de Francine Fromage" réalisé par vidéo cantons d'oc... en 2011 

 


Dans l'épicerie de Dame Francine les producteurs du coin sont à l'honneur : vins, fruits et légumes, produits du terroir, charcuteries, produits bio, presse "et un rayon de fromages bien sûr !" sourit Francine.

La bonne humeur est un trait de caractère attaché à son personnage. Marie, première embauchée le confirme : « Une patronne comme Francine, il y en a pas 50 ! » Commerçante avisée, l'épicière est aussi douée pour harmoniser les liens sociaux et au fil des années Francine a créé quatre emplois. Ensemble ils vont désormais continuer à pérenniser son œuvre.

"J'arrive à soixante ans, c'était une période très agréable, je pense que les gens vont continuer à leur faire confiance et il le faut pour que l'épicerie reste vivante."

Le sourire de Francine répond à celui de ses clients qui sont devenus ses amis, ravis comme elle de partager ce moment joyeux.

samedi, 27 janvier 2018

Votre chronique : projection du documentaire "Fajara" dans les locaux de la Cimade à Béziers

Projection et débat le jeudi 08 février à 20 h dans les locaux de la Cimade à Béziers

"Fajara"

Calais : sur le chemin de l'espoir

T-shirt pour femme "Il n'y a pas d'étrangers sur cette terre"


Le jeudi 08 février à 20 h

aura lieu la projection suivie d'un débat du documentaire

"Fajara"

en présence de la réalisatrice Isabelle Grenet.

Affiche Béziers-page-001.jpg

 
"Ce documentaire de 1 h 10 minutes a été tourné sur la Jungle de Calais pendant 11 mois de l'automne 2015 au printemps 2016. 
Il retrace la vie des exiléEs dans ce bidonville, recueille leurs témoignages.
Il aborde également l'action des associations humanitaires, des bénévoles, mais aussi les violences policières et étatique.
Les habitantEs de la jungle ont subi plusieurs expulsions de leurs lieux de vies, la réalisatrice Isabelle Grenet a su saisir ces moments douloureux.
FAJARA est aussi porteur d'espoir pour tous ceux et celles qui tentent de passer la frontière pour aller en Angleterre.
Nous verrons que certains y arrivent, des familles sont à nouveau réunies."


La réalisatrice a passé 11 mois dans la "Jungle", en immersion complète. Elle nous livre un regard totalement inédit sur ce lieu, son quotidien, ses drames et ses joies aussi.

Locaux de la Cimade : 14 rue de la Rotonde 34500 Béziers.
Ouverture des portes à 19h45.

Soirée organisée avec le soutien de la Cimade et de Visa 34

vendredi, 26 janvier 2018

Votre chronique : Philip Forrer présente "Le Jardin du Graal"

L'Abondance Végétale selon Philip Forrer - culture sur buttes
 
Résultat de recherche d'images pour "Philip Forrer"

Philip Forrer expérimente la culture sur buttes depuis plus de 40 ans, dans ce film vous verrez comment il se nourrit toute l'année de son potager.

Résultat de recherche d'images pour "Philip Forrer"

lundi, 22 janvier 2018

Votre chronique : « Les micro fermes »

L'Ecole de Permaculture du Bec Hellouin

dimanche, 21 janvier 2018

Mons-la-Trivalle : des vœux pour moderniser la commune et préserver le bien vivre ensemble

Arielle Escuret, maire de la commune adressa les salutations d'usage aux diverses personnalités et à tous les habitants présents rassemblés lors de la traditionnelle cérémonie des vœux.

s-la-trivalle,vœux,commune,maire

Rappelant le contexte global, marqué en 2017 de rebondissements politiques au national, d'incertitudes et d'affrontements à l'international, elle évoqua aussi la succession de réformes redessinant les territoires ruraux, générant interrogations et inquiétudes quant à leur devenir et à celui des services public.

Au bilan de 2017 Arielle Escuret souligna les nombreuses travaux poursuivis malgré les contraintes budgétaire : Entretien, rénovation, sécurisation, réseaux de voirie, de pluvial et d'éclairage. Étude dans le cadre du pôle de pleine nature, numérotation des rues, création du site internet communal. Dotations pour le personnel communal, dématérialisation des services administratifs, gestion du personnel pris en charge par la nouvelle secrétaire Christel Roqueplan. Informatisation de l'État civil où s'implique Martine Aragon, les actions du CCAS piloté par Jules Citerne, l'organisation du marché estival où Christian Courtens et David Webb s'investissent...

La commune a été en 2017, rappela l'élue, le cadre d'événements sportifs de grande ampleur, du 3e partenariat avec les Écologistes de l'Euzière, d'animations culturelles à la bibliothèque par les bénévoles autour d'Anne Boissezon, des ateliers du Foyer Rural et du 2e salon des artistes porté avec succès par Danièle Hocquet. Il sera reconduit en 2019.

janvier 2018 026.JPG

Ses remerciements adressés aux bénévoles des associations, aux sapeurs pompiers volontaires, Arielle Escuret dédia une pensée pour ceux qui nous ont quittés, recensa 4 mariages, 6 naissances  et souhaita la bienvenue aux nouveaux habitants.

"Pour 2018, malgré les contraintes budgétaires, la commune poursuivra les efforts nécessaires" : réseaux de voirie et d'assainissement préalable au PLU, rénovation, aménagement, isolation et sécurisation, vente du Village vacances de Tarassac. Elle soutiendra associations et activités de pleine nature, poursuivra la gestion administrative avec la numérisation des données du cimetière et l'inventaire des sépultures mené par Régis Cèbe. Un "Lien Accueil Enfants Parents" à la bibliothèque municipale actera la position de Mons autour du Pôle petite enfance définie par la nouvelle communauté de communes du Minervois au Caroux en Haut Languedoc.

janvier 2018 040.JPG Au côté d'Arielle Escuret, Jean Arcas dit le tissage complexe des nombreux organismes de gestion locale

Jean Arcas prolongea la présentation de la nouvelle entité, vaste intercommunalité s'étendant sur trente-six communes, nommée "communauté de communes du Minervois au Caroux en Haut Languedoc". Il évoqua ses nombreux organismes de gestion locale de service au public, appelant au tissage nécessaire pour que vivent chacun d'eux.
 
Dans ce contexte Arielle Escuret rappela les défis à relever par la commune, la volonté de l'équipe de préserver le bien vivre ensemble et formula des vœux de paix et de solidarité.

lundi, 15 janvier 2018

Votre chronique : De quelques occupant.es de la zad (NDDL)

Communication de quelques occupants de la ZAD de Notre Dame des Landes
 
Résultat de recherche d'images pour "zad notre dame des landes"Un fermier dans l'une des fermes de la ZAD à Notre-Dame-des-Landes, le 17/01/2018 photo Loic Venance/AFP
 
Lettre aux comités locaux, aux soutiens du mouvements, et à toutes celles et ceux qui se reconnaissent dans le mouvement contre l’aéroport et son monde

 lundi 15 janvier 2018

 "On assiste ces dernières semaines à un déluge de déclarations médiatiques autour de la zad de NDDL et de son avenir – aéroport ou pas, expulsions ou pas, nouveau Larzac ou pas, blablabla. Autant dire qu’on ne s’y retrouve pas forcément, voire pas du tout, voire au contraire.

Quelques retours nous portent à croire que c’est pas toujours très clair, pour les membres des comités locaux, les soutiens et les sympathisant.e.s, surtout celleux qui sont un peu loin. C’est à vous qu’on adresse cette lettre, parce qu’on a envie d’expliquer ce qu’on comprend de la situation, et aussi de porter une autre voix que celles qui se font le plus entendre. 

On, c’est quelques habitant.es / occupant.es, de différents lieux de la zad, qui n’ont pas toujours les mêmes positions, mais se rejoignent souvent sur la volonté que la zad conserve une certaine radicalité qui ne soit pas que de façade, en restant attaché.es à ce que chacun.e puisse trouver sa place dans ce qui se vit ici."

Pour lire la suite  http://zad.nadir.org/spip.php?article5028

mercredi, 03 janvier 2018

Votre chronique : La Mort est dans le pré

"Ce documentaire va éveiller nos consciences sur le scandale des agriculteurs empoisonnés par les pesticides de leurs propres champs."

"Peut-on vraiment évoquer un crime ou un complot à ce sujet, la réalité est peut être plus nuancée et difficile à cerner, mais quoi qu'il en soit, ce documentaire révèle les dessous de graves défaillances liées l'utilisation des pesticides.

Tout d'abord, il semble que ce soit la course au profit qui est indirectement à l'origine des maladies des agriculteurs mentionnés dans le reportage. En semant des pesticides, «les travailleurs des champs» étaient loin de se douter qu'ils récolteraient des cancers et des troubles neurologiques. «Intitulé la mort est dans le pré», ce reportage est un gros plan sur la souffrance de ces sacrifiés de l'agriculture.

Caroline est la première d'entre eux, et lance cet appel qui résonne dans le vide tel un cri angoissant : «les agriculteurs sont en train de mourir». Il faut dire que Caroline a déjà payé un lourd tribut pour son exploitation puisque son mari (Yannick) est décédé de leucémie, une mort attribuée par les médecins à l'utilisation des pesticides."