compteur internet
Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

mercredi, 28 juin 2017

Rosis : Christian Faliu, échos poétiques des « Turbulences » du monde

Depuis le calme petit village du Caroux, Christian Faliu se consacre patiemment à l'écriture poétique.

Assis durant de longues et silencieuses heures à sa table de travail, il s'immerge pourtant au cœur des flux perpétuels d'énergie qui traversent le monde. Un grave accident met fin à la carrière d'enseignant de l'homme de lettres. La voie du poète s'ouvre à lui.

rosis,poésie,poète,grammaire,lexique,haut languedoc,hauts cantons,espinouse,christian faliu,caroux,christian faliu turbulences

 « Ce 19e recueil traite d'Histoire, de géographie physique, de religion, d'actualité sous diverses formes déclare Christian Faliu. Le titre, Turbulences, mobilise plusieurs thématiques qui renvoient toutes à des moments de vie intenses, de grande énergie.» 

L'Art poétique est une exigence. Depuis le premier poème évoquant Le Destin de Palmyre, l'enchaînement des textes ne respecte nulle chronologie, mais rebondit par associations d'idées ou d'images.rosis,poésie,poète,grammaire,lexique,haut languedoc,hauts cantons,espinouse,christian faliu,caroux,christian faliu turbulences

Le long travail de recherche poétique conduit à la perception du monde. Enthousiasme, orgueil, violence, espoir et désespoir, immuablement mêlés, toujours recommencés sont autant de turbulences dévoilées à la quête du poète. L'écriture dit les tensions toujours à l'œuvre qui structurent les sociétés. 

Christian Faliu se laisse emporter et nous entraîne, de poèmes en poèmes, à travers le temps, jusqu'à La ''Jungle'' de Calais.

rosis,poésie,poète,grammaire,lexique,haut languedoc,hauts cantons,espinouse,christian faliu,caroux,christian faliu turbulences

L'auteur dit son exigence « Le choix des mots mis à la rime demeure très précis dans les échos qu'ils veulent suggérer : sidéral/orchestral, renégat/dégât. Les images fortes sont condensées dans les deux vers finaux de La Débâcle, vision de la misère humaine en marche.»

rosis,poésie,poète,grammaire,lexique,haut languedoc,hauts cantons,espinouse,christian faliu,caroux,christian faliu turbulences

Érudit, Christian Faliu cisèle chacun de ses poèmes, élaborant un savant petit recueil. « Le livre joue des ressources du dizain, du sonnet, des séries de quatrains qui font se suivre tous les genres et toutes les époques, hors chronologie mais chacun entrant en écho avec les autres.»

rosis,poésie,poète,grammaire,lexique,haut languedoc,hauts cantons,espinouse,christian faliu,caroux,christian faliu turbulences

"L'illustration de première de couverture choisie par mon éditeur de La Nouvelle Pléiade, correspond exactement au thème du livre, confie le poète, elle est l'œuvre de son épouse, aquarelliste de talent que je remercie.»

rosis,poésie,poète,grammaire,lexique,haut languedoc,hauts cantons,espinouse,christian faliu,caroux,christian faliu turbulences

Le recueil diffusé par l'Étrave, 21 rue des Veyrières 84100 Orange et par La Société des poètes Français 16 rue Monsieur Le Prince 75006 Paris, est aussi disponible chez l'auteur : Christian Faliu Cours Le Bas 34 610 Rosis.

Revoir les images de la première rencontre avec le poète lors de la publication de son recueil « Écho du paradis »  publié le 4e trimestre 2013 : Images sur http://videocantondoc.blogs.midilibre.com/ l publié 4e trimestre 2013  : http://videocantondoc.blogs.midilibre.com/ 

 

mercredi, 17 mai 2017

Glyphosate : risque réel de ré-autorisation pour 10 ans !

Communiqué de Générations Futures : La Commission européenne relance la procédure pour autoriser le #glyphosate

Nous demandons à la France de s'opposer à la position de la Commission européenne et de ne pas autoriser le glyphosate !

Les discussions sur l’autorisation du glyphosate, herbicide le plus vendu au monde, vont reprendre. Le risque d’une ré autorisation pour 10 ans est réel. Générations Futures exhorte la France de s’opposer à cette autorisation eu égard au classement comme cancérigène probable du Centre international de recherche sur le cancer.

Les commissaires européens ont donné leur accord pour « redémarrer les discussions avec les Etats membres sur un possible renouvellement de l’autorisation du glyphosate pour 10 ans », a indiqué à l’AFP une porte-parole de l’exécutif européen.

« La Commission a pris en compte les dernières études scientifiques, en particulier la conclusion du Comité d’évaluation des risques de l’ECHA confirmant que la substance active ne devrait pas être classée comme cancérigène », explique l’institution dans un court communiqué.

Chaque Etat membre garde le droit d’autoriser ou non l’utilisation de pesticides à base de glyphosate sur leur territoire, rappelle-t-elle par ailleurs.

La décision portant sur la licence du glyphosate se prend au sein d’un comité technique regroupant des représentants des États membres. Lors du dernier vote en date, fin juin 2016, deux pays, la France et Malte, avaient voté contre un renouvellement de l’autorisation, et sept s’étaient abstenus (Allemagne, Italie, Portugal, Autriche, Luxembourg, Grèce, Bulgarie), bloquant la décision.

Après l’opinion de l’ECHA, l’Association européenne des fabricants de pesticides (ECPA, qui compte parmi ses adhérents Monsanto, Bayer, Dow, BASF, Syngenta…) avait dit s’attendre à ce que la Commission s’engage rapidement dans une nouvelle procédure de demande d’agrément pour 15 ans, soit une durée plus longue que celle effectivement envisagée par Bruxelles.

Cette position de la Commission européenne fait fi de l’Initiative Citoyenne européenne (ICE) qui a déjà recueilli 750 000 signatures en 4 mois demandant l’interdiction du glyphosate, la réforme de la procédure d’approbation des pesticides et l’instauration des objectifs obligatoires de réduction dans l’utilisation des pesticides au sein de l’UE. La France a recueilli le nombre de signatures nécessaire (55500)

Générations Futures

Contact :

François Veillerette - Directeur et porte-parole de GF :
06 81 64 65 58 
francois@generations-futures.fr

Nadine Lauverjat - Coordinatrice de GF : 
06 87 56 27 54 
nadine@generations-futures.fr

Plus d'info

https://www.infogm.org/5877-glyphosate-toxique-cancerigen...

www.lemonde.fr/planete/article/2016/03/28/roundup-le-pest...

lundi, 20 mars 2017

Votre chronique : "le droit international des droits de l’homme énonce le droit à la santé "

Du 20 au 30 mars 2017 semaine pour le rappel des Alternatives aux Pesticides
 
nuit-grave-logo-gf
 
 
A l’initiative du collectif d’associations « Action Citoyenne pour une Alternative aux Pesticides » et de l’association Générations Futures, cette semaine a pour objectifs d’informer sur les impacts des pesticides sur l’environnement et sur la santé, ainsi que de faire connaitre et de promouvoir les alternatives à leur utilisation.
 
OMS1

Des rapports de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) alertent... (lire la suite...)

"Si vous aussi, vous souhaitez que nos élu(e)s et futur(e)s élu(e)s s’intéressent à ce sujet, demandez aux candidat(e)s à l’élection présidentielle de protéger nos enfants des pollutions multiples et diverses !"

>>> Signez et relayez notre pétition <<<

Ce que les « Monsanto Papers » révèlent du Roundup LEMONDE.FR

La justice américaine a déclassifié des correspondances internes de la firme. Dès 1999, cette dernière s’inquiétait du potentiel mutagène du glyphosate.

Rarement hasard du calendrier aura été plus embarrassant pour une agence d’expertise. Dans le cadre d’une action intentée contre Monsanto, la justice fédérale américaine a déclassifié, jeudi 16 mars, plus de 250 pages de correspondance interne de la firme agrochimique, montrant que cette dernière s’inquiétait sérieusement, dès 1999, du potentiel mutagène du glyphosate, principe actif de son produit phare, le Roundup, et molécule phytosanitaire la plus utilisée au monde.

Or le 15 mars, à la veille de la publication de cette documentation confidentielle, l’Agence européenne des produits chimiques (ECHA) annonçait qu’elle ne considérait le glyphosate ni comme cancérogène ni même mutagène – c’est-à-dire capable d’engendrer des mutations génétiques.

Pour Monsanto, l’affaire est cruciale : le Roundup est la pierre angulaire de son modèle économique, fondé sur la vente liée de ce pesticide et des cultures transgéniques capables de le tolérer.

La rapporteuse spéciale sur le droit à l’alimentation de l’ONU dresse un réquisitoire des conséquences délétères des pesticides sur la faune, la flore et l’être humain. Un article de notre partenaire, Le Journal de l’Environnement. euractiv.fr

« Être tributaire de pesticides dangereux est une solution à court terme qui porte atteinte au droit à une alimentation suffisante et au droit à la santé des générations actuelles et des générations futures.» Hilal Elver n’a pas la notoriété d’u...  Afficher la suite ici

mercredi, 15 mars 2017

Votre chronique : Un partenariat éducatif qui interpelle éducateurs et parents

Monsanto partenaire des Éditions Nathan et du GNIS pour enseigner comment préserver la biodiversité !

Communiqué de SumOfUs L’humain avant le profit

« Et si Monsanto enseignait à vos enfants comment préserver la biodiversité ? C’est un peu l’objet du partenariat que viennent de signer les Éditions Nathan et le GNIS, un syndicat national de semenciers regroupant quelques-unes des multinationales les plus dangereuses du marché.

Résultat de recherche d'images pour "nathan"

C’est un membre de SumOfUs qui nous a alertés sur cette collaboration de la honte. L’éditeur de manuels scolaires et le GNIS travaillent à la publication d’une revue intitulée « Mille et une graines » pour accompagner professeurs et lycéens sur des thèmes tels que « la biodiversité » ou « nourrir l’humanité ». Un comble!

En réalité, vu les intérêts et l’hégémonie du GNIS, il s’agira de vanter à nos chères têtes blondes, brunes et rousses, les mérites des OGM et des pesticides pour la planète.

Les Éditions Nathan pensaient sûrement pouvoir mener à bien cette collaboration dans la plus grande discrétion. C’était sans compter la vigilance de certains d’entre vous. Mettons-on leur la pression pour qu’ils abandonnent ce projet de propagande.

Pétition pour demander aux Éditions Nathan de Cesser immédiatement cette collaboration avec les multinationales du toxique

Le Groupement National Interprofessionnel des Semences (GNIS) a été créé sous Vichy dans le but « d’organiser la production et la commercialisation des semences et plants ». Depuis les années 60, ses prérogatives se sont élargies conduisant à de nombreux conflits d’intérêts. Placé sous tutelle du Ministère de l’Agriculture, le groupement veille aux intérêts des grandes entreprises du secteur.... même quand elles vont à l’encontre du respect de notre environnement.

C’est, par exemple, le GNIS qui détermine et répertorie dans un catalogue officiel les variétés de semences qui peuvent être commercialisées. Évidemment, celles qui sont choisies favorisent les grandes industries agroalimentaires au détriment des petits paysans mais aussi de la biodiversité. Ainsi, entre 1955 et aujourd’hui, ce sont près de 80% des variétés végétales comestibles ont disparu de ce fameux catalogue.

Quelle ironie donc de confier un projet pédagogique sur la biodiversité aux groupes qui mettent en danger notre alimentation et notre climat!

Par expérience, nous savons que la mobilisation des membres de SumOfUs peut obliger les grandes entreprises à revoir leurs plans. Les Éditions Nathan n’auront pas d’autre choix que de renoncer à ce partenariat dangereux qui est en totale contradiction avec les valeurs de notre enseignement public.


Dites aux Éditions Nathan que l’école ne doit pas devenir un lieu de propagande pour les entreprises irresponsables. »

« Non à la collaboration toxique entre les Éditions Nathan et le GNIS ! »

signez la pétition

Plus d’informations

Pourquoi faut-il être hors-la-loi pour bien manger ?
Actuality. 10 octobre 2016.

Communiqué du GNIS
GNIS. 1 septembre 2016.

Le GNIS, c'est qui le GNIS ?
Reporterre. 21 janvier 2014.

samedi, 04 mars 2017

Un film de 12 minutes : "Ilha das Flores"

Ilha das Flores (L'Île aux fleurs), titre en version originale du court-métrage documentaire brésilien, réalisé par Jorge Furtado (1989)

Ilha das Flores (1989) Documental Subtitulado : La Isla de las Flores (Español)

"Lo que en principio no es más que la historia de un tomate, desde su origen en una plantación hasta el basurero, por obra y gracia del humor negro, poco a poco se transforma en una cruel y profunda reflexión sobre la condición humana. De la miseria humana, acaso sea más apropiado decir.

Isla de las Flores ganó el Oso de Plata en Berlín, fue elegido el corto del año 90 en Brasil y en 1995, fue incluido por la crítica francesa en la lista de los 100 cortometrajes más importantes del cine. Es el trabajo de un genio, sin lugar a dudas."

ILHA DAS FLORES 35 mm, 12 min, cor, 1989.
Dirección: Jorge Furtado
Producción Ejecutiva: Monica Schmiedt, Giba Assis Brasil e Nora Goulart
Guión: Jorge Furtado
Dirección de Fotografia: Roberto Henkin e Sérgio Amon
Dirección de Arte: Fiapo Barth
Música: Geraldo Flach
Dirección de Producción: Nora Goulart
Montaje: Giba Assis Brasil
Asistente de Dirección: Ana Luiza Azevedo

vendredi, 17 février 2017

Vieussan : Janine a quitté son petit royaume du Fargaydas

C’est en 1976 que Janine et Raymond se sont installés au Fargaydas. Ils y ont cultivé fraises et asperges que Janine vendait sur les marchés. Tombée amoureuse de son petit paradis elle n’a jamais voulu le quitter.

Au milieu de la nature, dans son petit paradis du Fargaydas Jeanine a  vécu heureuse.pngAu milieu de la nature, dans son petit paradis du Fargaydas Janine a vécu heureuse

« Maman se plaisait dans cette vie rustique loin du brouhaha de la ville et de la société de consommation, elle aimait plus que tout son jardin, ramasser de la salade sauvage, cuisiner pour les amis, jouer au scrabble, et les livres. C’est d’ailleurs avec ces derniers qu’elle a le plus voyagé, un fauteuil confortable, devant le poêle en hiver, devant la porte en été. »

maman.JPGDans "le petit royaume du Fargaydas" Janine, l'esprit en éveil, aimait toujours recevoir ses amis, jouer au scrabble...

Janine était liée d'amitié avec les écrivains occitans Yves Rouquette décédé en janvier 2015 et Marie Rouanet qui a écrit un touchant hommage lu durant les funérailles de Janine où ses amis l'accompagnèrent :

«Notre amitié est lointaine, elle date de notre arrivée à Béziers. Nos hommes participèrent à toutes les causes justes : Le Larzac, le refus du bétonnage du littoral, les exigences pour garder digne la langue d'Oc. Nous étions près d'eux dans l'aventure utopique des disques Ventadorn...

Raymond disparu tu as continué à maintenir le petit royaume du Fargaydas, le bois à couper, les ronces à tenir en respect, les semis à soigner, les cueillettes à assurer, les réserves, la table à pourvoir pour ta famille et pour tous ceux qui trouvèrent chez vous table ouverte et ils sont nombreux à se souvenir... J'ai compris grâce à toi ce qu'était la fidélité. Elle n'est ni dans les gémissements ni dans les tombes fleuries mais dans chaque geste, dans chaque pas pour "garder de périr" l'œuvre accomplie à deux. »

Janine s’est éteinte tout doucement, sans bruit, comme la flamme d’une chandelle qui n’a plus rien pour s’alimenter.

À ses fils Jacques et Pierre et leur famille, à ses petits-enfants Marielle, Nadia, Sophie, Guilhem et Marine qui lui apportait son soutien quotidien, tous adressent leurs sincères condoléances.

jeudi, 16 février 2017

Vieussan : voilà un an, Michel Gailhard nous quittait

Michel Gailhard nous a quitté en février 2016 à l'âge de 69 ans. 

À Sète et à Vieussan ses amis se souviennent.

"Il y a quelque chose de plus fort que la mort, c'est la présence des absents dans la mémoire des vivants." écrit Jean D'Ormesson 

photo_MG.jpg
Nicole, sa sœur, lrappelle Michel Gailhard à notre mémoire : "Un an que Michel nous a quitté !

À tous il laisse son livre, publié en juin 2016: « Vieussan. Un village occitan traverse le temps » (éditions du Mont - 4, rue Mistral - 34370 cazouls-lès-Béziers) ses lignes garderont sa mémoire.

Sensible à ce souvenir, son ami Bernard B. écrit : « Michel m'aurait dit :" Je serai triste comme un saule, quand le Dieu qui partout me suit, me dira la main sur l'épaule, va-t'en voir là-haut si j'y suis..... » ("Le testament") G. Brassens.

vendredi, 10 février 2017

Votre chronique : Zéro phyto 100% bio.

« Nous sommes extrêmement fier de vous présenter l'affiche de notre documentaire qui sera en avant-première dès le 16 mars 2017 !

L’image contient peut-être : 1 personne, texte

Sachez qu'à partir du 16 mars, date de la première projection publique à Annecy, le documentaire est programmé entre mars et avril dans environ 60 cinémas un peu partout en France (dates et infos à venir...

Le film sortira nationalement le 8 novembre 2017.» Guillaume Bodin

L’image contient peut-être : 1 personne, textehttps://www.facebook.com/zerophytocentprcentbio/?fref=t

dimanche, 15 janvier 2017

Vieussan : « Qui était donc mon grand père, Jean Joseph Paul Roque ? »

Retrouver ses racines est une interrogation essentielle, d'autant plus attachante quand cette quête recèle un mystère.

Pour Monique, épouse Astier née Cazaledes, la partie occultée de sa généalogie autour de son grand père Jean Joseph Paul Roque, l'obsède.

Séducteur frivole ou amant sincère, pourra-t-elle découvrir sa personnalité ?

Qui était donc mon grand père Jean Joseph Paul Roque.jpgPour Monique,  son grand père Jean Joseph Paul Roque reste une énigme à élucider

« Je vais essayer de vous relater le peu que je connais : ma grand mère, Henriette Cazaledes Marie Claire est née à Cazouls les Béziers le 22 janvier 1883. Elle a eu 2 enfants naturels : Paul Henri Joseph Pierre Cazaledes, mon père, né à Barcelone le 28 mars 1903 et Claire Marie Rose Cazaledes, ma tante née à Béziers le 12 décembre 1904.

vieu,reconnaissance de paternité,famille,roque,cazaledes,combes,berlou,cazouls les béziers,saint pons de thomièresLe 22 janvier 1883 naissait Henriette Cazaledes

Henriette est décédée à Béziers des suites de l'accouchement, le 5 janvier 1905. Elle avait 22 ans !

Ses 2 enfants ont été reconnus par leur père Jean Joseph Paul Roque né à Béziers le 6 mai 1869. C'est lui, MON GRAND PERE dont je sais seulement qu'il est décédé à Béziers le 10 octobre 1906. »

Mais, la reconnaissance des 2 enfants d'Henriette n'était pas légale, le divorce de Jean Joseph Paul, en instance en Espagne n'était pas prononcé. Sa mère, Claire Roudigou, née à Cazouls le 24 avril 1844 et veuve de Jean Paul Roque, charcutier, né à Saint Pons le 29 janvier 1844, la fait annuler après la mort de son fils.

« Sur son lit de mort ma grand-mère Henriette a fait appeler ses parents, Bruno Cazaledes et Marie Boissezon, qui l'avaient rejetée et purement et simplement mise à la porte quand elle était enceinte, pour leur demander pardon et pour qu'ils s'occupent de ses 2 enfants. En sa mémoire ils ont appelé leur petite fille Henriette comme leur fille.»

C'est autour de la crèche de Noël au Pin que Monique a retrouvé le berceau de ses arrière-grands-parents maternels sur la commune de Vieussan à Boissezon.

- "Henri Cazaledes, né à Cazouls le 25 septembre 1857 et décédé le 17 février 1934 et Boissezon Marie Joséphine née à Cazouls le 8 février 1859 décédée à Cazouls le 24 février 1940 (fille de Boissezon Pierre et de Carrière Claire, sœur de Boissezon Zélie Emma née à Boissezon le 25 janvier 1881 épouse de Boissezon Joseph Pierre - mariés sous le régime dotal -acte Me Gabolde notaire à Olargues)
Zélie est la mère de Boissezon François Marie Joseph né le 14 juin ? et décédé à Cazouls le 10 mars 1931 laissant pour recueillir sa succession sa mère Zélie Emma et sa tante Marie Joséphine Boissezon (mon arrière grand-mère)
François est donc le cousin germain de ma grand-mère Henriette Cazaledes."

« En outre ma tante, Henriette a été mise en nourrice dans la famille Combes de Berlou qui habitait face à la cave coopérative. Je me souviens être allée acheter du vin chez eux. Je suppose que la sœur de lait de ma tante devait avoir sensiblement le même âge qu'elle.

Mon père et ma tante m'ont dit se souvenir s'être appelés Roque à l'école maternelle pendant quelques années et puis tout à coup s'être appelée Cazaledes. Je pense que pour eux cela a du être un traumatisme et une honte. c'est pour cela qu'ils avaient du mal a en parler et que j'ignore beaucoup de choses.

François Guiraud, ancien maire de Vieussan, était le filleul de mon père Paul. Il était venu à Cazouls lors des obsèques de mon père en 1977. J'ai le souvenir d'un monsieur très distingué. OUF ! je vous ai tout dit ! »

Henriette cazaledes  2016-02-29 12.06.04.jpg

Quelques documents anciens, de rares photos, quelques dessins précis de paysages, de délicats portraits tracés de la main légère d'Henriette, jeune fille romanesque.

Henriette Cazaledes.jpg

Ces lignes sensibiliseront peut-être des lecteurs : « Je pense qu'il est difficile de tisser les parentés tout cela est tellement vieux... Ce que je connais mal et que j'aimerais mieux démêler concerne la lignée de mon grand père Jean Joseph Paul Roque. »

Qui pourra aider Monique à retrouver des liens et réhabiliter la mémoire de celui dont elle ignore tout ?

mercredi, 11 janvier 2017

Vieussan : La messe de Noël au Pin a réveillé bien des souvenirs

Geneviève a traversé la frontière qui sépare l'Hérault de l'Aveyron, tout spécialement pour assister à cette messe de Noël, célébrée sur les lieux où elle venait, enfant.

« Et, en plus c'était mon anniversaire ! Beau cadeau que cette messe.
Voici mon "compte-rendu" : 

Ce n’était ni le jour, ni l’heure …

Oui, une messe de minuit un vingt-sept décembre, et plus encore à 18 heures !

Où as-tu vu ça ? Pourquoi pas avec des éléphants roses ? T’aurais pas un peu trop abusé de substances peu licites ?

Et bien non. C’était ce jour-là, à l’heure dite, et ce fut plein d’émotion.

vieussan,le pin,messe de noël,souvenirs,notre dame de géminian,annette,vierge,crèche,église,aveyron,hérault

La crèche installée, cette année du bon côté de l’église, le côté droit, toujours aussi belle, rappelant tellement de choses, choses oubliées, enfouies, odeurs d’enfance !

Et le curé ? Si, si, il était là ! Le miracle annuel nécessaire s’était renouvelé. Car, il fallait le faire : trouver un prêtre acceptant de se déplacer depuis Saint-Pons, une petite trentaine de mauvais kilomètres, route sinueuse épousant les gorges de la rivière, brillante de verglas en cette saison …

Il était bien là. (J’ignore comment s’est passé son retour.)

Il a même dit que certains étaient venus de loin pour participer à cette messe. Pensez-donc, une dame venait de Cazouls-les- Béziers ! … Oui, oui, c’est vrai, je l’ai rencontrée. Et moi, venue du pays des «gavachs» ? Non, il n’en a pas parlé.

vieussan,le pin,messe de noël,souvenirs,notre dame de géminian,annette,vierge,crèche,église,aveyron,hérault

Les répons et les chants étaient un peu … poussifs : il y a longtemps que les portes de cette église ne s’ouvrent plus pour la messe, et beaucoup ne se souvenaient plus du cérémonial. Mais «Il est né le Divin Enfant», personne n’avait oublié !

vieussan,le pin,messe de noël,souvenirs,notre dame de géminian,annette,vierge,crèche,église,aveyron,hérault

Et la vierge de Géminian, belle, mais toujours aussi douloureusement abîmée, semblait veiller sur l’assemblée depuis une place de choix, à droite dans le chœur.

vieussan,le pin,messe de noël,souvenirs,notre dame de géminian,annette,vierge,crèche,église,aveyron,hérault,les-enfants-de-cœur-du-pin,http:laviedeshautscantonsdoc.blogs.midilibre.comarchive20170109v,https:www.google.frwebhp?sourceid=chrome-instant&ion=1&espv=2&ie

Que dire de plus ? Sinon que les regards brillaient et que les participants étaient heureux de se trouver là, pour un moment de joie.

vieussan,le pin,messe de noël,souvenirs,notre dame de géminian,annette,vierge,crèche,église,aveyron,hérault

Merci à Patricia et à sa famille qui, retrouvant les santons dans l’ancien presbytère, ont eu l’idée généreuse de cette messe de minuit voici déjà quatre ans.

Pour moi, habitante de cœur de ce hameau où j’ai passé les meilleures vacances de mon enfance, si -hélas- je n’ai pu revoir Annette, j’ai retrouvé avec autant de plaisir des têtes connues (enfin, faut pas exagérer, le temps a passé, et c’est seulement après présentations que l’on s’est reconnu !)

Les oreillettes étaient délicieuses, personne ne les fait plus comme ça, et le gâteau aux noix a accompagné mon chemin jusqu’au parking.

Il n’est pas inutile de préciser que je n’ai bu que du jus de pomme, certains pourraient croire que j’ai abusé d’un autre nectar. Car, à défaut d’éléphant rose, il me semble bien avoir aperçu une piscine dans l’ancienne maison de ma grand-mère. A l’endroit même où j’allais voir les lapins chaque midi et où on profitait de ma bouche ouverte pour insérer la cuillère de soupe.

Enfin, tous souvenirs laissés au Pin, je suis bien rentrée à la maison.

A l’année prochaine ? J’y serai. »