compteur internet
Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

lundi, 18 septembre 2017

Un message pour l'humanité !

Texte écrit et dit par Charlie Chaplin... en 1939

Extrait du film « Le Dictateur » de Charlie Chaplin, réalisé en 1939

The Great Dictator (Discours final Version Originale)

mercredi, 01 février 2017

Mons-la-Trivalle : lecture autour du thème "Migrants et Anthropocène" au Comptoir Associatif

Le Comptoir Associatif des Artistes de Mons-La-Trivalle est au cœur de l’effervescence sociale actuelle

Roulés dans le flot commun de la matière, des idées et des mouvements, les artistes qui puisent d'une époque ses désirs et ses doutes, expriment, en même temps, sa volonté d’action.

Vendredi, les artistes associés ouvrent leur exposition permanente et partageront la lecture d'un court texte " Migrants et Anthropocène "* écrit par Élise Löwy pour la revue Ecorev, revue critique d’écologie politique.

comptoir  fin mai début juin 2016 080 (2).jpgAu Comptoir Associatif, les artistes expriment les désirs et les doutes d'une époque

Depuis la découverte des premiers Hominidés, humanité et migrations ont toujours été indissociables. Quelle que soit l’hypothèse retenue des premières migrations humaines, l’Homme moderne a toujours migré, au gré des aléas, pour assurer sa survie. Les migrations font partie intrinsèque de l’Histoire de l’Humanité.

Avec l’Anthropocène, nouvelle ère géologique où l’influence de l’Homme sur le système terrestre est prédominante, la Terre et tous ses habitants sont bouleversés. Nous sommes toute et tous des migrants.

Au Comptoir, vendredi 3 février à 18 h, lecture en trio et réflexion fraternelle autour d'un thème, celui d'Humanité, avec ponctuations musicales au violon par Cecilia Juhász.

*Article publié dans la Revue EcoRev’ n°44 Migrants et Anthropocène - Elise Lowy -

"Si l’Anthropocène est un Capitalocène et polarise encore plus chaque jour les asymétries sociales et les modes de vie, alors les migrations actuelles en sont un des marqueurs les plus fort, injuste et terriblement destructeur de vies et de communautés de vie. Élise Löwy nous en livre dans ce texte une analyse sans concession qui interroge notre conception même de commune humanité."

« Le respect pour la dignité humaine ne se mérite pas, il est une donnée préalable. » Tzvetan Todorov, La peur des barbares, Robert Laffont, 2008, p.112

vendredi, 06 janvier 2017

Votre chronique : Journée Mondiale des orphelins de guerre

Le 6 janvier 2017, 5 jours après la Journée Mondiale de la Paix, on parle des orphelins de guerre
Journée Mondiale des orphelins de guerre

La Journée Mondiale des orphelins de guerre est d'origine Onusienne. C'est d'ailleurs la convention relative aux droits de l’enfant qui affirme que les droits des enfants doivent être respectés même en période de guerre ou de conflit armé.

Les enfants ne sont pas responsables...

... et ne doivent pas devenir les victimes de la bêtise de leurs parents. Les enfants ont le droit d'être protégés dans toutes les circonstances et de vivre dans un environnement pacifique, même si les adultes n'ont pas été capables de régler leurs conflits de façon intelligente.

Orphelins de guerre de par le monde

La situation matérielle des orphelins de guerre dans les zones touchées par les conflits reste extrêmemnt problématique et l'appel aux états pour remédier à cet état de fait toujours aussi nécessaire...

Une initiative du musée virtuel canadien mérite d'être relayée dans ce site: elle trouve sa source dans le sort d'un groupe d'orphelins juifs de la deuxième guerre mondiale qui a émigré au Canada.

Cette histoire vraie appartient autant au passé qu'au présent et peut constituer un appel et une mise en garde contre l'indifférence et la passivité de ceux qui ne sont pas touchés par ces questions.

Il y a actuellement de très nombreux réfugiés pour cause de guerre dans le monde; plus de la moitié sont des enfants et parmi eux les orphelins sont très nombreux.

vendredi, 30 décembre 2016

Votre chronique : « Territoire ... »

"Le terme Territoire, toujours plus utilisé, et toujours plus présent dans l'Actualité en cet an 2016..."

 

Une définition utile de Territoire : http://www.toupie.org/Dictionnaire/Territoire.htm

samedi, 24 décembre 2016

Joyeux Noël à tous !

Un petit conte pour Vous.

Pour Noël... et... pour les autres jours !4 bougies brûlaient lentement ….jpg

4 bougies brûlaient lentement …

L'ambiance était tellement silencieuse que l'on pouvait entendre leur conversation.
La première dit : « JE SUIS LA PAIX ! Cependant personne n´arrive à me maintenir allumée ….
Je crois que je vais m´éteindre » …
Sa flamme diminua rapidement et elle s´éteignit complètement.

La seconde dit : « JE SUIS LA FOI ! mais il me semble être devenue bien inutile …
Cela n'a pas de sens que je reste allumée plus longtemps »…
Quand elle eut fini de parler, une brise souffla et elle s'éteignit complètement.

Bien triste, la troisième bougie se manifesta à son tour : « JE SUIS L’AMOUR ! Mais je manque de forces pour rester allumée … l'on me laisse de côté et l'on ne comprend plus mon importance …
l'on oublie même d'aimer ses proches » …
Sans plus attendre, elle s'éteignit complètement.

Soudain … Un enfant entre et voit les 3 bougies éteintes :
« Pourquoi êtes-vous éteintes ? Vous devriez être allumées jusqu'à la fin » !!!
Attristé par ce tableau, l'enfant commença à pleurer …

C'est alors que la quatrième bougie se manifesta :
« Ne pleure pas … car tant que j'ai ma flamme nous pourrons rallumer les autres bougies …
JE SUIS L’ESPÉRANCE » !
Avec des yeux brillants, l'enfant prit la bougie de l'espérance et ralluma les 3 autres …

Puisse la flamme de L'ESPÉRANCE ne jamais s'éteindre à l'intérieur de nos cœurs !

Et puissions-nous, chacun d'entre nous, être l'outil dont l'enfant a besoin pour maintenir allumées les flammes de LA PAIX, L'AMOUR, LA FOI et de L'ESPÉRANCE !!!

(Auteur inconnu)

vendredi, 16 décembre 2016

Votre chronique : "La tragédie humaine qui se déroule sous nos yeux à Alep est insupportable."

 AGISSONS !

Amnesty International appelle à agir :

Conflit Syrien

Amnesty International - France

 
5 choses que vous pouvez faire pour Alep
 
La tragédie humaine qui se déroule sous nos yeux à Alep est insupportable.
L'évacuation de dizaines de milliers de personnes a commencé ce matin mais le risque que de nouvelles atrocités soient commises reste présent.
 
Ce drame nous laisse un sentiment d'impuissance mais aujourd'hui plus que jamais, nous pouvons agir !
 
Nous avons besoin de vous pour faire pression sur les gouvernements afin que l'évacuation des civils se fasse en toute sécurité et qu'ils permettent l'accès à des observateurs : vous pouvez interpeller directement les gouvernements de Syrie, de Russie et d'Iran via Twitter ou interpeller leur ambassade via email.

Notre pression peut être déterminante pour sauver des vies."

agissez maintenantSylvie Brigot-Vilain, Directrice générale d'Amnesty International France
 

L’équipe d’Avaaz appelle aussi à joindre nos voix pour arrêter ces massacres

"Chères amies, chers amis,

À Alep, le massacre aurait commencé.

Selon des informations, les milices vont de maison en maison, exécutant les civils, femmes et enfants, et un convoi d’évacuation vient d’être attaqué. Des dizaines de milliers de personnes sont abandonnées, appelant à l’aide.

Nos gouvernements ont tous échoué à empêcher cette guerre. Exhortons-les à s’unir pour demander à la Russie, l’Iran et la Syrie d’autoriser l’ONU et la Croix-Rouge à évacuer les derniers civils d’Alep. Si ces trois gouvernements reçoivent cette requête de la part non seulement des États-Unis et de l’Europe, mais de tous les gouvernements du monde, cela PEUT les faire réfléchir:

Signez maintenant

La Russie et l’Iran ignorent régulièrement les appels des États-Unis et de l’Europe occidentale. Mais Avaaz est un véritable mouvement mondial. Si cette fois, les appels proviennent réellement de CHAQUE partenaire commercial, allié et ami de ces pays - du Brésil à l’Afrique du Sud, de l’Inde à la Pologne, cela VA changer leurs plans.

Pour les civils d’Alep, le temps est compté. Faisons pression sur nos gouvernements pour qu’ils décrochent leur téléphone et appellent la Russie et l’Iran. Nous avons échoué à soutenir le peuple de Syrie depuis trop longtemps, ne laissons pas tomber les derniers citoyens d’Alep:
 
 

Selon des informations, les milices ont commencé à aller de maison en maison, assassinant les familles piégées à Alep. La Russie et l’Iran peuvent arrêter le massacre et permettre l'évacuation de tous les civils À CONDITION que TOUS les dirigeants mondiaux le leur demandent. Avaaz est présente partout dans le monde - demandons à chacun de nos gouvernements d’exhorter la Russie et l’Iran à agir avant qu’il ne soit trop tard:
Signez maintenant

 
Avaaz s’est tenue au côté du peuple syrien à travers des dizaines et des dizaines de campagnes. La situation est critique. Ne les abandonnons pas maintenant.

Avec espoir, L’équipe d’Avaaz"

PS - La situation sur le terrain évolue rapidement. Voici des reportages qui fournissent des indices clairs que les opérations d’évacuation sont menacées et que le massacre a commencé:

A Alep-Est, les civils pris en otage (La Croix)
http://www.la-croix.com/Monde/Moyen-Orient/A-Alep-Est-civils-pris-otage-2016-12-14-1200810545

Syrie: Alep reprise par le régime, des civils massacrés (Les Inrocks)
http://www.lesinrocks.com/2016/12/13/actualite/syrie-alep-reprise-regime-civils-massacres-11888114/

Alep 2011-2016: requiem pour une ville (L’Orient Le Jour)
http://www.lorientlejour.com/article/1024112/alep-2011-2016-requiem-pour-une-ville.html

dimanche, 11 décembre 2016

Votre chronique : « Une pensée apaisante pour cette belle journée du 11 décembre 2016 »

« Tel temps à la Saint-Daniel, même temps à Noël. »

L’image contient peut-être : une personne ou plus et texte

Une douce note de Jacques Prévert en ces temps incertains où la violence et la haine gangrènent les cœurs...

Photo de  Libre expresssion

dimanche, 04 décembre 2016

Barbara - Perlimpinpin - "...Contre qui? Comment? Contre quoi? C'en est assez de vos violences..."

"Pour qui, comment quand et pourquoi? Contre qui? Comment? Contre quoi?

C'en est assez de vos violences.

Barbara.png

D'où venez-vous?

Où allez-vous? Qui êtes-vous? Qui priez-vous?

Je vous prie de faire silence.

Pour qui, comment, quand et pourquoi? S'il faut absolument qu'on soit

Contre quelqu'un ou quelque chose,

Je suis pour le soleil couchant

En haut des collines désertes. Je suis pour les forêts profondes,

Car un enfant qui pleure,

Qu'il soit de n'importe où,

Est un enfant qui pleure,

Car un enfant qui meurt

Au bout de vos fusils

Est un enfant qui meurt.

Que c'est abominable d'avoir à choisir

Entre deux innocences!

Que c'est abominable d'avoir pour ennemis

Les rires de l'enfance!

Pour qui, comment, quand et combien?

Contre qui?

Comment et combien?

À en perdre le goût de vivre,

Le goût de l'eau, le goût du pain

Et celui du Perlimpinpin

Dans le square des Batignolles!

Mais pour rien, mais pour presque rien,

Pour être avec vous et c'est bien!

Et pour une rose entr'ouverte, Et pour une respiration,

Et pour un souffle d'abandon, Et pour ce jardin qui frissonne!

Rien avoir, mais passionnément,

Ne rien se dire éperdument,

Mais tout donner avec ivresse

Et riche de dépossession,

N'avoir que sa vérité,

Posséder toutes les richesses,

Ne pas parler de poésie,

Ne pas parler de poésie

En écrasant les fleurs sauvages

Et faire jouer la transparence

Au fond d'une cour au murs gris

Où l'aube n'a jamais sa chance.

Contre qui, comment, contre quoi?

Pour qui, comment, quand et pourquoi?

Pour retrouver le goût de vivre,

Le goût de l'eau, le goût du pain

Et celui du Perlimpinpin

Dans le square des Batignolles.

Contre personne et contre rien,

Contre personne et contre rien,

Mais pour toutes les fleurs ouvertes,

Mais pour une respiration,

Mais pour un souffle d'abandon

Et pour ce jardin qui frissonne!

Et vivre passionnément,

Et ne se battre seulement

Qu'avec les feux de la tendresse

Et, riche de dépossession,

N'avoir que sa vérité,

Posséder toutes les richesses,

Ne plus parler de poésie,

Ne plus parler de poésie

Mais laisser vivre les fleurs sauvages

Et faire jouer la transparence

Au fond d'une cour aux murs gris

Où l'aube aurait enfin sa chance,

Vivre, Vivre

Avec tendresse,

Vivre

Et donner

Avec ivresse !"

"Perlimpinpin" de Barbara

jeudi, 10 novembre 2016

Vieussan : Lecture théâtralisée de lettres de « Poilus » ce 12 novembre

Au lendemain de l'anniversaire de l'armistice, la lecture théâtralisée de lettres de « Poilus » par la Compagnie Escalier B rappellera l'horreur de la guerre.

Les lettres de ces « Poilus », soldats français des Hauts Cantons de l'Hérault et d’ailleurs, font plonger avec effroi dans la dure réalité de la Première Guerre Mondiale de 1914 à 1918. Nommée Grande Guerre, elle a causé des dégâts d’une ampleur accablante, à la fois humains et matériels. Plus de 1,4 millions de Français sont morts au front.

Dans les tranchées les poilus ont écrits de saisissants témoignages.jpgDans l'enfer des tranchées les "Poilus" ont écrit de saisissants témoignages

Chacun des mots de ces lettres bouleversantes* dit l’enfer vécu par les soldats. Le 22 août 1914 l’armée française connaît ce qui va rester comme «le jour le plus meurtrier de l’histoire de France», où près de 27.000 hommes sont tués, notamment en Belgique.

L’abominable bataille de Verdun fut l’une des plus longues et dévastatrice. Bataille sans merci où pendant 10 mois plus de 2,3 millions de soldats découvrent l'horreur des tranchées, les blessés dans la boue, la souffrance. Les affrontements sans répit laissent derrière eux 300 000 morts.

Ces Récits de Campagne, témoignages saisissants de la guerre lancent un pathétique appel à la paix.

Pour cette lecture théâtralisée par la Compagnie Escalier B, l'entrée est gratuite et sera suivi d’une conviviale rencontre apéritive offerte par la commune, dans la salle du peuple de Vieussan, le samedi 12 novembre à 18 h.

 

*Une de ces "lettres de poilus", écrite par Pierre ..., le 22 septembre 1916 à Verdun :

« Ma chère Édith,

La vie ici est très dure. Dans les tranchées, l’odeur de la mort règne. Les rats nous envahissent, les parasites nous rongent la peau ; nous vivons dans la boue, elle nous envahit, nous ralentit et arrache nos grolles. Le froid se rajoute à ces supplices. Ce vent glacial qui nous gèle les os, il nous poursuit chaque jour. La nuit, il nous est impossible de dormir. Être prêt, à chaque instant, prêt à attaquer, prêt à tuer. Tuer, ceci est le maître-mot de notre histoire. Ils nous répètent qu’il faut tuer pour survivre, je dirais plutôt vivre pour tuer. C’est comme cela que je vis chaque minute de cet enfer. Sans hygiène. Sans repos. Sans joie. Sans vie.

Cela n’est rien comparé au trou morbide où ils nous envoient. Sur le champ de bataille, on ne trouve que des cadavres, des pauvres soldats pourrissant sur la terre imprégnée de sang. Les obus, les mines, détruisent tout sur leur passage. Arbres, maisons, et le peu de végétation qu’il reste. Tout est en ruine. L’odeur des charniers, le bruit des canons, les cris des soldats… L’atmosphère qui règne sur ce champ de carnage terroriserait un gosse pour toute sa vie. Elle nous terrorise déjà.

Lundi, je suis monté au front. Ils m’ont touché à la jambe. Je t’écris cette lettre alors que je devrais être aux côtés des autres, à me battre pour ma patrie. Notre patrie, elle ne nous aide pas vraiment. Ils nous envoient massacrer des hommes, alors qu’eux, ils restent assis dans leurs bureaux ; mais en réalité, je suis sur qu’ils sont morts de peur.

Ah ! Ce que j’aimerais recevoir une lettre. Cette lettre, celle qu’on attend tous, pouvoir revenir en perme. Ce que j’aimerais te revoir, ma chère épouse ! Retrouver un peu de confort, passer du temps avec notre petit garçon… Est-ce que tout le monde va bien ? Ne pensez pas à toutes ces horreurs. Je ne veux pas que vous subissiez cela par ma faute. Prends bien soin de toi, de notre fils, et de mes parents. Et, même si je ne reviens pas, je veillerai toujours sur toi. Je pense à vous tous les jours, et la seule force qui me permet encore de survivre, c’est de savoir que j’ai une famille qui m’attend, à la maison.

J’espère être à vos côtés très prochainement, à bientôt ma belle Édith, je t’aime. Pierre (source http://dailygeekshow.com/verdun-poilus-lettres/

Plus de témoignages de lettres de « Poilus » sur ce lien et celui-ci

dimanche, 06 novembre 2016

Mons-la-Trivalle : Cérémonie commémorative du 11 novembre

Arielle Escuret, maire de la commune et le conseil municipal invitent la population à se joindre à la cérémonie commémorative du 11 novembre qui célèbre l'anniversaire de l'Armistice de 1918 et rend hommage à tous les morts pour la France.

monument aux morts de mons la trivalle photo.jpg


La célébration se déroulera ce vendredi 11 novembre à 14 h 30, le rendez-vous est fixé devant le monument aux morts où aura lieu le dépôt de gerbe et le discours en hommage aux soldats morts durant les deux guerres.