compteur internet
Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

jeudi, 08 mars 2018

Vieussan : Lecture partagée à la bibliothèque municipale

Lecture partagée autour du livre "On verra la vie" Fragment d'un voyage inconnu, Éditions Grand M, proposée par son auteure Sandra Dao.

On verra la vie Sandra Dao.jpeg

"Elle aime partir. Elle est partie très tôt, emportée par la vie, serrée contre le chagrin de sa mère, vers la France, comme une échappée d’espoir. Sa mère a dû se dire ça aussi : On verra la vie ! Avant de partir, l’Espagne au cœur, le corps en exil, l’esprit embourbé de douleur vers un meilleur possible, ailleurs." écrit Sandra Dao.

Venez vous laisser porter, à écouter et échanger sur les voyages étonnants que sont nos vies !

Rencontre autour du livre à la bibliothèque en présence de l'auteure vendredi 9 mars à 18 h.

Renseignements en mairie au 04 67 97 71 14.

vendredi, 02 mars 2018

Votre chronique : Le vin et les Pesticides par Gilles-Eric Seralini

Reporterre s’est prêté à cette expérience inédite. 

Reconnaître le goût des pesticides dans le vin : 27 janvier 2018 / Gilles-Éric Séralini et Jérôme Douzelet 

Massivement employés en viticulture, les pesticides tuent beaucoup des arômes naturels du vin. Comment reconnaître les vins ainsi déformés ? Gilles-Éric Séralini et Jérôme Douzelet ont élaboré une méthode pour reconnaître ces substances.

"Le Goût des pesticides dans le vin", de Gilles-Éric Séralini et Jérôme Douzelet, éditions Actes Sud, janvier 2018, 144 p., 14,8 €.
  • Présentation du livre par son éditeur :

Le vin, en tant que produit fermenté, a des vertus dé­toxifiantes insoupçonnées quand il n’est pas traité. Mais la viticulture conventionnelle est parmi les plus gros consommateurs de pesticides au monde. Ces substances nous intoxiquent durablement et, par leur proximité chimique avec les arômes naturels, déforment le goût des vins. C’est ce que nous montrent les auteurs de ce livre, où l’on découvre aussi qu’il est possible d’ap­prendre à reconnaître le goût des pesticides, pour pou­voir ensuite éviter les produits qui en contiennent.

En effet, ils ont proposé à des cuisiniers et à des vignerons une expérience inhabituelle : goûter des pesticides dilués dans de l’eau aux doses où ils ont été identifiés dans des vins. Une palette de nouveaux goûts et de sensations s’ébauche dans le cerveau, qui permet peu à peu de déceler la présence de pesticides. Un « Petit guide » détaille les caractéristiques, au nez et à la bouche, de onze pesticides parmi les plus répandus dans les vins.

Ce livre n’est pas un guide œnologique. Il se conçoit plutôt comme un outil original, de science pour tous, plaidant pour une recherche du bien-vivre et du bien-manger qui passe par l’éradication des substances chimiques nocives.

vendredi, 19 janvier 2018

Mons-la-Trivalle : la bibliothèque municipale invite à un hiver de lecture

Les bénévoles de la bibliothèque municipale proposent les nouveaux horaires adaptés à la saison hivernale

Suite au passage du bibliobus fin décembre, le stock a été renouvelé et ce sont environ 300 nouveaux livres qui sont à la disposition des adhérents : des albums pour la jeunesse, des documentaires et beaucoup de policiers et de romans pour les adultes.

Barbara et Dominique, comme tous les bénévoles de la bibliothèque sont ravies du succès de l'opération.JPGDominique et Barbara, sont parmi les bénévoles qui se relaient à l'accueil des lecteurs

"Nous sommes toujours heureusement surpris par l'intérêt que suscite cette réactualisation des volumes pour les lecteurs. Sur place ou en adhérant au service de prêt, les livres offrent à tout âge, de longues heures récréatives et de quoi occuper les soirées d'hiver près de la cheminée... déclare Dominique"

Durant les balades dans le massif du Caroux et les Gorges d'Héric qui continuent d'attirer les visiteurs amoureux de plein air, le cocon de la bibliothèque municipale séduira pour un moment de halte et de découvertes tous les lecteurs potentiels, promeneurs, habitants et touristes.

"Les horaires évoluent et sont modulés au gré des des animations saisonnières.

L'accueil est désormais concentré sur 2 jours avec la fermeture du lundi, nous serons présents à tour de rôle le mercredi de 14 h 30 à 17 h et le vendredi de 15 h 30 à 18 h."

dimanche, 17 décembre 2017

Mons-la-Trivalle : les messages au Père Noël sont bien partis

L’équipe des bénévoles de la bibliothèque municipale a réalisé des prouesses pour que l'accueil soit réussi à bibliothèque, salle de rédaction d'un important courrier

La Belle Nuit de Noël approche à grand pas et la lettre au Père Noël, bien ancrée dans la tradition, est l'une des étapes essentielles vers le 25 décembre.

20171213_182010noel mons.jpgLes enfants se laissaient porter par leurs rêves tandis que les aînés se réchauffaient à leur présence

Impatients, dans l'attente de l’instant magique où le Père Noël quitte sa Laponie pour distribuer des cadeaux par milliers, les enfants ont répondu à l'invitation. Les jeunes rédacteurs sont prêts à livrer sur le papier le débordement de leurs envies afin de toucher le cœur de ce Papa Noël débonnaire.

20171213_151703.jpg

"C'était une très bonne après midi, conviviale et animée, déclare Dominique, l'une des organisatrices. Pour cette première rencontre où la bibliothèque de Mons-la-Trivalle a servi de salle de rédaction pour les messages au Père Noël, nous sommes contents : quelques enfants sont venus ainsi que des adultes qui se sont prêtés au jeu."

20171213_noel mons (2).jpgLa boite aux lettres au Père Noël pleine de si nombreuses espérances est ancrée dans la tradition

Tout était prêt pour leur arrivée. La superbe et imposante boîte aux lettre destinées au vieil homme Noël à la barbe blanche trônait bien en vue. Coiffée de l'inimitable capuchon et de rouge vêtue, elle offrait de toute évidence la certitude de sa destination.

Cette nouvelle animation portée par la bibliothèque, demande une grande polyvalence aux bénévoles qui apprécient le travail d’équipe, ils mêlent pour l'occasion culture, animation et accueil souriant, partageant idées et rires.

20171213_noel mons.jpg

Les enfants loin de l'angoisse de la page blanche étaient fébriles devant l'importance de l'enjeu. Vite captivés par les multiples couleurs des crayons, ils se sont laissés porter par leurs rêves tandis que les aînés se réchauffaient à leur présence.

20171213 noel mons.jpg

"Nous avions préparé une avalanche de gâteaux, de confiseries et de chocolats : un avant goût d'abondance pour entrer dans la ronde des festivités de fin d’année. Autour d'un café, d'un thé ou d'un chocolat chaud, tous, adultes et enfants ont passé un bon moment et chacun est reparti avec un petit sachet empli de gourmandises."

Comme promis, la boite à lettres pleine de si nombreuses espérances, a été remise en mains propres à son destinataire, dès la fin de la soirée.

"Initiative réussie qui sera renouvelée l'an prochain !" déclarent les organisateurs comblés par la très bonne ambiance et le plaisir de participer à cette réunion intergénérationnelle.

jeudi, 14 décembre 2017

Hauts Cantons d'Oc - Roquebrun : Décès de Dolorès Hueber

Dolorès, emportée en ce mois de décembre par une brutale maladie nous a quitté brusquement.

À Roquebrun Dolorès Hueber a marqué la vie culturelle, s'investissant pour l'association Librinspir dont elle était l'initiatrice. Elle propulsa les échanges dans la petite bibliothèque où elle prit grand plaisir à partager son amour de la beauté et sa curiosité intellectuelle, accueillant expositions et partages littéraires.

dolores hueber.jpg

Débordante de gentillesse et d'empathie Dolorès savait créer une ambiance gaie et détendue pour recevoir les artistes et promouvoir leurs œuvres. 

La réussite du premier concert classique qu'elle organisa avec l'association Librinspir dans l’église Saint André en 2015 pour un public de 110 personnes l'avait comblé de joie. 

Librinspirt et sa bibliothèque, lieu de rencontre et de convivialité gardent l'empreinte vive laissée par Dolorès Hueber et son sourire bienveillant.

À son mari Alain, leurs enfants et toute sa famille, les amis de Dolorès disent leur tristesse et partagent leur peine et le désarroi de ce deuil brutal.

lundi, 20 novembre 2017

Mons-la-Trivalle : lecture partagée au Comptoir associatif

Ce vendredi 24 novembre, Joël et Didier lecteurs avertis, proposent d'ouvrir le débat autour de la lecture partagée du livre de Daniel Bensaïd, "Octobre 17. La Révolution trahie. Un retour critique sur la Révolution russe".

Daniel Bensaïd cherche de fait à renverser la perspective de l’hégémonie idéologique qui fait de toute révolution un moment d’ingérence étrangère, refusant de saisir comment une société, en de rares moments, voit s’accélérer son processus de résolution des contradictions, sans pourtant qu’un plan ait été élaboré en amont d’une manière limpide.

Révolution russe, scènesde fraternisation entre soldats et ouvriers.jpgRévolution russe, scène de rue, fraternisation entre soldats et ouvriers

Ce retour critique sur la révolution russe est préfacé par Sophie Wahnich : "Une Révolution, et c’est le premier point important, est d’abord un événement des subjectivités qui résistent d’une manière neuve à l’oppression, écrit-elle. Elles découvrent alors que cette résistance converge et devient puissance d’action, puissance d’innovation, d’utopie même".

Entrée gratuite et ouverte à tous, échanges autour de la lecture partagée, ce vendredi 24 novembre de 18 h à 20 h, au Comptoir Associatif de Mons la Trivalle à côté de l’épicerie, sur la place du Grand Platane.

Contact au 06 70 95 05 56 pour toute information complémentaire.

dimanche, 19 novembre 2017

Françoise Héritier : "Les hommes et les femmes seront égaux un jour ...

 Françoise Héritier est décédée ce 15 novembre 2017
Le goût des mots
"Dédié à quelqu'un "avec qui causer était un art délicieux", le nouvel ouvrage de Françoise Héritier,  (Odile Jacob, 112 pages), poursuit l'exploration intime du bonheur de l'existence.  Chacun peut, dit-elle, trouver la richesse de son univers intime à partir de quelques mots.
 
Ce livre est la suite du précédent, "Le Sel de la vie" (Odile Jacob, 92 pages, 2012). À nouveau une "fantaisie". Sur la "parlure" cette fois, équivalent oral de l'écriture, comme le dit joliment Françoise Héritier. Soit tenter de se rappeler comment, enfant, on a découvert les mots du langage parlé.

"Je suis entourée de mots dans une forêt bruissante où chacun se démène pour attirer l'attention et prendre le dessus, retenir, intriguer, subjuguer, et chacun aspire  ces échappées belles", écrit-elle.
 
Pour analyser cette faculté créatrice de sens d'après les sons et ensuite son formatage, l'auteure part de sa propre expérience. Elle a défini deux registres, selon les deux sens du mot: "volume où on liste des données à enregistrer" et "orientation, tonalité qu'on donne". Dans le premier, elle place le goût pour les mots, répartis en trois catégories: ceux "dont la sonorité colle à la chose", ceux de la sidération, de l'étrangeté, qui ne collent pas à la chose, et ceux qui prennent "pour elle un autre sens que celui qu'ils ont ordinairement". Dans le deuxième registre, elle dépose les "lieux communs dont nous nous servons sans y prendre garde". A ses yeux, "des raccourcis fulgurants, efficaces, nécessaires". Elle donne divers exemples avant d'établir une liste des mots abstraits adéquats qu'ils remplacent. Et de chercher la raison de ces échanges.

"Je me suis plue à mener cette enquête sur les raisons du goût que j'ai pour les mots", poursuit-elle encore, "goût qui est, je crois, partagé par le plus grand nombre." Espérons...

Françoise Héritier conclut alors cet ouvrage plein de surprises par de courtes histoires, constituées d'expressions toutes faites porteuses d'émotions dont elle présente les listes."

"On ne sort pas du jeu", conclut-elle. "On l'alimente, comme le feu."
 
Le Sel de la vie
"Le précédent livre de Françoise Héritier, était déjà présenté comme une "fantaisie". C'est un petit livre précieux, une méditation épicurienne, une invitation à cueillir la vie. Né parce qu'elle avait reçu une carte postale d’un professeur apprécié. Il lui écrivait: "Une semaine “volée” de vacances en Ecosse". L’usage du mot "voler" fait bondir la sociologue. Comment pouvait écrire cela un médecin qui consacrait toute sa vie à ses patients, dont elle? "Qui vole quoi?", écrit-elle avant de pousser plus loin sa réflexion.

Elle lui répond: "Vous escamotez chaque jour ce qui fait le sel de la vie. Et quel bénéfice, sinon la culpabilité de ne jamais en faire assez?" Puis, Françoise Héritier se demande ce qui fait le sel de sa vie à elle. Elle liste, déjà, elle énumère.

Ce texte deviendra le livre "Le Sel de la vie", long poème en prose en hommage à la vie. Ses écrits vont du 13 août au 10 octobre 2011 et se clôturent par une invitation à "tourner la page".

Toute sa vie y passe, depuis sa naissance avant la Seconde Guerre mondiale, ses souvenirs, ses rencontres, ses bonheurs, la maladie. Peu de tracas au final, estime-t-elle. On suit avec plaisir ces lignes sensuelles et légères, invitant chacun à se rendre compte de ce qui fait le sel de sa vie à lui..."

mercredi, 15 novembre 2017

Votre chronique : Décès de Françoise Héritier

Décès de Françoise Héritier le jour de ses 85 ans

Grande dame de l’anthropologie, professeure au Collège de France, Françoise Héritier nous lègue un précieux travail sur la parenté et les rapports entre les genres masculins féminins.

Décès de Françoise Héritier le jour de ses 85 ans

Françoise Héritier en 1982© MICHELE BANCILHON / BANCILHON / MBANCILHON / AFP 

"Elle était un mélange magique, celui d’une extraordinaire acuité de pensée associée à une incroyable humilité", témoigne l’évolutionniste Pierre-Henri Gouyon, malheureux de n’avoir pas eu le temps de décrocher son téléphone pour souhaiter son anniversaire à Françoise Héritier. Cette grande dame de l’anthropologie, qui avait succédé à Claude Lévi-Strauss au Collège de France est partie le jour même de ses 85 ans. Il y a quelques jours à peine, elle répondait aux interviews de bonne grâce pour parler d’Au gré des jours (Odile Jacob), son tout dernier 

livre, un opus détonnant avec son impressionnante bibliographie universitaire, où il était question de son amour des mots, de son goût de vivre, "des moments forts ou décisifs" qui l’avaient forgée, "de bric et de broc", mais solide.

Ses travaux sur les différents systèmes de parenté dans le monde, mais aussi sur la valence différentielle entre les hommes et les femmes (lire son interview) ont marqué sa discipline et nourri la réflexion de notre époque. "Je n’ai ni la naïveté, ni la prétention de croire que l’anthropologie sert directement à changer les mentalités, écrivait-elle en 2009 dans Une pensée en mouvement(Odile Jacob), merveilleux livre sur sa carrière et son inlassable quête intellectuelle, mais elle participe à la vie 

de la Cité, tant par sa réflexion que par ses actions, et mobilise son savoir dans les domaines nouveaux qu’il faut baliser : le rapport entre les genres masculin et féminin, le changement des formes de la vie sexuelle, conjugale, familiale, l’avenir de la recherche, les rapports entre communauté, les difficultés de la jeunesse, la constitution de l’identité et de l’altérité par le regard".

Résultat de recherche d'images pour "Françoise Héritier"

Intellectuelle engagée, membre du Conseil national d’éthique et présidente du Conseil national du sida, elle gardait un œil critique sur l’époque "et ses retours de bâtons", comme elle aimait à dire, en commentant notamment les régressions en matière de droit des femmes. Elle-même ne manquait pas d’anecdotes sur le sexisme dont elle avait été victime et qui la hérissait toujours. Généreuse, bienveillante, elle appelait toutefois chacun à "une vigilance permanente"

SUR LE MÊME SUJET

dimanche, 12 novembre 2017

Votre chronique : l'encyclopédie mondiale des oiseaux...

Merci à J P pour ce partage 

"L'Encyclopédie mondiale des oiseaux"... Avec la connaissance complète de tous  les oiseaux du monde et de leur chant.

Image associée

"Cliquez sur le nom d'un oiseau ou « par région(s)», dans le monde.

Pour vous, ils n'auront plus de secrets et cliquez aussi sur son chant (à droite de chaque fiche).

Un site à conserver !

Superbe site de reconnaissance des oiseaux !"

Cliquer sur le lien ci-dessous : 

http://www.oiseaux.net/oiseaux/France.htmltml

Résultat de recherche d'images pour "oiseaux gift"

jeudi, 26 octobre 2017

Mons-la-Trivalle : Lecture Partagée au Comptoir Associatif

"Carnages et Culture, les grandes batailles qui ont fait l'occident", le livre de Victor Davis Hanson, professeur d'histoire à l'université de Californie, est devenu un classique en son genre.

L'ouvrage est proposé en lecture partagée au Comptoir Associatif, avec trois exemples qui fondent le modèle occidental de la guerre, et seront étayés par la présentation de passages significatifs.

Bataille de Rorke's Drift, peinture d'Alphonse de Neuville, 1880.jpgBataille de Rorke's Drift, peinture d'Alphonse de Neuville, 1880

"La supériorité militaire de l'Occident, depuis l'Antiquité, semble reposer sur une conception particulière de la guerre et de la mort. L'issue d'une guerre ne dépend pas toujours du nombre de combattants, de la connaissance du terrain, ou même de la stratégie des chefs militaires.

A l'analyse tactique ou géopolitique, Victor Davis Hanson oppose une théorie quelque peu iconoclaste : la victoire, sur le champ de bataille, tient à la cristallisation de valeurs économiques, politiques et culturelles.

Ce sont l'individualisme, la démocratie, le rationalisme et l'esprit d'entreprise qui firent plier, en maints endroits du monde, les armées ennemies. Ce fut encore l'Occident qui accoucha des conceptions les plus radicales et les plus meurtrières de la guerre : la guerre " juste " ou la guerre d'anéantissement, par exemple."

A travers le récit de neuf batailles décisives (Salamine, 480 avant J.-C. Gaugamèles, 331 avant J.-C. ; Cannes, 216 avant J.-C. ; Poitiers, 732 Tenochtitlan, 1520-1521 ; Lépante, 1571 ; Rorke's Drift, 1879 ; Midway, 1942 et Tet, 1968), Victor Davis Hanson explore les multiples facettes d'une suprématie guerrière inégalée.

Profondément polémique, cette histoire de la " supériorité " occidentale permet de lire en filigrane son envers le plus sombre : le cannibalisme politique et religieux des Européens au fil des siècles."

Rendez-vous des lecteurs au Comptoir associatif des artistes, ce vendredi 27 octobre, à 18 h, place du Platane à Mons-la-Trivalle.

Ouvert à tous, informations complémentaires au 06 70 95 05 56.