compteur internet
Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

jeudi, 07 juin 2018

BÉZIERS : "Douze prévenus à la barre, vent debout contre le glyphosate"

Tribunal. Compte Rendu d’Audience Annick Koscielniak

"Le 19 mars 2016, ils avaient investi le magasin Bricomarché de Pézenas et dégradé des bidons de désherbants.

Résultat de recherche d'images pour "Les prévenus, avant leur procès, se sont servis du palais de justice comme tribune contre les pesticides"Les prévenus, avant leur procès, se sont servis du palais de justice comme tribune contre les pesticides A.K. 

Sur la vidéo surveillance du magasin, diffusée dans la salle d’audience du tribunal correctionnel de Béziers, on assiste à toute la scène. Le 19 mars 2016, des hommes et des femmes arrivent en ordre dispersé, se fondent parmi la clientèle du Bricomarché de Pézenas. On voit ensuite l’un d’eux étendre une bâche bleue au sol, au rayon fleurs et tout commence. Pendant dix minutes, les douze prévenus viennent y déverser le contenu de leurs chariots de courses. Les boîtes et les bidons d’un puissant herbicide s’amoncellent, bombés à la peinture.

Ce jour-là, un collectif sous la bannière des Faucheurs volontaires participe à l’une des trente actions programmées en France contre les enseignes commercialisant des produits au glyphosate.

Des tee-shirts avec des taux d’intoxication

Ce mercredi, ils comparaissent pour dégradation volontaire. Tandis que leurs soutiens campent aux portes du palais de justice, ils s’alignent sur le banc, la plupart porte un tee-shirt blanc avec un chiffre placardé en noir.

« Cela représente le taux de glyphosate retrouvé dans nos urines. Avec 3,50 microgrammes par litre, je suis la championne des empoisonnés, sachant que le taux autorisé est de 0,1. Je n’en ai jamais acheté et pourtant, j’en ai plein mon corps, explique une retraitée. J’ai signé des pétitions, j’ai voté pour des gens à qui j’ai eu la faiblesse de faire confiance. Cela n’a servi à rien. Cette action non violente est une réponse à la violence extrême de produits en vente libre.»

Tour à tour, ils viennent à la barre, reconnaissent et même revendiquent leur présence sur la vidéo. Quant à la cible. « Nous avons choisi cette grande surface car elle a une quantité astronomique de ces produits, présentés en tête de gondole. Ce magasin fait marcher le tiroir-caisse autour de leur produit phare, en promotion », insiste Julien. Il a filmé lui aussi l’opération. L’enregistrement rejoindra ceux des autres opérations, aux fins de communication.

Le 19 mars, ils ont distribué des tracts, discuté avec la clientèle et les employés. « Ces actions visent à avertir les gens, montrer qu’il y a de la résistance. En 2010, il y avait danger imminent. Aujourd’hui, c’est la catastrophe. Et cela concerne le monde entier.» Une ancienne infirmière a « vu de ses yeux en Colombie des bébés avec des difformités horribles, une recrudescence de cancers lors de mes dix dernières années d’activité. C’est un problème politique. Il est inadmissible de renouveler l’autorisation du glyphosate et de ses coformulants obligatoires, aussi toxiques. Nous avons juste peinturluré des bidons, à défaut de pouvoir les détruire. J’ai la rage et je suis malheureuse de ne pas avoir pu faire d’action plus forte ».

Catherine parle de droit à la « désobéissance civile ». Anne dénonce la chaîne des responsabilités : « Les firmes évidemment, les politiques, les utilisateurs, les agriculteurs formatés par les syndicats ou les chambres d’agriculture qui nient la toxicité des produits, les commerçants, pas toujours au courant de ce qu’ils vendent par ailleurs.»

Le tribunal correctionnel devient une tribune contre l’ennemi juré, le géant Monsanto, fabricant du glyphosate. Le vice-procureur Samuel Serre recadre les débats : « On ne fait pas ici le procès de Monsanto. Vous avez terrorisé des clients, agressé une employée qui filmait, vandalisé un supermarché, cela fait de vous des délinquants de droit commun. Il y a d’autres moyens de faire passer un message. Il existe des associations, des lobbyings européens. Vous avez opté pour la violence, c’est ce que vous voulez montrer à vos enfants et petitsenfants ?». Il requiert un mois de prison avec sursis pour chacun des prévenus.

Le gérant de la grande surface s’est constitué partie civile et réclame 9 500 € de préjudice matériel, et 3 000 € de perte commerciale.

Délibéré le 4 juillet

Me Nicolas Gallon qui avait soulevé le moyen de nullité au nom du principe de précaution, des droits fondamentaux de vivre dans un environnement préservé et garant de la santé, plaide la relaxe au nom de « l’état de nécessité. Les trois conditions sont réunies, le danger imminent, l’intérêt supérieur et la proportion de la riposte par rapport à l’atteinte. Cette action est symbolique, non violente. À défaut de relaxe, requalifions la en contravention. »

L’avocat n’hésite pas à pourfendre Monsanto, « sa rétention d’informations, son lobbying à Bruxelles, ces scientifiques à sa solde qui démontent les études osant démontrer la nocivité du glyphosate, le Monsanto papers… ».

Et d’en appeler au tribunal : « Mes clients s’en sont pris au seigneur des pesticides ! La parole du citoyen n’arrive pas à émerger. Vous êtes le dernier rempart dont on ne peut influencer les décisions.» Il se demande aussi que sont devenus les bidons peinturlurés : « On n’a présenté aucun bon de destruction, un témoin affirme les avoir vus en promo avec les indications noircies de peinture donc illisibles ! 

Le tribunal a renvoyé son délibéré au 4 juillet.»

midilibre.fr : jeudi 7 juin 2018 COMPTE RENDU D’AUDIENCE ANNICK KOSCIELNIAK

Témoins. Ils ont alerté à la barre

Alain, viticulteur : « Ma maladie est un enfer »

Il consulte en Ardèche, Guy est membre d’un réseau d’alerte des médecins sur les pesticides : « Les cancers de la prostate ont été multipliés par dix chez les quinquagénaires. Les maladies de Parkinson et d’Alzheimer, les autismes, ont explosé en parallèle de l’utilisation accrue du glyphosate. On voit de plus en plus d’anomalies génitales chez les enfants de viticulteurs, avec des micropénis, des pubertés précoces, des problèmes de fertilité. Le glyphosate est un grave perturbateur endocrinien ! Pourquoi est-il encore sur le marché ? Il y a omerta sur les études. Les chercheurs qui parlent des méfaits voient leurs crédits coupés, l’industrie les diffame et inonde avec de fausses recherches.»

Alain, 67 ans, ancien viticulteur, atteint de la maladie de Parkinson, s’avance avec difficulté à la barre : « Ma maladie a été reconnue professionnelle par la Mutuelle Sociale Agricole. Elle est due aux pesticides que j’ai utilisés dans ma vigne. Je n’ai jamais été informé des dangers. Je suis passé au bio en 2005. Ma maladie est un enfer.»

Arnaud représente l’association Justice-pesticide : « J’ai été coordinateur du tribunal citoyen international Monsanto. Cinq questions ont été posées. Monsanto at-il enfreint les droits fondamentaux à la santé, à un environnement sain, à l’alimentation, à la recherche académique libre, estil complice de crime de guerre avec l’agent orange et de crime d’écocide ? Cinq juges ont auditionné une trentaine de personnes venues du monde entier .» A.K.

lundi, 04 juin 2018

Votre chronique : Communiqué de France Nature Environnement

FNE

COMMUNIQUÉ DE PRESSE FNE LR - ECCLA

Montpellier, le 4 juin 2018
RENONCEMENTS À TOUS LES ÉTAGES DE L'ÉTAT SUR LA RÉGLEMENTATION DE L'USAGE DES PESTICIDES

Alors que la promesse du Président de la République d’interdire le glyphosate ne sera pas tenue, les préfets du Gard et de l’Aude entérinent la régression des zones de non traitement à proximité des milieux aquatiques (cours d’eau, canaux, plan d’eau, étangs ...).

Les milieux aquatiques sont particulièrement sensibles à l’épandage de pesticides à leurs abords, pour de nombreuses raisons : impact direct sur la faune et la flore aquatiques, diffusion dans le milieu, exportation et accumulation des produits en aval etc. Commencer par réglementer la pulvérisation de produits phytopharmaceutiques à proximité des milieux aquatiques est donc la priorité.

Depuis mai 2017, la réglementation sur les Zones de Non Traitement (ZNT) a changé : le nouvel arrêté interministériel (1) donne – à l’instar du précédent (2) – une définition assez large des « points d’eau » concernés, qui doivent recouvrir l’ensemble des éléments du réseau hydrographique identifiés sur les cartes IGN au 1/25 000. Malgré tout, c’est désormais aux préfets de chaque département qu’est délégué le soin de définir les « points d’eau » à protéger.

Si certains préfets sont restés dans l’esprit du texte, d’autres ont pris des arrêtés restreignant de manière considérable la définition des « points d’eau » concernés. Ainsi, l’arrêté du préfet de l’Aude ne protège plus que 39 % du réseau hydrographique au sein du vignoble audois ; l’arrêté du préfet du Gard, quand à lui, ne protège plus que 34 % du réseau hydrographique dans le vignoble gardois, et 9 % dans les zones de riziculture.

Alors que ces départements sont particulièrement touchés par la pollution aux produits phytopharmaceutiques dans les eaux de surface, mais aussi dans l’eau potable, FNE LR - et l’association ECCLA dans l’Aude - ont demandé par recours gracieux aux préfets de compléter leurs arrêtés.

En l’absence de réponse des préfets les associations ont décidé de saisir le juge administratif pour les contraindre à revoir la définition des « points d’eau ».

Pour Simon Popy, président de FNE LR : « Nos territoires sont touchés par la pollution aux pesticides. Certains bassins présentent des concentrations fortes à très fortes dans les eaux de surface, voire dans les eaux souterraines. C’est à la fois un enjeu de protection de la nature et de santé publique. Les mesures prises par les préfets de l’Aude et du Gard sont manifestement en dessous des exigences de la loi et constituent une régression. Nous ne pouvons l’accepter ».


1 : Arrêté interministériel du 4 mai 2017 NOR : AGRG1632554A

2 : Arrêté ministériel du 12 septembre 2006 NOR : AGRG0601345A


Contacts presse :
Olivier Gourbinot : tél : 06 89 56 04 84 ; email : coordination.fnelr [at] gmail.com

A diffuser largement, merci.

PIERRE BALZERGUE

ANIMATEUR DU RESEAU REGIONAL – CHARGE DE RELATIONS PUBLIQUES
18 RUE DES HOSPICES – 34090 MONTPELLIER
09 72 62 18 15 - 06 72 57 40 77
pierre.balzergue@fne-languedoc-roussillon.fr www.fne-languedoc-roussillon.fr
Retrouvez-nous sur notre page Facebook et Twitter

mercredi, 30 mai 2018

Hérault : Procès des Faucheurs Volontaires à Béziers le 6 juin 2018

COMMUNIQUÉ DE PRESSE
Procès de Béziers le 6 juin 2018

Résultat de recherche d'images pour "Faucheurs Volontaires"

"Les Faucheurs Volontaires d'OGM se sont mobilisés le 19 mars 2016 sur tout le territoire français
pour dénoncer la vente des pesticides et notamment du Roundup contenant du glyphosate et des
co-formulants hautement toxiques. Ils se sont introduits dans 34 magasins et ont peint les bidons
concernés.
12 Faucheurs(-ses) Volontaires étaient en procès à Béziers le mercredi 18 octobre pour être
intervenus dans un magasin de Pézenas. Ce procès a été reporté au 6 juin 2018
La région du Languedoc Roussillon est largement utilisatrice de Roundup ou d'herbicides à base
de glyphosate (plus de 4000 tonnes annuelles).
La direction de l'Agence de l'eau Rhône Méditerranée-Corse constate depuis plusieurs années la
présence de glyphosate dans les cours d'eau, présence particulièrement élevée dans les zones
viticoles et arboricoles.
Les Faucheurs Volontaires mènent un combat contre les OGM et l'agriculture industrielle qui les utilise. Il y a un lien direct entre les herbicides et les OGM : en effet la majorité de ceux-ci sont des OGM rendus tolérants aux herbicides, que ce soit par la méthode de la transgenèse, mise en place à la fin des années 90, ou par les méthodes de mutagenèse plus récentes.
Ces nouveaux OGM sont cultivés en France et sont essentiellement du tournesol et du colza (150 000 ha environ) : ce sont des éponges à pesticides et les résidus d"herbicides se retrouvent dans les huiles alimentaires et dans l'au potable, c"est à dire dans nos assiettes et dans nos verres.
Quant aux OGM transgéniques, ils ne sont plus cultivés en France, mais le sont ailleurs et sont importés massivement pour nourrir nos animaux d'élevage. Dans les pays où ils sont cultivés, les épandages d'herbicides sont la cause de morts, de malformations et de maladies intolérables.

Les Faucheurs Volontaires, par cette action du 19 mars 2016, ont voulu alerter sur :
- le problème majeur de santé publique que provoque l'utilisation des herbicides et en particulier du glyphosate classé en 2015 comme « cancérogène probable » par le CIRC (centre de Recherche sur le Cancer)
-les dangers liés à la dispersion du glyphosate (ou de son métabolite l'AMPA) et de ses co-formulants hautement toxiques,
- la soumission des pouvoirs publics aux lobbies agro-alimentaires et leur irresponsabilité face
aux problèmes des pesticides et des OGM, comme le montre dans l'actualité le rétro-pédalage sur
- l'interdiction effective du glyphosate dans 3 ans,
- l'absence de transparence concernant la culture dans notre pays d'OGM mutés tolérants aux herbicides.

Les Faucheurs Volontaires demandent:
- le retrait immédiat du Roundup et autres herbicides contenant du glyphosate,
- la levée du secret industriel sur les co-formulants du Roundup et autres herbicides à base de glyphosate. En effet ces herbicides sont constitués de 30 à 40 pour cent de glyphosate, le reste étant des co-formulants toxiques échappant à toute évaluation,
- un moratoire sur la culture en France des OGM mutés tolérants aux herbicides,
- un moratoire sur les importations d'OGM.

A Guingamp comme à Foix, pour la même action, le tribunal a décidé de poser des questions préjudicielles à la Cour de Justice Européenne pour non respect du principe de précaution et
évaluation insuffisante de la dangerosité de tous les pesticides".

Le Collectif des Faucheurs d'OGM

recto-béziers-6-octobre-web.jpgverso-beziers-rectif.jpgCapture du 2018-05-24 14-22-21 (1).png

samedi, 19 mai 2018

Votre chronique : débat public organisé par le collectif régional Toutes Nos Energies – Occitanie Environnement

Communiqué du Collectif régional Toutes Nos Energies – Occitanie Environnement

Mobilisation générale à Mazamet le 30 Mai 

Le collectif régional Toutes Nos Energies – Occitanie Environnement * organise un débat public, au Palais des Congrès de Mazamet (Tarn) le mercredi 30 mai de 19 h à 22 h, pour que la transition énergétique se réalise dans le respect des gens et des territoires qu'ils habitent et qu’ils font vivre. Il sera précédé dans l’après-midi par des ateliers.

- Thèmes des ateliers, ouverts à tous, de 15h à 18h (salles du Palais des Congrès de Mazamet)

Energies et environnement (écosystèmes, eau, biodiversité)

Energies et  société (choix énergétiques et alternatives sociales

Energies et territoire (démocratie, citoyenneté)

Energies et droit (contexte juridique et réglementaire)

Cet événement a reçu le label de la Commission Nationale du Débat Public (le seul en France, avec les Bretons, organisé par un collectif de citoyens !). 

Entrée libre, il est ouvert à toutes et à tous, et recommandé aux associations d’Occitanie, alors merci, merci vraiment d'être nombreux à Mazamet.

S’inscrire aux ateliers : sur le site toutesnosenergies.fr ou en téléphonant au 04 67 97 51 27 ou 06 63 68 22 86

Annoncer votre venue, un besoin d'hébergement ou de co-voiturage, ou autres à :  info@toutesnosenergies.fr 
 
* Toutes Nos Energies - Occitanie Environnement rassemble 160 associations de la région pour la protection de l’environnement, du patrimoine et de la qualité de vie des habitants et pour une politique énergétique respectueuse des territoires ruraux.
Contact : Jacques Biau Co-secrétaire TNE Occitanie Evironnement
Site Web: toutesnosenergies.fr
Facebook: TNEtoutesnosenergiesOccitanieE nvironnement

dimanche, 22 avril 2018

Votre chronique : « La Journée mondiale de la Terre » a lieu ce 22 avril 2018

"Si les riches détruisent la planète, les pauvres pourront-ils la sauver ?" Paul Ariès 

Résultat de recherche d'images pour "Si les riches détruisent la planète, les pauvres pourront-ils la sauver ? Paul Ariès"

Paul Ariès : "La transition écologique ne viendra pas des 1 % les plus riches, mais des 99 %"

À l'occasion de la réédition de son livre "Désobéir et grandir", We Demain s'est entretenu avec le politologue et objecteur de croissance Paul Ariès sur la perspective d'une société de la décroissance, ses idées et ses espoirs.

mardi, 17 avril 2018

Votre chronique : « journée internationale des luttes paysannes »

17 avril 2018 : journée internationale des luttes paysannes –

Résultat de recherche d'images pour "17 AVRIL JOURNÉE INTERNATIONALE DES LUTTES PAYSANNES frère des hommes"

Frères des Hommes a ajouté une vidéo : [17 AVRIL JOURNÉE INTERNATIONALE DES LUTTES PAYSANNES].

"Chaque année, le 17 avril, Journée internationale des luttes paysannes pour La Via Campesina, tout en continuant de lutter pour une réforme agraire complète, nous commémorons le massacre des paysans sans terre ayant eu lieu le 17 avril 1996 à Eldorado dos Carajás, au Brésil. Pendant la manifestation, la police militaire brésilienne de l’État amazonien du Pará a attaqué des membres du Mouvement des travailleurs sans terre (MST) bloquant une route, tuant 19 personnes et blessant des centaines de paysans."


"Ce 17avril, en poursuivant la lutte paysanne, nous nous mobilisons contre les accords de libre-échange (ALE), la criminalisation des luttes sociales, pour la terre, les territoires, l’eau et la #SouverainetéAlimentaire.
Nous appelons nos membres, alliés, amis et communautés du monde entier à nous rejoindre par des actions directes, des activités culturelles, des conférences, des projections de films, 

des débats publics et des rassemblements pour dénoncer les avancées du capitalisme qui se font au détriment des peuples et de leurs territoires. Envoyez-nous à lvcweb@viacampesina.org toutes les actions et activités prévues afin que nous puissions les rassembler sur la carte globale des actions.

Lire l’intégralité de l’appel pour le 17 avril 2018 ici.

Suivez-nous sur les réseaux sociaux :
#17Abril #April17#17Avril #LaViaCampesina  #SoberaníaAlimentaria #StopFTA #SouverainetéAlimentaire #LuttesPaysannes #FoodSovereignty

@viacampesinaFR

https://www.facebook.com/viacampesinaOFFICIAL

Nous nourrissons nos peuples et construisons les mouvements pour changer le monde!
Contre le pillage orchestré par le capitalisme, pour la terre et la souveraineté de notre peuple!

Cet article existe aussi en anglais et en espagnol "

lundi, 09 avril 2018

Votre chronique : « Triste nouvelle : Jeannot nous a quitté... » Les Mutins de Pangée

«Triste nouvelle : Jeannot nous a quitté... » Les Mutins de Pangée 
" Jeannot s’est fait la malle. Jeannot le Suisse, Jeannot La brocante, Jeannot Le fugitif, le renard argenté s’est barré, par surprise, ce mardi 3 avril, autour de minuit. « Diabolique », comme il aurait dit. La cigale est en pleurs, le drapeau rouge est en berne.
Ses amis et camarades de La Cigale et du village, où il était une figure incontournable, lui rendront un dernier hommage le MARDI 10 AVRIL à 11 h à la cathédrale de Saint-Pons-de-Thomières.
 
Jeannot était une vedette de notre film La cigale, le corbeau et les poulets. A l’occasion des tournées beaucoup d’entre vous avaient eu l’occasion d’apprécier son humour et son sens du spectacle. Il faisait plier de rire des salles entières et pleurer parfois aussi quand il parlait des effets douloureux de l’affaire du corbeau. Certains d’entre vous ont eu l’occasion de le connaître un peu plus longtemps, de percevoir sa sensibilité profonde, son sens de l’autodérision exemplaire, sa vision du monde souvent très perspicace.
 
Jeannot, nous l’avions rencontré en 2009 lors de l’affaire du corbeau de l’Hérault et nous étions devenus bons copains. Nous ne nous sommes plus lâchés. Tous les ans à la fête de l’Huma, Jeannot était là avec nous à rigoler et à observer l’humanité. Il fut un formidable compagnon de voyage sur le chemin de nos tournées de débats.
Depuis la tournée en salles de La cigale, le corbeau et les poulets, nous tournions secrètement un nouveau film sur sa vie rocambolesque. Il y jouait son propre rôle avec talent et un goût pour la comédie chaque jour grandissant. Au fil du temps, nous avons découvert peu à peu l’incroyable aventure qui lui avait fait gagner tous ses surnoms et le secret de ses longs cheveux.
 
Jeannot était un révolté au grand cœur, il aimait les gens et rendait beaucoup de services dans le village, du repère de subversion de La Cigale à la Cathédrale dont il gérait la fermeture et les cloches pour rendre service.
Jeannot aimait jouer, jouer la comédie, jouer aux cartes, au Tiercé… jouer à tout propos, il a joué jusqu’au bout.
Il ne fermera plus les portes de la cathédrale au chœur inversé.
La fête de l’Huma ne sera plus jamais comme avant.
Nous n’oublierons jamais notre ami.
Il s’appelait Jean Oréglia."
Olivier Azam, Laure Guillot
Les Mutins de Pangée
 
PARTICIPER AUX OBSÈQUES DE JEAN ORÉGLIA
Rendez-vous le mardi 10 avril à 11h à la Cathédrale de Saint-Pons pour un dernier hommage. A la fin de la cérémonie, un pot sera organisé à la Cigale. Le corps sera ensuite transporté à Tarascon pour y reposer auprès de sa mère, selon sa volonté.
Les dernières volontés de Jeannot : Ni fleurs, ni couronnes, mais gros apéro à La Cigale.
Jeannot n’avait bien sûr pas un rond ni assurance vie. Ses amis ont décidé de prendre en charge ses obsèques dans le respect de ses volontés.
Celles et ceux qui souhaitent participer à la collecte organisée à La Cigale par Pierre Blondeau, peuvent effectuer un virement (même une petite somme bien sûr) sur ce compte ouvert par Pierre :
Etablissement : 20041
Guichet : 01012
N° de compte : 0167905W033 Clef : 33
IBAN : FR88 2004 1010 1201 6790 5W03 333
Titulaire du compte : Pierre Blondeau
ou par chèque à envoyer à l’ordre de Pierre Blondeau,
La Cigale, 3 route de Castres, 34220, St-Pons-de-Thomières
Les frais des obsèques est de 3000 €. Si la collecte venait à dépasser cette somme, le surplus sera reversé au Secours Populaire.

mardi, 20 mars 2018

Hauts Cantons : Communiqué de la CNT

L'Union Locale des syndicats CNT des Hauts Cantons, appelle à se joindre à la manifestation syndicale départementale de Montpellier le 22 mars 2018 à 11 h au départ du Peyrou.

"Casse des services publics, remise en cause des statuts : en grève le 22 mars

Ne laissons pas ceux qui sont les vrais privilégiés saborder ce qui nous appartient !

Le gouvernement continue ses politiques de casse sociale, après la loi travail imposée à coup de 49-3 et à coup d’ordonnances, réduisant en poussière plus 70 ans de conquêtes sociales, le gouvernement affiche clairement la couleur pour les trois versants de la fonction publique : réduire le nombre de postes (120.000), instaurer la mise en concurrence des agent.es à travers un système au mérite, supprimer le statut des fonctionnaires au profit des emplois précaires et du privé.

Les raisons de la colère ne manquent pas !

Suppression de 120.000 postes de fonctionnaires d’ici 2022  : il s’agit d’une véritable provocation, puisqu’au lendemain de la mobilisation historique et massive du personnel des EHPAD, le gouvernement annonce mettre en place un plan de départs volontaires.

Cela ne fera qu’aggraver la situation, puisque la fonction publique souffre déjà d’un manque d’effectif depuis des années avec le non remplacement d’un certain nombre de départs en retraite. De fait, certaines missions qui étaient assurées par les agent.es de la fonction publique, le seront au fur et à mesure par les salarié.es du privé (à coup d’externalisation de service) avec le recours aux contrats précaires (CCD, interim etc.).

Le statut de fonctionnaires, sera remplacé partiellement par des contractuel.les, faisant apparaitre de nouvelles catégories de précaires au sein de la fonction publique (Aujourd’hui les précaires contractuel.les représentent près de 17% des effectifs).

L’histoire se répète, puisque cette stratégie politique a été mise en place depuis des années dans certains secteurs comme France telecom et à la poste, avec les conséquences graves que nous connaissons (multiplications des suicides au travail, sous-traitance du service postale etc.)

  • Avancement au mérite : Nous ne connaissons que trop la finalité de ce type de discours démagogique. L’idéologie méritocratique est une machine de guerre contre les droits collectifs et le statut des fonctionnaires. Elle sert régulièrement de sanctions disciplinaires déguiséescontre les mouvements collectifs et actions syndicales (avec tous les chantages que nous connaissons).
  • Conditions de rémunération et de travail toujours difficiles  : Le–la fonctionnaire serait un.e priviligié.e, bien payé.e : En fait, depuis des années le point d’indice est bloqué. On compte près de 16% de perte sur le pouvoir d’achat depuis 2000 !
  • Des conséquences pour l’ensemble des services rendus au public : La conjugaison de la baisse des dotations et de la volonté affichée de confier des missions au secteur privé, implique une course au moindre coût avec des conséquences prévisibles comme la difficulté d’accès de toutes et tous au service public, la dégradation des conditions d’accueil et de sécurité (notamment au niveau du transport, où l’entretien des matériels roulants va être tiré vers le bas), des risques de malversations, de pratiques illégales ou abusives ainsi que la porte ouverte au clientélisme et à la corruption.

Plus généralement, les différents gouvernements à travers différentes mesures, comme la RGPP, n’ont fait que libéraliser toujours un peu plus le service public, avec des notions de rentabilité etc. Actuellement, les dernières politiques mises en place sous le nom d’ « action publique 2022 » rédigées par les libéraux, sont un véritable couperet pour nous tous et toutes !

La mobilisation de nos camarades cheminot.es sera déterminante. Ils et elles sont plus que déterminé.es et savent que la lutte sera difficile. Pour nous, la CNT, outre la solidarité de classe que nous pouvons leur apporter, il y a un enjeu majeur à la réussite du mouvement social actuel et à venir, un intérêt de l’ensemble du monde du travail.

Pour ces raisons, la Confédération nationale du travail (CNT), appelle l’ensemble des travailleuses et travailleurs, du public comme du privé, plus généralement l’ensemble de la population à se mobiliser le 22 mars et après !

Nous n’avons pas le choix que de relever la tête, et de combattre cette minorité de privilégiés, avec fierté et dignité ouvrière."

La CNT

cnt,cnt des hauts cantons,service public,politique

cnt,cnt des hauts cantons,service public,politique

mardi, 06 mars 2018

Hauts cantons d'Oc : HURLEVENT ASSO invite à son assemblée générale le 9 mars

"Nous vous invitons à l’assemblée générale de notre association (9 mars 2018, 18 H 30, salle de Prémian)"

Invitation-A-G-Hurlevent-2018.jpg invitation à l’assemblée générale

"Cette réunion se situe dans un contexte d’envahissement de la crête qui domine notre vallée, celle des Avant-Monts, par des éoliennes géantes :

EDF EN confirme depuis quelques années sa volonté de la coloniser. C’est d’abord 10 machines sur Ferrières-Poussarou (projet publié en 2012, puis 9 sur Riols (publié début 2015). Ces deux projets ont été autorisés par le Préfet. Mais EDF Energies Nouvellles ne s’en tiendra pas là : elle a, n’en doutons, déjà, dans ses cartons, un projet de 8 à 10 machines au-dessus d’Olargues et de Saint-Etienne d’Albagnan, reconstituant ainsi la zone de développement éolien qu’elle proposait en 2008 et que notre association, avec le concours des habitants de Pardailhan (ou l’inverse) a fait échouer en janvier 2010 (40 à 50 éoliennes projetées).

On ne s’en rend pas compte, mais ces monstres d’acier vont changer radicalement notre cadre de vie. Ce sera difficile à supporter, pas seulement pour les riverains qui prendront les nuisances de plein fouet, mais aussi pour de très nombreux habitants de notre vallée qui auront pleine vue sur cette funeste barrière et pour les touristes à qui ça ne plaira pas et qui déserteront les gîtes et autres lieux d’accueil (cf. association hebergeurs touristique inde PDF Article AHTI Une etude sondage edifiant )

Depuis 2008, nous luttons et avons réussi jusqu’ici à endiguer cet assaut.

Mais aujourd’hui la menace se précise et, compte tenu du danger qu’elle présente, nous avons besoin de votre renfort. Rejoignez nous, venez à notre assemblée générale de ce vendredi 9 mars pour élaborer avec nous notre plan de lutte contre ces projets dévastateurs.

A bientôt.

NB : L’énergie éolienne n’est pas fiable du tout. Nous vous ferons parvenir prochainement des documents qui le montrent. D’autres sources d’énergie existent, beaucoup plus écologiques, dont la géothermie. Il faut imposer à nos dirigeants irresponsables un changement d’orientation sur le plan énergétique."

vendredi, 16 février 2018

Hauts Cantons d'Oc : les parents d'élèves bloquent l'école d'Olargues

Ce matin, dès 8 h 30, les parents d'élèves appelaient au blocage de l'école d'Olargues
Devant le portail d'entrée cadenassé, tous, parents, instituteurs et enfants étaient présents pour exprimer leur colère quant au projet de suppression de classe.

école 16 février 008.JPG

"Les effectifs sont constants et même plutôt en augmentation. Si on a une fermeture, on a tout de suite des classes chargées à 3 niveaux. On veut obtenir le maintient de ce poste. Ils retirent des postes en milieu rural pour en créer dans les villes, déclare Olivia présidente de l'APE.

école 16 février 013.JPG

Les parents bougent et montrent qu'ils sont là. Les manifestations prévues se font à Montpellier. Il faut agir au niveau local, faire valoir la loi montagne et la zone de revitalisation rurale seule chose qui puisse avoir un poids avec les actions des élus qui nous accordent leur soutien total."
 
école 16 février 020.JPG
Les parents d'élèves agissent sur le terrain et restent mobilisés. Ils font circuler une pétition en cours de signatures et en ligne sur change.org contre la fermeture de la classe. La pétition sera adressée au rectorat de Montpellier.

école 16 février 018.JPG

"Les ajustements de la carte scolaire prévoient des fermetures dans le rural, à  Olargues mais aussi dans toute la vallée comme à Hérépian et au Poujol-sur-Orb. Nous considérons que la décision de l'académie est inadmissible. À la veille des vacances, ça passe mal. 

école 16 février 022.JPG

Au cas où une décision définitive de suppression serait prise, affirme Jean Pierre Berraud, président du syndicat intercommunal des écoles d'Olargues, notre intention est de porter cette affaire devant le tribunal administratif pour non respect de la loi."

école 16 février 025.JPG

"L'école a mis en place des projets pédagogiques communs pour favoriser l'apprentissage à la lecture et  à l’écriture, déclare l'une des enseignantes, cette décision ferait échec à  tout le travail entrepris pour le projet de classe".
 
Voir ci-dessous le reportage réalisé par vidéo cantons d'oc
 
 
Dans l'attente d'une réponse administrative positive à leur réclamation les parents d'élèves annoncent que le blocage de l'école sera maintenu à la rentrée.