compteur internet
Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

dimanche, 15 octobre 2017

Hérault : Procès des Faucheurs Volontaires d'OGM à Béziers ce mercredi 18 octobre

Faucheurs Volontaires d'OGM pour dénoncer publiquement les effets nocifs du Roundup

"Les Faucheurs Volontaires d'OGM se sont mobilisés le 19 mars 2016 sur tout le territoire français pour dénoncer la vente des pesticides et notamment du Roundup contenant du glyphosate et des co-formulants hautement toxiques. Ils se sont introduits dans 34 magasins et ont peint les bidons concernés.

12 Faucheurs (-ses) Volontaires sont en procès à Béziers le mercredi 18 octobre pour être intervenus dans un magasin de Pézenas.

La région du Languedoc Roussillon est largement utilisatrice de Roundup ou d'herbicides à base de glyphosate (plus de 4000 tonnes annuelles). Selon la direction de l'Agence de l'eau Rhône Méditerranée Corse  sa concentration peut dépasser localement 200 fois la norme.

Les Faucheurs Volontaires mènent un combat contre les OGM et l'agriculture industrielle qui les utilise. Il y a un lien direct entre les herbicides et les OGM : en effet la majorité de ceux-ci sont des OGM rendus tolérants aux
herbicides, que ce soit par la méthode de la transgenèse, mise en place à la fin des années 90, ou par les méthodes de mutagenèse plus récentes.
Les OGM transgéniques ne sont plus cultivés en France, mais le sont ailleurs et sont importés massivement pour nourrir nos animaux d'élevage. Dans les pays où ils sont cultivés, les épandages d'herbicides sont la cause de morts, de malformations et de maladies intolérables.
Des OGM mutés sont cultivés en France ce sont essentiellement du tournesol et du colza (150 000 ha environ) : ce sont des éponges à pesticides et les résidus d'herbicides se retrouvent dans les huiles alimentaires et dans l'eau potable, c'est à dire dans nos assiettes et dans nos verres.

Alerter sur un problème majeur de santé publique 

     "Les Faucheurs Volontaires, par cette action du 19 mars 2016, ont voulu alerter sur : 

    - le problème majeur de santé publique que provoque l'utilisation des herbicides et en particulier du                glyphosate classé en 2015 comme « cancérogène probable » par le CIRC, centre de Recherche sur le Cancer

     - les dangers liés à la dispersion du glyphosate (ou de son métabolite l'AMPA) et de ses co-formulants             hautement toxiques 

     - la soumission des pouvoirs publics aux lobbies agro-alimentaires et leur irresponsabilité face aux                   problèmes des pesticides et des OGM, 

      - l'absence de transparence concernant la culture dans notre pays d'OGM mutés tolérants aux herbicides. 

      Les Faucheurs Volontaires demandent

     - le retrait immédiat du Roundup et autres herbicides contenant du glyphosate

      - la levée du secret industriel sur les co-formulants du Roundup et autres herbicides à base de glyphosate. En effet ces herbicides sont constitués de 30 à 40 pour cent de glyphosate, le reste étant des co-formulants toxiques échappant à toute évaluation

      - un moratoire sur la culture en France des OGM mutés tolérants aux herbicides

      - un moratoire sur les importations d'OGM."   Le Collectif des Faucheurs d'OGM

"Le glyphosate empoisonne à petit feu : maladies chroniques, Parkinson, cancers, malformation, dérèglement génétique, problème de fertilité, de comportement, autisme... Perturbateur endocrinien le Roundup entraîne malformations génitales et pubertés précoces (Pr Sultan*, Montpellier)"

En Argentine les champs d'OGM sont traités au glyphosate par avion²"Aux USA, la moitié des enfants seront autistes d’ici 2025" met en garde la chercheuse principale du Massachussetts Institute of Technology**.

Pour les nombreux témoins, spécialistes reconnus, le glyphosate n'est pas la seule matière active du round up. Les co-formulants, poisons très corrosifs issus du pétrole, de l'arsenic, etc., sont 1000 fois plus efficaces et toxiques, ils ne sont jamais testés, ni énoncés, protégés par le secret industriel.

Plusieurs procès ont eu lieu dans différentes régions de France "Nous provoquons délibérément les jugementsUn procès local porterait ces méfaits sur la place publique et sensibiliserait aussi les viticulteurs de la région."

flier 18 oct. verso (1).jpgaffiche 18 oct..jpg

Les Faucheurs Volontaires d'OGM ont un objectif précis

"Nous souhaitons aboutir ainsi à la Saisine de la Cour de Justice Européenne pour dénoncer publiquement les effets nocifs, les évaluations biaisées et incomplètes du glyphosate et de ses co-formulants."

Les procès se multiplient et les militants de l'Hérault attendent leur convocation au tribunal correctionnel de Béziers, ce 18 octobre prochain. 

Une "Touche d'espoir" : Le glyphosate convoqué à Bruxelles

   - Lors du délibéré de ce 12 octobre 2017, le tribunal de Foix a suivi la requête du Parquet et décidé de saisir la Cour européenne de justice sur cette question. Pour les Faucheurs, c’est « une excellente victoire ».

     https://www.infogm.org/6352-foix-evaluation-herbicide-devant-cour-europeenne?lang=fr

   - et en images :

     http://france3-regions.francetvinfo.fr/occitanie/ariege/foix/glyphosate-juge-du-tribunal-foix-saisit-europe-dangerosite-pesticides-1346687.html

autre liens :

http://www.midilibre.fr/2014/09/13/les-pesticides-plaie-d...

*Le professeur Charles Sultan alertait déjà en 2013

**http://www.northeastern.edu/nejrc/wp-content/uploads/NPAC...

²cf - http://www.midilibre.fr/2012/04/16/la-pulverisation-aerie...

Dossier_Presse_Beziers.doc

06:05 Publié dans abeilles, Actualités, agriculture, amérique, Associations, biodiversité, culture, deuil, développement durable, eau, écologie, Economie, France, Haut Languedoc, Hauts Cantons d'Oc, Hérault, information, jardin, mobilisation populaire, monde, Nature/Environnement, Occitanie, patrimoine, Politique, pollution, santé, société, solidarité, vin, viticulture | Tags : législation européenne sur les pesticides, cour de justice européenne, tribunal de foix, occitanie, faucheurs d'ogm, faucheurs volontaires d'ogm, le larzac, variétés mutées tolérantes aux herbicides, destructions de parcelles d’essai de colza génétiquement modifié, mutagénèse, herbicides, plantes génétiquement modifiées (pgm), plantes transgéniques, roundup de monsanto, glyphosate, composants toxiques, université de caen, criigen, association le chabot surveillance du réseau hydraulique local, comité Écologique ariègeois, alain moles agriculteur victime des pesticides, sofia gatica militante argentine contre ogm et pesticides, nina holland, corporate europe observatory, paul bousquet, médecin ardéchois membre d'alerte médecins pesticides, leïla jenkins, militante argentine contre les ogm et les pesticides, frédéric jacquemart, biologiste, joël spiroux de vendômois, gilles-eric séralini chercheur et professeur en biologie molécul, faucheurs et faucheuses volontaires d'ogm devant le tribunal de, comité de recherche et d'information indépendantes sur le génie, cécile stratonovitch pédiatre et pédopsychiatre alerte médecins, président de la frapna ardèche et ancien membre du haut conseil | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook | | |

jeudi, 12 octobre 2017

Votre chronique : le fléau des bouteilles en plastique...

Qu'en pensez-vous?

L'eau en bouteille n'est pas plus saine que l'eau du robinet et elle coûte 300 fois plus cher que l'eau du robinet !

Sans parler de l'énergie gaspillée et de la pollution liée aux bouteilles en plastique...
Reporterre

 
 
La quasi-totalité des foyers français a accès à une eau du robinet potable et plutôt bonne. Pourtant, le pays est dans le top 5 des plus gros buveurs d’eau…
REPORTERRE.NET 

lundi, 09 octobre 2017

Mons-la-Trivalle : Première Opération gorges d'Héric propres

Le samedi 30 septembre, 22 volontaires ont ignoré la pluie et les rochers glissants pour mener à bien la première opération gorges d'Héric propres

"L'engagement du jour, précisent les organisateurs, était de ramasser les dépôts salissant les abords du parking des gorges d'Héric et les déchets de toutes sortes abandonnés par certains baigneurs indélicats au long du torrent d'Héric."

DSCF9256.JPG

Au rendez-vous de 14 h, pluie continue et serrée : la météo ne faisait pas de cadeau. Mais les volontaires présents étaient motivés, même si plusieurs familles avec enfants ont du raisonnablement renoncer.

DSCF9254.JPG

Les participants répartis en 6 équipes ont nettoyé toutes les gorges. Ramassage sur les berges du ruisseau et le long de la route depuis le pont piétonnier sur le sentier de Bardou à Héric jusqu'au confluent avec l'Orb 5 km plus loin.

La mairie de Mons-la-Trivalle soutenait cette action en fournissant gants et sacs poubelle.

DSCF9266.JPG22 volontaires ont ignoré la pluie et les rochers glissants pour mener à bien l'opération gorges d'Héric propres

"Des conseillers municipaux et madame le maire ont donné l'exemple, prenant part à l'opération initiée par le club d'escalade Caroux Montagne rejoint avec enthousiasme par l’association Monta Davala et 2 groupements de professionnels Accroroc et l'Aventure en Chemin, rassemblant ainsi des pratiquants d'activités de pleine nature de villages alentours.

Après l'effort, le réconfort ! La bande des ramasseurs, invitée par le foyer rural s'est restaurée et réchauffée avec gratitude à l'apéritif donné à l'occasion de la Fête du pain dans la salle polyvalente de la commune."

Bilan ? "Mission accomplie, aucun déchet en partance vers la mer à la prochaine crue. 14 sacs poubelle de déchets récoltés dont la moitié seront recyclés. Le papier toilette est largement en tête des déchets rencontrés, souligne Claire Gleizes. Pour y remédier, installer des panneaux sensibilisateurs ou plus ambitieux des toilettes sèches ?"

Projets ? "Pour l'an prochain, nous prévoyons de constituer une équipe encordée pour le ramassage dans les escarpements et souhaitons aussi amplifier l'action sur d'autres sites emblématiques du Caroux."

mercredi, 04 octobre 2017

Votre chronique : prévention des incendies de forêt

L’image contient peut-être : texteAucun texte alternatif disponible.L’image contient peut-être : texte

mardi, 03 octobre 2017

Votre chronique : deux manifestations cette semaine pour HURLEVENT ASSO

Deux invitations à manifester, le 5 et le 7 octobre 2017  dans l'Aude et l'Hérault pour HURLEVENT ASSO

Rendez-vous à la mairie de Riols jeudi 5 octobre à 10 H

"Notre but est d'essayer d'obtenir du maire de revenir sur sa décision d'implanter dix éoliennes, et à cet effet qu'il réunisse le conseil municipal pour en délibérer...

Banderoles déployées devant la mairie de Saint-Pons-de-ThomièresBanderoles déployées devant la mairie de Saint-Pons-de-Thomières © Gaëlle Schüller 29/03/2017

Nous ne manquons pas d'arguments : la délibération de mi-décembre 2015 n'est pas valide puisque la décision n'avait été acquise qu'à une voix de majorité et sous réserve que la décision de la com'com d'alors ne soit pas entachée d'illégalité. Or cette dernière question n'est pas réglée et ne risque pas de l’être.

Les communes alentours ont, soit donné un avis défavorable, dont celle de Pardailhan qui sera très impactée, soit approuvé du bout des lèvres. Ce projet est loin de faire l'unanimité, surtout à cause des nuisances.

Et puis, il y a tout ce que nous venons d'apprendre sur la mortalité des oiseaux et des chauves-souris (mort de nombreux faucons crécerelles à  Aumelas, d'un aigle royal juvénile sur l'Escandorgue, événements qui ont provoqué la colère de la Fédération Nationale de l'Environnement qui a attaqué EDF EN en justice pour Aumelas et menace de le faire pour tous les projets qui n'auront pas fait l'objet d'une demande de dérogation pour destruction d'espèces protégées...) Il faut savoir que pour Riols 2, EDF EN refuse de faire ce type de demande. Venez nombreux soutenir notre délégation !

 

 Stop à l'éolien industriel

Vents et Territoires Contre l'éolien industriel dans les campagnes et en mer

Ensuite, à Carcassonne, pour appuyer l'action de nos camarades de Bourriège dans l'Aude, qui résistent héroïquement depuis plus de deux mois à l'opérateur et aux autres détenteurs de pouvoir le samedi 7 octobre à 10 H voir Appel ci-dessous."

Appel à manifester le 7 octobre à 10 h 30 à Carcassonne

Et le 2ème arrêté d’alignement est arrivé au   pont du Gourga. Il privatise une nouvelle partie de la RD52 en spoliant 4 nouveaux propriétaires. Valéco va tenter de passer sur l'autoroute octroyée par le conseil départemental de l'Aude.... D’ailleurs vendredi quand le nouvel arrêté est arrivé, il était très important pour le conseil départemental de signifier devant un camion que l'on avait obligé à monter...pour ne pas passer ...que "les bons élèves" avaient fait leur travail et qu'en l'absence des propriétaires l’arrêté ne pouvait pas être mis en place ce jour là...Pour des gens qui sont censés participer aux économies d'énergie , ça laisse songeur ...
Ce qui l'est aussi c'est à la fois le gaspillage des deniers publics pour faciliter le passage d'une compagnie privée- qui a toujours dit qu'elle n'avait aucun problème avec les voies d'accès!- .... et l’attitude des responsables politiques , administratifs et judiciaires dont aucun n'a le courage de dénoncer la gabegie de ce projet en reconnaissant que ce permis n'aurait jamais du être octroyé...

 
Y aura-t- il un courageux / une courageuse pour venir témoigner que les projets comme celui ci  qui sont sensés participer à la réduction du CO2 tout en faisant le contraire et en faisant reculer  la démocratie et la république sont une gifle pour toute la démarche écologique ? Une courageuse/ un courageux pour dire que l'aide à la liberté d'entreprendre s’arrête où le mépris des citoyens et les abus de pouvoir commencent ?

Parce qu'il va falloir un courageux ou une courageuse pour mettre un terme à ce projet ou... participer, ensemble et complices, à une honte républicaine !
 
Nous en sommes à cette phase cruciale où les uns et les autres sont "embarrassés" ... Ne le soyez pas... l'affaire est claire : les compagnies ont menti les unes après les autres en se passant la "patate chaude".  Depuis le début elles savaient ne pas avoir les voies d'accès dont Valéco, la dernière, que nous avions informée par courrier de cette impossibilité.
 
Y-a-il eu des personnes qui ont pu l'induire en erreur ou lui faire croire qu'elle pourrait néanmoins passer?
 Avec la cohorte de techniciens en tous genres et d'avocats "payés au mois": nous avons du mal à imaginer que cette compagnie y soit allée sans aucune assurance... Il est temps de savoir lesquelles et pourquoi?

La compagnie savait qu'elle ne passait pas … et elle ne passe pas. Il est peut être temps de définir les responsables des manquements de ce projet.

Mesdames et messieurs les élus, 
si vous pensez qu'en autorisant des projets comme celui ci vous participez à la transition énergétique, vous vous trompez. Vous ne faites que la freiner puisque les  vieilles méthodes refont
 surface et  les citoyens guettent autant "les passe droit" que" les passe pont"...

 
Au contraire une victoire citoyenne sur la RD52 serait un très bon signe pour tous ceux qui sont convaincus, comme nous, que la transition énergétique ne peut pas se faire en bafouant la démocratie mais au contraire en agissant d'une autre façon , dans la transparence , dans la concertation et dans le respect des citoyens.

C'est une chance, à ne pas laisser passer,  de démontrer qu'une nouvelle démocratie est, peut-être, en marche en se servant du projet de Bouriège pour ne pas accepter... l'inacceptable.

 Il serait bon d'ailleurs de remercier les citoyens qui se battent depuis plus de  100 jours pour le respect de la loi, de l'environnement et de la propriété privée plutôt que d'en faire des "boucs émissaires" pour mieux s'en débarrasser...

A ce jour nous demandons au législateur une loi anti-bâillon et à tous ceux qui ont les compétences pour l'élaborer à participer à un groupe de travail.
Nous appelons à une grande manifestation le samedi 7 octobre à partir de 10h30, place Carnot à Carcassonne.

Nous comptons sur chacun et sur tous. Nous devons être nombreux.
 25 sept. 2017 Le Collectif des Résistants du Pont du Rec

 
« Toute lutte qui réussit crée un nouveau possible, toute résistance crée de nouvelles possibilités d’émancipation et de vie, créant donc une jurisprudence au sens où cela devient faisable. »,
Miguel Benassayag et Angélique Del Rey, De l’engagement dans une époque obscure, Le passager clandestin, 2011.

"Nous appelons à une manifestation pacifique le samedi 7 octobre à partir de 10 h3O sur la place Carnot à Carcassonne.
 
Nous tenons à informer sur ce qui se passe quant à l'invasion éolienne dans l'Aude et comment notre département 
est en train d’être "vendu" aux marchands de vent.

A cette occasion nous distribuerons des tracts d'explication. Nous parlerons de ce qui se passe sur la RD 52 entre Bouriège et St Sernin et comment des citoyens "résistent" depuis plus de 100 jours : nous vous raconterons  l'histoire des ponts du Rec et du Gourga

Et nous vous demanderons de soutenir la demande d'une loi "anti baillon »
L'Aude est belle et généreuse, elle mérite d’être défendue
 : alors, nous comptons sur la présence de tous, car nous
avons besoin de chacun.

La loi N°76-629 du 10 7 1976 dit :" Il est du devoir de chacun de veiller à la sauvegarde du patrimoine naturel dans lequel il vit. Les activités publiques ou privées d'aménagement, d'équipement et de production doivent se confronter aux mêmes exigences ...

Pour que cette manifestation soit l'expression d'un nouveau possible en terre d'Aude et en Occitanie, venez exprimer votre citoyenneté."

samedi, 30 septembre 2017

Votre chronique : Communiqué de presse de Générations Futures

 

Perturbateurs endrocriniens: une analyse juridique de la proposition de la Commission européenne montre que celle-ci est illégale

Alors que le parlement européen s’apprête à voter en Commission Environnement (COM ENVI) le 28 septembre puis le 3 octobre en plénière pour ou contre la proposition de la Commission européenne portant sur les critères définissant les perturbateurs endocriniens, les associations européennes CIEL et ClientEarth révèlent, dans une analyse juridique de la proposition, que celle-ci est illégale !

Deux analyses juridiques d'experts publiées hier par le Centre pour le droit international de l'environnement (CIEL) et ClientEarth montrent que la Commission européenne a dépassé son pouvoir, en agissant en contradiction de la décision adoptée en 2009 par le Parlement et le Conseil de l'UE, d'interdire les produits chimiques pesticides suspectés être perturbateurs endocriniens (PE).

Rappel : En 2009, le Parlement européen et le Conseil ont interdit les pesticides PE dans le cadre du Règlement 1107/2009, mais ils manquaient les critères pour identifier ce que sont les PE. La Commission a été chargée de combler ce manque. La proposition de la Commission, avec 3 ans de retard, a été adoptée début juillet par les Etats-membres. Fin septembre et début octobre le parlement européen devra lui aussi voter pour (ou contre) l'approbation des critères proposés par la Commission.

C’est dans ce contexte que sont publiées ces analyses juridiques qui concluent que les critères proposés par la Commission vont bien au-delà du pouvoir accordé à cette dernière et menacent l'interdiction prévue initialement des PE.

En résumé pour les avocats, cette proposition de la Commission européenne est

1)      une violation de l'interdiction fixée par les co-législateurs

2)      un dépassement de ses prérogatives

"La Commission a clairement dépassé les limites de son pouvoir ", a déclaré l'avocat spécialiste des produits chimiques de ClientEarth, Apolline Roger. " la Commission tente d’autoriser l'utilisation de certains pesticides PE, or cette dérogation est contraire à la volonté du Parlement élu démocratiquement et du Conseil".

"La réglementation sur les pesticides interdisant les perturbateurs endocriniens vise à protéger la santé et l'environnement des générations actuelles et futures ", a déclaré Giulia Carlini, avocate au CIEL. "La proposition de la Commission d'exonérer certains PE est une faveur illégale faite à l'industrie des pesticides qui sacrifie la santé publique et permet une exposition continue de l'environnement aux perturbateurs endocriniens".

« Le vote imminent du Parlement européen est la dernière étape avant que les critères d'identification des PE ne puissent être adoptés et mis en œuvre dans le cadre du Règlement pesticides. Nos organisations exhortent les députés européens à opposer leur veto à la proposition de la Commission afin de protéger leur pouvoir démocratique, la santé publique et notre environnement. » conclut F. Veillerette, porte-parole de Générations Futures.

Lire l’analyse juridique de CIEL et de ClientEarth (eng)

 

Générations Futures

Contact presse:

Nadine Lauverjat - Coordinatrice

François Veillerette - Porte-parole et Directeur

 

  LIKE   TWEET   FORWARD

Listing presse Générations Futures

Se désabonner

 

jeudi, 28 septembre 2017

Alerte santé : "Le glyphosate est un scandale sanitaire", Pr Charles Sultan

L'invité de 7h50 France Bleu Hérault

"Le glyphosate est un scandale sanitaire", Pr Charles Sultan, pédiatre en endocrinologie à Montpellier

clic sur ce lien pour écouter  :        L'invité de 7h50 France Bleu Hérault

6min

"Le glyphosate est un scandale sanitaire", Pr Charles Sultan, pédiatre en endocrinologie à Montpellier

Par Claire Moutardele mercredi 27 septembre 2017
Podcasts : iTunes RSS 
PR Charles Sultan, pédiatre en endocrinologie au CHU de Montpellier
PR Charles Sultan, pédiatre en endocrinologie au CHU de Montpellier © Radio France - Claire Moutarde

Le Pr Charles Sultan dénonce la non interdiction du glyphosate.

Pédiatre en endocrinologie, consultant au CHU de Montpellier, le Pr Charles Sultan qui se bat depuis 30 ans sur les effets des pesticides sur la santé des enfants.

Déjà en 2013 :

http://www.midilibre.fr/2013/11/15/alerte-aux-pesticides-...

samedi, 16 septembre 2017

Votre chronique : Communiqué de presse de Générations Futures

Communiqué de presse de Générations Futures

Glyphosate : Générations Futures  demande au gouvernement français d’exiger une enquête indépendante sur l’affaire des copiés-collés des données de Monsanto dans le dossier d’évaluation du glyphosate de l’agence sanitaire allemande Bfr.

Alors que quelques centaines d’agriculteurs manipulés par l’agro-industrie se compromettent dans un combat d’arrière-garde en défendant dans les rues le glyphosate, premier pesticide polluant nos rivières et cancérogène probable pour l’homme, Générations Futures revient sur le scandale du copié collé de passages entier du dossier de Monsanto dans le rapport de l’agence sanitaire allemande Bfr.

Ces copiés collés concernent l’évaluation de dizaines études universitaires indépendantes sur les effets du glyphosate. On s’en doute, le rapport de Monsanto juge dans la quasi-totalité des cas ces études universitaires, dont beaucoup montrent la dangerosité du glyphosate,  comme non fiables. Le problème c’est que le rapport d’évaluation du Bfr reprend mots pour mots des pages entières de ces évaluations de Monsanto dans son propre rapport d’évaluation, en utilisant de manière grossière la technique du copié-collé !  Le Bfr utilise ensuite ces éléments de Monsanto pour juger lui aussi ces études comme non fiables, au lieu de produire lui-même sa propre évaluation indépendamment de l’industrie, comme on serait en droit de l’attendre. L’EFSA (l’Agence européenne de sécurité sanitaire)  s’est ensuite basée sur ce rapport pour produire son propre avis, favorable au glyphosate.

Générations Futures demande que toute la lumière soit faite sur cette affaire et qu’une commission d’enquête soit mise en place. De toute évidence le fonctionnement des agences sanitaires doit être profondément réformé, afin d’éviter de tels agissements préjudiciables à la santé publique.

« Nous considérons ces agissements comme extrêmement graves. C’est la question de l’indépendance de l’évaluation des pesticides qui est en cause. Nous demandons au gouvernement français de rester ferme sur ses positions et contre la ré-autorisation du glyphosate. »  déclare François Veillerette, Porte-parole de Générations Futures. « Nous demandons également au gouvernement de demander la mise en place d’une commission d’enquête européenne indépendante pour faire toute la lumière sur cette affaire scandaleuse de copié collé du rapport de Monsanto par l’Agence allemande ! Il s’agit d’un véritable scandale de santé publique sur lequel toute la lumière doit être faite. »

Générations Futures

Contact presse:

Nadine Lauverjat - Coordinatrice

François Veillerette - Porte-parole et Directeur

mercredi, 13 septembre 2017

Mons-La-Trivalle : éloge de la nature au Comptoir Associatif

Les deux artistes en résidence au Comptoir Associatif sont toutes deux venues de Valence en Espagne

Rosa Ochs et Irene Ortega ont en commun l'amour de la nature dans toute sa magnificence. Leurs œuvres : vidéos, photos et illustrations sont une ode à la Vie. Elles emmènent dans un imaginaire poétique de la nature, empreint de symbolisme et d'images oniriques.

rosa irene.jpgIrene Ortega et Rosa Ochs : un voyage onirique au cœur de la nature sous le signe de l'amitié

Rosa Ochs montrera deux vidéos qui font partie de ses premières œuvres : recherche de l’esprit humain le plus primitif, quête de sa mémoire. Elle expose aussi ses illustrations à l'encre, plus récentes où elle fait naître des créatures bizarres mi-animal mi-femme.

Les œuvres d'Irene Ortega s'inspirent toujours de la nature : sobre et majestueuse Nature qui hypnotise dès la première seconde. Vidéos et photos sont chargées de symbolisme.

Marie-Hélène Roger et ses deux invitées convient les amateurs d'art et de poésie à venir découvrir cette exposition née sous le signe de la féminité, de l'amitié et de la joie de vivre.

Le vernissage vendredi prochain 15 septembre à 18 h 30 sera l'occasion de partager un moment convivial avec les artistes Rosa Ochs et Irene Ortega qui seront enchantées de présenter leur engagement.

Contact 06 73 19 57 47

mardi, 12 septembre 2017

Votre chronique : Collision mortelle d’un AIGLE ROYAL avec une éolienne

FNE Languedoc Roussillon

Collision mortelle d’un AIGLE ROYAL avec une éolienne du plateau de l’Escandorgue dans l’Hérault 

Au début du mois d’août, le cadavre d’un Aigle royal équipé d’un GPS a été retrouvé à proximité d’une éolienne exploitée par EDF Énergies Nouvelles sur la commune de JONCELS (34) au lieu-dit Combe Caude dans le massif de l’Escandorgue.

Aigle royal (Aquila chrysaetos)

Alors que plusieurs associations et spécialistes avaient averti des risques pour les Aigles royaux qui fréquentent le massif de l’Escandorgue, FNE regrette que ces alertes n’aient pas été entendues et porte plainte aujourd’hui pour destruction d’espèce protégée.

FNE Languedoc-Roussillon soutient le développement de l’énergie éolienne parce qu’elle est incontournable pour la réussite de la transition énergétique, mais considère qu’elle doit passer par une bien meilleure prise en compte de ses impacts sur la biodiversité par les exploitants, et en particulier EDF Énergies Nouvelles (1).

Les impacts prévisibles des parcs éoliens du massif de l’Escandorgue sur l’Aigle royal

Six parcs éoliens sont construits (51 éoliennes) et 5 autres en projet (38 éoliennes) dans le domaine vital du couple d’Aigles royaux de l’Escandorgue, ce qui représente une pression très forte pour ce couple de grands rapaces. Malgré cette évidence, les études d’impacts n’ont pas suffisamment pris en compte l’impact cumulé sur ces derniers (2).

L’aménagement du parc éolien de Combe Caude, comprenant 7 éoliennes au sein d’un ensemble de 17 éoliennes, a été autorisé suite à un permis de construire accordé le 1er septembre 2005 à la société EDF EN France.

Alors que le risque de collision mortelle d’un Aigle royal avec une éolienne en fonctionnement apparaissait probable, EDF EN n’a pas cru utile de demander une dérogation pour la destruction d’espèce protégée, qui est la procédure conseillée par le ministère de l’environnement en présence d’enjeux importants.
Ce type d’autorisation constitue une garantie pour l’exploitant dont la responsabilité ne peut être engagée dès lors qu’il détient une telle autorisation. Elle est aussi une garantie d’une meilleure prise en compte des impacts sur la biodiversité puisqu’elle implique la réalisation d’une étude approfondie et, surtout, la mise en œuvre de mesures destinées à éviter, réduire et le cas échéant compenser les impacts résiduels sur les populations d’oiseaux concernées.

Pour limiter les impacts potentiels sur les Aigles royaux fréquentant le massif de l’Escandorgue, le préfet de l’Hérault a cependant pris un arrêté réglementant l’exploitation de ces éoliennes en 2015, imposant la mise en place d’un système d’avertissement anti-collision. Des dispositifs DT Bird – critiqués pour leur efficacité aléatoire – ont été mis en place sur les éoliennes.

La première fois qu’une collision mortelle d’un Aigle royal avec une éolienne est avérée en France

L’Aigle royal fait partie des plus grands rapaces. Tantôt admiré, tantôt persécuté, il a survécu au 20ème siècle après avoir frôlé la disparition et présente un fort caractère patrimonial. Aujourd’hui il fait l’objet de nombreuses protections (3) et il est inscrit sur la liste rouge de la faune menacée de France, dans la catégorie « rare ».

Si l’impact des éoliennes implantées dans le domaine de chasse des Aigles royaux était prévisible, c’est la première fois en France qu’une collision mortelle entre un Aigle royal et une éolienne est avérée. La détection de cette collision a été possible grâce au programme de suivi GPS porté par l’association BECOT depuis 1 an sur 9 jeunes Aigles royaux dans le sud du Massif Central. Le cadavre ayant été caché par un charognard, il n’aurait selon toute vraisemblance pas été retrouvé sans la puce GPS.

Cette mortalité démontre, une fois de plus et de manière incontestable que l’impact de l’éolien sur la faune volante (oiseaux et chauves-souris) existe et peut concerner des espèces protégées et menacées. Elle confirme, par ailleurs, que l’impact observé est probablement bien en deçà de la réalité, et que les dispositifs anti-collision ne sont pas une garantie d’absence d’impact pour les oiseaux, même de grande dimension (plus faciles à détecter).

En dehors de cette mortalité directe, un impact fort sur la fragmentation et la perte d’habitat

Si la rencontre d’un jeune aigle avec une pale d’éolienne revêt un caractère spectaculaire, le suivi GPS mis en place depuis 2014 sur un des Aigles royaux adultes du massif de l’Escandorgue montre surtout une forte fragmentation et une modification importante du cœur de leur domaine vital suite à la construction des premiers parcs éoliens. L’impact du développement éolien sur les aigles est donc multiple (destruction d’individu occasionnelle, mais aussi et surtout perte d’habitats), ce qui n’a jamais été mis en évidence ni appréhendé correctement par les études pré-implantation.

Concilier développement de l’énergie éolienne et protection de la biodiversité

Le développement d’éoliennes en Occitanie revêt un intérêt public certain. Il est incontestable que la région est peu autonome en matière d’alimentation électrique, et qu’un rééquilibrage de la production électrique est utile à cette région. Pour FNE LR, il est impératif de développer des énergies renouvelables (ENR) faiblement émettrices de gaz à effet de serre afin de protéger l’environnement sur le long terme.
Mais l’objectif de développement de l’énergie éolienne ne doit pas constituer un blanc seing au détriment des autres intérêts environnementaux et, tout particulièrement, la protection de la biodiversité. Cet enjeu est particulièrement fort dans notre région, qui contrairement à bien d’autres, a la chance d’accueillir des aigles.

Pour concilier ces enjeux environnementaux qui se heurtent au développement éolien avec une intensité particulière dans notre région, le développement de l’énergie éolienne doit être planifié de manière courageuse et les développeurs éoliens doivent se montrer exemplaires.

Comme le souligne Simon Popy, Président de FNE Languedoc-Roussillon : « Les exploitants éoliens et tout particulièrement EDF EN, doivent reconnaître les conséquences des éoliennes sur la faune volante pour mieux la protéger. Il en va de l’acceptation même des éoliennes et donc de leur bon développement. Que cela soit dans le cas du massif de l’Escandorgue ou dans celui du parc d’Aumelas dans l’Hérault, nous constatons que certains exploitants refusent de demander des dérogations à la destruction d’espèces protégées. FNE LR demande avec insistance que ces dérogations pour destructions d’espèces protégées soient mises en place pour les espèces patrimoniales. Bien que nous regrettions d’en arriver là, nous sommes prêts à recourir au juge si cela s’avère nécessaire pour y parvenir. »

(1) : EDF EN est une filiale d’EDF, détenue à 85,6% par l’Etat français fin 2016

(2) : Ainsi le permis d’aménager du parc de Bernagues (construit) a été annulé par la cour administrative d’appel de Marseille (arrêt du 26/01/2017) pour ce motif

(3) : désigné espèce protégées, inscrit à l’annexe 1 de la directive oiseaux, à l’annexe II de la convention de Berne et à la convention de Bonn qui lui accorde un statut de protection à l’échelle mondiale ou encore protégé par la convention de Washington sur le trafic d’espèce protégées.