compteur internet
Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

mercredi, 28 juin 2017

Rosis : Christian Faliu, échos poétiques des « Turbulences » du monde

Depuis le calme petit village du Caroux, Christian Faliu se consacre patiemment à l'écriture poétique.

Assis durant de longues et silencieuses heures à sa table de travail, il s'immerge pourtant au cœur des flux perpétuels d'énergie qui traversent le monde. Un grave accident met fin à la carrière d'enseignant de l'homme de lettres. La voie du poète s'ouvre à lui.

rosis,poésie,poète,grammaire,lexique,haut languedoc,hauts cantons,espinouse,christian faliu,caroux,christian faliu turbulences

 « Ce 19e recueil traite d'Histoire, de géographie physique, de religion, d'actualité sous diverses formes déclare Christian Faliu. Le titre, Turbulences, mobilise plusieurs thématiques qui renvoient toutes à des moments de vie intenses, de grande énergie.» 

L'Art poétique est une exigence. Depuis le premier poème évoquant Le Destin de Palmyre, l'enchaînement des textes ne respecte nulle chronologie, mais rebondit par associations d'idées ou d'images.rosis,poésie,poète,grammaire,lexique,haut languedoc,hauts cantons,espinouse,christian faliu,caroux,christian faliu turbulences

Le long travail de recherche poétique conduit à la perception du monde. Enthousiasme, orgueil, violence, espoir et désespoir, immuablement mêlés, toujours recommencés sont autant de turbulences dévoilées à la quête du poète. L'écriture dit les tensions toujours à l'œuvre qui structurent les sociétés. 

Christian Faliu se laisse emporter et nous entraîne, de poèmes en poèmes, à travers le temps, jusqu'à La ''Jungle'' de Calais.

rosis,poésie,poète,grammaire,lexique,haut languedoc,hauts cantons,espinouse,christian faliu,caroux,christian faliu turbulences

L'auteur dit son exigence « Le choix des mots mis à la rime demeure très précis dans les échos qu'ils veulent suggérer : sidéral/orchestral, renégat/dégât. Les images fortes sont condensées dans les deux vers finaux de La Débâcle, vision de la misère humaine en marche.»

rosis,poésie,poète,grammaire,lexique,haut languedoc,hauts cantons,espinouse,christian faliu,caroux,christian faliu turbulences

Érudit, Christian Faliu cisèle chacun de ses poèmes, élaborant un savant petit recueil. « Le livre joue des ressources du dizain, du sonnet, des séries de quatrains qui font se suivre tous les genres et toutes les époques, hors chronologie mais chacun entrant en écho avec les autres.»

rosis,poésie,poète,grammaire,lexique,haut languedoc,hauts cantons,espinouse,christian faliu,caroux,christian faliu turbulences

"L'illustration de première de couverture choisie par mon éditeur de La Nouvelle Pléiade, correspond exactement au thème du livre, confie le poète, elle est l'œuvre de son épouse, aquarelliste de talent que je remercie.»

rosis,poésie,poète,grammaire,lexique,haut languedoc,hauts cantons,espinouse,christian faliu,caroux,christian faliu turbulences

Le recueil diffusé par l'Étrave, 21 rue des Veyrières 84100 Orange et par La Société des poètes Français 16 rue Monsieur Le Prince 75006 Paris, est aussi disponible chez l'auteur : Christian Faliu Cours Le Bas 34 610 Rosis.

Revoir les images de la première rencontre avec le poète lors de la publication de son recueil « Écho du paradis »  publié le 4e trimestre 2013 : Images sur http://videocantondoc.blogs.midilibre.com/ l publié 4e trimestre 2013  : http://videocantondoc.blogs.midilibre.com/ 

 

lundi, 05 juin 2017

Occitanie : Journée solidaire contre l’autisme au boulodrome d’Autignac

« Bougeons-nous pour Kaicy » contre l’autisme.

Les associations d’Autignac se mobilisent contre l’autisme et apportent leur soutien à Kaicy, fille de Aurya et de Thomas Chareyre (champion du monde de Supermoto).

autignac,thomas chareyre,kaicy,auria,santé,françois anglade,jacques eliez,laurens

Réalisation : Vidéo Cantons d'Oc

"Ce fut une journée solidaire... De nombreux donateurs pour les lots, des commerces ont été présents ... un bel élan de solidarité."

https://www.facebook.com/Bougeons-nous-pour-Kaicy-contre-...

Pour soutenir cet élan de solidarité, contact : Patricia au : 06 61 85 86 72  mail : Patricia.arbouy@laposte.net

Kaicy.jpg

"La France est la première nation à remporter trois fois de suite le Supermoto des Nations grâce à Thomas Chareyre, Sylvain Bidart et Laurent FATH."

Plus d'infos :

https://www.perce-neige.org/actus/comprendre-le-handicap/autisme/?gclid=CJbK-ImqotQCFQaeGwodCrQLCw

www.lci.fr/sante/journee-mondiale-2017-autisme-7-idees-re...

mardi, 09 mai 2017

Votre chronique : Pierre Desproges...

Le 9 mai 1939, naquit Pierre Desproges...

« Je crois qu’on a le droit de rire de tout. Mais rire avec tout le monde, ça, peut-être pas... » Lire plus

Description de cette image, également commentée ci-aprèsPierre Desproges en scène à Morlaix en Bretagne le 26 janvier 1985 (photo de Roland Godefroy)

"Le but de l’homme moderne sur cette terre est à l’évidence de s’agiter sans réfléchir dans tous les sens, afin de pouvoir dire fièrement, à l’heure de sa mort : « Je n’ai pas perdu mon temps. »"-La Minute nécessaire de monsieur Cyclopède - Éditions du Seuil - 14/08/2008-

Retrouver son humour noir, son anticonformisme et son sens de l'absurde...

dimanche, 09 avril 2017

Mons-la-Trivalle : avec Germaine, c'est un rayon de soleil qui s'éteint

Germaine, tout au long de ses 73 années d'existence a gardé la vivacité joyeuse et spontanée de l'enfance jusqu'à ce dernier combat qu'elle menait vaillamment contre la maladie.

Trivalloise d'adoption, sa générosité et son dynamisme ont fait de Germaine Prévault une figure locale appréciée de tous. Elle était de toutes les fêtes, toujours partante pour donner un coup de mains dans les milieux associatifs du village.

Germaine.jpgTous à Mons-La-Trivalle gardent la mémoire de Germaine et de son sourire communicatif

Active et souriante parmi les bénévoles, elle s'habillait de couleurs ensoleillée. Tous ceux qu'elle croisait étaient sensibles à sa personnalité chaleureuse, son rire communicatif transmettait son amour de la vie. Germaine aimait se retrouver au milieu de la fête, partageant gaiement son enthousiasme.

20161008_125512.jpeg

Avec Micheline son aînée de 10 ans que tous appellent Mamie, elles formaient un joyeux tandem, s'amusant, semant autour d'elles entrain et bonne humeur dans chacune des festivités, au service ou sur la piste de danse.

Voilà 3 ans, les deux doyennes avaient célébré leurs décennies respectives avec tous leurs amis de Mons-la-Trivalle où elles ont noué des liens affectueux.

Indépendante, Germaine a longtemps gardé une activité de service auprès de personnes âgées. Dans sa petite voiture orange sans permis, elle allait sur les routes des Hauts Cantons. Toujours battante et vive avec son caractère entier, son sens de la répartie elle a su faire face aux épreuves.

20161008_125007.jpeg

En octobre dernier encore, tous applaudissaient son énergie lors du repas des anciens où Germaine partageait la joie ambiante.

Jardinière à la mains verte, Germaine cultivait une profusion de fleurs autour de sa maison et sur sa terrasse, colorée a son image.

« Notre Germaine vas nous manquer, dit Sophie, comme tous très attristée. Avec elle nous avons perdu un grand rayon de soleil à Mons-La-Trivalle. » Tous adressent leurs condoléances sincères à sa famille et ses proches.

mercredi, 08 mars 2017

8 mars : Journée des droits des femmes

Vidéo Cantons d'Oc invite à revoir un joli souvenir, c'était en 2011 à Mons-la-Trivalle, clic ci dessous :

"Une femme libre est exactement le contraire d'une femme légère."

"N'oubliez jamais qu'il suffira d'une crise politique, économique ou religieuse pour que les droits des femmes soient remis en question. 

Ces droits ne sont jamais acquis. Vous devrez rester vigilantes votre vie durant."

Simone de Beauvoir

vendredi, 17 février 2017

Vieussan : Janine a quitté son petit royaume du Fargaydas

C’est en 1976 que Janine et Raymond se sont installés au Fargaydas. Ils y ont cultivé fraises et asperges que Janine vendait sur les marchés. Tombée amoureuse de son petit paradis elle n’a jamais voulu le quitter.

Au milieu de la nature, dans son petit paradis du Fargaydas Jeanine a  vécu heureuse.pngAu milieu de la nature, dans son petit paradis du Fargaydas Janine a vécu heureuse

« Maman se plaisait dans cette vie rustique loin du brouhaha de la ville et de la société de consommation, elle aimait plus que tout son jardin, ramasser de la salade sauvage, cuisiner pour les amis, jouer au scrabble, et les livres. C’est d’ailleurs avec ces derniers qu’elle a le plus voyagé, un fauteuil confortable, devant le poêle en hiver, devant la porte en été. »

maman.JPGDans "le petit royaume du Fargaydas" Janine, l'esprit en éveil, aimait toujours recevoir ses amis, jouer au scrabble...

Janine était liée d'amitié avec les écrivains occitans Yves Rouquette décédé en janvier 2015 et Marie Rouanet qui a écrit un touchant hommage lu durant les funérailles de Janine où ses amis l'accompagnèrent :

«Notre amitié est lointaine, elle date de notre arrivée à Béziers. Nos hommes participèrent à toutes les causes justes : Le Larzac, le refus du bétonnage du littoral, les exigences pour garder digne la langue d'Oc. Nous étions près d'eux dans l'aventure utopique des disques Ventadorn...

Raymond disparu tu as continué à maintenir le petit royaume du Fargaydas, le bois à couper, les ronces à tenir en respect, les semis à soigner, les cueillettes à assurer, les réserves, la table à pourvoir pour ta famille et pour tous ceux qui trouvèrent chez vous table ouverte et ils sont nombreux à se souvenir... J'ai compris grâce à toi ce qu'était la fidélité. Elle n'est ni dans les gémissements ni dans les tombes fleuries mais dans chaque geste, dans chaque pas pour "garder de périr" l'œuvre accomplie à deux. »

Janine s’est éteinte tout doucement, sans bruit, comme la flamme d’une chandelle qui n’a plus rien pour s’alimenter.

À ses fils Jacques et Pierre et leur famille, à ses petits-enfants Marielle, Nadia, Sophie, Guilhem et Marine qui lui apportait son soutien quotidien, tous adressent leurs sincères condoléances.

jeudi, 16 février 2017

Vieussan : voilà un an, Michel Gailhard nous quittait

Michel Gailhard nous a quitté en février 2016 à l'âge de 69 ans. 

À Sète et à Vieussan ses amis se souviennent.

"Il y a quelque chose de plus fort que la mort, c'est la présence des absents dans la mémoire des vivants." écrit Jean D'Ormesson 

photo_MG.jpg
Nicole, sa sœur, lrappelle Michel Gailhard à notre mémoire : "Un an que Michel nous a quitté !

À tous il laisse son livre, publié en juin 2016: « Vieussan. Un village occitan traverse le temps » (éditions du Mont - 4, rue Mistral - 34370 cazouls-lès-Béziers) ses lignes garderont sa mémoire.

Sensible à ce souvenir, son ami Bernard B. écrit : « Michel m'aurait dit :" Je serai triste comme un saule, quand le Dieu qui partout me suit, me dira la main sur l'épaule, va-t'en voir là-haut si j'y suis..... » ("Le testament") G. Brassens.

jeudi, 26 janvier 2017

Vieussan : Dharma Nature, pour développer empathie et bienveillance

À travers Dharma Nature, Denis poursuit sa quête d'harmonie. L'association basée à Vieussan a pour but de promouvoir la pratique de la méditation et son usage dans le quotidien.

Denis Robberechts.jpgDenis Robberechts, enseignant de l’association Dharma Nature

« Pour pratiquer la méditation, explique Denis Robberechts enseignant de l’association, il faut une bonne dose de curiosité. C’est un chemin vers une plus grande connaissance de soi. Il faut accepter de se poser calmement pendant un temps, d’observer nos sensations physiques, nos émotions, le mouvement de notre pensée et l’impact des perceptions extérieures sur notre monde intérieur. Il faut apprendre à gérer son attention, à ne pas la laisser se disperser. Cela rend la pensée et l’action plus efficace et a un impact très bénéfique sur la qualité générale de notre vie. »

dharmanature.jpg

Dharma Nature organise des retraites (temps pendant lesquels les participants se retirent de leur quotidien) en France et à l’étranger. Certaines combinent la méditation avec d’autres activités sportives ou artistiques qui ont chacune un lien avec la méditation : ski de randonnée, escalade, marche, arts martiaux, danse contact.

dharma-musique.jpg

« La dernière née, créée avec des anciens d’un collectif anglais, Spiral Tribe, Son, Silence et Danse, précise Denis, permet aux participants de réaliser que la méditation développe la perception au point de faciliter l’immersion dans la musique et la transe que peut procurer la danse.»

« Dharma Nature est invité en 2017 à enseigner avec Master Wu, maître connu dans la tradition Chan ( Zen chinois) » ajoute Denis qui, accompagné de 10 occidentaux ira rejoindre une trentaine de pratiquants chinois pour une marche silencieuse de 10 jours, en Chine centrale.

Localement l'association propose des séminaires de mindfulness (méditation axées sur la pleine conscience). Pendant 6 semaines à raison d’une rencontre de 2 h 30 par semaine, les participants apprennent l’usage de cette pratique, maintenant utilisée dans les écoles, les hôpitaux, les grandes entreprises...

Pour plus d'info : Dharmanature.org   contact : info@dharmanature.org

dimanche, 15 janvier 2017

Vieussan : « Qui était donc mon grand père, Jean Joseph Paul Roque ? »

Retrouver ses racines est une interrogation essentielle, d'autant plus attachante quand cette quête recèle un mystère.

Pour Monique, épouse Astier née Cazaledes, la partie occultée de sa généalogie autour de son grand père Jean Joseph Paul Roque, l'obsède.

Séducteur frivole ou amant sincère, pourra-t-elle découvrir sa personnalité ?

Qui était donc mon grand père Jean Joseph Paul Roque.jpgPour Monique,  son grand père Jean Joseph Paul Roque reste une énigme à élucider

« Je vais essayer de vous relater le peu que je connais : ma grand mère, Henriette Cazaledes Marie Claire est née à Cazouls les Béziers le 22 janvier 1883. Elle a eu 2 enfants naturels : Paul Henri Joseph Pierre Cazaledes, mon père, né à Barcelone le 28 mars 1903 et Claire Marie Rose Cazaledes, ma tante née à Béziers le 12 décembre 1904.

vieu,reconnaissance de paternité,famille,roque,cazaledes,combes,berlou,cazouls les béziers,saint pons de thomièresLe 22 janvier 1883 naissait Henriette Cazaledes

Henriette est décédée à Béziers des suites de l'accouchement, le 5 janvier 1905. Elle avait 22 ans !

Ses 2 enfants ont été reconnus par leur père Jean Joseph Paul Roque né à Béziers le 6 mai 1869. C'est lui, MON GRAND PERE dont je sais seulement qu'il est décédé à Béziers le 10 octobre 1906. »

Mais, la reconnaissance des 2 enfants d'Henriette n'était pas légale, le divorce de Jean Joseph Paul, en instance en Espagne n'était pas prononcé. Sa mère, Claire Roudigou, née à Cazouls le 24 avril 1844 et veuve de Jean Paul Roque, charcutier, né à Saint Pons le 29 janvier 1844, la fait annuler après la mort de son fils.

« Sur son lit de mort ma grand-mère Henriette a fait appeler ses parents, Bruno Cazaledes et Marie Boissezon, qui l'avaient rejetée et purement et simplement mise à la porte quand elle était enceinte, pour leur demander pardon et pour qu'ils s'occupent de ses 2 enfants. En sa mémoire ils ont appelé leur petite fille Henriette comme leur fille.»

C'est autour de la crèche de Noël au Pin que Monique a retrouvé le berceau de ses arrière-grands-parents maternels sur la commune de Vieussan à Boissezon.

- "Henri Cazaledes, né à Cazouls le 25 septembre 1857 et décédé le 17 février 1934 et Boissezon Marie Joséphine née à Cazouls le 8 février 1859 décédée à Cazouls le 24 février 1940 (fille de Boissezon Pierre et de Carrière Claire, sœur de Boissezon Zélie Emma née à Boissezon le 25 janvier 1881 épouse de Boissezon Joseph Pierre - mariés sous le régime dotal -acte Me Gabolde notaire à Olargues)
Zélie est la mère de Boissezon François Marie Joseph né le 14 juin ? et décédé à Cazouls le 10 mars 1931 laissant pour recueillir sa succession sa mère Zélie Emma et sa tante Marie Joséphine Boissezon (mon arrière grand-mère)
François est donc le cousin germain de ma grand-mère Henriette Cazaledes."

« En outre ma tante, Henriette a été mise en nourrice dans la famille Combes de Berlou qui habitait face à la cave coopérative. Je me souviens être allée acheter du vin chez eux. Je suppose que la sœur de lait de ma tante devait avoir sensiblement le même âge qu'elle.

Mon père et ma tante m'ont dit se souvenir s'être appelés Roque à l'école maternelle pendant quelques années et puis tout à coup s'être appelée Cazaledes. Je pense que pour eux cela a du être un traumatisme et une honte. c'est pour cela qu'ils avaient du mal a en parler et que j'ignore beaucoup de choses.

François Guiraud, ancien maire de Vieussan, était le filleul de mon père Paul. Il était venu à Cazouls lors des obsèques de mon père en 1977. J'ai le souvenir d'un monsieur très distingué. OUF ! je vous ai tout dit ! »

Henriette cazaledes  2016-02-29 12.06.04.jpg

Quelques documents anciens, de rares photos, quelques dessins précis de paysages, de délicats portraits tracés de la main légère d'Henriette, jeune fille romanesque.

Henriette Cazaledes.jpg

Ces lignes sensibiliseront peut-être des lecteurs : « Je pense qu'il est difficile de tisser les parentés tout cela est tellement vieux... Ce que je connais mal et que j'aimerais mieux démêler concerne la lignée de mon grand père Jean Joseph Paul Roque. »

Qui pourra aider Monique à retrouver des liens et réhabiliter la mémoire de celui dont elle ignore tout ?

mercredi, 11 janvier 2017

Vieussan : La messe de Noël au Pin a réveillé bien des souvenirs

Geneviève a traversé la frontière qui sépare l'Hérault de l'Aveyron, tout spécialement pour assister à cette messe de Noël, célébrée sur les lieux où elle venait, enfant.

« Et, en plus c'était mon anniversaire ! Beau cadeau que cette messe.
Voici mon "compte-rendu" : 

Ce n’était ni le jour, ni l’heure …

Oui, une messe de minuit un vingt-sept décembre, et plus encore à 18 heures !

Où as-tu vu ça ? Pourquoi pas avec des éléphants roses ? T’aurais pas un peu trop abusé de substances peu licites ?

Et bien non. C’était ce jour-là, à l’heure dite, et ce fut plein d’émotion.

vieussan,le pin,messe de noël,souvenirs,notre dame de géminian,annette,vierge,crèche,église,aveyron,hérault

La crèche installée, cette année du bon côté de l’église, le côté droit, toujours aussi belle, rappelant tellement de choses, choses oubliées, enfouies, odeurs d’enfance !

Et le curé ? Si, si, il était là ! Le miracle annuel nécessaire s’était renouvelé. Car, il fallait le faire : trouver un prêtre acceptant de se déplacer depuis Saint-Pons, une petite trentaine de mauvais kilomètres, route sinueuse épousant les gorges de la rivière, brillante de verglas en cette saison …

Il était bien là. (J’ignore comment s’est passé son retour.)

Il a même dit que certains étaient venus de loin pour participer à cette messe. Pensez-donc, une dame venait de Cazouls-les- Béziers ! … Oui, oui, c’est vrai, je l’ai rencontrée. Et moi, venue du pays des «gavachs» ? Non, il n’en a pas parlé.

vieussan,le pin,messe de noël,souvenirs,notre dame de géminian,annette,vierge,crèche,église,aveyron,hérault

Les répons et les chants étaient un peu … poussifs : il y a longtemps que les portes de cette église ne s’ouvrent plus pour la messe, et beaucoup ne se souvenaient plus du cérémonial. Mais «Il est né le Divin Enfant», personne n’avait oublié !

vieussan,le pin,messe de noël,souvenirs,notre dame de géminian,annette,vierge,crèche,église,aveyron,hérault

Et la vierge de Géminian, belle, mais toujours aussi douloureusement abîmée, semblait veiller sur l’assemblée depuis une place de choix, à droite dans le chœur.

vieussan,le pin,messe de noël,souvenirs,notre dame de géminian,annette,vierge,crèche,église,aveyron,hérault,les-enfants-de-cœur-du-pin,http:laviedeshautscantonsdoc.blogs.midilibre.comarchive20170109v,https:www.google.frwebhp?sourceid=chrome-instant&ion=1&espv=2&ie

Que dire de plus ? Sinon que les regards brillaient et que les participants étaient heureux de se trouver là, pour un moment de joie.

vieussan,le pin,messe de noël,souvenirs,notre dame de géminian,annette,vierge,crèche,église,aveyron,hérault

Merci à Patricia et à sa famille qui, retrouvant les santons dans l’ancien presbytère, ont eu l’idée généreuse de cette messe de minuit voici déjà quatre ans.

Pour moi, habitante de cœur de ce hameau où j’ai passé les meilleures vacances de mon enfance, si -hélas- je n’ai pu revoir Annette, j’ai retrouvé avec autant de plaisir des têtes connues (enfin, faut pas exagérer, le temps a passé, et c’est seulement après présentations que l’on s’est reconnu !)

Les oreillettes étaient délicieuses, personne ne les fait plus comme ça, et le gâteau aux noix a accompagné mon chemin jusqu’au parking.

Il n’est pas inutile de préciser que je n’ai bu que du jus de pomme, certains pourraient croire que j’ai abusé d’un autre nectar. Car, à défaut d’éléphant rose, il me semble bien avoir aperçu une piscine dans l’ancienne maison de ma grand-mère. A l’endroit même où j’allais voir les lapins chaque midi et où on profitait de ma bouche ouverte pour insérer la cuillère de soupe.

Enfin, tous souvenirs laissés au Pin, je suis bien rentrée à la maison.

A l’année prochaine ? J’y serai. »