compteur internet
Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

samedi, 30 décembre 2017

Vieussan- Plaussenous : Les Amis de Sainte Madeleine rassemblés autour du message de Paix

Au hameau de Plausenous, l'association des Amis de Sainte Madeleine de Mounis a rassemblé pour le traditionnel message de Paix

Comme chaque année, à Plaussenous, l'église résonne aux accords de guitare et aux cantiques repris en chœur. Le Père Verlinde a rappelé le message d'espoir porté par Noël dans le monde : "Quand les jours se font courts, quand les premiers flocons de l’hiver blanchissent les sommets de nos montagnes, nous tournons spontanément nos regards vers la fête de Noël. Il suffit de prononcer ce mot pour que nos cœurs s’apaisent. Même les non-croyants déposent les armes, et se demandent comment, ce jour-là, faire jaillir autour d’eux une étincelle de joie... Soyons des « artisans de paix »" 

a-plaussenous-sainte-madeleine-de-mounis-rassemble_439340_510x255.jpgDepuis le hameau de Plaussenous émergeant du brouillard, leurs voix s'élèvent

La célébration de la messe de Noël est un événement annuel, essentiel pour le petit hameau, il le réveille de son engourdissement hivernal et tous se retrouvent avec joie autour de la petite crèche ancienne illuminée avec soin. L'assemblée d'une vingtaine de personnes a réuni Les "Amis de Sainte Madeleine", les habitués, adhérents et habitants des hameaux de Vieussan et des communes des environs qui ont uni leurs voix.

Plaussenous Noël 2017.jpgLa célébration de la messe de Noël réveille le hameau de son engourdissement hivernal

"Ce qui est essentiel précise Georgette, la présidente de l'association, c'est de se réunir en toute amitié. On n'était pas très nombreux, mais ce patrimoine nous tient à cœur : nous avons changé les fenêtres et la porte, les bancs aussi, il reste maintenant l'autel de bois qui est tout vermoulu. Nous le changerons aussi."

51CAE0BB-355F-4785-B688-C59679359FB1-page-001.jpg

Ce rassemblement autour de la Nativité, marque le bilan de l'année qui s'achève et symbolise le renouveau, l'espoir pour des jours sereins. Georgette adresse ses vœux à tous pour la paix dans le monde et une année heureuse à venir. Ensemble ils ont repris le Nadal traditionnel chant de Noël d'Occitanie que chantaient leurs ancêtres : "Pastre, pastretos. Courrès, venès tous, pecaïre !"

Pour annoncer à tous l'espérance, la naissance de l'enfant messager de paix. Depuis le hameau de Plaussenous émergeant du brouillard, leurs voix s'élèvent.

samedi, 23 décembre 2017

Joyeux Noël à tous !

Résultat de recherche d'images pour "joyeux noel"

L'HISTOIRE DE L'ARBRE DE NOËL

Entre 2000 et 1200 avant JC, on parlait déjà d’un arbre (L’épicéa, arbre de l’enfantement), le jour du 24 décembre, puisqu’on considérait ce jour comme la renaissance du soleil. Les celtes avaient adopté un calendrier basé sur les cycles lunaires. A chaque mois lunaire était associé un arbre, l’épicéa fut celui du 24 décembre. Pour le rite païen du solstice d’hiver, un arbre symbole de vie était décoré avec des fruits, des fleurs et du blé.

En 354, l’Eglise institue la célébration de la naissance du Christ, le 25 décembre, pour rivaliser avec cette fête païenne. Initialement la célébration de Noël se résumait à la messe de la nativité.
Saint Boniface

06-05-st-boniface-fells-tree

On raconte qu’un moine évangélisateur Allemand de la fin du VIIe siècle, Saint Boniface (né en 680), voulait convaincre les druides germains, des environs de Geismar, que le chêne n’était pas un arbre sacré. Il en fit donc abattre un. « En tombant, l’arbre écrasa tout ce qui se trouvait sur son passage à l’exception d’un jeune sapin ».
A partir de là, la légende fait son œuvre. Elle raconte que Saint Boniface a qualifié ce pur hasard de miracle, et déclaré dans sa même prédication : « Désormais, nous appellerons cet arbre, l’arbre de l’Enfant Jésus. » Depuis, on plante en Allemagne de jeunes sapins pour célébrer la naissance du Christ.

Au XIème siècle, l’arbre de noël, garni de pommes rouges, symbolisait l’arbre du paradis. C’est au XIIème siècle que la tradition du sapin est apparue en Europe, plus précisément en Alsace.

On le mentionne pour la première fois comme « arbre de noël » en Alsace vers 1521. Au XIVème siècle, les décorations étaient composées de pommes, de confiseries et de petits gâteaux. A cette même époque, l’étoile au sommet de l’arbre, symbole de l’étoile de Bethleem commença à se répandre. Ce sont les protestants en 1560 qui développèrent la tradition du sapin de noël pour se démarquer des catholiques.

Au XVIIème et XVIIIème siècle apparaissent les premiers sapins illuminés. On utilisait des coquilles de noix remplies d’huile à la surface desquelles des mèches flottaient ou des chandelles souples nouées autour des branches.

C’est en 1738 que Marie Leszczynska, épouse de Louis XV, roi de France, aurait installé un sapin de noël dans le château de Versailles.
On trouva par la suite de plus en plus d’arbres de Noël particulièrement en Alsace-Lorraine, où existait déjà la tradition du sapin.

50d

En 1837, la duchesse d’Orléans Hélène de Mecklembourg, d’origine Allemande, fit décorer un sapin aux Tuileries.
Cette tradition se généralisa après la guerre de 1870 dans tout le pays grâce aux immigrés d’Alsace-Lorraine qui firent largement connaître la tradition de l’arbre de Noël aux Français.
C’est à cette période que le pays entier adopta cette tradition.

Après-guerre, les travailleurs veulent être associés à la vie de leur établissement. Les comités d’entreprise voient alors le jour et parmi les traditions très vite mises en place, figure le fameux Arbre de Noël du comité d’entreprise. L’espace d’un après-midi, les enfants des salariés sont conviés à un spectacle suivi d’un goûter, avec souvent une remise de cadeaux, sans oublier le grand sapin de Noël décoré et installé pour l’occasion.

Résultat de recherche d'images pour "arbre de noel"

 

vendredi, 15 décembre 2017

Mons-la-Trivalle : "Sonar Nadalet" dans la petite chapelle de la Voulte

En attendant Noël l'association Tafanari avec la complicité des Amis de la Voulte propose un concert unique "Sonar Nadalet"

Comme un goût de veillée d'antan où la musique réchauffera les cœurs dans la chapelle romane

Au cœur de la petite chapelle romane perchée sur son éperon rocheux au confluent de l'Orb et du Jaur, Hélène Bissières à l'accordéon diatonique sera accompagnée de Pascale Théron, aux flûtes, à la clarinette basse et à la Bodèga ou Craba (chèvre en occitan).

"C'est la plus grosse des cornemuses occitanes. La peau provient d’une chèvre entière et l’instrument donne une impression de démesure, non seulement par sa taille rebondie mais aussi par sa sonorité grave et profonde qui fait découvrir les cornemuses du Moyen Âge. Ensuite d'autres invités créeront la surprise !" ajoute Patricia porte parole de Tafanari.

La chapelle n'étant pas chauffée, pulls chauds et bouillottes sont conseillés. Chacun peut amener une bougie pour poser sur une marche, dans l'embrasure d'une fenêtre ou dans la rue caladée.

Du vin chaud et des petits gâteaux seront offerts à la fin du concert joué en libre participation au chapeau.

Ce moment hors du temps, où la magie de Noël va tout doucement s'installer est un temps privilégié ce dimanche 17 décembre à 17 h 30 dans la chapelle de La Voulte.

mardi, 12 décembre 2017

Vieussan : messe de Noël à Plaussenous

L'Association des Amis de Notre Dame de Mounis est heureuse de pouvoir inviter les fidèles à la messe de Noël qui sera célébrée dans l'église dédiée à la sainte patronne de Plaussenous.

Le hameau situé sur la commune de Vieussan est rattaché à la paroisse Notre Dame des Lumières qui couvre un large territoire. Le Père Joseph-Marie Verlinde qui a la charge de ses nombreuses églises, célébrera la messe.

vieussan,plaussenous,messe de noël,noël 2015,noël,jany cros,jany et olivier cros,patrimoine,rénovation,nativité,pere joseph marie verlindeL'humble crèche de plâtre s'harmonise à la simplicité du patrimoine rénové par Jany et Olivier Cros

Georgette Villebrun présidente de l'Association des Amis de Notre Dame de Mounis fera les honneurs de l'accueil. "La paroisse Notre Dame des Lumières c'est plus de cinquante églises. La messe de Noël, tardive en 2016 et un peu tôt cette année, est rarement dite le jour J, regrette Georgette. Mais nous sommes heureux de pouvoir toujours accueillir la cérémonie de Noël. La porte de l'église reste ouverte pour admirer le sanctuaire aux couleurs de la Nativité sous les lumières du sapin."

L'humble petite crèche de plâtre blanc s'harmonise à la simplicité du patrimoine rénové au plus près de l'original par Jany et Olivier Cros en 2012.

Les chants de Noël seront repris en chœur dans l'enthousiasme de la Nativité par les fidèles à Sainte Madeleine de Mounis, ce jeudi 14 décembre 2017 à 11 heures.

mardi, 05 décembre 2017

Vieussan : La crèche attend les visiteurs au hameau du Pin

Les bénévoles de l'association "Les Enfants de Cœur du Pin" ont décidé de remettre à l'honneur la grande crèche dans l'église Sainte Marie qui domine le hameau du Pin.

La tradition s'était perdue. Dans l'église, les services religieux se faisant rares, le presbytère mitoyen déserté, longtemps fermé a été vendu. Les santons de la crèche, oubliés de longues années dans un coin du bâtiment, sont réapparus, dévoilant leurs visages expressifs.

Les santons de la crèche de Noël du Pin dévoilent leurs visages expressifs.jpgAvec ses grands santons le village de La Nativité continue la tradition de la crèche de Noël

Leurs regards d'une touchante humanité sont allés droit au cœur de Patricia, nouvelle propriétaire de la maison curiale. Elle se fait une joie, avec son compagnon Christophe et leurs amis, de redonner vie à la crèche de Noël.

Ainsi, depuis 2013 la tradition est retrouvée. Le spectacle de l'enfant Jésus souriant, chaleureusement entouré dans son nid de paille, ne laisse pas d'attendrir. Les visiteurs se pressent pour admirer le petit village de La Nativité symbole d'espoir et de renouveau au seuil de chaque année.

En attendant la messe qui sera célébrée le 27 décembre à 17 h, les amateurs pourront venir admirer la crèche de Noël.

Ils seront accueillis dès le samedi 9 décembre et jusqu'au dimanche 7 janvier tous les samedis et dimanches de 10 h à 18 h.

dimanche, 19 novembre 2017

Bédarieux : Projection du documentaire "MENORAH ET MASSALE" au Ciné 3

Ciné-Débat : MERCREDI 22 NOVEMBRE à 20 H 30

MENORAH ET MASSALE
un regard sur le judaïsme entre l'inde et Israël
 
un film de Françoise Marchand
 
Ce film a été tourné sur la côte ouest de l'Inde entre Bombay (Mumbai) et Cochin (Kochi) et en Israël, de Nazareth au nord à Eilat au sud au bord de la mer Rouge.
Durée du film : 60 minutes
Avant la séance : Présentation du film, des conditions de tournage et explications de quelques termes propres à la culture indienne et juive.
Après la séance : Débat avec le public

bédarieux,françoise marchand,yaffa duwyn,menorah et massale,film documentaire,ciné-débat,ciné 3,société,inde,judaïsme

Ciné-débat en présence de la réalisatrice Françoise Marchand et de Yaffa Duwyn qui témoigne dans le film.
 
Rencontre vidéo
 
 
Présentation
« Depuis l’Antiquité l’Inde abrite des communautés juives qui ont pu vivre librement en terre indienne...
Qui sont ces juifs, d’où viennent-ils ? Entre l’Inde et Israël, ce film porte un regard curieux sur cette histoire étonnante.
                                                     INDE
bédarieux,françoise marchand,yaffa duwyn,menorah et massale,film documentaire,ciné-débat,ciné 3,société,inde,judaïsme

À la création de l’état d’Israël en 1948 les juifs du monde entier sont invités à rejoindre le pays. Les Indiens répondront à l’appel, mais on ne quitte pas l’Inde si facilement, rien ne fut simple.
bédarieux,françoise marchand,yaffa duwyn,menorah et massale,film documentaire,ciné-débat,ciné 3,société,inde,judaïsme

En Israël, les émigrés de la première génération vivent toujours à l’indienne. Les femmes portent le sari, cuisinent le massalé et regardent sur Zee TV des films indiens. Leurs enfants, nés sur place, ont vécu avec une double culture mais leurs petits enfants se sentent d’abord Israéliens.
Aujourd’hui il reste environ 5000 juifs en Inde. Là-bas, les cimetières gardent les traces d’une histoire ancienne mais il y a de moins en moins de visiteurs et les synagogues se transforment peu à peu en musées.
Les témoignages se croisent, se répondent avec un même constat : nostalgie d’une histoire qui s’achève peu à peu d’un côté, nostalgie d’une histoire impossible à oublier de l’autre. »

jeudi, 09 novembre 2017

Vieussan : les monstres d'Halloween sont revenus

Les monstres rassemblée dans la nuit sont revenus fêter Halloween à travers le hameau du Lau en cette année 2017

IMG_0081.JPG

Une soirée d'enfer pour les rares habitants. S'attendant à cette invasion traditionnelle tous avaient hâtivement préparé des bonbons pour  répondre à l'impératif réquisitoire de l'effrayante petite bande, et ne pas recevoir de mauvais sorts !

IMG_0083.JPG

Les lumières vacillantes d'Halloween annonçaient le cheminement des petits monstres, accompagnés des plus grands, parcourant bruyamment les ruelles du hameau.

IMG_0091.JPG 

Au cœur du village, une mystérieuse diva les attendait. Elle exigea quelques vocalises avant de satisfaire la quémande de la petite horde vociférante.

IMG_0096.JPG

Dans la nuit complice et mystérieuse halloween reste au fil des années un moment de jeu qui mêle frayeur et joie. Pour les enfants, petits et grands, c'est aussi la fête de la gourmandise avec les bonbons partagés.

jeudi, 26 octobre 2017

Mons-la-Trivalle : Lecture Partagée au Comptoir Associatif

"Carnages et Culture, les grandes batailles qui ont fait l'occident", le livre de Victor Davis Hanson, professeur d'histoire à l'université de Californie, est devenu un classique en son genre.

L'ouvrage est proposé en lecture partagée au Comptoir Associatif, avec trois exemples qui fondent le modèle occidental de la guerre, et seront étayés par la présentation de passages significatifs.

Bataille de Rorke's Drift, peinture d'Alphonse de Neuville, 1880.jpgBataille de Rorke's Drift, peinture d'Alphonse de Neuville, 1880

"La supériorité militaire de l'Occident, depuis l'Antiquité, semble reposer sur une conception particulière de la guerre et de la mort. L'issue d'une guerre ne dépend pas toujours du nombre de combattants, de la connaissance du terrain, ou même de la stratégie des chefs militaires.

A l'analyse tactique ou géopolitique, Victor Davis Hanson oppose une théorie quelque peu iconoclaste : la victoire, sur le champ de bataille, tient à la cristallisation de valeurs économiques, politiques et culturelles.

Ce sont l'individualisme, la démocratie, le rationalisme et l'esprit d'entreprise qui firent plier, en maints endroits du monde, les armées ennemies. Ce fut encore l'Occident qui accoucha des conceptions les plus radicales et les plus meurtrières de la guerre : la guerre " juste " ou la guerre d'anéantissement, par exemple."

A travers le récit de neuf batailles décisives (Salamine, 480 avant J.-C. Gaugamèles, 331 avant J.-C. ; Cannes, 216 avant J.-C. ; Poitiers, 732 Tenochtitlan, 1520-1521 ; Lépante, 1571 ; Rorke's Drift, 1879 ; Midway, 1942 et Tet, 1968), Victor Davis Hanson explore les multiples facettes d'une suprématie guerrière inégalée.

Profondément polémique, cette histoire de la " supériorité " occidentale permet de lire en filigrane son envers le plus sombre : le cannibalisme politique et religieux des Européens au fil des siècles."

Rendez-vous des lecteurs au Comptoir associatif des artistes, ce vendredi 27 octobre, à 18 h, place du Platane à Mons-la-Trivalle.

Ouvert à tous, informations complémentaires au 06 70 95 05 56.

samedi, 21 octobre 2017

Votre chronique : vivre ensemble...

« Je suis convaincu que si nous voulons être du bon côté de la révolution mondiale, nous devons en tant que nation entreprendre une révolution radicale des valeurs. Nous devons rapidement commencer à passer d'une société “orientée vers les choses” à une société “orientée vers la personne”. Quand les machines et les ordinateurs, les motifs de profits et les droits de propriété sont considérés comme plus importants que les individus, les triplés géants du racisme, du matérialisme et du militarisme sont impossibles à battre. » Martin Luther King, Beyond Vietnam, 1967

dimanche, 13 août 2017

Mons-La-Trivalle : innovation et tradition pour fêter la Saint-Roch le 16 août à la Voulte

La Fête de la St-Roch à La Voulte sera marquée le 16 août 2017 par une touche d'innovation et, en même temps une volonté de revenir à la tradition des pèlerinages d'antan.

la chapelle Saint Roch, emblème de la Voulte, se dresse au confluent du Jaur et de l'Orb, face au Caroux.jpgLa chapelle Saint Roch de la Voulte retrouvera l'esprit de la tradition ce mercredi 16 août 2017

"La Belle Epoque où les fidèles, précise Jean-Luc Lauze, après les messes de Mons, Saint-Martin et Saint-Julien, pique niquaient à l'entrée du hameau et jusqu'au bord du Jaur. C'est pourquoi cette année, nous nous rassemblerons pour la messe à 11 h dans la chapelle et, après l'apéritif offert par l'association St-Roch, installés à l'ombre sous les chênes du Saralou aménagés à cette intention, partagerons le repas tiré du sac."

Après ce moment de convivialité, ceux qui le souhaitent assisteront à la rétrospective du spectacle sur la vie de St-Roch offert en 2016, suivi d'un temps d'échange sur les prospections de mise en valeur du site de la chapelle et des vestiges du château.

À 15 h 45 Gilles Bellan chercheur à l'INRAP, originaire de Colombières, donnera une conférence sur Les anciens chemins de la vallée de l'Orb entre Mons et le Poujol.

À 17 h 30 concert offert par le duo Sisley de l'orchestre de Perpignan, libre participation aux frais.

Tous sont chaleureusement invités à cette journée clôturée par le verre de l'amitié.