compteur internet
Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

dimanche, 12 mars 2017

Vieussan : de chouettes rencontres nocturnes

11 mars 2017, 12e édition de « La Nuit de la chouette »

chouette effraie des clocher en vol

Le vol majestueux de la Dame Blanche

Pour approcher l'univers fabuleux et méconnu des rapaces nocturnes.

Balade au cœur du monde magique de la nuit

logo 7.jpgVoir les images sur Vidéo Cantons d'Oc

 

Lien : « Chouettes rapaces nocturnes »

lundi, 14 novembre 2016

Vieussan : prochain stage pour un meuble original issu de cartons recyclés

Le prochain stage de Mimi cartonne pour un meuble original issu de matériaux recyclés aura lieu dans la salle du peuple à Vieussan village.

vieussan,carton,meuble,recyclage,myriam sellier,mimi cartonne,actualités,art,artisanat,boissezon,culture,écologie,économie,haut languedoc,hauts cantons d'oc,hérault,loisirsLes stagiaires de Mimi cartonne se passionnent pour leurs œuvres

Ces stages créatifs de recyclage des emballages de cartons voués à la déchetterie pour la création d'une œuvre personnelle associent écologie et plaisir pour une œuvre utile.

Mimi Cartonne maîtrise l'art du cartonniste avec une aisance et un plaisir qu'elle aime partager. Ses exécutions élaborées s'appuient sur des savoir-faire bien particuliers.

« Le meuble est réalisé en 2 jours, le week-end, de 9 h à 17 h avec pause déjeuner tiré du sac pour fabriquer un petit  meuble, tout le matériel est fourni. Une troisième journée, choisie ensemble selon nos disponibilités, est programmée pour le décorer précise Myriam. »

Après la technique de construction, cette dernière journée permet à chaque stagiaires de s'adonner au plaisir ludique du décor de finition.

Mimi Cartonne transmet à chacun son savoir avec patience. « C'est une grande satisfaction de voir le bonheur des personnes qui retournent chez elles ravies de leurs œuvres.»

Il reste encore des places pour le prochain stage d'automne programmé le weekend des 19 et 20 novembre 2016.

Pour les inscriptions et tous les renseignements pratiques contacter Myriam Sellier au 06 52 42 26 87 ou par mail : myriam.sellier@hotmail.fr.

samedi, 08 octobre 2016

Votre chronique : "Pour que nos campagnes ne deviennent pas des villes ! "

Nombreux seront les habitants des hauts cantons d'Occitanie qui seront sensibles au message transmis par Max C. , message de "Soutien aux époux Pecheras : pour que nos campagnes ne deviennent pas des villes" !

époux Pecheras.jpg"Dénoncer l'absurdité d'un décision qui approuve et oblige la destruction d'un écosystème et d'une biodiversité"

" Bonjour,

Je viens de signer la pétition : 

« #FrogGate // Soutien aux époux Pecheras : pour que nos campagnes ne deviennent pas des villes ! ».

Je pense que c'est important. Souhaiteriez-vous signer à votre tour ?

Voici le lien:

https://www.change.org/p/froggate-soutien-aux-%C3%A9poux-pecheras-pour-que-nos-campagnes-ne-deviennent-pas-des-villes

Merci, Max "

Ci-dessous, le texte de la pétition postée par Valentin Coupri France

Soutien à Annie et Michel Pecheras, habitants de Grignols à quelques kilomètres de Périgueux, en Dordogne. Ils viennent d'être condamnés par la cour d'appel de Bordeaux a combler leur mare. Le coassement des grenouilles gêne leurs voisins installés à une dizaine de mètres du point d'eau.
Nous demandons tout simplement le retrait pur et simple de cette condamnation de justice, qui oblige le couple à combler sa mare. Cette décision est d'une aberration sans nom, qui approuve voire même oblige la destruction d'un écosystème et d'une biodiversité, au nom de la tranquillité de riverains qui ne sauraient qu'être emprunteur d'un espace naturel, lieu de vie de cette espèce protégée. Au-delà de la menace animale que nous ne pouvons nous résigner à accepter, cette pétition est avant tout un cri qui pousse à dénoncer l'absurdité de l'application de textes juridiques, et l'éloignement de ses applicateurs qui ne connaissent certainement pas le quotidien et l'utilité de nos campagnes.
Nous avons besoin du soutien de tous pour pouvoir interpeller les décideurs concernés et solliciter l'aide et l'appui d'acteurs associatifs et institutionnels dans la défense des intérêts de la famille Pecheras.
- DITES 'NON' A UNE ASEPTISATION ENCADRÉE DE LA NATURE -
Nous espérons recueillir au moins 50 000 signatures ! Partagez sans relâche, mobilisez-vous, soutenez à votre façon cette cause qui dépasse le seul cas de cette famille, aidez-nous à votre manière !
A bientôt ! Valentin.
*****
Voir la situation de ce couple : https://www.francebleu.fr/infos/faits-divers-justice/dord...

*****
Témoignage de Michel Pecheras :
" A l'attention de tous nos soutiens,
En 2013 nous avons acheté la propriété des grands parents maternels de mon épouse, laquelle est née dans cette demeure.
A cette époque la mare existait, puisque cadastrée depuis 80 à 100 ans. Cette dernière était en partie bouchée par des détritus du voisinage sans aucun scrupule.
Cette propriété privée était inoccupée depuis longtemps après le décès des grands parents. Cette mare touchait le mur des voisins.
Après l'achat de cette propriété, nous avons nettoyé et commencé la rénovation des bâtiments, car les voisins avaient déjà voulu porter plainte pour mauvais état des bâtiments.

Nous avons fait appel à une entreprise pour déplacer cette mare de 12 à 13 m du mur du voisin et en contre bas de 1,80 m environ. Ce voisin a fait appel à la même entreprise pour faire creuser une mare dans son pré et qu'il fait reboucher 8 ans après, pendant le procès, enterrant faune et flore.

Ces voisins sont des gens procéduriers (problèmes de voisinage à MANZAC SUR VERN, puis à NOTRE DAME DE SANILHAC avec le charpentier couvreur qui travaillait sur leur maison). Ce charpentier a du quitter le chantier avant la fin des travaux.

Devant de telles menaces et une vie chamboulée, nous devons nous défendre et communiquer notre combat face à de tels personnes... Nous avons besoin de tous vos soutiens.
Merci beaucoup."
*****
Les soutenir financièrement : www.lepotcommun.fr/pot/d8798dlm
*****

Cette pétition sera remise à :

  • Cour administrative d'Appel de Bordeaux
  • Cour de Cassation
  • Ségolène Royal, Ministre
    Ministère de l'Environnement, de l'Energie et de la Mer

mardi, 04 octobre 2016

Vieussan : prochains stages pour réaliser son meuble en carton

Mimi Cartonne annonce ses stages de rentrée qui sont programmés dans la salle du peuple à Vieussan village.

Créer son meuble en carton est une activité qui associe le recyclage des emballages de cartons voués à la déchetterie et la création d'une œuvre très personnelle. Écologie et plaisir de créer son pleinement associés pour une œuvre utile et bien souvent... artistique !

vieussan,carton,meuble,recyclage,myriam sellier,mimi cartonne,actualités,art,artisanat,boissezon,culture,écologie,économie,haut languedoc,hauts cantons d'oc,hérault,loisirsÉcologie et plaisir de créer associés pour une œuvre utile et bien souvent... artistique

Mimi Cartonne transmet son savoir avec patience et attention, apportant à chacun selon son projet, la technique appropriée pour mener à bien la fabrication de son meuble original : « Le meuble réalisé en 2 jours, une troisième journée que nous choisissons ensemble en tenant compte des disponibilités de chacun, est à programmer plus tard pour le décorer, à savoir : peindre ou coller un papier, précise Mimi Cartonne. Après la technique de construction, cette dernière journée permet à chaque stagiaires de s'adonner au plaisir ludique du décor de finition.»

vieussan,carton,meuble,recyclage,myriam sellier,mimi cartonne
Deux stages d'automne sont programmés sur deux week-end : les 15 et 16 octobre puis les 19 et 20 novembre 2016 en sachant bien sûr que le stage est de 3 jours.

Pour les inscriptions et tous les renseignements pratiques contacter Myriam Sellier au 06 52 42 26 87.

samedi, 03 septembre 2016

Nature : Les vautours, majestueux rapaces...

3 septembre 2016, Journée Internationale de sensibilisation aux Vautours 

La journée mondiale des vautours a été instaurée le premier samedi de septembre pour permettre de découvrir ces oiseaux hors du commun de près de 3 m d’envergure.

vidéo cantons d'oc,vautours fauves,écologie,nature,environnement,vieussan,journée internationale du vautour,vautoursPrise de vue Vidéo Cantons d'Oc

Les vautours sont des nécrophages : ils se nourrissent essentiellement de charognes, leur présence dans la nature est d'un grand intérêt, ils y jouent un rôle capital : précieux équarrisseurs naturels qui nettoient et empêchent la propagation des maladies contagieuses.

Gypaète barbu, Vautour fauve, moine, percnoptère, 4 espèces de vautours sont présentes sur le territoire français, souvent mal connues et pour la plupart en voie de disparition au niveau mondial.

En France, les vautours, indispensables aux écosystèmes pastoraux et à toute la filière de l’élevage. sont une espèce menacée. Ils bénéficient à ce titre de Plan national d’Action coordonné par la Ligue Protectrice des Oiseaux.

Vidéo Cantons d'Oc invite à la rencontre de ces majestueux rapaces

samedi, 16 juillet 2016

Votre chronique : "Néocolonialisme et éolien industriel"

Un communiqué à partager :

"Néocolonialisme et éolien industriel

Une réalité politique, économique et sociale antidémocratique

Le colonialisme a été reconnu depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale comme une relation inégalitaire s'opposant au « droit des peuples à disposer d'eux-mêmes ».

C’est ce déni de « notre droit à disposer de nous-mêmes » qui me fait faire aujourd’hui ce parallèle entre néocolonialisme et éolien industriel.

Le colonialisme était une forme d'expansionnisme et d'impérialisme.

Qui consistait à défendre les intérêt politiques d’un état ou ceux économiques d’un industriel privé au détriment des intérêts du pays où il s’installait.

Aujourd’hui, les promoteurs s’appuient sur l’administration politique (les maires) en faisant jouer les ressorts de la finance (les retombées économiques), le tout étant imposé de la manière la plus antidémocratique qui soit aux populations locales (tout se passe dans le plus grand secret).

Cela induit une relation de dépendance totale au lobby de l’éolien industriel car aucun élu n’arrive à réaliser combien leur liberté est annexée par l’arrivée d’un promoteur. Ce dernier devient le maître qui décide de l’avenir radieux du territoire qu’il vient d’annexer. On promet de l’argent, des soutiens à des projets, on fait miroiter un développement économique. Rien de tout cela n’est vrai. Certains élus de nos jours se comportent comme les petits chefs de village lors de la colonisation de l’Afrique au 19 ème siècle. A ceux-là on promettait les honneurs et on remettait de la verroterie. A ceux-ci on promet un développement économique et on remet des miettes de bénéfices.

Les motivations de la colonisation ont été essentiellement des motivations économiques (s’enrichir), stratégiques (empêcher des concurrents de prendre la place) et des motivations idéologiques (diffuser la civilisation).

On retrouve ce même schéma avec l’éolien industriel. Les promoteurs s’enrichissent, ils confirment leur prises d’intérêts sur un territoire au nom d’une pseudo « transition énergétique ». Cela s’appelle du « green washing ».

Le dernier aspect du colonialisme dont il faut tenir compte c’est le rapport à la violence. A l’origine et après la conquête militaire initiale, le colonialisme s'est souvent accompagné d'actes de violences pour soumettre les populations.

Aujourd’hui, il n’y a pas une manifestation d’opposants à un projet industriel qui n’ait vu l’arrivée des forces de l’ordre. La mort de Rémy Fraysse à Sivens en est malheureusement le plus tragique exemple.

De plus, souvenons-nous du rôle soit-disant positif de la colonisation. C’est bien encore à cela que l’on veut nous faire croire aujourd’hui. Mais le rapport entre colonialisme et croissance économique n'a toujours pas été démontré et la paix sociale au sein des villages durement touchée.

Complicité du public et du privé

Dès 1873 l'industrie européenne a bénéficié de l'expansion coloniale au prix d'énormes dépenses publiques réalisées dans les colonies. Aujourd’hui, les promoteurs privés bénéficient du soutien de l’état et les retombées financières dans les caisses des municipalités imposent un modèle de développement économique en complète contradiction avec les besoins des habitants du pays.

Là où il faudrait maintenir un tissu social actif, une économie locale et des emplois pérennes, l’éolien industriel contribue à la désertion des territoires, au saccage de zones pourtant réputées pour leur intérêt écologique.

Dernier point :

Le lobby de l’éolien industriel est très puissant, que ce soit au niveau de l’Etat ou de l’Europe.

Nous n’avons pas les moyens des grandes multinationales.

Mais pour y faire face, nous, associations de citoyens, collectifs ou autres, pouvons coopérer et mettre en commun nos moyens pour revendiquer notre « droit à disposer de nous-mêmes »." Hildegarde Champêtre

mercredi, 01 juin 2016

Votre chronique : Pierre Rabhi appelle à « quitter le culte de la croissance indéfinie »

Communiqué par le 27 mai 2016

"Pierre Rabhi appelle à « quitter le culte de la croissance indéfinie »

Pierre Rabhi appelle à « quitter le culte de la croissance indéfinie »

COP 21 et persistance d’un modèle de consommation obsolète 

Déjà en amont de la COP21, Pierre Rabhi exprimait ses doutes quant à son efficacité. Le fondateur du mouvement Colibri était assez pessimiste sur le sujet : « Il ne sortira rien de cette énième grand-messe. J’ai du mal à croire que les changements structurels nécessaires y soient actés ». Car, pour lui, la COP21 ne s’attaque pas « aux sources des déséquilibres ».

Quelles sont alors les sources de ce déséquilibre à la fois écologique, mais aussi économique (entre les pays du Nord et du Sud, par exemple) ? Selon le sage paysan, c’est notre modèle économique même et notre façon de consommer. Il en appelle donc à « quitter le culte de la croissance indéfinie ».

Arrêter d’en vouloir toujours plus : la seule solution 

Seule solution pour s’en sortir, quitter ces pratiques effrénées de consommation, pour se tourner vers d’autres solutions plus durables et modérées dans leur fonctionnement : « Il faut entrer dans une nouvelle ère, celle de la modération : modération de la consommation et de la production ». Au rang des choses à supprimer : la pêche industrielle, l’agriculture intensive, etc.

Une nouvelle façon de consommer et de créer de la richesse doit être mise en place, selon Rabhi. Et cette nouvelle façon, c’est l’agroécologie, concept qu’il défend depuis longtemps. Cette nouvelle vision de l’agriculture promeut le compostage, la pluriculture, la recherche de complémentarité entre les espèces, la réintroduction des haies, etc. Une  façon de cultiver la terre qui a déjà fait ses preuves, notamment lors de la mission qu’il a menée en 1981 au Burkina Faso, avec son association Terre et Humanisme : l’expérience a permis aux paysans burkinabés de retrouver une autonomie alimentaire, qu’ils peinaient à atteindre lorsqu’ils essayaient de se développer selon les lois de la mondialisation.

20467223

Ce qui l’inquiète : la récupération de cette idéologie par les multinationales

L’idée de l’agroécologie se répand de plus en plus dans les médias, dans les discours des politiques, dans celui des grands groupes, etc. Une évolution qui, contrairement à ce qu’on pourrait penser, ne réjouit pas son chantre tant que cela. Pierre Rabhi considère l’adoption de ce discours comme un leurre des grandes multinationales, qui se cachent derrière du greenwashing.

« L’agroécologie, ne se résume pas à des techniques, mais répond à une éthique de vie qui consiste à préserver la terre en tant que patrimoine », déclare-t-il, nous rappelant aussi la composante humaine de l’agroécologie, que certaines grandes entreprises négligent toujours, alors même qu’elles prétendent aller vers une agriculture plus durable. Une agriculture plus équilibrée passera par l’arrêt de l’exploitation de l’humain, pense l’agronome algérien.

Contre l’agriculture industrielle : les initiatives citoyennes

Désillusionné sur le pouvoir des initiatives gouvernementales et internationales, comme la COP21, Pierre Rabhi n’est pourtant pas pessimiste. Il entrevoit une lueur d’espoir au bout du chemin : les initiatives citoyennes. Selon le sage de l’agroécologie, c’est par le bas que se fera la révolution de demain.

« La société civile est en train de se forger un nouvel imaginaire face à un système à bout de souffle, dont le déclin se traduit par la montée du chômage, de la pauvreté et de nombreux déséquilibres. (…)Les innovations sociales qui se multiplient sur les territoires, dans l’écologie, les énergies renouvelables, l’éducation… sont autant d’expérimentations qui vont assurer le futur», décrypte Pierre Rabhi.

C’est pourquoi lui-même souhaite épouser le mouvement et lui fournir un nouveau souffle. Au micro du Monde, il confie envisager de «lancer une plate-forme citoyenne, un forum civique qui révélera tout ce qu’entreprend la société civile. Un inventaire dynamique des alternatives, en quelque sorte, qui permettra, quelques mois avant les échéances de 2017, de montrer aux politiques ce que font les citoyens ».

coups-projecteur-image-copy10-big

À quand un véritable support politique ? 

Pour Rabhi, on l’a compris, l’initiative vient d’en bas, des citoyens qui prennent conscience de l’obsolescence d’un modèle économique. Mais pour que cette révolution verte soit véritablement mise en place, il faudrait que ces initiatives qui viennent « par le bas », remontent « vers le haut » : « Si nous avions des politiques intelligents, ils appuieraient ces initiatives qui émanent de la société civile ». 

Rien n’est moins sûr en cette période de crise : entre élections présidentielles qui approchent et incompréhension des politiques, l’agroéconomie peut encore attendre. Il n’y a, pour s’en convaincre, qu’à se rappeler les mots récents de Sarkozy, qui définit l’agroécologie comme « une véritable obsession pour la destruction de notre puissance agricole qui serait remplacée par la possibilité donnée aux bobos d’aller faire leurs courses à la ferme dans le cadre des circuits courts ». Une analyse qui passe fondamentalement à côté d’une tendance émergente et dynamique de notre nouvelle société.

Cette incompréhension des sphères politiques conduit à l’immobilisme vis à vis de l’écologie et de l’industrie alimentaire. Pourtant, selon Rabhi, « il y a urgence. Car ce n’est pas la planète qui est en danger, mais l’humanité. La Terre, elle, en a vu d’autres ».

Sources : Interview de Rabhi par Le MondeLe mépris de Nicolas Sarkozy pour l’agroécologie

 

 

samedi, 21 mai 2016

Vieussan : la matinée de nettoyage des berges appelle à être renouvelée

Au bilan de la matinée de nettoyage organisée par des citoyens bénévoles ce samedi 14 mai, la collecte fut des plus satisfaisante, si l'on peut exprimer ainsi le résultats d'une quête de détritus et objets divers, cueillis en bordure de l'Orb.

Le fait est que les nettoyeurs volontaires ne sont pas rentrés bredouilles. Les fortes pluies des jours précédents laissaient présager l'entraînement au fil des flots, vers la plaine biterroise, des amoncellements indésirables qui auraient du être emportés plus bas.14 mai 2016 berges orb (2).jpgMalgré l'apparence des flots limpides, l'entrelacement des branches et végétaux qui encombrent le lit de la rivière a retenu avec ténacité un lot remarquable qui ne laisse pas insensible les amoureux de la nature, conscient de l'équilibre précaire a maintenir pour la qualité de l'eau et de l'environnement.

vieussan,polution,berges saines,berges,orb,écologie,environnement

«La matinée ensoleillée a permis le bon déroulement de l'opération « Berges saines » des plages de Vieussan. Avec quelques habitants de la commune ont été ramassé énormément de déchets et de plastiques dans une ambiance joyeuse et détendu.

vieussan,polution,berges saines,berges,orb,écologie,environnement

Malgré toute la bonne volonté des citoyens il reste encore des espaces non nettoyés. Les déchets les plus communément retrouvés sur les berges du cours d’eau sont le fait de dépôt sauvage ou d’inconscience.»
vieussan,polution,berges saines,berges,orb,écologie,environnement

Ils sont revenus, heureux de leur acte. «C'est peu de chose, mais nous participons ainsi à la préservation de l'espace indispensable à toute vie.» Modestes colibris, ils expriment joyeusement leur volonté de partager un environnement de qualité pour éviter de contaminer sols et rivières.

vieussan,polution,berges saines,berges,orb,écologie,environnement

Une initiative à saluer pour la sauvegarde de tout l’écosystème et la mise en valeur des paysages. Comme à Vieussan, partout en France ces opérations « Berges saines » font comprendre l'ampleur de simples gestes quotidiens impactant la nature.

vendredi, 29 avril 2016

Olargues : le 30 avril, mobilisation "contre le saccage de nos territoires..."

Affichage de Affiche 30 avril 02.jpg en cours...Affichage de Affiche 30 avril 02.jpg en cours...manifestation citoyenne,actualités,associations,climat,courniou,débatforum,développement durable,écologie,economie,europe,haut languedoc,hauts cantons d'oc,hérault,mbilisation populaire,natureenvironnement,patrimoine,politique,pollution,santé,sciences et technologie,société,tourisme,urbanisme,somail,éolien industriel,association hurle vent

mardi, 26 avril 2016

Mons-la-Trivalle : une journée bio avec les jardins de Gus à la Tanek

Ce dimanche 1er mai, sera une journée exceptionnelle pour La Tanek : la petite boutique associative qui regroupe la riche exposition des produits du terroir et de l’artisanat locaux sera agréablement reverdie par la luxuriance et le parfums des végétaux.

La venue de Gus à la Tanek annonce toujours un été fertile.JPGLa venue de Gus à la Tanek annonce toujours un été fertile

Les jardins de Gus continuent leur vocation nourricière et viennent embellir toute la saison des jardiniers amateurs de vie saine, nombreux parmi les habitants les Hauts Cantons de L'Hérault.

La Tanek a changé de commune, transportant de Vieussan à Mons toutes ses productions locales, et , comme chaque année se fait une fête d'accueillir Gus et ses plants de culture biologique.

Plants de légumes bio : tomates, aubergines, courgettes, poivrons et bien d'autres, de variétés diverses, des traditionnelles aux plus exceptionnelles, et aussi des aromatiques classiques et originales et des plants de fleurs, promesse d'un bel été...

Le choix sera grand et Gus, égal à lui-même, sera là dans toute son authenticité pour accueillir les jardiniers d'un jour comme les plus experts !

La Tanek, désormais située face à la Crèche de Mons-la-Trivalle attendra de nombreux amateurs à ce sympathique rendez-vous de nature de 10 h à 19 h dimanche 1er mai.
Contact La Tanek :  tel. 07 68 41 09 39.

GUS 1°mai 16 n°2.jpg