compteur internet
Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

mercredi, 10 février 2016

Mons-la-Trivalle : « Darwin et les grandes énigmes de la vie » ce jeudi au Comptoir Associatif

Le livre, traduit de l'américain par Daniel Lemoine pour la Nouvelle édition établie par Marcel Blanc, « Darwin et les grandes énigmes de la vie » sera proposé à la lecture partagée au Comptoir coopératif des Artistes de Mons-la-Trivalle.

lecture du jeudi au comptoir associatif.JPG"Les grandes énigmes de la vie" partagées au Comptoir Associatif

"Le bambou qui fleurit tous les 120 ans, la disparition des cerfs géants voici 10 000 ans, la palourde pêcheuse et son leurre, les mouches qui se reproduisent sans accouplement,..." et bien d'autres histoires naturelles, comme autant de contes philosophiques pour nous familiariser avec la nouvelle vision du monde vivant que nous propose Darwin.

Les textes de Stephen Jay Gould, Pierre Sonigo et Caspar Henderson sont présentés par Jean Michel Villeroux. 

« Car Darwin a changé notre monde, écrit Stephen Jay Gould...  Je pense même que le véritable esprit darwinien pourrait sauver notre monde en perdition, car il sape cette arrogance occidentale coutumière qui nous attribue tout pouvoir sur la Terre et ses habitants, sous prétexte que nous serions le produit ultime d'un processus évolutif prédéterminé. »

Stephen Jay Gould, Professeur de biologie, de géologie et d'histoire des sciences à l'université de Harvard est l'un des chefs de file de la nouvelle théorie de l'évolution.

Son engagement pour le partage de la connaissance scientifique fait sa notoriété, due à la fois à ses travaux scientifiques et à son activité constante contre les abus de cette même "connaissance scientifique".

Ce jeudi 11 Février, la lecture partagée des grandes énigmes de la vie, animera le Comptoir associatif de Mons-la-Trivalle, à 18 h 30. Contact tel : 06 70 95 05 56.

La fable de "L'éphémère" pour illustrer des points de vue... bien courts !

« Une éphémère adulte. Plus qu'un jour à vivre.

Ephemere.jpg

Photo de Stéphane Bonhomme, voir son site De-natura.net « La nature en billebaude »

Un beau matin, les éphémères d'un étang tinrent conseil pour débattre d'une théorie ahurissante à propos des enfants, créatures bipèdes agitées que l'on voyait souvent patauger à grands cris sur la rive. Selon cette hypothèse audacieuse, qui contredisait le savoir des anciens, les enfants n'étaient pas éternels, mais grandissaient, pour devenir des hommes, créatures bipèdes de haute taille souvent aperçues en compagnie des enfants.

C'était évidemment une idée ridicule mais pour en avoir le cœur net, on décida de réaliser une vaste expérience scientifique. Ainsi pendant une journée (car les éphémères ne vivent qu'une journée à l'état adulte), les nombreux enfants se promenant autour de l'étang furent discrètement suivis et mesurés à intervalles réguliers.

On accumula ainsi des centaines de données. Le verdict tomba au crépuscule et il était sans appel : les enfant ne grandissent pas. Tous les individus observés avaient en effet conservé la même taille tout au long de leur promenade. Les savants ayant participé à l'opération purent donc mourir le soir même avec la satisfaction d'avoir démontré, une bonne fois pour toutes, que les enfants sont des entités immuables.»

L'illusion des éphémères et de leur courte expérience nous rappelle qu'un phénomène trop lent échappe à nos sens conclut Jean Marie. Pour le percevoir, il faut juger son œuvre sur une longue période, parfois même sur une très longue période...»

jeudi, 04 février 2016

Mons-la-Trivalle : au Comptoir Associatif, les lectures publiques se poursuivent

Le dernière rencontre des Jeudis du Livre s'ouvrait sur un titre prometteur : « La vie est belle ». Cependant, le cercle des lecteurs a débattu avec véhémence la théorie de Darwin, reprise par Stephen Jay Gould, qui rappelle les surprises de l’évolution. Antonio, Jean Michel et chacun à son tour a confronté son interprétation. 

30 janvier 2016 001.JPGLe cercle des lecteurs débat avec véhémence autour de sujets d'actualité

La lecture prochaine lecture partagée de  l'œuvre de Robert O Paxton « La France de Vichy, 1940 – 1944 » Collection Points Histoire, promet de les tenir en haleine, penchés sur ce livre fondateur.

« Sorti au milieu des années 70, l'ouvrage a bouleversé les historiens, explique Jean-Michel Villeroux qui présente le livre. Jusque alors l’idée que le gouvernement avait collaboré sous la pression de l’occupant nazi dominait. Cet ouvrage la remet en cause ainsi que la fable des Français tous résistants

Les livres ouverts sur la table conviviale du Comptoir Associatif apportent des pièces utiles à la réflexion. « L’actualité du thème est élevée, précise-t-il, les ‘’enfants de Pétain’’ ont le vent en poupe... et la contamination s’étend au pouvoir en place avec les projets de loi sur la déchéance de nationalité et l’état d’urgence... éternel !» 

La lecture partagée, c'est ce jeudi 4 février à 18 h 30, le « Riz noir toscan » d' Antonio est ensuite à déguster, place du Grand Platane. contact tel. 06 70 95 05 56.

jeudi, 26 novembre 2015

Mons-la-Trivalle : lecture partagée de Marc Ferro ce jeudi

Les Jeudis du Livre proposent chaque semaine en partage, une œuvre en réponse aux débats d'actualité.
Ce 26 Novembre, les pages de l'historien Marc Ferro, « L’Aveuglement. Une autre histoire de notre monde », éclaireront les lecteurs attentifs.
Marc Ferro, Monsois d’adoption a sa maison aux Fenouilhèdes hameau perdu au cœur des Avant-Monts sur les flancs du Naudech.

Marc Ferro original 84307.jpgL'ouvrage de Marc Ferro propose aux citoyens d'apprendre à penser l’Histoire... 

Nonagénaire fantastique de vivacité intellectuelle il a produit un livre massif de 500 pages, véritable monument d’intelligence historique. Sa réflexion se porte sur notre aveuglement face 
à l’Histoire.
Aveuglements des grands de ce monde, des appareils d’État, aveuglement idéologique... « Être historien... C’est apprendre aux citoyens à comprendre ; leur apprendre à penser l’histoire…»
Il fait écho à la phrase de Jean Jaurès : « l’humanité n’existe point encore ou elle existe à peine ».
La lecture de L’Aveuglement de Marc Ferro trouvera dans l’actualité un écho certain, car dans chaque tournant de l'Histoire « L’aveuglement résulte de l’incapacité à distinguer et prendre au sérieux des acteurs non conventionnels. »
À débattre ce jeudi 26 Novembre, au Comptoir Associatif, place du grand platane, à 18 heures.

dimanche, 30 août 2015

Information aux électeurs : révision exceptionnelle des listes électorales en 2015

politique,actualité,révision exceptionnelle des listes électorales en 2015

mardi, 07 octobre 2014

Vieussan : Le Collectif Orb-Jaur « Non aux gaz et huiles de schiste » se joint au mouvement international

Dans le cadre de la journée internationale « Global Frackdown Day » et contre le TAFTA, les collectifs de la région se mobiliseront le 11 octobre 2014 à Narbonne.

« Ni ici, ni ailleurs, ni aujourd’hui, ni demain. No gazaran » Tel est le mot d'ordre maintenu depuis 3 ans.

Le Collectif Orb-Jaur appelle à participer à la manifestation pour dire NON aux gaz et huiles de schiste, NON au Grand Marché Transatlantique/TAFTA. 

22 09 12 St Christol lez Alès 7.JPGLe Collectif Orb-Jaur se mobilise depuis la première manifestation, ici en septembre 2012

Accueil et rassemblement aux Halles de Narbonne à 10 H 30. Puis marche dans la ville dont le départ est fixé à 11 h aux Halles.

Retour sur les Barques, quai de l’Aude vers 12 h/12 h 30 suivi d'un moment convivial et animation musicale L’animation musicale assurée par la Fanfare du Minervois et les Goulamaska, musique festive autour d’un pique-nique tiré du sac à partager au bord du canal de la Robine.

A 14 h 30, Manifestation - Contre la dictature des multinationales - Contre la privatisation des services publics - Contre la porte ouverte aux OGM, la viande aux hormones, les gaz de schiste.

le Palais du Travail accueillera les conférences de Séverin Pistre hydrogéologue, de Jacqueline Balvet, membre d’ATTAC, suivies de débats.

Le film « Terres de Schistes » en présence du réalisateur Grégory Lassalle, et un film sur les gaz de schiste en Alaska seront projetés au cinéma local, des stands, des informations, une buvette seront proposés…

Les organisateurs précisent que les drapeaux et banderoles de partis politiques et associations ne sont pas souhaités pendant la manifestation. Le collectif anti TAFTA s'est engagé à n’aborder que le TAFTA et les thèmes « environnementaux ».

Des Cartes :

Carte des titres miniers au 1er juillet 2014 :
http://www.developpement-durable.gouv.fr/IMG/pdf/france_t...
Depuis il y a une vingtaine d'autres demandes

La carte des départements supportant des demandes de permis :
http://www.developpement-durable.gouv.fr/-Permis-de-reche...
(cliquer sur le département pour voir la liste des permis)

Carte des collectifs existant :
https://maps.google.fr/maps/ms?ie=UTF8&hl=fr&msa=... (
mise à jour août 2013( il manque des collectifs dans le 11 et le 34...)

Plus d'info                                                                                

http://www.globalfrackdown.org/endorsement-form-french/

Pour en savoir plus sur TAFTA et ses conséquences sur la fracturation hydraulique

TAFTA : un document de négociation secret encourage l’exploitation et le commerce transatlantiques des hydrocarbures non conventionnels http://bastagazales.fr/2014/05/19/tafta-un-document-de-ne...

Non à la fracturation hydraulique!Comment l’accord UE-États-Unis pourrait encourager son utilisation http://www.datapressepremium.com/rmdiff/2005515/BriefingF...

Sur France Culture dans l’émission «Terre à Terre»: le projet TAFTA ou comment imposer en France l’exploitation des gaz de schistes http://bastagazales.fr/2014/01/18/sur-france-culture-dans-lemission-terre-a-terre-le-projet-de-partenariat-transatlantique-de-commerce-et-dinvestissement-ptci-ou-comment-imposer-en-france-lexploitation-des/

L’accord de libre échange UE-USA pourrait remettre en cause l’interdiction de la fracturation hydraulique http://www.actu-environnement.com/ae/news/accord-libre-ec...

mardi, 29 avril 2014

info... du reste du monde

C'est votre rubrique : « info... du reste du monde »

«Un article intéressant»  communiqué par Gilles 

Alimentation : "Notre modèle agricole est à bout de souffle "

Après six années au poste de rapporteur spécial des Nations unies pour le droit à l'alimentation, Olivier De Schutter achève son mandat mercredi 30 avril et sera remplacé par la Turque Hilal Elver. L'universitaire belge affirme que le modèle agro-industriel mondial est dépassé et que la solution aux défis alimentaires actuels ne viendra pas des Etats, mais des citoyens.

Que retenez-vous de ces six années de mandat en matière de droit à l'alimentation ? 
Nous sommes arrivés à une prise de conscience collective, inimaginable il y a six ans : notre modèle agricole, fondé sur des intrants intensifs (engrais et pesticides) et dépendant de l'industrialisation toujours plus poussée de l'agriculture, est à bout de souffle. Il faut donc changer de cap et aller vers l'agroécologie.

Autre changement de paradigme avec la reconnaissance que chaque pays doit parvenir à se nourrir lui-même. Enfin, la question de la nutrition, largement occultée depuis trente ans, est devenue très importante. Malgré ce consensus, les Etats rencontrent beaucoup d'obstacles pour passer du discours aux actes et n'ont pas tous les leviers en main.

Votre analyse a-t-elle évolué au cours de ces six années ? 
Je croyais à la toute-puissance de l'Etat, je crois aujourd'hui à la toute-puissance de la démocratie. Je ne pense plus qu'il faille attendre que les gouvernements agissent d'eux-mêmes. Les blocages sont trop nombreux ; les pressions qui s'exercent sur eux, trop réelles ; et les acteurs faisant obstacle au changement, trop puissants.

La transformation des systèmes alimentaires s'opérera à partir d'initiatives locales. Partout dans le monde, des citoyens en ont assez d'être considérés comme de simples consommateurs ou électeurs et veulent être de véritables acteurs du changement. Ils cherchent à inventer des façons plus responsables de produire et de consommer.

Quelle est la part de responsabilité des pays en développement, qui négligent leurs propres agriculteurs depuis des décennies ? 

Les dirigeants des pays les moins avancés aspirent à effectuer chez eux la même transformation qui s'est opérée au Nord, tout au long du XXe siècle, vers une agriculture industrialisée, remplaçant les hommes par des machines et utilisant de fortes doses d'intrants.

Par ailleurs, certains pays ont fait le choix de la productivité au détriment des intérêts à long terme des populations, notamment rurales. Ils ont mené leur révolution agricole en fournissant des intrants à leurs agriculteurs sans s'attaquer aux raisons structurelles de leur faible productivité, parce que les intérêts des gouvernements étaient proches de ceux des fournisseurs d'engrais ou de pesticides.

Dans votre rapport final, remis en mars aux Nations unies, vous appelez à mettre un terme aux politiques de prix alimentaires bas. N'est-ce pas paradoxal ? 
L'idée que l'on ne peut aider les populations pauvres qu'en leur garantissant l'accès aux denrées alimentaires à un prix abordable relève du passé. Elle revient à limiter les revenus des petits agriculteurs et à maintenir une approche " low cost " de l'agriculture. Il faut aujourd'hui que les plus pauvres soient aidés par des politiques publiques redistributives leur garantissant un socle de protection sociale.

Vous avez bataillé avec Pascal Lamy, alors directeur général de l'Organisation mondiale du commerce (OMC). Vos divergences perdurent-elles ? 

L'OMC fait figure de dernier des Mohicans. De toutes les agences internationales qui s'intéressent aux questions d'agriculture et d'alimentation, l'OMC est la seule qui n'ait pas fait sa mue vers la reconnaissance de la nécessité pour chaque pays d'assurer sa production alimentaire et d'investir dans les systèmes locaux.

Cette mue s'est opérée partout, que ce soit à l'Organisation des Nations unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO) ou à la Banque mondiale, mais l'OMC continue de défendre un modèle dépassé, basé sur la division du travail et la répartition des productions agricoles. La crise des prix alimentaires de 2008 a montré la grande vulnérabilité qui résultait de ce modèle pour les pays en voie de développement.

Une crise similaire pourrait-elle se produire à nouveau ? 
La crise de 2008 a résulté d'une réaction de panique par rapport à des informations sur le niveau des stocks de matières premières agricoles et sur la qualité des récoltes.

Au-delà de cet épisode, les facteurs structurels de déséquilibre perdurent. Il en est ainsi de l'augmentation de la consommation de protéines animales ou d'agrocarburants dans le monde, comme de notre incapacité à traiter le problème du gaspillage et des fuites dans les systèmes agroalimentaires.

Je ne suis par conséquent pas du tout rassuré : nous allons au-devant d'une période de prix alimentaires élevés et volatils, qui vont nécessiter de la part des gouvernements des mesures beaucoup plus énergiques que celles qui ont été prises jusqu'à présent.

Vous appelez notamment à la fin des politiques de soutien aux agrocarburants… 
Les Etats se sont trompés dans leur appréciation sur les agrocarburants. Ils n'ont pas anticipé les trois impacts des politiques de soutien, menées notamment par les Etats-Unis et l'Union européenne : la connexion des prix alimentaires à ceux de l'énergie, une spéculation très forte sur les matières premières agricoles et une pression considérable sur les terres dans les pays en voie de développement.

Ces effets sont aujourd'hui parfaitement connus, mais c'est un domaine où l'idéologie l'emporte sur la science et où l'on n'a pas eu le courage de revenir sur les promesses faites aux investisseurs.

Propos recueillis par Gilles van Kote  

http://www.lemonde.fr/journalelectronique/donnees/protege...

mardi, 15 mai 2012

Info... du reste du monde !

Cette nouvelle rubrique : Info... du reste du monde !  vous permettra de transmettre et de découvrir les nouvelles qui méritent d'arriver jusque dans les Hauts Cantons de l'hérault en Languedoc...

C'est à vous !

Un simple clic sur Me contacter  vous permettra de communiquer vos informations.