compteur internet
Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

mardi, 12 septembre 2017

Votre chronique : Collision mortelle d’un AIGLE ROYAL avec une éolienne

FNE Languedoc Roussillon

Collision mortelle d’un AIGLE ROYAL avec une éolienne du plateau de l’Escandorgue dans l’Hérault 

Au début du mois d’août, le cadavre d’un Aigle royal équipé d’un GPS a été retrouvé à proximité d’une éolienne exploitée par EDF Énergies Nouvelles sur la commune de JONCELS (34) au lieu-dit Combe Caude dans le massif de l’Escandorgue.

Aigle royal (Aquila chrysaetos)

Alors que plusieurs associations et spécialistes avaient averti des risques pour les Aigles royaux qui fréquentent le massif de l’Escandorgue, FNE regrette que ces alertes n’aient pas été entendues et porte plainte aujourd’hui pour destruction d’espèce protégée.

FNE Languedoc-Roussillon soutient le développement de l’énergie éolienne parce qu’elle est incontournable pour la réussite de la transition énergétique, mais considère qu’elle doit passer par une bien meilleure prise en compte de ses impacts sur la biodiversité par les exploitants, et en particulier EDF Énergies Nouvelles (1).

Les impacts prévisibles des parcs éoliens du massif de l’Escandorgue sur l’Aigle royal

Six parcs éoliens sont construits (51 éoliennes) et 5 autres en projet (38 éoliennes) dans le domaine vital du couple d’Aigles royaux de l’Escandorgue, ce qui représente une pression très forte pour ce couple de grands rapaces. Malgré cette évidence, les études d’impacts n’ont pas suffisamment pris en compte l’impact cumulé sur ces derniers (2).

L’aménagement du parc éolien de Combe Caude, comprenant 7 éoliennes au sein d’un ensemble de 17 éoliennes, a été autorisé suite à un permis de construire accordé le 1er septembre 2005 à la société EDF EN France.

Alors que le risque de collision mortelle d’un Aigle royal avec une éolienne en fonctionnement apparaissait probable, EDF EN n’a pas cru utile de demander une dérogation pour la destruction d’espèce protégée, qui est la procédure conseillée par le ministère de l’environnement en présence d’enjeux importants.
Ce type d’autorisation constitue une garantie pour l’exploitant dont la responsabilité ne peut être engagée dès lors qu’il détient une telle autorisation. Elle est aussi une garantie d’une meilleure prise en compte des impacts sur la biodiversité puisqu’elle implique la réalisation d’une étude approfondie et, surtout, la mise en œuvre de mesures destinées à éviter, réduire et le cas échéant compenser les impacts résiduels sur les populations d’oiseaux concernées.

Pour limiter les impacts potentiels sur les Aigles royaux fréquentant le massif de l’Escandorgue, le préfet de l’Hérault a cependant pris un arrêté réglementant l’exploitation de ces éoliennes en 2015, imposant la mise en place d’un système d’avertissement anti-collision. Des dispositifs DT Bird – critiqués pour leur efficacité aléatoire – ont été mis en place sur les éoliennes.

La première fois qu’une collision mortelle d’un Aigle royal avec une éolienne est avérée en France

L’Aigle royal fait partie des plus grands rapaces. Tantôt admiré, tantôt persécuté, il a survécu au 20ème siècle après avoir frôlé la disparition et présente un fort caractère patrimonial. Aujourd’hui il fait l’objet de nombreuses protections (3) et il est inscrit sur la liste rouge de la faune menacée de France, dans la catégorie « rare ».

Si l’impact des éoliennes implantées dans le domaine de chasse des Aigles royaux était prévisible, c’est la première fois en France qu’une collision mortelle entre un Aigle royal et une éolienne est avérée. La détection de cette collision a été possible grâce au programme de suivi GPS porté par l’association BECOT depuis 1 an sur 9 jeunes Aigles royaux dans le sud du Massif Central. Le cadavre ayant été caché par un charognard, il n’aurait selon toute vraisemblance pas été retrouvé sans la puce GPS.

Cette mortalité démontre, une fois de plus et de manière incontestable que l’impact de l’éolien sur la faune volante (oiseaux et chauves-souris) existe et peut concerner des espèces protégées et menacées. Elle confirme, par ailleurs, que l’impact observé est probablement bien en deçà de la réalité, et que les dispositifs anti-collision ne sont pas une garantie d’absence d’impact pour les oiseaux, même de grande dimension (plus faciles à détecter).

En dehors de cette mortalité directe, un impact fort sur la fragmentation et la perte d’habitat

Si la rencontre d’un jeune aigle avec une pale d’éolienne revêt un caractère spectaculaire, le suivi GPS mis en place depuis 2014 sur un des Aigles royaux adultes du massif de l’Escandorgue montre surtout une forte fragmentation et une modification importante du cœur de leur domaine vital suite à la construction des premiers parcs éoliens. L’impact du développement éolien sur les aigles est donc multiple (destruction d’individu occasionnelle, mais aussi et surtout perte d’habitats), ce qui n’a jamais été mis en évidence ni appréhendé correctement par les études pré-implantation.

Concilier développement de l’énergie éolienne et protection de la biodiversité

Le développement d’éoliennes en Occitanie revêt un intérêt public certain. Il est incontestable que la région est peu autonome en matière d’alimentation électrique, et qu’un rééquilibrage de la production électrique est utile à cette région. Pour FNE LR, il est impératif de développer des énergies renouvelables (ENR) faiblement émettrices de gaz à effet de serre afin de protéger l’environnement sur le long terme.
Mais l’objectif de développement de l’énergie éolienne ne doit pas constituer un blanc seing au détriment des autres intérêts environnementaux et, tout particulièrement, la protection de la biodiversité. Cet enjeu est particulièrement fort dans notre région, qui contrairement à bien d’autres, a la chance d’accueillir des aigles.

Pour concilier ces enjeux environnementaux qui se heurtent au développement éolien avec une intensité particulière dans notre région, le développement de l’énergie éolienne doit être planifié de manière courageuse et les développeurs éoliens doivent se montrer exemplaires.

Comme le souligne Simon Popy, Président de FNE Languedoc-Roussillon : « Les exploitants éoliens et tout particulièrement EDF EN, doivent reconnaître les conséquences des éoliennes sur la faune volante pour mieux la protéger. Il en va de l’acceptation même des éoliennes et donc de leur bon développement. Que cela soit dans le cas du massif de l’Escandorgue ou dans celui du parc d’Aumelas dans l’Hérault, nous constatons que certains exploitants refusent de demander des dérogations à la destruction d’espèces protégées. FNE LR demande avec insistance que ces dérogations pour destructions d’espèces protégées soient mises en place pour les espèces patrimoniales. Bien que nous regrettions d’en arriver là, nous sommes prêts à recourir au juge si cela s’avère nécessaire pour y parvenir. »

(1) : EDF EN est une filiale d’EDF, détenue à 85,6% par l’Etat français fin 2016

(2) : Ainsi le permis d’aménager du parc de Bernagues (construit) a été annulé par la cour administrative d’appel de Marseille (arrêt du 26/01/2017) pour ce motif

(3) : désigné espèce protégées, inscrit à l’annexe 1 de la directive oiseaux, à l’annexe II de la convention de Berne et à la convention de Bonn qui lui accorde un statut de protection à l’échelle mondiale ou encore protégé par la convention de Washington sur le trafic d’espèce protégées.

mercredi, 15 mars 2017

Votre chronique : Un partenariat éducatif qui interpelle éducateurs et parents

Monsanto partenaire des Éditions Nathan et du GNIS pour enseigner comment préserver la biodiversité !

Communiqué de SumOfUs L’humain avant le profit

« Et si Monsanto enseignait à vos enfants comment préserver la biodiversité ? C’est un peu l’objet du partenariat que viennent de signer les Éditions Nathan et le GNIS, un syndicat national de semenciers regroupant quelques-unes des multinationales les plus dangereuses du marché.

Résultat de recherche d'images pour "nathan"

C’est un membre de SumOfUs qui nous a alertés sur cette collaboration de la honte. L’éditeur de manuels scolaires et le GNIS travaillent à la publication d’une revue intitulée « Mille et une graines » pour accompagner professeurs et lycéens sur des thèmes tels que « la biodiversité » ou « nourrir l’humanité ». Un comble!

En réalité, vu les intérêts et l’hégémonie du GNIS, il s’agira de vanter à nos chères têtes blondes, brunes et rousses, les mérites des OGM et des pesticides pour la planète.

Les Éditions Nathan pensaient sûrement pouvoir mener à bien cette collaboration dans la plus grande discrétion. C’était sans compter la vigilance de certains d’entre vous. Mettons-on leur la pression pour qu’ils abandonnent ce projet de propagande.

Pétition pour demander aux Éditions Nathan de Cesser immédiatement cette collaboration avec les multinationales du toxique

Le Groupement National Interprofessionnel des Semences (GNIS) a été créé sous Vichy dans le but « d’organiser la production et la commercialisation des semences et plants ». Depuis les années 60, ses prérogatives se sont élargies conduisant à de nombreux conflits d’intérêts. Placé sous tutelle du Ministère de l’Agriculture, le groupement veille aux intérêts des grandes entreprises du secteur.... même quand elles vont à l’encontre du respect de notre environnement.

C’est, par exemple, le GNIS qui détermine et répertorie dans un catalogue officiel les variétés de semences qui peuvent être commercialisées. Évidemment, celles qui sont choisies favorisent les grandes industries agroalimentaires au détriment des petits paysans mais aussi de la biodiversité. Ainsi, entre 1955 et aujourd’hui, ce sont près de 80% des variétés végétales comestibles ont disparu de ce fameux catalogue.

Quelle ironie donc de confier un projet pédagogique sur la biodiversité aux groupes qui mettent en danger notre alimentation et notre climat!

Par expérience, nous savons que la mobilisation des membres de SumOfUs peut obliger les grandes entreprises à revoir leurs plans. Les Éditions Nathan n’auront pas d’autre choix que de renoncer à ce partenariat dangereux qui est en totale contradiction avec les valeurs de notre enseignement public.


Dites aux Éditions Nathan que l’école ne doit pas devenir un lieu de propagande pour les entreprises irresponsables. »

« Non à la collaboration toxique entre les Éditions Nathan et le GNIS ! »

signez la pétition

Plus d’informations

Pourquoi faut-il être hors-la-loi pour bien manger ?
Actuality. 10 octobre 2016.

Communiqué du GNIS
GNIS. 1 septembre 2016.

Le GNIS, c'est qui le GNIS ?
Reporterre. 21 janvier 2014.

samedi, 08 octobre 2016

Votre chronique : "Pour que nos campagnes ne deviennent pas des villes ! "

Nombreux seront les habitants des hauts cantons d'Occitanie qui seront sensibles au message transmis par Max C. , message de "Soutien aux époux Pecheras : pour que nos campagnes ne deviennent pas des villes" !

époux Pecheras.jpg"Dénoncer l'absurdité d'un décision qui approuve et oblige la destruction d'un écosystème et d'une biodiversité"

" Bonjour,

Je viens de signer la pétition : 

« #FrogGate // Soutien aux époux Pecheras : pour que nos campagnes ne deviennent pas des villes ! ».

Je pense que c'est important. Souhaiteriez-vous signer à votre tour ?

Voici le lien:

https://www.change.org/p/froggate-soutien-aux-%C3%A9poux-pecheras-pour-que-nos-campagnes-ne-deviennent-pas-des-villes

Merci, Max "

Ci-dessous, le texte de la pétition postée par Valentin Coupri France

Soutien à Annie et Michel Pecheras, habitants de Grignols à quelques kilomètres de Périgueux, en Dordogne. Ils viennent d'être condamnés par la cour d'appel de Bordeaux a combler leur mare. Le coassement des grenouilles gêne leurs voisins installés à une dizaine de mètres du point d'eau.
Nous demandons tout simplement le retrait pur et simple de cette condamnation de justice, qui oblige le couple à combler sa mare. Cette décision est d'une aberration sans nom, qui approuve voire même oblige la destruction d'un écosystème et d'une biodiversité, au nom de la tranquillité de riverains qui ne sauraient qu'être emprunteur d'un espace naturel, lieu de vie de cette espèce protégée. Au-delà de la menace animale que nous ne pouvons nous résigner à accepter, cette pétition est avant tout un cri qui pousse à dénoncer l'absurdité de l'application de textes juridiques, et l'éloignement de ses applicateurs qui ne connaissent certainement pas le quotidien et l'utilité de nos campagnes.
Nous avons besoin du soutien de tous pour pouvoir interpeller les décideurs concernés et solliciter l'aide et l'appui d'acteurs associatifs et institutionnels dans la défense des intérêts de la famille Pecheras.
- DITES 'NON' A UNE ASEPTISATION ENCADRÉE DE LA NATURE -
Nous espérons recueillir au moins 50 000 signatures ! Partagez sans relâche, mobilisez-vous, soutenez à votre façon cette cause qui dépasse le seul cas de cette famille, aidez-nous à votre manière !
A bientôt ! Valentin.
*****
Voir la situation de ce couple : https://www.francebleu.fr/infos/faits-divers-justice/dord...

*****
Témoignage de Michel Pecheras :
" A l'attention de tous nos soutiens,
En 2013 nous avons acheté la propriété des grands parents maternels de mon épouse, laquelle est née dans cette demeure.
A cette époque la mare existait, puisque cadastrée depuis 80 à 100 ans. Cette dernière était en partie bouchée par des détritus du voisinage sans aucun scrupule.
Cette propriété privée était inoccupée depuis longtemps après le décès des grands parents. Cette mare touchait le mur des voisins.
Après l'achat de cette propriété, nous avons nettoyé et commencé la rénovation des bâtiments, car les voisins avaient déjà voulu porter plainte pour mauvais état des bâtiments.

Nous avons fait appel à une entreprise pour déplacer cette mare de 12 à 13 m du mur du voisin et en contre bas de 1,80 m environ. Ce voisin a fait appel à la même entreprise pour faire creuser une mare dans son pré et qu'il fait reboucher 8 ans après, pendant le procès, enterrant faune et flore.

Ces voisins sont des gens procéduriers (problèmes de voisinage à MANZAC SUR VERN, puis à NOTRE DAME DE SANILHAC avec le charpentier couvreur qui travaillait sur leur maison). Ce charpentier a du quitter le chantier avant la fin des travaux.

Devant de telles menaces et une vie chamboulée, nous devons nous défendre et communiquer notre combat face à de tels personnes... Nous avons besoin de tous vos soutiens.
Merci beaucoup."
*****
Les soutenir financièrement : www.lepotcommun.fr/pot/d8798dlm
*****

Cette pétition sera remise à :

  • Cour administrative d'Appel de Bordeaux
  • Cour de Cassation
  • Ségolène Royal, Ministre
    Ministère de l'Environnement, de l'Energie et de la Mer

vendredi, 22 avril 2016

Votre chronique : Journée de la Terre ce 22 Avril 2016 - "Des arbres pour la Terre" -

Journée internationale de la Terre nourricière 22 avril

"Cette année, la Journée de la Terre nourricière coïncide avec la cérémonie de signature de l’Accord de Paris sur les changements climatiques, organisée au Siège des Nations Unies à New York. Cet Accord a été adopté par l’ensemble des 196 parties à la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques lors de la COP21 à Paris le 12 décembre 2015. Dans cet Accord, tous les États s’engagent à œuvrer pour limiter la hausse globale des températures sous la barre des 2°C – voire même 1,5°C dans la mesure du possible, considérant la gravité de la situation. Cette cérémonie est organisée le 1er jour où l’Accord est ouvert à signatures afin de s’assurer que celui-ci entre en vigueur dès que possible.

See original image

L’expression « Terre nourricière » est communément utilisée pour désigner notre planète dans de nombreux pays ou régions, ce qui reflète l’interdépendance entre les êtres humains, les autres espèces vivantes et cette planète que nous partageons tous. Soulignant que la Journée de la Terre est célébrée chaque année dans de nombreux pays, l’Assemblée générale a décidé de désigner le 22 avril Journée internationale de la Terre nourricière en 2009, dans sa résolution A/RES/63/278.

Journée de la Terre 2016

Thème 2016 : Des arbres pour la Terre

La Journée de la Terre a été célébrée aux États-Unis dès 1970. Elle est organisée par le "réseau Earth Day EN". Sa mission est d’élargir et diversifier le mouvement mondial en faveur de l’environnement et d’en faire le moyen le plus efficace pour bâtir un environnement sain et durable, faire face aux changements climatiques et protéger la Terre pour les générations futures. Avec les yeux tournés vers le 50e anniversaire, le thème de cette année fixe l’objectif de planter 7,8 milliards d’arbres d’ici les 5 prochaines années.

Pourquoi des arbres ?

Les arbres aident à lutter contre les changements climatiques
Ils absorbent l’excès de CO2 de notre atmosphère. En un an, un hectare d’arbres adultes absorbe la même quantité de CO2 produite par l’émission d’une voiture parcourant 80 000 km.
Les arbres aident à filtrer l’air que l’on respire
Les arbres absorbent les odeurs et les gaz polluants (oxyde d’azote, ammoniac, dioxyde de soufre et ozone) et filtrent les particules de l’air grâce à leurs feuilles et leur écorce.
Les arbres nous aident à lutter contre les pertes d’espèces
En plantant des arbres adaptés au milieu naturel, nous pouvons lutter contre les pertes d’espèces et connecter des habitats entre des parcelles de forêts.
Les arbres aident les communautés et les moyens de subsistance
Les arbres aident les communautés à atteindre une durabilité économique et environnementale tout en fournissant de la nourriture, de l’énergie et des revenus."

  logo  15.jpg  Voir la vidéo : « Journée mondiale de l'environnement»

   Réalisation Vidéo Cantons d'Oc  

  Musique : Beer Belly Blues By John Deley

jeudi, 24 mars 2016

Info d'ici et d'ailleurs : Pour les alternatives aux pesticides, la thématique de la santé à l’honneur

Du 20 au 30 mars 2016, la onzième Semaine pour les alternatives aux pesticides (SPAP) met la thématique de la santé à l’honneur.

Ailleurs, comme ici, les pesticides sont une grave atteinte à la santé de tous. Une prise de conscience, de plus en plus urgente, se fait jour.alt

Générations Futures interpelle le monde médical

"Nous vous proposons donc de vous mobiliser à nos côtés en participant à une action très simple d’interpellation des médecins sur ce sujet des pesticides – bien sûr vous pourrez poursuivre cette action d’interpellation au-delà de la SPAP. En remettant une lettre type à votre médecin traitant ou à d’autres médecins de votre entourage soit : par la poste, par mail, en main propre, ou directement dans leur Boite aux Lettres..."

Retrouvez cette initiative sur leur site : http://www.generations-futures.fr/

"L'Objectif est de toucher un maximum de médecins, de travailler avec le monde médical afin que soit mieux pris en compte les risques sanitaires liés à l’exposition des pesticides...

Pour plus d’informations sur les liens entre pesticides et santé, consultez la brochure intitulée « Pesticides et santé tous concernés » disponible ici (ou en version papier en la commandant à Générations Futures – 179 rue La Fayette, 75010 Paris – 01 45 79 07 59 – adherent@generations-futures.fr pour 1€ l’exemplaire)."

--------------------------------------------------

Communiqué de Agir pour l'Environnement et de la Fédération Nationale d'Agriculture Biologique - FNAB

Insecticides néonicotinoïdes : Les masques tombent (17/03/2016)

"A la suite d’un vote à l’Assemblée nationale de la Commission du Développement durable interdisant l’utilisation des pesticides néonicotinoïdes à partir du 1er janvier 2017, le ministre de l’Agriculture Stéphane Le Foll et le président du groupe socialiste à l’Assemblée nationale Bruno Le Roux déploient une énergie phénoménale à tenter de revenir sur cette avancée écologique.

Après avoir écrit personnellement à tous les députés socialistes afin de les inciter à ne pas interdire ces insecticides tueurs d’abeilles en usant et abusant d’arguments qu’un lobbyiste de l’agro-chimie ne contredirait pas, Stéphane Le Foll peut désormais s’appuyer sur le président du groupe PS à l’Assemblée, chargé d’assurer le service après-vente.

Bruno Leroux a en effet déposé une série d’amendements visant à conditionner la possible interdiction des insecticides néonicotinoïdes à l’existence d’alternatives… que le ministre de l’Agriculture aurait la charge de reconnaître comme telles dans un arrêté à venir ! Parallèlement à ce dépôt d’amendements, le ministre de l’Agriculture adressait une note aux parlementaires tendant à prouver qu’il n’existait aucune alternative aux insecticides néonicotinoïdes. A croire que l’agriculture n’existait pas avant 1995 (date de la mise sur le marché de ces produits toxiques).

Le Ministre de l’Agriculture oublie soigneusement de rappeler qu’il existe une alternative à l’utilisation des insecticides néonicotinoïdes, pourtant régulièrement vantée par Stéphane Le Foll : l’agro-écologie, dont la bio est le système le plus abouti (5% de la SAU française aujourd’hui sans pesticides de synthèse) ! A l’heure des décisions, les masques tombent !

Pour les associations, « force est de constater que le ministre de l’Agriculture est un fervent soutien de l’agro-écologie… si cette dernière demeure confinée aux seuls discours ; dans la pratique, le ministre reste un fervent partisan d’une agriculture en guerre avec le vivant dont les conséquences sur la biodiversité en général et les abeilles en particulier sont indéniables. »

Agir pour l’Environnement, et la FNAB appellent les parlementaires à soutenir l’interdiction des pesticides néonicotinoïdes et résister aux pressions exercées.

Les structures appellent la ministre de l’Ecologie et la secrétaire d’Etat à la biodiversité à sortir de leur silence et à prendre leur responsabilité en défendant enfin l’intérêt général."

http://www.lemonde.fr/biodiversite/article/2016/03/15/le-...

Qu’est-ce que les néonicotinoïdes ? 

"Imidaclopride, clothianidine, thiaméthoxame… Ces insecticides à large spectre ont une toxicité des milliers de fois supérieure aux précédentes générations. Ils sont souvent utilisés en enrobage de semences (les graines sont gainées du produit avant d’être semées) ou en traitement des sols.

Dans les champs traités, les plantes sont ainsi imprégnées tout au long de leur vie. Ces usages, préventifs et systématiques, sont les plus controversés, d’autant plus que ces molécules persistent plusieurs années dans l’environnement..."

Voir aussi : Le jeu trouble de Stéphane Le Foll sur les pesticides

En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/biodiversite/article/2016/03/15/le-...

vendredi, 12 juin 2015

Rosis : installation d'un « Hôtel à abeilles » à Douch

Jacques Mendes, maire de Rosis est heureux de transmettre la nouvelle : «  "L'hôtel à abeilles" vient d'être installé par les services de l' O N F, près du four à pain à Douch, au pied du Caroux. D'un plus bel effet, il est déja « la star » du Caroux, car copieusement et largement photographié par les usagers du Caroux qui le découvrent. »

hotel,abeilles

" L'hôtel à abeilles" permet d'expliquer l'importance du processus de pollinisation

L'implantation de cet « hôtel à abeilles » en sites accessibles avec pupitres d'informations, permet  d'expliquer l'importance du processus de pollinisation. Contribuer au maintien de la biodiversité,  sensibiliser le public à des enjeux écologiques majeurs, contribuez à augmenter le savoir scientifique sur les abeilles sauvages en forêt, sont autant de visées.

La préservation des écosystèmes est l'un des enjeux majeurs de notre société. Cet « hôtels de charme » réalisé par les Ateliers Bois de l'ONF est proposé en partenariat avec l'Opie (Office pour les insectes et leur environnement). Concentré de biodiversité il peut abriter des dizaines d'espèces différentes.

abeille DSC04528_.. JL.Romand-OPIE

Abeille sauvage photo JL.Romand - OPIE

Les abeilles sauvages sont des pollinisatrices remarquables et représentent plus de 800 espèces en France. Leur étude est un bon indicateur de la qualité des milieux. Outre le vent, chez la plupart des plantes, les principaux acteurs de  reproduction par le transport de pollen, sont les insectes. Le rôle des abeilles sauvages  est primordial dans la régénération et la résilience de la flore.

hote,abeilles

L’ONF et l'Opie, membres de l'UICN ( Union internationale pour la conservation de la nature) s’unissent pour mettre en place ce programme d’étude et de conservation des abeilles sauvages. La commune de Rosis n'est pas peu fière de participer à cette action sur l'accueillant plateau du Caroux.

samedi, 14 mars 2015

Vieussan : le projet de barrage à Sivens confronte deux conceptions du monde

Dans la salle du peuple, seulement quelques personnes ont assisté à la projection malgré l'actualité des plus chaudes en ce 6 mars 2015 à Sivens avec la décision du Conseil Général du Tarn de poursuivre un projet de barrage et l'expulsion des opposants par la force.

Les 4 documentaires filmés montraient les violences policières : sur le site, le jeune écologiste Rémi Fraisse est mort le 26 octobre 2014, tué par l'explosion d'une grenade offensive de la gendarmerie. À Nantes le 22 février 2014, trois manifestants ont perdu un œil à la suite de tirs de flash-ball. 

Un débat a suivi les projections. Des personnes ont témoigné des événements du jour, ont dit les conditions de vie des opposants, le blocus organisé par la FNSEA et la police.

Le site de Sivens, enjeux entre deux conceptions du mondeLe site de Sivens, enjeux entre deux conceptions du monde

« Si cette collusion entre un syndicat agricole et la police semble logique, chacun défendant une même vision du monde et de la répartition des richesses, il n'en demeure pas moins, souligne l'assemblée, qu'elle est inquiétante car jamais vue depuis Vichy, et d'autant plus préoccupante avec la montée de l’extrême droite dans le pays ».

L'Union Locale CNT organisera une nouvelle séance le vendredi 20 mars à Saint Pons de Thomières à 20 h à la salle sous la mairie.

« A la lecture de ces articles de La Dépêche et de FR3, il est clair que la « stratégie du fait accompli » a encore une fois été appliquée à Sivens par la CACG et le Conseil général du Tarn ».

Le barrage de Sivens n'est que la répétition du barrage de Fourogue : même constructeur, la Cie d'Aménagement des Côteaux de Gascogne (CACG) ; même décideur, le conseil général du Tarn.

« L’actualité tragique de Sivens rappelle ce qui s'est passé à Fourogue. Jugé pourtant illégal par le tribunal administratif ce barrage est aujourd'hui bien en place depuis 17 ans. La « stratégie du fait accompli »  a été efficace contre les opposants de l'époque.»

A Sivens les opposants, en empêchant physiquement le chantier, ont mis en échec les promoteurs. Le nouveau projet nécessitera une nouvelle procédure, il est  donc reporté de plusieurs années.

« Pour alimenter la réflexion, ajoute l'organisateur, et répondre, peut-être, à quelques commentaires de l'article précédent, voici quelques liens »:

http://www.ladepeche.fr/article/2014/11/06/1986180-avant-...

http://www.ladepeche.fr/article/2014/11/25/1998458-fourog...

http://france3-regions.francetvinfo.fr/midi-pyrenees/2014...

jeudi, 05 mars 2015

Vieussan : ciné-débat autour de quatre courts-métrages

Le Vendredi 6 mars, à 20 h, dans la salle du peuple de Vieussan-village, l'Union Locale CNT, (Confédération Nationale du Travail)  propose 4 courts métrages sur la ZAD, (Zone à Défendre) du Testet.

Depuis 2011, le Collectif pour la sauvegarde de la zone humide du Testet agit pour la protection de cette zone menacée de destruction par le projet de barrage de Sivens sur la rivière Tescou, dans le département du Tarn. Le projet sacrifierait la dernière zone humide importante du bassin du Tescou, qui abrite au moins 94 espèces animales protégées et 353 espèces de plantes vasculaires.

« Pour Sivens, cette semaine est déterminante. La ZAD est en danger, menacée par la collusion entres des milices et les forces de l’ordre. 

Les films projetés montrent que la mort de Rémy s'inscrit dans une stratégie constituée entre autres et depuis de longs mois de harcèlements, d'injures, de mutilations, d'incarcérations contre les opposants aux grands projets inutiles et leur monde. C'est un tournant dans cette montée en puissance de la domination policière. »

ciné débat.JPGLa toile, vecteur de réflexion pour un public attentif le temps d'un "ciné débat "

Ces films, réalisés en toute liberté, par des collectifs libres et indépendants, apportent des témoignages et seront suivis d’échanges et de débats.

sivens,rémiy fraisse expulsion,milices,zad,zadistes,zone a défendre,zone d'aménagement différé,cnt,vieussan,ciné débat

Plus d'info sur le site  https://tantquilyauradesbouilles.wordpress.com/

vendredi, 27 mai 2011

Vieussan : journée plantes, fleurs et senteurs à La Tanek

La « petite boutique du bout du monde » a ouvert ses portes sur un choix impressionnant de  bijoux, cuirs, poteries, objets de décoration et produits locaux. 

vieussan,produits locaux, distilation, la tanek, biodiversité, vin de pays, boutique associative, huiles essentielle, produits bio, association, légumes, plantes, fleurs, parfum, senteurs, fruits,culture, terre, agriculture, "les indefructibles"

L'exposition de plantes aromatiques, de fleurs et d'huiles essentielles était un attrait certain et nombreux sont les visiteurs qui ont pu admirer les créations variées des artisans et producteurs.

vieussan,produits locaux, distilation, la tanek, biodiversité, vin de pays, boutique associative, huiles essentielle, produits bio, association, légumes, plantes, fleurs, parfum, senteurs, fruits,culture, terre, agriculture, "les indefructibles"

Catherine, en balade dans le Haut Languedoc, est ravie de l'accueil : « Cet instant au bord de la route !!! était très sympathique...! »

vieussan,produits locaux, distilation, la tanek, biodiversité, vin de pays, boutique associative, huiles essentielle, produits bio, association, légumes, plantes, fleurs, parfum, senteurs, fruits,culture, terre, agriculture, "les indefructibles"

Le panorama est remarquable, les collines à l'horizon, l'Orb à ses pieds, le lieu est déconcertant. La Tanek, située tout au bord  de la RD 14, mérite son nom : «  La tanèque... vient du vieux français et désigne à la base, une libertine......après, c'est repris par l'occitan pour désigner une personne ...  têtue, rebelle, qui  rentre pas dans les clous...

vieussan,produits locaux, distilation, la tanek, biodiversité, vin de pays, boutique associative, huiles essentielle, produits bio, association, légumes, plantes, fleurs, parfum, senteurs, fruits,culture, terre, agriculture, "les indefructibles"

...orthographié : Tanek, ça veut dire Liberté en grec ... c'est impeccable... ça colle à la maison qui s'accroche depuis 120 ans sur son rocher... et à l'esprit qu'on lui a donné.  » déclare Véro enthousiaste.

Et les 30 producteurs associés sont  très contents de ce pari qui semblait un peu fou,... il y a 6 ans déjà ! 

Gage d'avenir, le prénom Tanek se traduirait aussi par « Immortel » en grec... Les projets s'élargissent chaque année. L'association « Les Indéfructibles » prolonge cet élan.

vieussan,produits locaux, distilation, la tanek, biodiversité, vin de pays, boutique associative, huiles essentielle, produits bio, association, légumes, plantes, fleurs, parfum, senteurs, fruits,culture, terre, agriculture, "les indefructibles"

La revalorisation des terres en friche demande un investissement laborieux,. Le partage des efforts et des valeurs renforce le lien social.

Contact La Tanek 04 67 95 78 07.

voir l'album photo : Des plantes pour l'avenir à La Tanek