compteur internet
Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

jeudi, 13 juillet 2017

Votre Chronique : manifestation sportive à Navacelles en pleine période de reproduction d'oiseaux protégés

Communiqué de presse du jeudi 13 juillet de la FNE LR (Fédération régionale des associations de protection de la nature et de l'environnement) et le COGARD (Centre Ornithologique du Gard)

"Entre le 5 et le 10 juin 2017, les préfets du Gard et de l'Hérault ont autorisé une manifestation sportive de slackline1 dans le cirque de Navacelles qui a fait l’objet d’une forte médiatisation.

Aujourd’hui, contestent la légalité de cette manifestation devant le Tribunal administratif de Montpellier au motif qu’elle s’est déroulée en pleine période de reproduction d'oiseaux emblématiques menacés et extrêmement sensibles au dérangement.

L'arrêté préfectoral étant paru au moment de la manifestation, il a été impossible pour les associations d'intervenir avant que celle-ci n'ait lieu. De fait, l'ensemble de la démarche des pouvoirs publics met en évidence le peu de considération accordée aux enjeux environnementaux qui font la singularité de ce site.

1 Funambulisme sur une sangle tendue. Dans le cas présent, la sangle était tendue au dessus du cirque de Navacelles, depuis le versant héraultais sur la commune de Saint Maurice de Navacelles jusqu’au versant gardois sur la commune de Blandas. Plusieurs oiseaux protégés nichent dans cette zone.

---------------------------

FNE Languedoc-Roussillon Fédération régionale des associations de protection de la nature et de l'environnement

18 rue des Hospices 34090 MONTPELLIER fne.languedocroussillon@gmail.com

www.fne-languedoc-roussillon.fr

page 1/2

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Le Cirque de Navacelles, un lieu très riche récemment labellisé "Grand site de France"

Le cirque de Navacelles, dans les gorges de la Vis, est l'un des hauts lieux touristiques des départements du Gard et de l'Hérault. Son attractivité repose sur la préservation de l'intégrité de ses paysages et de son patrimoine. Cette année, ses caractéristiques exceptionnelles lui ont valu d'être labellisé par l'Etat en tant que "Grand Site de France" (parmi les 17 sites français).

Plusieurs autres classements témoignent également de son importance : un classement par l'Etat au titre des paysages, une inscription au réseau européen Natura 2000 et une autre à la liste du patrimoine mondial par l’UNESCO en juin 2011 (au titre des paysages culturels de l’agropastoralisme méditerranéen).

Un événement sportif et médiatique en pleine période de reproduction de plusieurs oiseaux protégés

Malgré ces reconnaissances et la volonté affichée de préserver ce site, la manifestation de slackline qui s'est tenue du 5 au 10 juin a été organisée en pleine période de reproduction d'espèces protégées (Aigle royal, Crave à bec rouge, etc). Ces enjeux auraient dû être pris en compte afin de proposer des dates non dommageables à la biodiversité comme cela semble avoir été souligné par les services compétents de l’État sans qu’il en soit tenu compte.2                                                                                                                                            

Nous déplorons plus particulièrement qu'aucune étude d'incidence n'ait été mise en œuvre préalablement et pendant la manifestation pour en anticiper et en mesurer les effets. Le mouvement associatif qui investit une énergie considérable pour la connaissance et la préservation de cette biodiversité, trouve inquiétant que les pouvoirs publics ne garantissent pas sa protection alors qu’elle contribue à justifier les nombreux classements du site.

Notre mouvement ne s'oppose pas à la valorisation touristique de ce site pas plus qu'aux sports de nature. Certains de nos membres travaillent au quotidien avec les sportifs de nature pour adapter au mieux leurs pratiques (escalade, slackline, parapente ...) à la préservation de ladite nature.

Nous considérons que la valorisation de ce site ne saurait faire abstraction de sa préservation, et que les événements médiatiques, tels que celui en cause, devraient avoir pour objectif d’être particulièrement exemplaires sur la question de la protection de la biodiversité.

Comme le souligne Alain Ravayrol, administrateur de FNE LR : « la plupart des sportifs de nature comprennent le fait qu’il ne faut pas pratiquer pendant et dans les zones de nidification. Dans un tel contexte de coopération entre sportifs de nature et associations de protection de l’environnement, on comprend mal pourquoi les organisateurs, aussi les Préfets du Gard et de l’Hérault, n’ont pas décalé la manifestation avant ou après la période de nidification comme cela est toujours demandé dans des cas similaires ».

Contact presse :

Alain Ravayrol : tél : 06 81 59 49 47 ; email : ravayrol.alain@wanadoo.fr

2 Il ressort des visas de l’arrêté contesté que la Direction Départementale des Territoires et de la Mer (DDTM) de l’Hérault a rendu un avis négatif à l’autorisation de la manifestation en raison de la mauvaise prise en compte des enjeux sur l’avifaune."

FNE Languedoc-Roussillon Fédération régionale des associations de protection de la nature et de l'environnement

18 rue des Hospices 34090 MONTPELLIER fne.languedocroussillon@gmail.com

www.fne-languedoc-roussillon.fr

page 2/2

jeudi, 24 mars 2016

Info d'ici et d'ailleurs : Pour les alternatives aux pesticides, la thématique de la santé à l’honneur

Du 20 au 30 mars 2016, la onzième Semaine pour les alternatives aux pesticides (SPAP) met la thématique de la santé à l’honneur.

Ailleurs, comme ici, les pesticides sont une grave atteinte à la santé de tous. Une prise de conscience, de plus en plus urgente, se fait jour.alt

Générations Futures interpelle le monde médical

"Nous vous proposons donc de vous mobiliser à nos côtés en participant à une action très simple d’interpellation des médecins sur ce sujet des pesticides – bien sûr vous pourrez poursuivre cette action d’interpellation au-delà de la SPAP. En remettant une lettre type à votre médecin traitant ou à d’autres médecins de votre entourage soit : par la poste, par mail, en main propre, ou directement dans leur Boite aux Lettres..."

Retrouvez cette initiative sur leur site : http://www.generations-futures.fr/

"L'Objectif est de toucher un maximum de médecins, de travailler avec le monde médical afin que soit mieux pris en compte les risques sanitaires liés à l’exposition des pesticides...

Pour plus d’informations sur les liens entre pesticides et santé, consultez la brochure intitulée « Pesticides et santé tous concernés » disponible ici (ou en version papier en la commandant à Générations Futures – 179 rue La Fayette, 75010 Paris – 01 45 79 07 59 – adherent@generations-futures.fr pour 1€ l’exemplaire)."

--------------------------------------------------

Communiqué de Agir pour l'Environnement et de la Fédération Nationale d'Agriculture Biologique - FNAB

Insecticides néonicotinoïdes : Les masques tombent (17/03/2016)

"A la suite d’un vote à l’Assemblée nationale de la Commission du Développement durable interdisant l’utilisation des pesticides néonicotinoïdes à partir du 1er janvier 2017, le ministre de l’Agriculture Stéphane Le Foll et le président du groupe socialiste à l’Assemblée nationale Bruno Le Roux déploient une énergie phénoménale à tenter de revenir sur cette avancée écologique.

Après avoir écrit personnellement à tous les députés socialistes afin de les inciter à ne pas interdire ces insecticides tueurs d’abeilles en usant et abusant d’arguments qu’un lobbyiste de l’agro-chimie ne contredirait pas, Stéphane Le Foll peut désormais s’appuyer sur le président du groupe PS à l’Assemblée, chargé d’assurer le service après-vente.

Bruno Leroux a en effet déposé une série d’amendements visant à conditionner la possible interdiction des insecticides néonicotinoïdes à l’existence d’alternatives… que le ministre de l’Agriculture aurait la charge de reconnaître comme telles dans un arrêté à venir ! Parallèlement à ce dépôt d’amendements, le ministre de l’Agriculture adressait une note aux parlementaires tendant à prouver qu’il n’existait aucune alternative aux insecticides néonicotinoïdes. A croire que l’agriculture n’existait pas avant 1995 (date de la mise sur le marché de ces produits toxiques).

Le Ministre de l’Agriculture oublie soigneusement de rappeler qu’il existe une alternative à l’utilisation des insecticides néonicotinoïdes, pourtant régulièrement vantée par Stéphane Le Foll : l’agro-écologie, dont la bio est le système le plus abouti (5% de la SAU française aujourd’hui sans pesticides de synthèse) ! A l’heure des décisions, les masques tombent !

Pour les associations, « force est de constater que le ministre de l’Agriculture est un fervent soutien de l’agro-écologie… si cette dernière demeure confinée aux seuls discours ; dans la pratique, le ministre reste un fervent partisan d’une agriculture en guerre avec le vivant dont les conséquences sur la biodiversité en général et les abeilles en particulier sont indéniables. »

Agir pour l’Environnement, et la FNAB appellent les parlementaires à soutenir l’interdiction des pesticides néonicotinoïdes et résister aux pressions exercées.

Les structures appellent la ministre de l’Ecologie et la secrétaire d’Etat à la biodiversité à sortir de leur silence et à prendre leur responsabilité en défendant enfin l’intérêt général."

http://www.lemonde.fr/biodiversite/article/2016/03/15/le-...

Qu’est-ce que les néonicotinoïdes ? 

"Imidaclopride, clothianidine, thiaméthoxame… Ces insecticides à large spectre ont une toxicité des milliers de fois supérieure aux précédentes générations. Ils sont souvent utilisés en enrobage de semences (les graines sont gainées du produit avant d’être semées) ou en traitement des sols.

Dans les champs traités, les plantes sont ainsi imprégnées tout au long de leur vie. Ces usages, préventifs et systématiques, sont les plus controversés, d’autant plus que ces molécules persistent plusieurs années dans l’environnement..."

Voir aussi : Le jeu trouble de Stéphane Le Foll sur les pesticides

En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/biodiversite/article/2016/03/15/le-...