compteur internet
Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

samedi, 16 juillet 2016

Votre chronique : "Néocolonialisme et éolien industriel"

Un communiqué à partager :

"Néocolonialisme et éolien industriel

Une réalité politique, économique et sociale antidémocratique

Le colonialisme a été reconnu depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale comme une relation inégalitaire s'opposant au « droit des peuples à disposer d'eux-mêmes ».

C’est ce déni de « notre droit à disposer de nous-mêmes » qui me fait faire aujourd’hui ce parallèle entre néocolonialisme et éolien industriel.

Le colonialisme était une forme d'expansionnisme et d'impérialisme.

Qui consistait à défendre les intérêt politiques d’un état ou ceux économiques d’un industriel privé au détriment des intérêts du pays où il s’installait.

Aujourd’hui, les promoteurs s’appuient sur l’administration politique (les maires) en faisant jouer les ressorts de la finance (les retombées économiques), le tout étant imposé de la manière la plus antidémocratique qui soit aux populations locales (tout se passe dans le plus grand secret).

Cela induit une relation de dépendance totale au lobby de l’éolien industriel car aucun élu n’arrive à réaliser combien leur liberté est annexée par l’arrivée d’un promoteur. Ce dernier devient le maître qui décide de l’avenir radieux du territoire qu’il vient d’annexer. On promet de l’argent, des soutiens à des projets, on fait miroiter un développement économique. Rien de tout cela n’est vrai. Certains élus de nos jours se comportent comme les petits chefs de village lors de la colonisation de l’Afrique au 19 ème siècle. A ceux-là on promettait les honneurs et on remettait de la verroterie. A ceux-ci on promet un développement économique et on remet des miettes de bénéfices.

Les motivations de la colonisation ont été essentiellement des motivations économiques (s’enrichir), stratégiques (empêcher des concurrents de prendre la place) et des motivations idéologiques (diffuser la civilisation).

On retrouve ce même schéma avec l’éolien industriel. Les promoteurs s’enrichissent, ils confirment leur prises d’intérêts sur un territoire au nom d’une pseudo « transition énergétique ». Cela s’appelle du « green washing ».

Le dernier aspect du colonialisme dont il faut tenir compte c’est le rapport à la violence. A l’origine et après la conquête militaire initiale, le colonialisme s'est souvent accompagné d'actes de violences pour soumettre les populations.

Aujourd’hui, il n’y a pas une manifestation d’opposants à un projet industriel qui n’ait vu l’arrivée des forces de l’ordre. La mort de Rémy Fraysse à Sivens en est malheureusement le plus tragique exemple.

De plus, souvenons-nous du rôle soit-disant positif de la colonisation. C’est bien encore à cela que l’on veut nous faire croire aujourd’hui. Mais le rapport entre colonialisme et croissance économique n'a toujours pas été démontré et la paix sociale au sein des villages durement touchée.

Complicité du public et du privé

Dès 1873 l'industrie européenne a bénéficié de l'expansion coloniale au prix d'énormes dépenses publiques réalisées dans les colonies. Aujourd’hui, les promoteurs privés bénéficient du soutien de l’état et les retombées financières dans les caisses des municipalités imposent un modèle de développement économique en complète contradiction avec les besoins des habitants du pays.

Là où il faudrait maintenir un tissu social actif, une économie locale et des emplois pérennes, l’éolien industriel contribue à la désertion des territoires, au saccage de zones pourtant réputées pour leur intérêt écologique.

Dernier point :

Le lobby de l’éolien industriel est très puissant, que ce soit au niveau de l’Etat ou de l’Europe.

Nous n’avons pas les moyens des grandes multinationales.

Mais pour y faire face, nous, associations de citoyens, collectifs ou autres, pouvons coopérer et mettre en commun nos moyens pour revendiquer notre « droit à disposer de nous-mêmes »." Hildegarde Champêtre

dimanche, 28 juin 2015

Montagne du Haut Languedoc : "le bois, vecteur d’emplois"

Publié il y a 4 jours sur MIDI LIBRE.fr Rosis.

"C'est à Castanet-le-Haut que le conseil communautaire s'est réuni, dernièrement, pour un dernier conseil avant les vacances.

Montagne du Haut Languedoc : le bois, vecteur d’emplois

Max Alliès, maire de Castanet, a accueilli ses collègues.

Le premier point à l'ordre du jour était consacré au développement économique et à la signature de la promesse de bail avec l'entreprise d'unité de production de murs à ossature bois. Alors que ce projet permet de penser à une nouvelle activité de la plate-forme bois et laisse espérer un développement créateur d'emplois, la nouvelle du départ de la société bois Buche a attristé les élus.

André Bacou, président de la commission habitat, a rappelé la proposition de la communauté d'aider à hauteur de 10 % les dossiers retenus dans le cadre de l'OPAH pour un montant de 75 000 € sur 3 ans.

Pierre Escande et Julien Ramond ont ensuite présenté le rapport annuel sur le prix et la qualité du service déchets : il y a du mieux qui doit encore s'améliorer.

Marie Cazares s'est, quant à elle, penchée sur les finances. Après l'attribution de fonds de concours aux communes, elle a présenté le difficile dossier du fonds de péréquation qui essaie de rétablir plus d'équité entres les communes et les communautés.

Les communautés et communes jugées riches versent une contribution aux communes jugées plus pauvres suivant des critères définis par l'Etat.Cette année, par exemple la communauté devra verser 66 000 € alors que le versement de la somme de 40 000 € devra être répartie entre les communes jugées riches.

Par ailleurs, Dominique Vist a informé le conseil que le RAM des Hauts Cantons, qui permettra aux aides maternelles de communiquer, sera opérationnel en septembre.

Enfin, Jacques Mendes a présenté le programme des animations à venir : le Grand tour de sortie Ouest, qui fera escale à Fraïsse et la Salvetat, alors que les autres communes recevront Joanda.

mercredi, 15 avril 2015

Votre chronique : Soirée « Concertation » EDF EN du 14 avril

COMMUNIQUÉ de HURLEVENT ASSO

 

« EDF EN avait organisé une réunion dite de « concertation » dans la salle polyvalente de Riols ce mardi 14 avril 2015 concernant son projet d’installation d’une douzaine d’aérogénérateurs sur la crête des Avant-Monts, au-dessus de la commune de Riols.

association,développement durable,écologie,economie,hauts cantons d'oc,mobilisation populaire,santé,sciences et technologie,tourisme,enquête publique,projet d'implantation,Éolien industriel,communes,ferrières poussarou,avant monts de l'espinouse,Éoliennes,riols,fraïsse sur agoût

 

Des invités, en nombre restreint, sont entrés. Quatre vingt personnes environ attendaient dehors. Les responsables d’EDF EN voulaient trier à l’entrée (étrange conception de la démocratie) et auraient accepté une personne par association, c’est-à-dire une ou deux de plus que leurs invités.

Mais c’est tout naturellement que la foule est entrée.

 

 Hérault Fraisse-sur-Agoût EDF EN lance un parc éolien à 1000 mètres d’altitude patrick marchetti dans Technologie

 

EDF EN a tenté de faire un exposé, mais la salle a réagi rapidement : « Vos éoliennes, on n’en veut pas ! » « Cassez vous ! » Il est difficile de faire un compte-rendu tant la discussion était houleuse.

 

Une demande a été faite : au lieu de ces petites réunions avec des personnes triées sur le volet, d’organiser une réunion publique, avec la présence des élus. Cette proposition n’a pas reçu de réponse.

association,développement durable,écologie,economie,hauts cantons d'oc,mobilisation populaire,santé,sciences et technologie,tourisme,enquête publique,projet d'implantation,Éolien industriel,communes,ferrières poussarou,avant monts de l'espinouse,Éoliennes,riols,fraïsse sur agoût

De toute évidence, le public était venu clamer son indignation. Les responsables d’EDF EN ont fini par arrêter la réunion prématurément et, quand ils ont quitté la salle, une bonne partie du public est restée, s’est organisée pour une discussion ordonnée, et pour voir comment lutter contre ce projet très mal accepté.

Le besoin d’informations concrètes a été exprimé : un forum a été envisagé, voire une réunion d’information, ouverte à tous, bien sûr.

Des conseillers municipaux de Riols étaient présents, et ont exprimé leur désaccord vis-à-vis du projet. Et il semble bien que la majorité du conseil municipal est contre. C’est une information importante.

Une deuxième réunion de « concertation » est prévue ce jeudi 16 avril à la même heure et au même endroit (salle polyvalente de Riols). Gageons que nombreuses seront les personnes qui iront clamer leur désaccord. »

 

Ici... et Ailleurs