compteur internet
Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

dimanche, 08 octobre 2017

Mons-la-Trivalle : 2e Salon d'Arts Plastiques des trois vallées

mercredi, 04 octobre 2017

Votre chronique : prévention des incendies de forêt

L’image contient peut-être : texteAucun texte alternatif disponible.L’image contient peut-être : texte

mardi, 12 septembre 2017

Votre chronique : Collision mortelle d’un AIGLE ROYAL avec une éolienne

FNE Languedoc Roussillon

Collision mortelle d’un AIGLE ROYAL avec une éolienne du plateau de l’Escandorgue dans l’Hérault 

Au début du mois d’août, le cadavre d’un Aigle royal équipé d’un GPS a été retrouvé à proximité d’une éolienne exploitée par EDF Énergies Nouvelles sur la commune de JONCELS (34) au lieu-dit Combe Caude dans le massif de l’Escandorgue.

Aigle royal (Aquila chrysaetos)

Alors que plusieurs associations et spécialistes avaient averti des risques pour les Aigles royaux qui fréquentent le massif de l’Escandorgue, FNE regrette que ces alertes n’aient pas été entendues et porte plainte aujourd’hui pour destruction d’espèce protégée.

FNE Languedoc-Roussillon soutient le développement de l’énergie éolienne parce qu’elle est incontournable pour la réussite de la transition énergétique, mais considère qu’elle doit passer par une bien meilleure prise en compte de ses impacts sur la biodiversité par les exploitants, et en particulier EDF Énergies Nouvelles (1).

Les impacts prévisibles des parcs éoliens du massif de l’Escandorgue sur l’Aigle royal

Six parcs éoliens sont construits (51 éoliennes) et 5 autres en projet (38 éoliennes) dans le domaine vital du couple d’Aigles royaux de l’Escandorgue, ce qui représente une pression très forte pour ce couple de grands rapaces. Malgré cette évidence, les études d’impacts n’ont pas suffisamment pris en compte l’impact cumulé sur ces derniers (2).

L’aménagement du parc éolien de Combe Caude, comprenant 7 éoliennes au sein d’un ensemble de 17 éoliennes, a été autorisé suite à un permis de construire accordé le 1er septembre 2005 à la société EDF EN France.

Alors que le risque de collision mortelle d’un Aigle royal avec une éolienne en fonctionnement apparaissait probable, EDF EN n’a pas cru utile de demander une dérogation pour la destruction d’espèce protégée, qui est la procédure conseillée par le ministère de l’environnement en présence d’enjeux importants.
Ce type d’autorisation constitue une garantie pour l’exploitant dont la responsabilité ne peut être engagée dès lors qu’il détient une telle autorisation. Elle est aussi une garantie d’une meilleure prise en compte des impacts sur la biodiversité puisqu’elle implique la réalisation d’une étude approfondie et, surtout, la mise en œuvre de mesures destinées à éviter, réduire et le cas échéant compenser les impacts résiduels sur les populations d’oiseaux concernées.

Pour limiter les impacts potentiels sur les Aigles royaux fréquentant le massif de l’Escandorgue, le préfet de l’Hérault a cependant pris un arrêté réglementant l’exploitation de ces éoliennes en 2015, imposant la mise en place d’un système d’avertissement anti-collision. Des dispositifs DT Bird – critiqués pour leur efficacité aléatoire – ont été mis en place sur les éoliennes.

La première fois qu’une collision mortelle d’un Aigle royal avec une éolienne est avérée en France

L’Aigle royal fait partie des plus grands rapaces. Tantôt admiré, tantôt persécuté, il a survécu au 20ème siècle après avoir frôlé la disparition et présente un fort caractère patrimonial. Aujourd’hui il fait l’objet de nombreuses protections (3) et il est inscrit sur la liste rouge de la faune menacée de France, dans la catégorie « rare ».

Si l’impact des éoliennes implantées dans le domaine de chasse des Aigles royaux était prévisible, c’est la première fois en France qu’une collision mortelle entre un Aigle royal et une éolienne est avérée. La détection de cette collision a été possible grâce au programme de suivi GPS porté par l’association BECOT depuis 1 an sur 9 jeunes Aigles royaux dans le sud du Massif Central. Le cadavre ayant été caché par un charognard, il n’aurait selon toute vraisemblance pas été retrouvé sans la puce GPS.

Cette mortalité démontre, une fois de plus et de manière incontestable que l’impact de l’éolien sur la faune volante (oiseaux et chauves-souris) existe et peut concerner des espèces protégées et menacées. Elle confirme, par ailleurs, que l’impact observé est probablement bien en deçà de la réalité, et que les dispositifs anti-collision ne sont pas une garantie d’absence d’impact pour les oiseaux, même de grande dimension (plus faciles à détecter).

En dehors de cette mortalité directe, un impact fort sur la fragmentation et la perte d’habitat

Si la rencontre d’un jeune aigle avec une pale d’éolienne revêt un caractère spectaculaire, le suivi GPS mis en place depuis 2014 sur un des Aigles royaux adultes du massif de l’Escandorgue montre surtout une forte fragmentation et une modification importante du cœur de leur domaine vital suite à la construction des premiers parcs éoliens. L’impact du développement éolien sur les aigles est donc multiple (destruction d’individu occasionnelle, mais aussi et surtout perte d’habitats), ce qui n’a jamais été mis en évidence ni appréhendé correctement par les études pré-implantation.

Concilier développement de l’énergie éolienne et protection de la biodiversité

Le développement d’éoliennes en Occitanie revêt un intérêt public certain. Il est incontestable que la région est peu autonome en matière d’alimentation électrique, et qu’un rééquilibrage de la production électrique est utile à cette région. Pour FNE LR, il est impératif de développer des énergies renouvelables (ENR) faiblement émettrices de gaz à effet de serre afin de protéger l’environnement sur le long terme.
Mais l’objectif de développement de l’énergie éolienne ne doit pas constituer un blanc seing au détriment des autres intérêts environnementaux et, tout particulièrement, la protection de la biodiversité. Cet enjeu est particulièrement fort dans notre région, qui contrairement à bien d’autres, a la chance d’accueillir des aigles.

Pour concilier ces enjeux environnementaux qui se heurtent au développement éolien avec une intensité particulière dans notre région, le développement de l’énergie éolienne doit être planifié de manière courageuse et les développeurs éoliens doivent se montrer exemplaires.

Comme le souligne Simon Popy, Président de FNE Languedoc-Roussillon : « Les exploitants éoliens et tout particulièrement EDF EN, doivent reconnaître les conséquences des éoliennes sur la faune volante pour mieux la protéger. Il en va de l’acceptation même des éoliennes et donc de leur bon développement. Que cela soit dans le cas du massif de l’Escandorgue ou dans celui du parc d’Aumelas dans l’Hérault, nous constatons que certains exploitants refusent de demander des dérogations à la destruction d’espèces protégées. FNE LR demande avec insistance que ces dérogations pour destructions d’espèces protégées soient mises en place pour les espèces patrimoniales. Bien que nous regrettions d’en arriver là, nous sommes prêts à recourir au juge si cela s’avère nécessaire pour y parvenir. »

(1) : EDF EN est une filiale d’EDF, détenue à 85,6% par l’Etat français fin 2016

(2) : Ainsi le permis d’aménager du parc de Bernagues (construit) a été annulé par la cour administrative d’appel de Marseille (arrêt du 26/01/2017) pour ce motif

(3) : désigné espèce protégées, inscrit à l’annexe 1 de la directive oiseaux, à l’annexe II de la convention de Berne et à la convention de Bonn qui lui accorde un statut de protection à l’échelle mondiale ou encore protégé par la convention de Washington sur le trafic d’espèce protégées.

samedi, 19 août 2017

Votre chronique : message de Toutes Nos Energies, transmis par Hurlevent Asso

"Voici un message de TNE sur le maximum de 300 éolienne dans le Parc Naturel, maximum que nous entendions bien faire respecter. A bientôt pour d'autres nouvelles."

Hurlevent

Toutes nos énergies

4 août
 
MPièces jointesessage adressé aux associations du Haut Languedoc et à toutes celles d'Occitanie qui ont soutenu leur action

"Vous avez sans doute déjà appris par votre maire, qui a reçu les courriers ci-joints : les préfets 34 et 81 n'autoriseront pas une éolienne de plus que les 300 fixées par la charte du Parc naturel régional du Haut-Languedoc. On aurait apprécié que le président du Parc nous tienne directement informés, en tant qu'associations et collectifs citoyens qui nous battons depuis des mois pour que soit respecté, à tout le moins, ce plafond des 300 éoliennes industrielles, déjà scandaleux au cœur d'un parc naturel. Qu'on se souvienne des propos tenus par divers responsables régionaux ou départementaux rencontrés depuis un an, laissant entendre que la charte ne serait pas vraiment opposable. On n'a jamais voulu nous communiquer l'expertise juridique sur laquelle s'appuient aujourd'hui les préfets. Sur ce point comme sur tant d'autres, tant que nos élus et nos fonctionnaires nous traiterons comme des administrés (passifs, irresponsables) et non comme des citoyens, la démocratie a encore de tristes jours devant elle... Si nous n'avions pas agi collectivement - pensons en particulier à la magnifique conférence citoyenne de Mazamet, où nous étions plusieurs centaines à brandir le fameux carton rouge, soutenus par les associations de toute la grande région -, les préfets 34 et 81 auraient-ils consenti à réfréner l’appétit indécent des promoteurs éoliens et le zèle de certains élus disposés à brader notre patrimoine naturel, culturel et paysager, à bouleverser les fragiles équilibres socio-économiques de nos territoires ruraux pour une portion de manne éolienne ? Réjouissons nous  de cette petite victoire et restons lucides et résolus. Il reste beaucoup à faire pour obtenir une politique énergétique respectueuse de la vie des habitants !

N'hésitez pas à faire circuler ce message et les courriers joints"

mardi, 14 février 2017

Hauts-Cantons-d'Oc : La pluie continue de tomber ce mardi 14 février

La pluie continue de tomber. Ciel couvert et averses se succèdent. Cet épisode pluvieux place quatre départements en vigilance orange : Aveyron pour inondation, les Pyrénées-Orientales, l’Aude et l’Hérault pour pluie-inondation...

DSC00316.JPGL'Orb à Vieussan à 11 h le 14 février l'Orb est presque sur la Départementale 14, la passerelle a disparu
DSC00318.JPGL'Orb a submergé les jardins potagers de Vieussan

 Pour voir la vidéo, clic sur l'image ci dessous :

L'Orb et le Jaur Vieussan et Olargues 14 février 2017 Réalisation Vidéo Cantons d'Oc

logo.jpg

hauts-cantons-d'oc,pluie,14 février 2017,averse,épisode pluvieux,vigilance orange,aveyron,les pyrénées-orientales,aude,hérault,inondation
Le Jaur dans les vignes à Ornac Mons 14 février 2017hauts-cantons-d'oc,pluie,14 février 2017,averse,épisode pluvieux,vigilance orange,aveyron,les pyrénées-orientales,aude,hérault,inondation

mercredi, 11 janvier 2017

Vieussan : La messe de Noël au Pin a réveillé bien des souvenirs

Geneviève a traversé la frontière qui sépare l'Hérault de l'Aveyron, tout spécialement pour assister à cette messe de Noël, célébrée sur les lieux où elle venait, enfant.

« Et, en plus c'était mon anniversaire ! Beau cadeau que cette messe.
Voici mon "compte-rendu" : 

Ce n’était ni le jour, ni l’heure …

Oui, une messe de minuit un vingt-sept décembre, et plus encore à 18 heures !

Où as-tu vu ça ? Pourquoi pas avec des éléphants roses ? T’aurais pas un peu trop abusé de substances peu licites ?

Et bien non. C’était ce jour-là, à l’heure dite, et ce fut plein d’émotion.

vieussan,le pin,messe de noël,souvenirs,notre dame de géminian,annette,vierge,crèche,église,aveyron,hérault

La crèche installée, cette année du bon côté de l’église, le côté droit, toujours aussi belle, rappelant tellement de choses, choses oubliées, enfouies, odeurs d’enfance !

Et le curé ? Si, si, il était là ! Le miracle annuel nécessaire s’était renouvelé. Car, il fallait le faire : trouver un prêtre acceptant de se déplacer depuis Saint-Pons, une petite trentaine de mauvais kilomètres, route sinueuse épousant les gorges de la rivière, brillante de verglas en cette saison …

Il était bien là. (J’ignore comment s’est passé son retour.)

Il a même dit que certains étaient venus de loin pour participer à cette messe. Pensez-donc, une dame venait de Cazouls-les- Béziers ! … Oui, oui, c’est vrai, je l’ai rencontrée. Et moi, venue du pays des «gavachs» ? Non, il n’en a pas parlé.

vieussan,le pin,messe de noël,souvenirs,notre dame de géminian,annette,vierge,crèche,église,aveyron,hérault

Les répons et les chants étaient un peu … poussifs : il y a longtemps que les portes de cette église ne s’ouvrent plus pour la messe, et beaucoup ne se souvenaient plus du cérémonial. Mais «Il est né le Divin Enfant», personne n’avait oublié !

vieussan,le pin,messe de noël,souvenirs,notre dame de géminian,annette,vierge,crèche,église,aveyron,hérault

Et la vierge de Géminian, belle, mais toujours aussi douloureusement abîmée, semblait veiller sur l’assemblée depuis une place de choix, à droite dans le chœur.

vieussan,le pin,messe de noël,souvenirs,notre dame de géminian,annette,vierge,crèche,église,aveyron,hérault,les-enfants-de-cœur-du-pin,http:laviedeshautscantonsdoc.blogs.midilibre.comarchive20170109v,https:www.google.frwebhp?sourceid=chrome-instant&ion=1&espv=2&ie

Que dire de plus ? Sinon que les regards brillaient et que les participants étaient heureux de se trouver là, pour un moment de joie.

vieussan,le pin,messe de noël,souvenirs,notre dame de géminian,annette,vierge,crèche,église,aveyron,hérault

Merci à Patricia et à sa famille qui, retrouvant les santons dans l’ancien presbytère, ont eu l’idée généreuse de cette messe de minuit voici déjà quatre ans.

Pour moi, habitante de cœur de ce hameau où j’ai passé les meilleures vacances de mon enfance, si -hélas- je n’ai pu revoir Annette, j’ai retrouvé avec autant de plaisir des têtes connues (enfin, faut pas exagérer, le temps a passé, et c’est seulement après présentations que l’on s’est reconnu !)

Les oreillettes étaient délicieuses, personne ne les fait plus comme ça, et le gâteau aux noix a accompagné mon chemin jusqu’au parking.

Il n’est pas inutile de préciser que je n’ai bu que du jus de pomme, certains pourraient croire que j’ai abusé d’un autre nectar. Car, à défaut d’éléphant rose, il me semble bien avoir aperçu une piscine dans l’ancienne maison de ma grand-mère. A l’endroit même où j’allais voir les lapins chaque midi et où on profitait de ma bouche ouverte pour insérer la cuillère de soupe.

Enfin, tous souvenirs laissés au Pin, je suis bien rentrée à la maison.

A l’année prochaine ? J’y serai. »

vendredi, 23 décembre 2016

Hauts Cantons d'Oc : Un moment chaleureux

Au coin du feu, en musique...

hauts cantons d'oc,hérault

Une vidéo réconfortante et poétique, images de Vidéo Cantons d'Oc, pour voir la vidéo clic ci-dessous :

samedi, 17 décembre 2016

Mons-la-Trivalle : Assemblée Générale de l'Association de la Chapelle de la Voulte

Assemblée générale de l'Association la Chapelle de la Voulte

L'Association de la Chapelle de la Voulte rappelle que son Assemblée générale aura lieu ce samedi 17 décembre à 16 h 30 à la salle polyvalente de Mons la trivalle.

lundi, 14 novembre 2016

Vieussan : prochain stage pour un meuble original issu de cartons recyclés

Le prochain stage de Mimi cartonne pour un meuble original issu de matériaux recyclés aura lieu dans la salle du peuple à Vieussan village.

vieussan,carton,meuble,recyclage,myriam sellier,mimi cartonne,actualités,art,artisanat,boissezon,culture,écologie,économie,haut languedoc,hauts cantons d'oc,hérault,loisirsLes stagiaires de Mimi cartonne se passionnent pour leurs œuvres

Ces stages créatifs de recyclage des emballages de cartons voués à la déchetterie pour la création d'une œuvre personnelle associent écologie et plaisir pour une œuvre utile.

Mimi Cartonne maîtrise l'art du cartonniste avec une aisance et un plaisir qu'elle aime partager. Ses exécutions élaborées s'appuient sur des savoir-faire bien particuliers.

« Le meuble est réalisé en 2 jours, le week-end, de 9 h à 17 h avec pause déjeuner tiré du sac pour fabriquer un petit  meuble, tout le matériel est fourni. Une troisième journée, choisie ensemble selon nos disponibilités, est programmée pour le décorer précise Myriam. »

Après la technique de construction, cette dernière journée permet à chaque stagiaires de s'adonner au plaisir ludique du décor de finition.

Mimi Cartonne transmet à chacun son savoir avec patience. « C'est une grande satisfaction de voir le bonheur des personnes qui retournent chez elles ravies de leurs œuvres.»

Il reste encore des places pour le prochain stage d'automne programmé le weekend des 19 et 20 novembre 2016.

Pour les inscriptions et tous les renseignements pratiques contacter Myriam Sellier au 06 52 42 26 87 ou par mail : myriam.sellier@hotmail.fr.

samedi, 29 octobre 2016

Mons-la-Trivalle : le salon d'animation artistique du Foyer Rural a connu le succès

Arielle Escuret maire de la commune et Danielle Hocquet au nom du Foyer Rural, ont assuré les discours de présentation lors du vernissage animé par les Cordes Globe Trotter : guitare, mandoline et violoncelle, interprétant des musiques du monde.

Ce vernissage fut l'occasion d'une grande participation, et de la remise du prix de la mairie décerné à Jean-Louis Galy, Eric Rodriguez, et David Rowley.

Amateurs et professionnels rassemblés par l'enthousiasme des organisateurs.jpgAmateurs et professionnels rassemblés par l'enthousiasme des organisateurs

« Grand succès pour ce premier salon avec plus de 350 visiteurs, déclarent les organisateurs enthousiastes ! Amateurs et professionnels s'y sont côtoyés. De vrais talents se sont découverts à Mons et dans la vallée, de Riols à Lunas. Des artistes de Marseillan, Béziers, d'Alsace et même de Montréal s'y étaient inscrits ! »

La remise du prix du public, offert par le foyer rural de Mons, est attribué à Eric Rodriguez dont les sculptures ont été très remarquées. Le Prix du salon remis à Els Knockaert, Richard Salles, Marie-Agnès Kopp et le prix du mouvement des foyers ruraux de l'Hérault à Elisabeth Larcher et Catherine Cléricy.

L'atelier d'enfants « boîte à dessin » de La Tour Sur Orb été également récompensé. Sans oublier l'invité d'honneur Pablo Quedad et ses œuvres originales.

P1040276.JPGDanielle Hocquet, Foyer Rural et Arielle Escuret maire de la commune lors de la remise du prix de la mairie

« Merci à tous ceux qui ont permis que cette exposition se réalise et pour l'aide apportée, déclare Danielle. Les membres de l'atelier de peinture n'ont pas lésiné sur le temps offert pour l'accrochage, le vernissage et l'accueil, reconnaît-elle. Merci à vous les artistes qui vous êtes lancés dans cette belle aventure et merci à vous les visiteurs, habitants de Mons et d'ailleurs d'avoir été là ! »

Sur ce bel élan de gratitude s'est clôturé ce 22 octobre 2016 la semaine d'exposition du premier salon d'arts plastiques initié par la mairie et le foyer rural de Mons La Trivalle. Une manifestation encourageante pour les organisateurs et les participants.