compteur internet
Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

dimanche, 10 septembre 2017

Occitanie-Vieussan : d'un procès local à la cour de justice européenne ?

Dans le cadre d'une opération nationale initiée par les Faucheurs Volontaires sur toute la France le 19 mars 2016, vingt et un Faucheurs et Faucheuses volontaires d'OGM comparaissaient devant le tribunal de Foix le 17 août 2017, accusés d'avoir rendu impropres à la vente des bidons d'herbicides dans plusieurs magasins de la région

faucheurs d'OGM.jpgLes militants, Faucheurs et Faucheuses volontaires d'OGM dénoncent activement le danger du Roundup

Il s'agissait de bidons de Roundup de Monsanto contenant du glyphosate et d'autres composants hautement toxiques.

Bidons d'herbicides.jpg

Saisine de la Cour de Justice Européenne en perspective

À la suite d'une audience très courte, la procureur a choisi de suivre la défense demandant au tribunal de saisir la Cour de Justice Européenne.

Cette saisine aura pour objet la mise en question de la législation européenne sur les pesticides, notamment sur leurs méthodes d'évaluation, la plupart du temps insuffisantes et biaisées. La réponse du tribunal -saisira-t-il la Cour de Justice Européenne ?- sera donnée le 12 Octobre 2017.

La législation européenne sur les pesticides mise en question

3 fraudes sont ainsi pointées de la part de Monsanto qui déclare le glyphosate formule active du Roudup, déclare les co-formulants inertes, et fait les tests à long terme sur le glyphosate seul.

glyphosate

Pour les témoins, spécialistes reconnus : Pr Gilles-Eric Séralini chercheur et professeur en biologie moléculaire à l'université de Caen, co-fondateur du CRIIGEN (Comité de recherche et d'information indépendantes sur le génie génétique), un membre de l'Association Le Chabot surveillance du réseau hydraulique local, un membre du Comité Écologique Ariègeois, Alain Moles agriculteur victime des pesticides, Sofia Gatica militante argentine contre OGM et pesticides, Cécile Stratonovitch pédiatre et pédopsychiatre Alerte Médecins Pesticides, Nina Holland, Corporate Europe Observatory, le glyphosate n'est pas la matière active du round up. Les co-formulants, poisons très corrosifs issus du pétrole, de l'arsenic, etc., 1000 fois plus efficaces et toxiques ne sont jamais testés, ni énoncés, protégés par le secret industriel.

Un premier procès pour les mêmes faits avait eu lieu à Privas, le 30 septembre 2016, les témoins étaient : Paul Bousquet, médecin ardéchois membre d'Alerte Médecins Pesticides, Leïla Jenkins, militante argentine contre les OGM et les pesticides, Frédéric Jacquemart, biologiste, Président de la FRAPNA Ardèche et ancien membre du Haut Conseil aux Biotechnologies, Joël Spiroux de Vendômois, médecin, chercheur et Président du Comité de Recherche et d’Information Indépendante sur le Génie Génétique. Ce procès aboutit à la condamnation symbolique de 200 euros avec sursis.
2 autres procès se tiendront : le 18 octobre 2017 à Béziers et le 20 Octobre 2017 à Guingamp. 

Pour plus d'information, ci-dessous les vidéos enregistrements des prises de parole qui ont suivi le procès de Foix

Sortie du Tribunal, 17 08 2017 6mn  https://youtu.be/mx1vw_Edir8


Procès de Foix, 17 08 2017 : Les témoins partie 1 33mn https://youtu.be/THd1J7X2ii8

Procès de Foix, 17 08 2017 partie 2 23 mn : https://youtu.be/5ZQu0BDIZnI

Revue de presse des actions du 19 mars 2016 https://www.youtube.com/watch?v=FedkLU16HTQ

Déclaration de Ségolène Royal : https://www.youtube.com/watch?v=5l2rA59Ec7k

06:21 Publié dans Actualités, agriculture, Associations, Béziers, Débat/Forum, deuil, développement durable, eau, écologie, Economie, Europe, France, Haut Languedoc, Hauts Cantons d'Oc, Hérault, information, mobilisation populaire, monde, Nature/Environnement, Occitanie, patrimoine, Politique, pollution, santé, sculpture, société, solidarité, Vieussan, viticulture | Tags : législation européenne sur les pesticides, cour de justice européenne, tribunal de foix, occitanie, faucheurs d'ogm, faucheurs volontaires d'ogm, le larzac, variétés mutées tolérantes aux herbicides, destructions de parcelles d’essai de colza génétiquement modifié, mutagénèse, herbicides, plantes génétiquement modifiées (pgm), plantes transgéniques, roundup de monsanto, glyphosate, composants toxiques, université de caen, criigen, association le chabot surveillance du réseau hydraulique local, comité Écologique ariègeois, alain moles agriculteur victime des pesticides, sofia gatica militante argentine contre ogm et pesticides, nina holland, corporate europe observatory, paul bousquet, médecin ardéchois membre d'alerte médecins pesticides, leïla jenkins, militante argentine contre les ogm et les pesticides, frédéric jacquemart, biologiste, joël spiroux de vendômois, gilles-eric séralini chercheur et professeur en biologie molécul, faucheurs et faucheuses volontaires d'ogm devant le tribunal de, comité de recherche et d'information indépendantes sur le génie, cécile stratonovitch pédiatre et pédopsychiatre alerte médecins, président de la frapna ardèche et ancien membre du haut conseil | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | |

lundi, 24 juillet 2017

Occitanie : communiqué de presse des Faucheurs Volontaires d'OGM

 "Nous avons rédigé des communiqués de presse envoyés aux médias lundi 10 juillet à midi, sans trop de succès en particulier pour le fauchage du champ de tournesol muté VrTH (variétés mutées tolérantes aux herbicides) - silence complet - Ce qui est relativement habituel, comme le fait que le semencier ne porte pas plainte. peut-être vaut-il mieux pour eux étouffer l'affaire ?"

Afin qu'il atteigne les lecteurs : voici le communiqué de presse concernant le fauchage de tournesol muté

OGM - Communiqué presse Usclat d Herault-page-001.jpg

dimanche, 02 juillet 2017

Occitanie : rencontre avec les Faucheurs d'OGM sur Le Larzac le 8 et 9 juillet 2017

Assemblée Générale nationale annuelle des Faucheurs Volontaires

"Les Faucheurs volontaires mènent une action globale, cohérente, depuis près de 15 ans. L’opposition des Faucheurs volontaires aux plantes génétiquement modifiées (PGM) ne se limite pas à la destruction des cultures. Certes, ce mouvement a détruit des parcelles de plantes transgéniques et mutées, mais il a aussi questionné les importations de soja génétiquement modifié dans les ports français, la pertinence de développer des variétés mutées tolérantes aux herbicides (VrTH) ou les choix de la recherche tant privée que publique en matière de développement agricole. La dernière action a eu lieu le 15 avril 2017 en Côte-d’Or : destructions de parcelles d’essai de colza génétiquement modifié par mutagénèse pour tolérer des herbicides.

occitanie,faucheurs d'ogm,le larzac,lantes génétiquement modifiées (pgm) ne se limite pas à la destr,ce mouvement a détruit des parcelles de plantes transgéniques et,mais il a aussi questionné les importations de soja génétiquemen,la pertinence de développer des variétés mutées tolérantes aux h,destructions de parcelles d’essai de colza génétiquement modifié,mutagénèse,herbicides

Nous organisons l'A G nationale annuelle des Faucheurs Volontaires dans l'Hérault les 8 et 9 juillet à la Vacquerie (juste au-dessus de Lodève). Cette A G est en partie ouverte au public et aux autres luttes en convergence avec celle des Faucheurs.

Dans ce cadre, il y aura le samedi matin une conférence de Pièces et Main d'oeuvre (PMO) avec la participation de Bénédicte Bonzi (faucheuse, Présidente d'Info OGM et membre démissionnaire du Haut Conseil des Biotechnologies). PMO nous présentera quelques unes de leurs enquêtes, notamment sur l'artificialisation du vivant, mais aussi sur les nanotechnologies, les villes intelligentes (Linky...) ... car c'est la même logique qui conduit à produire des plantes OGM, des nanos, une société entièrement tournée vers la surveillance et le contrôle des êtres humains, leur dépossession et la destruction de leurs cultures.

L'idée est d'ouvrir ensemble le champ des possibles, de montrer la diversité des angles concernant nos stratégies de lutte.

A 14 h, un point sur la législation OGM sera fait par Frédéric Prat d'Info OGM. Et l'après-midi des projections de courts métrages sur l'action des faucheurs.

Toute la journée, il y aura des stands d'associations de la région (la Conf, réseau semences paysannes, anti-nucléaire 34, Malvési, l'Amassada, ...), et un concert à 21 h.

Le dimanche soir projection du film de l'Amassada "Pas res nos arresta" suivi d'un débat. RTE (Réseau de Transport d’Électricité) veut implanter à Saint Victor et Melvieu (Aveyron) un méga transformateur électrique sur sept hectares de terres agricoles. Ce transformateur serait un carrefour important de la circulation du réseau international du commerce de l'énergie et permettrait de récupérer la production de 1000 éoliennes industrielles en construction sur les crêtes de la région. Ce film montre comment la résistance s'est organisée autour de l'Amassada (cabane construite sur les terres convoitées) et les raisons de cette lutte contre cette soi-disant transition vers une énergie dite « renouvelable » et le monde qui l'accompagne. Il a été réalisé par l'Amassada.

Vous êtes les bienvenus ! Il y a la possibilité de camper gratuitement."

Plus d'infos sur les nouveaux OGM, dont le colza et tournesol mutés cultivés depuis plusieurs années en France et qui sont des Variétés rendues tolérantes aux herbicides (VrTH )

https://www.infogm.org/des-tournesols-mutes-tolerants-a-d...

https://www.infogm.org/-les-nouveaux-ogm-

https://www.infogm.org/6273-progression-ogm-caches-vrth-france-europe

https://www.infogm.org/5676-france-faucheurs-volontaires-...

Pourquoi les Faucheurs volontaires disent NON aux VrTH mutées

http://www.faucheurs-volontaires.fr/rubrique1.php?AC=463&...

Pour Pièces et Main d'Oeuvre, conférence le samedi matin :

http://www.piecesetmaindoeuvre.com/spip.php?page=plan

Extrait de l'appel des Chimpanzés du futur : "Frères humains, sœurs humaines, Vous avez entendu parler du transhumanisme et des transhumanistes ; d’une mystérieuse menace, groupe fanatique, société de savants et d’industriels, discrète et puissante, dont les menées occultes et l’objectif affiché consistent à liquider l’espèce humaine pour lui substituer l’espèce supérieure, « augmentée », des hommes-machines. Une espèce résultant de l’eugénisme et de la convergence des nanotechnologies, des biotechnologies, des neurotechnologies et des immenses progrès de la science. Vous avez entendu l’ultimatum, cynique et provocant, de ce chercheur en cybernétique : « Il y aura des gens implantés, hybridés, et ceux-ci domineront le monde. Les autres qui ne le seront pas, ne seront pas plus utiles que nos vaches actuelles gardées au pré. » (1) et encore, « Ceux qui décideront de rester humains et refuseront de s’améliorer auront un sérieux handicap. Ils constitueront une sous-espèce et formeront les chimpanzés du futur. » (2)"

NOTES (1) cf. Magazine Au fait, mai 2014.  (2) Libération, 12/05/02 

source : http://www.piecesetmaindoeuvre.com/spip.php?page=resume&a...

Conférence sur le compteur Linky : Conférence « Contre Linky et la vie connectée » présentée par Pièces et Main d’œuvre : https://www.youtube.com/watch?v=NGPNLb0rTg4

Pour l'Amasada : https://douze.noblogs.org/

Programme :

occitanie,faucheurs d'ogm,le larzac,lantes génétiquement modifiées (pgm) ne se limite pas à la destr,ce mouvement a détruit des parcelles de plantes transgéniques et,mais il a aussi questionné les importations de soja génétiquemen,la pertinence de développer des variétés mutées tolérantes aux h,destructions de parcelles d’essai de colza génétiquement modifié,mutagénèse,herbicides

mercredi, 30 avril 2014

Vieussan : « Durant cinq mois, je vis dans les pesticides » le témoignage de Laurence

«Le témoignage de Laurence » est paru le 20 mars dernier sur le blog, pour initier "la semaine pour les alternatives aux pesticides".

Toujours en ligne le reportage vidéo de la rencontre avec Laurence

logo 7.jpg

Voir les images sur Vidéo Cantons d'Oc

Pour lire la vidéo clic sur le lien ci-dessous :

« Laurence, intoxiquée par les traitements chimiques et les pesticides »

 

Ce 21 mars  le reportage était sur  midi libre.fr... 

Les commentaires nombreux, lisibles  ici  expriment les réactions et la polémique soulevée par ce sujet de santé publique qui traite de l'usage des pesticides.

Ce "témoignage" est aujourd'hui, 30 avril, publié sur le journal papier... 

Vous le retrouverez ici tel que paru ce jour sous la forme... " plus journalistique " de l'interview :

actualités,développement durable,drouilhe,écologie,economie,hauts cantons d'oc,jardin,marché,natureenvironnement,santé,société,vieussan,viticulture,haut languedoc,vignobles,biologie,pesticides,produits chimiques,herbicides,9e semaine pour les alternatives aux pesticides

Vieussan : « Durant cinq mois, je vis dans les pesticides »

Laurence habite au milieu des vignes et se plaint de symptômes qu’elle pense liés aux pesticides.

Expliquez-nous votre situation ?

Je vis depuis huit ans dans ce mazet au milieu des vignes. Durant 5 mois, chacun des viticulteurs passe ses traitements au minimum tous les 15 jours et pas tous le même jour. La plupart des produits sont à rémanence de 48 h.

Actualités, développement durable, Drouilhe, écologie, Economie, Hauts Cantons d'Oc, jardin, marché, Nature/Environnement, santé, société, Vieussan, viticulture,vieussan, hauts cantons, haut languedoc, vignobles, santé, écologie, biologie, pesticides, produits chimiques, herbicides, 9e semaine pour les alternatives aux pesticides,

■ Laurence se dit malade

Durant 5 mois, je baigne dans les pesticides. Il y a une limite aux doses que l’on peut encaisser. Je l’ai atteinte. Je ressens des maux de tête très violents, des vomissements, diarrhée.

D’autres éléments vous alarment-ils ? 

J’ai installé mon jardin vivrier bio, au bord du petit ruisseau. Jusqu’à trois ou quatre ans en arrière, il abritait les amours batraciennes, le concert de printemps était impressionnant. Puis, un jour plus rien. Plus la moindre petite grenouille dans ce ruisseau qui serpente entre les vignes.

Qu’allez-vous faire ?

Je m’en vais, je tiens surtout à témoigner pour que les viticulteurs se rendent compte qu’ils baignent, eux aussi, dans ces produits pendant 5 mois, ça ne peut pas être sans incidence sur leur santé.

----------------

RÉACTIONS

« Indispensable »

Les viticulteurs mis en cause par Laurence se demandent ce que cette personne « fait au milieu des vignes ». D’autant que « les traitements sont indispensables à la productivité. Une agriculture sans traitements, ce n’est pas possible. »

dimanche, 23 mars 2014

C'est votre rubrique : Ici comme ailleurs, "On ne cultive plus la terre, on l’exploite."

Témoignage, dans le Vaucluse : "Les OGM empoisonnent la planète à petit feu" Recueilli par KATHY HANIN Mireille Lambertin : "On ne cultive plus la terre, on l’exploite."
Mireille Lambertin : "On ne cultive plus la terre, on l’exploite." (D.R)
 
Mireille Lambertin, médecin à Vedène et faucheur volontaire, est formelle : les OGM sont très toxiques  pour la nature et la santé.

Comment êtes-vous entrée dans ce combat contre les OGM ?

Je suis médecin et, depuis trente ans, j’ai vu certaines pathologies évoluer de façon explosive : les cancers, le diabète, les maladies auto-immunes, les troubles neurologiques comme Alzheimer ou Parkinson, les troubles de la reproduction. Il y a un lien évident entre l’air que l’on respire, la qualité de ce que l’on mange, et la santé.

Et quand j’ai vu le film de Marie-Monique Robin “Le Monde selon Monsanto”, ça a été un choc. Cette firme empoisonne la planète mais a pignon sur rue.

Monsanto est le leader mondial des semences OGM. Quel est le principe d’un OGM ?

C’est un organisme génétiquement modifié, une technique utilisée à grande échelle depuis les années 80. C’est-à-dire qu’on va modifier l’ADN d’une plante ou d’un animal. On isole un gène que l’on transforme avant de le réintroduire. Les OGM ont été créés pour rendre les plantes plus résistantes aux pesticides. Monsanto fournit donc la semence et le pesticide, le fameux RoundUp®, pour asperger les champs. Les mauvaises herbes sont détruites, la plante semée résiste. Mais le système dérape vite car la nature s’adapte, les mauvaises herbes deviennent résistantes à leur tour.

On dit que les OGM ont été inventés pour améliorer les rendements agricoles et mieux nourrir la planète. Selon vous, c’est faux ?

Évidemment que c’est faux. Les OGM ne servent que l’agriculture industrielle. En Argentine, par exemple, on rachète les terres de productions vivrières aux petits paysans pour créer de grandes exploitations de soja transgénique pour la nourriture animale ou le biocarburant. On ne nourrit pas les hommes, on fait de l’argent. Et avec l’épandage aérien de pesticides, les cas de cancers, de malformations et d’avortements se multiplient.

Existent-ils plusieurs sortes d’OGM ?

99 % des OGM sont des résistants aux pesticides. Mais d’autres ont été créés pour produire eux-mêmes leur propre insecticide. Ils diffusent donc en continu dans le sol et nous les mangeons…

C’est face à ces constats que vous êtes devenu “faucheur volontaire” ?

Oui et c’est grâce à l’action des faucheurs volontaires que le moratoire sur la culture des OGM en plein champ a été voté en 2008. Mais rien n’est gagné puisqu’il vient d’être levé par le Conseil d’État. C’est actuellement l’omerta sur les accords commerciaux entre l’Europe et les États-Unis mais les OGM en sont un des enjeux. Nous sommes très vigilants.

En France, on est donc encore préservé des OGM ?

Oui et non. Nous n’avons pas de culture mais les animaux que nous mangeons sont nourris avec des OGM. On ne le sait pas mais 80 % du soja importé chaque année du Brésil pour nourrir les porcs et les volailles est transgénique.

Et on crée des OGM “cachés”, des plantes mutées pour résister aux herbicides, particulièrement le colza et le tournesol, une technique considérée comme plus anodine qui n’entre donc pas dans la directive sur les OGM. C’est pourtant le même principe.

La toxicité des OGM est-elle scientifiquement prouvée ?

L’étude Séralini a fait grand bruit en 2012. Elle a prouvé sur des rats la toxicité rénale et hépatique des OGM. Pire, ils ont développé des tumeurs qui faisaient 25 % de leur poids. Mais cette étude choc, publiée dans une grande revue scientifique, a été retirée après que Monsanto est entré au comité de contrôle de ce journal…

Vous dites que Monsanto privatise le vivant. Pourquoi ?

Parce qu’il a breveté ses OGM. Un paysan ne peut plus ressemer ses graines, il doit les racheter chaque année. En France, les semences sont réglementées, il existe un catalogue avec des variétés de plus en plus standardisées qui s’affaiblissent. Or, la variété des semences, c’est le réservoir de la biodiversité. Il reste les semences paysannes libres mais pour combien de temps encore ?

Avec les OGM, on joue aux apprentis sorciers ?

La nature est désorientée. Les pesticides tuent les abeilles qui ne pollinisent plus. En Chine, on en arrive à polliniser les fleurs au pinceau. En Israël, on travaille sur une abeille transgénique. C’est la fuite en avant.

Peut-on encore revenir en arrière ?

Si chacun prend conscience de ce qu’il mange et fait un effort oui. L’idéal est de manger bio, local et de saison. Ce n’est pas forcément plus cher. L’agroécologie peut nourrir la planète, il suffit de renouer avec ce savoir paysan, de respecter les cycles de la nature, les sols. Mais il y a tellement d’enjeux financiers dans les OGM...

OGM : DEUX JOURS POUR EN PARLER

Samedi 8  février et dimanche 9 février, la sixème édition de "Faites sans OGM" est organisée au Thor (salle des fêtes), une des rares villes de Vaucluse gérée par un maire écologiste. Deux jours de débats, de conférences mais aussi de spectacles pour expliquer "qu'un autre futur sans OGM est possible". "Les OGM modifient de façon irréversible le monde du vivant, menacent la biodiversité et notre alimentation", alerte Mireille Lambertin.

Samedi 8 février,  de 9h30 à 12h30 : hold-up sur le vivant. De 14h30 à 17h30 : hold-up sur la démocratie. A 21h concert de Caravane Namaste et Macadam Bazar.

Dimanche 9 février, de 9h à 12h : les graines de la résistance. A 14h30 : spectacle "Amen ton pèze".

Programme complet sur www.follavoine.org

jeudi, 20 mars 2014

Vieussan : malade des pesticides, Laurence doit quitter le petit mazet de ses rêves au cœur des vignobles

Un témoignage en zone viticole. 

Appel au secours et cri d'alerte pour initier la 9e édition de la semaine "Pour les alternatives aux pesticides". 

Tandis que les viticulteurs protégés par masques et cabines « arrosent » souches et terre de "traitements", engrais et herbicides, les cours d'eau, les insectes et les riverains respirent, inhalent et consomment.

«Je vis depuis 8 ans dans un mazet au milieu des vignes, déclare Laurence. J'y ai installé mon jardin vivrier en bio au bord du petit ruisseau.

Jusqu'à 3 ou 4 ans en arrière, il abritait les amours batraciennes, le concert de printemps était impressionnant ! Puis, un jour, plus rien. Plus la moindre petite grenouille dans ce ruisseau qui serpente entre les vignes.» 

vieussan,hauts cantons,haut languedoc,vignobles,vieussan,santé,écologie,biologie,pesticides,produits chimiques,pesticides,herbicides,9e semaine pour les alternatives aux pesticidesPour Laurence, le rêve vire au cauchemar

«Quel viticulteur respecte la législation qui veut qu'on ne passe pas de désherbant à moins de 10 m d'un cours d'eau ? note amèrement Laurence. Mon jardin est chaque année, de plus en plus, envahi par divers parasites, de façon incontrôlable, il n' y a plus d'équilibre naturel

Les pesticides en cause

Son habitation est entourée de 5 exploitations viticoles différentes. « Durant les 5 mois de culture de la vigne, chaque viticulteur passe ses traitements au minimum tous les 15 jours, et pas tous le même jour. La plupart de ces produits sont à rémanence de 48 h. Ici le vent souffle bien, j'ai même installé une petite éolienne pour mon électricité. La norme veut que l'on ne traite pas a plus de 19 km/h (tremblement des feuilles dans les arbres).

vieussan,hauts cantons,haut languedoc,vignobles,santé,écologie,biologie,pesticides,produits chimiques,herbicides,9e semaine pour les alternatives aux pesticides

Durant 5 mois, je baigne en quasi permanence dans les "pesti-cides" ( tueurs de peste=de tout ce qui gène)  Il y a une limite aux doses que l'on peut encaisser... Je l'ai atteinte... » 

Un véritable empoisonnement pour Laurence maux de tête très violents, vomissements, diarrhée, et ces symptômes reviennent depuis assez fréquemment. 

« La nocivité de ces produits n'est plus à prouver et plus les viticulteurs traitent,  plus la vigne est malade, désherbée jusqu'au ras des ruisseaux qui se jettent dans la rivière où, par analyse, on retrouve des pesticides interdits depuis plus de dix ans... »

Le ressenti de ces viticulteurs ? « Elle n'a rien à faire là, au milieu de leurs vignes ! »

« Leur attitude ne laisse là dessus aucun doute. Ils ont gagné, je m'en vais, dit Laurence. Je tiens surtout à témoigner pour qu'ils se rendent compte qu'eux aussi « baignent » dans ces produits pendant 5 mois et que ça ne peut pas être sans incidence sur leur santé.

La mobilisation des habitants pour l'agriculture sans pesticides est aujourd'hui une urgence ! » affirme Laurence.

logo 7.jpg

Voir les images sur Vidéo Cantons d'Oc

Pour lire la vidéo clic sur le lien ci-dessous :

« Laurence, intoxiquée par les traitements chimiques et les pesticides »