compteur internet
Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

mardi, 26 avril 2016

Mons-la-Trivalle : une journée bio avec les jardins de Gus à la Tanek

Ce dimanche 1er mai, sera une journée exceptionnelle pour La Tanek : la petite boutique associative qui regroupe la riche exposition des produits du terroir et de l’artisanat locaux sera agréablement reverdie par la luxuriance et le parfums des végétaux.

La venue de Gus à la Tanek annonce toujours un été fertile.JPGLa venue de Gus à la Tanek annonce toujours un été fertile

Les jardins de Gus continuent leur vocation nourricière et viennent embellir toute la saison des jardiniers amateurs de vie saine, nombreux parmi les habitants les Hauts Cantons de L'Hérault.

La Tanek a changé de commune, transportant de Vieussan à Mons toutes ses productions locales, et , comme chaque année se fait une fête d'accueillir Gus et ses plants de culture biologique.

Plants de légumes bio : tomates, aubergines, courgettes, poivrons et bien d'autres, de variétés diverses, des traditionnelles aux plus exceptionnelles, et aussi des aromatiques classiques et originales et des plants de fleurs, promesse d'un bel été...

Le choix sera grand et Gus, égal à lui-même, sera là dans toute son authenticité pour accueillir les jardiniers d'un jour comme les plus experts !

La Tanek, désormais située face à la Crèche de Mons-la-Trivalle attendra de nombreux amateurs à ce sympathique rendez-vous de nature de 10 h à 19 h dimanche 1er mai.
Contact La Tanek :  tel. 07 68 41 09 39.

GUS 1°mai 16 n°2.jpg

mercredi, 05 août 2015

Vieussan : Les jardins de Gus apportent une manne de fraîcheur à La Tanek

Gus et ses légumes de plein champs gorgés de soleil s'exposeront le vendredi 7 août  de 17 h à 19 h 30,  pour un moment d'exception, à La Tanek petite vitrine ou artisans et producteurs locaux sont regroupés.

La Tanek surplombe l'Orb en bordure de la R D entre Vieussan et Tarassac. On y découvre mille et une créations et productions  locales.

agriculture,culture,développement durable,écologie,economie,hauts cantons d'oc,jardin,marché,natureenvironnement,santé,société,vieussan,bio,fleurs,jardinage,nature,environnement,portrait,la tanek,riols,saint pons,jardins,les jardins de gus

Avec Les jardins de Gus, tous les légumes de saison seront là, de nombreuses variétés de tomates, traditionnelles ou étonnantes, toutes plus savoureuses les unes que les autres, rafraîchissantes à souhait.

Des légumes biologiques, bons pour la santé, nés d'une terre cultivée dans le respect du à toute forme de vie. 

Le label AB, garantie pour les consommateurs est aussi une fierté pour le producteur adhérant à l'éthique de la charte de qualité basée sur l'interdiction de la chimie de synthèse. Il permet ainsi d'identifier les produits issus de l'agriculture biologique.

agriculture,culture,développement durable,écologie,economie,hauts cantons d'oc,jardin,marché,natureenvironnement,santé,société,vieussan,bio,fleurs,jardinage,nature,environnement,portrait,la tanek,riols,saint pons,jardins,les jardins de gusLes jardins de Gus, prodigues de légumes respectueux des équilibres naturels

Gus s'adonne avec optimisme au labeur physique quotidien, respectueux des équilibres naturels, qui nécessite une communication intime avec la terre.

Vacanciers et habitués pourront venir à nouveau faire provision de fraîcheur et de santé le vendredi 7 août puis le 14 et le 21, de 17 h à 19 h 30 à La Tanek et apprécier produits et artisanat local.

Contact La Tanek : tel  04 67 95 78 07.

Tous les mercredis, Gus est aussi présent sur le marché de Saint Pons en matininée.

vendredi, 24 juillet 2015

Vieussan : « Les jardins de Gus » sont à La Tanek ce vendredi

Le 24 juillet de 17 h à 19 h 30 Gus proposera ses légumes de plein champs gorgés de soleil devant La Tanek, boutique associative qui regroupe artisans et producteurs locaux.

La Tanek, située à gauche en bordure de la Route Départementale après Vieussan en direction de Tarassac, surplombe l'Orb. Il ne faut pas rater le parking, sur la droite, juste à quelques mètres avant la boutique.

Le stand des jardins de Gus, une abondance de beaux et bons légumes

Tous les légumes de saison seront là et de nombreuses variétés de tomates,  vertes, noires,  jaunes ou rouges, toutes plus savoureuses les unes que les autres, rafraîchissantes à souhait.

Des légumes biologiques, bons pour la santé, nés d'une terre « cultivée »  avec le respect du à toute forme de vie.

Le label Bio est une certification pour les consommateurs et une fierté pour le producteur qui revendique ainsi une éthique, souvent  mise à mal par la société « de consommation ».

L'ambition de Gus, jardinier prodigue, c'est de participer à l'échange essentiel entre la Terre et l'Homme, où la nature est une source vive.  « tu es ce que tu manges » dis le vieil adage qui engage chacun à se pencher sur cet acte indispensable à la vie : se nourrir.

« Avoir un travail pour en vivre et faire vivre autour de moi. » Telle était la décision de Gustave, voilà déjà quelques années. Une philosophie, mais aussi un rude labeur, respectueux de tous les critères du label «  bio » qui nécessite une communication intime avec la terre, un investissement physique quotidien.

Gus s'y adonne au fil des jours avec un optimisme sympathique et communicatif. Il faut le saluer pour sa constance et son engagement où tout jardinier amateur trouvera un exemple et tout consommateur son bonheur.

agriculture, culture, développement durable, écologie, Economie, Hauts Cantons d'Oc, jardin, marché, Nature/Environnement, santé, société, Vieussan,agriculture, bio, écologie, fleurs, jardinage, nature,environnement, portrait, la tanek, riols, saint pons, jardins, les jardins de gus

Un rendez-vous à ne pas manquer ce vendredi et retrouvez Gus sur le marché de Saint Pons, tous les mercredis en matinée. 

dimanche, 01 juin 2014

Vieussan : les plants du jardin de Gus deviendront grands

Gus est venu à La Tanek avec des « cagettes » verdoyantes où bien serrés, ses jeunes plants de culture bio se sont ensuite vite éparpillés. Ils sont allés remplir paniers et cabas des jardiniers, attirés et séduits par tant de variétés.

Il faut dire que Gus a choisi et sélectionné des plants pour une nourriture saine et qui réservent d'agréables surprises.

Les amoureux des jardins vivriers sont repartis, balançant au bras leur panier, les yeux emplis de visions de tomates aux couleurs chatoyantes. pour de rafraîchissantes salades d'été, bonnes pour le moral et pour la santé.

vieussan,jardinier,bio,gus,jardin

En devenant jardinier bio, Gus a fait un choix de vie, pour lui et pour les autres. Gagner sa vie  en nourrissant ses amis, c'est un idéal qui correspond à sa nature et à sa  philosophie.

vieussan,jardinier,bio,gus,jardin

Il sourit si on le félicite pour cet engagement qui ne semble pas facile dans la société actuelle. Pour lui, c'est une évidence : « Vivre plus simplement pour que d'autres puissent tout simplement vivre » ces paroles de  Mahatma Gandhi ne sont pas un but lointain, mais une nécessité immédiate. Gus les applique à la lettre.

 

vieussan,jardinier,bio,gus,jardin

 

Jardinier respectueux de l'environnement et de la biodiversité, il l'est aussi de la santé des personnes qui viennent vers lui. Ne dit-on pas « La nourriture est la première médecine » ?

vieussan,jardinier,bio,gus,jardin

Ils sont donc repartis souriants, ravis d'imaginer déjà dans leurs jardins potagers les fruits que donneront ces plants qu'ils vont choyer.

Gus, qui dispense ses soins efficaces dans son jardin à Riols est aussi le mercredi sur le marché de Saint Pons. Il y vend ses légumes et bientôt des tomates, nombreuses et variées, il en a des noires et des jaunes, des rouges vermillons et des orangées. 

Rondes, longues ou ovales, leurs goûts sont aussi divers que parfumés, autant de plaisirs à déguster sans modération durant tout l'été.

mercredi, 30 avril 2014

Vieussan : « Durant cinq mois, je vis dans les pesticides » le témoignage de Laurence

«Le témoignage de Laurence » est paru le 20 mars dernier sur le blog, pour initier "la semaine pour les alternatives aux pesticides".

Toujours en ligne le reportage vidéo de la rencontre avec Laurence

logo 7.jpg

Voir les images sur Vidéo Cantons d'Oc

Pour lire la vidéo clic sur le lien ci-dessous :

« Laurence, intoxiquée par les traitements chimiques et les pesticides »

 

Ce 21 mars  le reportage était sur  midi libre.fr... 

Les commentaires nombreux, lisibles  ici  expriment les réactions et la polémique soulevée par ce sujet de santé publique qui traite de l'usage des pesticides.

Ce "témoignage" est aujourd'hui, 30 avril, publié sur le journal papier... 

Vous le retrouverez ici tel que paru ce jour sous la forme... " plus journalistique " de l'interview :

actualités,développement durable,drouilhe,écologie,economie,hauts cantons d'oc,jardin,marché,natureenvironnement,santé,société,vieussan,viticulture,haut languedoc,vignobles,biologie,pesticides,produits chimiques,herbicides,9e semaine pour les alternatives aux pesticides

Vieussan : « Durant cinq mois, je vis dans les pesticides »

Laurence habite au milieu des vignes et se plaint de symptômes qu’elle pense liés aux pesticides.

Expliquez-nous votre situation ?

Je vis depuis huit ans dans ce mazet au milieu des vignes. Durant 5 mois, chacun des viticulteurs passe ses traitements au minimum tous les 15 jours et pas tous le même jour. La plupart des produits sont à rémanence de 48 h.

Actualités, développement durable, Drouilhe, écologie, Economie, Hauts Cantons d'Oc, jardin, marché, Nature/Environnement, santé, société, Vieussan, viticulture,vieussan, hauts cantons, haut languedoc, vignobles, santé, écologie, biologie, pesticides, produits chimiques, herbicides, 9e semaine pour les alternatives aux pesticides,

■ Laurence se dit malade

Durant 5 mois, je baigne dans les pesticides. Il y a une limite aux doses que l’on peut encaisser. Je l’ai atteinte. Je ressens des maux de tête très violents, des vomissements, diarrhée.

D’autres éléments vous alarment-ils ? 

J’ai installé mon jardin vivrier bio, au bord du petit ruisseau. Jusqu’à trois ou quatre ans en arrière, il abritait les amours batraciennes, le concert de printemps était impressionnant. Puis, un jour plus rien. Plus la moindre petite grenouille dans ce ruisseau qui serpente entre les vignes.

Qu’allez-vous faire ?

Je m’en vais, je tiens surtout à témoigner pour que les viticulteurs se rendent compte qu’ils baignent, eux aussi, dans ces produits pendant 5 mois, ça ne peut pas être sans incidence sur leur santé.

----------------

RÉACTIONS

« Indispensable »

Les viticulteurs mis en cause par Laurence se demandent ce que cette personne « fait au milieu des vignes ». D’autant que « les traitements sont indispensables à la productivité. Une agriculture sans traitements, ce n’est pas possible. »

mardi, 21 juin 2011

Mons-La-Trivalle : Marcel, le jardinier de La Mazarié a quitté les siens

Marcel Cros venait de fêter ses 91 ans avec ses enfants et sa petite fille Delphine. Il était né le 23 Mai 1920 à Laurenque, commune de Roquebrun.

Deuxième enfant d'une famille nombreuse, il connut très tôt le dur labeur de la campagne. Dès l'âge de 11 ans, pour aider sa famille, il coupait le bois, exploitait le charbon, travaillait la vigne et gardait les moutons.

 

marcel cros,mazarié,maryse,olargues,roquebrun,

Sa fille aînée Maryse, de Tarassac, lui rend hommage : « La vie l'a conduit à Saint-Vincent d'Olargues où il à épousé ma mère, Sylvette Prieu, il ont eu deux enfants, moi, Maryse et mon frère Jean... Trop vite, il se retrouve veuf, la vie n'est pas facile, mais d'un tempérament volontaire, il fait deux travaux à la fois, maçon et agriculteur, toujours au travail, même le dimanche d'ailleurs, il n'a pas souvent eu de repos.

Enfin l'heure de la retraite sonna : « Eh bien Marcel, que vas-tu faire ? Tu ne vas pas t'arrêter comme ça ? » Bien sûr que Non! Aussitôt mon père Marcel se met à la tâche, il fait son jardin, ramasse les fameux marrons de Saint Vincent, monte des murets en pierres pour les voisines, cultive encore sa petite vigne, conduit sa vieille voiture et ce jusqu'à 90 ans.

Mais la santé s'est dégradée, après deux accidents vasculaires cérébraux dont il s'était pourtant bien remis, le troisième plus conséquent ne lui a pas permis de s'en sortir cette fois.»

Marcel a laissé son jardin, ses amis, sa famille, beaucoup de tristesse et aussi de bons souvenirs : «En tous cas son devoir de père de famille bien accompli.»

Tous ceux qui l'ont connu, ses amis, ses voisines au hameau, les visiteurs qui admiraient son jardin, tous garderont de Marcel le souvenir d'un homme serviable et partagent le deuil de sa famille.