compteur internet
Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

lundi, 02 octobre 2017

Votre chronique : deux manifestations cette semaine pour HURLEVENT ASSO

Deux invitations à manifester, le 5 et le 7 octobre 2017  dans l'Aude et l'Hérault pour HURLEVENT ASSO

Rendez-vous à la mairie de Riols jeudi 5 octobre à 10 H

"Notre but est d'essayer d'obtenir du maire de revenir sur sa décision d'implanter dix éoliennes, et à cet effet qu'il réunisse le conseil municipal pour en délibérer...

Banderoles déployées devant la mairie de Saint-Pons-de-ThomièresBanderoles déployées devant la mairie de Saint-Pons-de-Thomières © Gaëlle Schüller 29/03/2017

Nous ne manquons pas d'arguments : la délibération de mi-décembre 2015 n'est pas valide puisque la décision n'avait été acquise qu'à une voix de majorité et sous réserve que la décision de la com'com d'alors ne soit pas entachée d'illégalité. Or cette dernière question n'est pas réglée et ne risque pas de l’être.

Les communes alentours ont, soit donné un avis défavorable, dont celle de Pardailhan qui sera très impactée, soit approuvé du bout des lèvres. Ce projet est loin de faire l'unanimité, surtout à cause des nuisances.

Et puis, il y a tout ce que nous venons d'apprendre sur la mortalité des oiseaux et des chauves-souris (mort de nombreux faucons crécerelles à  Aumelas, d'un aigle royal juvénile sur l'Escandorgue, événements qui ont provoqué la colère de la Fédération Nationale de l'Environnement qui a attaqué EDF EN en justice pour Aumelas et menace de le faire pour tous les projets qui n'auront pas fait l'objet d'une demande de dérogation pour destruction d'espèces protégées...) Il faut savoir que pour Riols 2, EDF EN refuse de faire ce type de demande. Venez nombreux soutenir notre délégation !

 

 Stop à l'éolien industriel

Vents et Territoires Contre l'éolien industriel dans les campagnes et en mer

Ensuite, à Carcassonne, pour appuyer l'action de nos camarades de Bourriège dans l'Aude, qui résistent héroïquement depuis plus de deux mois à l'opérateur et aux autres détenteurs de pouvoir le samedi 7 octobre à 10 H voir Appel ci-dessous."

Appel à manifester le 7 octobre à 10 h 30 à Carcassonne

Et le 2ème arrêté d’alignement est arrivé au   pont du Gourga. Il privatise une nouvelle partie de la RD52 en spoliant 4 nouveaux propriétaires. Valéco va tenter de passer sur l'autoroute octroyée par le conseil départemental de l'Aude.... D’ailleurs vendredi quand le nouvel arrêté est arrivé, il était très important pour le conseil départemental de signifier devant un camion que l'on avait obligé à monter...pour ne pas passer ...que "les bons élèves" avaient fait leur travail et qu'en l'absence des propriétaires l’arrêté ne pouvait pas être mis en place ce jour là...Pour des gens qui sont censés participer aux économies d'énergie , ça laisse songeur ...
Ce qui l'est aussi c'est à la fois le gaspillage des deniers publics pour faciliter le passage d'une compagnie privée- qui a toujours dit qu'elle n'avait aucun problème avec les voies d'accès!- .... et l’attitude des responsables politiques , administratifs et judiciaires dont aucun n'a le courage de dénoncer la gabegie de ce projet en reconnaissant que ce permis n'aurait jamais du être octroyé...

 
Y aura-t- il un courageux / une courageuse pour venir témoigner que les projets comme celui ci  qui sont sensés participer à la réduction du CO2 tout en faisant le contraire et en faisant reculer  la démocratie et la république sont une gifle pour toute la démarche écologique ? Une courageuse/ un courageux pour dire que l'aide à la liberté d'entreprendre s’arrête où le mépris des citoyens et les abus de pouvoir commencent ?

Parce qu'il va falloir un courageux ou une courageuse pour mettre un terme à ce projet ou... participer, ensemble et complices, à une honte républicaine !
 
Nous en sommes à cette phase cruciale où les uns et les autres sont "embarrassés" ... Ne le soyez pas... l'affaire est claire : les compagnies ont menti les unes après les autres en se passant la "patate chaude".  Depuis le début elles savaient ne pas avoir les voies d'accès dont Valéco, la dernière, que nous avions informée par courrier de cette impossibilité.
 
Y-a-il eu des personnes qui ont pu l'induire en erreur ou lui faire croire qu'elle pourrait néanmoins passer?
 Avec la cohorte de techniciens en tous genres et d'avocats "payés au mois": nous avons du mal à imaginer que cette compagnie y soit allée sans aucune assurance... Il est temps de savoir lesquelles et pourquoi?

La compagnie savait qu'elle ne passait pas … et elle ne passe pas. Il est peut être temps de définir les responsables des manquements de ce projet.

Mesdames et messieurs les élus, 
si vous pensez qu'en autorisant des projets comme celui ci vous participez à la transition énergétique, vous vous trompez. Vous ne faites que la freiner puisque les  vieilles méthodes refont
 surface et  les citoyens guettent autant "les passe droit" que" les passe pont"...

 
Au contraire une victoire citoyenne sur la RD52 serait un très bon signe pour tous ceux qui sont convaincus, comme nous, que la transition énergétique ne peut pas se faire en bafouant la démocratie mais au contraire en agissant d'une autre façon , dans la transparence , dans la concertation et dans le respect des citoyens.

C'est une chance, à ne pas laisser passer,  de démontrer qu'une nouvelle démocratie est, peut-être, en marche en se servant du projet de Bouriège pour ne pas accepter... l'inacceptable.

 Il serait bon d'ailleurs de remercier les citoyens qui se battent depuis plus de  100 jours pour le respect de la loi, de l'environnement et de la propriété privée plutôt que d'en faire des "boucs émissaires" pour mieux s'en débarrasser...

A ce jour nous demandons au législateur une loi anti-bâillon et à tous ceux qui ont les compétences pour l'élaborer à participer à un groupe de travail.
Nous appelons à une grande manifestation le samedi 7 octobre à partir de 10h30, place Carnot à Carcassonne.

Nous comptons sur chacun et sur tous. Nous devons être nombreux.
 25 sept. 2017 Le Collectif des Résistants du Pont du Rec

 
« Toute lutte qui réussit crée un nouveau possible, toute résistance crée de nouvelles possibilités d’émancipation et de vie, créant donc une jurisprudence au sens où cela devient faisable. »,
Miguel Benassayag et Angélique Del Rey, De l’engagement dans une époque obscure, Le passager clandestin, 2011.

"Nous appelons à une manifestation pacifique le samedi 7 octobre à partir de 10 h3O sur la place Carnot à Carcassonne.
 
Nous tenons à informer sur ce qui se passe quant à l'invasion éolienne dans l'Aude et comment notre département 
est en train d’être "vendu" aux marchands de vent.

A cette occasion nous distribuerons des tracts d'explication. Nous parlerons de ce qui se passe sur la RD 52 entre Bouriège et St Sernin et comment des citoyens "résistent" depuis plus de 100 jours : nous vous raconterons  l'histoire des ponts du Rec et du Gourga

Et nous vous demanderons de soutenir la demande d'une loi "anti baillon »
L'Aude est belle et généreuse, elle mérite d’être défendue
 : alors, nous comptons sur la présence de tous, car nous
avons besoin de chacun.

La loi N°76-629 du 10 7 1976 dit :" Il est du devoir de chacun de veiller à la sauvegarde du patrimoine naturel dans lequel il vit. Les activités publiques ou privées d'aménagement, d'équipement et de production doivent se confronter aux mêmes exigences ...

Pour que cette manifestation soit l'expression d'un nouveau possible en terre d'Aude et en Occitanie, venez exprimer votre citoyenneté."

lundi, 14 août 2017

Votre chronique : HURLEVENT ASSO communique

olien La période de l'été

Ce compte-rendu des événements concernant l’éolien industriel est devenu un peu irrégulier. Mais nous allons essayer de nous y tenir.

En cette fin de printemps et ce début d’été, les deux points forts sont la lutte héroïque des habitants de Bouriège (Aude) contre le projet éolien qu’on veut leur imposer, lutte remarquable que nous vous proposons de soutenir, et celle du Collectif TNE-Occitanie-Environnement dans le cadre du plan régional concernant l’énergie.

Stop à l'éolien industrielhttp://ventsetterritoires.blogspot.fr/2017/02/aude-destru...

Nos amis de Bouriège luttent depuis plus de deux mois pour faire barrage à la construction d’un projet éolien près de leur village. Ils avaient épuisé tous les recours en justice et n’avaient plus que ce moyen pour empêcher l’érection des éoliennes. Ils ont reçu de l’aide physique et morale d’un peu partout en Occitanie et en France et ont pu jusqu’à ce jour empêcher le passage des camions et des engins vers le site prévu.

Ils ont eu à faire face à des manœuvres d’intimidation et à de la violence de la part de l’opérateur, qui n’a pas manqué d’en traduire un certain nombre en justice, à des arrêtés illégaux du Conseil Départemental qui n’a manqué aucune occasion de piétiner la démocratie et la légalité, et à un préfet attentiste, favorable à l’éolien…

Nous avons choisi des textes-jalons pour que vous puissiez vous rendre compte du courage de nos amis et de la violence de l’opérateur auquel le département apporte tout l’appui possible (en commettant des erreurs). Le troisième document se termine sur une demande d’aide qui s’adresse à tous et à chacun.  Notre association ne manquera pas de décider d’envoyer un peu d’argent lors de sa prochaine réunion, mais nous pensons qu’il est souhaitable, pour ceux qui le peuvent, d’envoyer un peu d’argent à titre personnel. Les coordonnées du collectif de résistance sont dans le troisième texte.

Le Collectif TNE-Occitanie-Environnement poursuit son travail à l’échelle de la région

Au niveau du Parc Naturel Régional du Haut Languedoc, vous avez pu constater, grâce à notre dernier message, que la question des 300 éoliennes maximum  a été largement clarifiée. Ce résultat est satisfaisant.

Au niveau plus large de la région tout entière, le collectif a multiplié les contacts tant avec la DREAL qu’avec les responsables régionaux : présidente, vice-présidente, chef de cabinet… afin d’être associé à l’élaboration du plan régional de l’énergie (cf. la volonté de devenir une « région à énergie positive »), mais nous avons eu la désagréable surprise de constater que nous avions été tenus à l’écart (« Cela aurait fait trop de monde », dixit Madame Delga). Une fois de plus, les élus montrent qu’ils ont une conception très particulière de la démocratie.

Nous avons appris cette nouvelle lors d’une réunion programmée au siège d’EDF EN entre la présidente et la direction d’EDF le 19 juillet dernier à 15 h à Colombiers, près de Béziers. Un groupe de militants s’était posté devant l’entreprise pour interpeller les élues. La  vice-présidente A. Langevine est arrivée la première : elle a essuyé de vifs reproches concernant notre mise à l’écart de la commission énergie. Elle a bien essayé de sauver la mise en disant qu’à l’automne, nous pourrions participer à la concertation sur le plan énergie (appelé « REPOS »). Mais c’est toujours la même chose : au stade de l’élaboration des projets, nous sommes toujours « évités ».

Quand, une demi-heure pus tard, Me Delga est arrivée, la discussion a repris, tendue, vive parfois, mais le mal était fait et elle n’a pu que répéter que nous avions un rôle à jouer dans la concertation. Evidemment, nous étions très mécontents et nous l’avons fait savoir.

Le collectif régional s’est, depuis lors, mis au travail pour élaborer un projet pour la région qui n’aura pas de mal à être meilleur que celui du conseil régional (qui, entre autres, oublie complètement la géothermie et la pile à combustible !) Nous aborderons la « concertation » bien décidés à faire bouger fortement les lignes. Ce sera pour septembre-octobre.

Quant à l’actualité de notre vallée, nous l’aborderons dans un prochain message.

A bientôt.

Documents ci-dessous

Valeco stoppée en référé

http://www.ladepeche.fr/article/2017/07/12/2611125-valeco...

Le chantier de construction des éoliennes du parc de la Bruyère a connu, hier, un sérieux coup d'arrêt./Photo DDM, archivesLe chantier de construction des éoliennes du parc de la Bruyère a connu, hier, un sérieux coup d'arrêt./Photo DDM, archives 

La société Valeco a été déboutée, hier, de son référé intenté contre onze opposants au projet du parc éolien de la Bruyère. Le chantier reste donc au point mort, jusqu'à nouvel ordre.

Le parc éolien de la Bruyère, porté par la société Valeco, est-il en passe de devenir un fiasco industriel ? Si rien n'est encore écrit sur la commune de Bouriège où devaient s'élever six aérogénérateurs, les choses se compliquent très sérieusement. Hier, la justice a débouté Valeco, demandant de reconnaître que les opposants au projet ne respectaient pas un arrêté de circulation pris par le conseil départemental. Arrêté qui, selon elle, lui aurait permis de mener à bien l'acheminement des morceaux d'éoliennes sans encombres. Restait un détail d'importance. Les camions au gabarit hors normes ne peuvent réellement transporter les éléments sur la RD 52 qu'en empiétant sur des propriétés privées.

«Aucune exception»

La juge des référés n'est pas entrée dans ce détail. Au terme de son délibéré, elle s'est limitée à analyser le contenu de l'arrêté départemental du 6 juin, interdisant circulation et stationnement sur une partie de la route départementale entre 6 heures et 20 heures Et la magistrate de noter que cet arrêté «ne prévoit aucune exception à cette interdiction. La société Parc éolien de la Bruyère ne peut donc pas se prévaloir d'un droit à circuler sur cette partie de la RD 52».

Pour pouvoir poursuivre le chantier, Valeco devra donc trouver une autre astuce. En attendant, l'arrêté départemental étant devenu caduc, la circulation est de nouveau libre sur la RD 52.

Valeco a toutefois la possibilité de saisir le juge du fond. La juge des référés rappelle qu'il ne lui appartient pas «d'interpréter l'arrêté départemental pour pallier les défauts de sa rédaction».

En ce sens, Valeco pourrait donc demander à bénéficier d'une nouvelle mesure dérogatoire de circulation.

Une demande qui pourrait aussi s'apparenter au début d'un nouveau feuilleton judiciaire. Car le vrai débat reste la largeur de la chaussée. Les camions peuvent-ils accéder au chantier sans entrer, ne serait-ce qu'un peu, sur une propriété privée ?

----------------------------------------------------------------------------------

OCCITANIE 11 AUDE Bouriège & Toureilles
BOURIEGE
Ainsi nous avons eu gain de cause contre la société du Parc la Bruyère-dont Valéco est actionnaire
principal - qui a été déboutée et condamnée à 2000 euros (cf document joint). Lors du passage en force du
convoi éolien le 21 juin dernier, à 5h du matin, nous avions bien souligné que nous avions perdu une
bataille, mais pas la guerre, aujourd'hui c'est nous qui avons gagné une bataille mais nous ne pouvons pas
crier victoire pour autant.
La différence entre les 2 c'est que nous l'avons fait légalement.
En effet l'assignation d'heure en heure nous reprochait de ne pas respecter un arrêté du conseil
départemental censé selon la Société requérante lui accorder le monopole de la circulation. Or, l‘arrêté en
question concernait une interdiction de circuler à tous les véhicules, y compris les convois commandés par
le promoteur des éoliennes....
Nous avons eu raison sur ce point mais pas au-delà. ! Si le conseil départemental se fait complice
de cette compagnie face à des citoyens qui se battent pour leurs droits, il peut produire1 nouvel arrêté sans
faire d'erreur !
Je ne peux pas m’empêcher de rappeler le coût des erreurs de l’administration, dans ce dossier.
Cette assignation en est une parmi tant d'autres, et si les vérifications premières quant à l'étude d';impact
avaient été faites, nous n’en serions certainement pas là aujourd'hui puisque le permis de construire
n'aurait jamais été donné.
Je répète mon credo : pourquoi des citoyens devraient-ils subir les lacunes, les défaillances, les
erreurs de certaines administrations q'ils rémunèrent par ailleurs.
En pays de droit, il s'agit que ces administrations reconnaissent leurs erreurs .Sur le pont du Rec, si
le conseil départemental réitère1 nouvel arrêté de circulation les camions ne passeront pas puisque depuis
12 ans, la largeur n'y est toujours pas.....

La presse s’est faite l’écho d’un arrêté que veut prendre le conseil départemental, celui de
l'élargissement de la route à partir de la propriété privée sur laquelle nous sommes depuis le début.
Notre combat est donc loin d’être terminé, mais aujourd'hui, avec cette seconde victoire juridique, je ne
peux m’empêcher de penser à tous ceux qui nous soutiennent et qui nous ont envoyé des mails pour nous
dire combien il fallait que l'on poursuive parce que, eux, n'avaient pas pu, et combien je les comprends :
parce qu'il y a 10 ans, si le noyau que nous étions - dont notre président des Amis de St Sernin qui a 83
ans aujourd'hui - n'avait pas eu le temps, l'énergie, la conviction, les moyens –y compris financiers - de se
battre contre un projet qui bafouait à la fois la démocratie, la république, la justice et les citoyens que nous
sommes, nous aurions les éoliennes de ce projet depuis déjà 10 ans...et ce n'est pas juste que toutes ces énergies - non renouvelables celles là - soient dépensées en raison des erreurs de certains.

Il serait bon de rappeler à chacun et à tous que toutes les irrégularités, pressions qui se passent
aujourd'hui sur le Pont du Rec sont autant de preuves de la fraude que nous dénonçons depuis...10 ans, et
nous tenons à ce que cette fraude soit reconnue.

Enfin pour rester sur une note positive et estivale, nous engageons tous ceux qui ne seraient pas
encore où passer leurs vacances à venir visiter la Haute Vallée de l'Aude et plus particulièrement le
hameau de Saint Sernin, celui des résistants qui habitent près du Pont du Rec.

D'ailleurs même si les routes étaient fermées à la circulation, les terres de tous les habitants mises
bout à bout nous permettraient d'arriver au Pont du Rec par « les nouveaux chemins... de résistance..!!! ».
Plus que jamais, le Rec sera le pont d'une victoire démocratique ou d'une honte républicaine.

Agnès Roy

------------------------------------------------

Michel BRONCARD Résistance ! 31 juillet

 Des nouvelles de Bouriège.  

 Ils ont besoin de votre aide. 

Michel Broncard   Vice Président de la Fédération Environnement durable

06 23 80 71 93

--------------------------------------------------------------------------------

Pont du Rec 55e jour

 Désolée pour ce manque d'assiduité à vous donner quelques nouvelles mais d'une part je savais que certaine relais étaient pris notamment par la revue de presse qui est une courroie de transmission essentielle dans notre combat.-Qu'elle en soit ici remerciée...au moins 55 fois!-  d'autre part parce que la semaine  a été faite d'évènements auxquels il a fallu participer mais aussi préparer.

Je ne reparlerai que brièvement  de cette 2e assignation d'heure en heure qui est pour nous, citoyens, une grande incompréhension et une grande" injustice". Comment comprendre qu'une compagnie privée peut assigner sans preuve- et en l’occurrence en plein mensonge- 11 personnes- (dont 2 qui n'ont jamais été sur ce pont!) pour la 2e fois - et en faisant accessoirement 1 copié/collé alors qu'elle a été condamnée pour la même affaire 15 jours plus tôt???? C'est une instrumentalisation de la justice qui nous parait inqualifiable.
 > Est ce acceptable en démocratie? Je repose ici la question d'un groupe de travail  pour proposer de légiférer sur une loi "anti-bâillon".  Comment le simple citoyen peut il faire face aux multiples pressions, poursuites, procès etc… la lutte est disproportionnée et ce n’est pas l’aide juridictionnelle qui peut y répondre !

Le droit d’expression, les convictions et la résistance se paient très chers et c'est dans cette guerre de l'argent que nous nous trouvons parce que c’est leur arme de prédilection. Il faut nous soumettre, à n'importe quel prix!!!!  Et nous" payons", aussi, avec notre temps , nos énergies, nos choix à faire entre la famille , le travail , la vigne , les vacances qui se prendront l'année prochaine ,nos désarrois parfois, nos émotions toujours ...Parce que nous revendiquons en plus ces dernières comme 1 bastion contre "l’inhumanité" en marche ...
Nous défendons la terre sur laquelle nous avons choisi de vivre. Rien de plus et nous avons la force de ceux qui se battent pour la justice...Même si, après 55 jours, certains jours, "on fatigue"...

La presse d'aujourd'hui, dimanche 30 juillet, à travers les journaux de La Dépêche et de l'Indépendant donnent des C.R du "verdict" sur lequel je ne m'étendrai pas.... bien que j'ai conscience de le faire par ailleurs ...

Il est vrai que si certains trouvent des similitudes avec d'autres combats lus dans les livres d'histoire, il y a vraiment de quoi . En dehors de la "colonisation" il faut dire que nous avons l'impression de jouer dans un remake de la dernière guerre puisque nous sommes à St Sernin en "zone occupée" puisque la réponse du directeur de cabinet du président du conseil départemental va dans ce sens.  Comme vous le savez, le 5e arrêté de circulation  en 1 mois! et daté du 17 juillet " ferme" l'accès à St Sernin du lundi au vendredi de 6h à 20h -ces gens là travaillent 14h par jour!!! -et ce jusqu'au 6 septembre sauf pour les engins éoliens de Valeco, les services de gendarmerie et de sécurité et nous, riverains. Nous avons donc rencontré Mr Baro, l'un des vice-présidents du conseil départemental pour l'alerter sur l'incongruité de la situation puisque cela signifie que la famille, les amis, les clients des gites, les livreurs ne peuvent plus monter à St Sernin. Je ne parle pas des étrangers, touristes, promeneurs et autres qui auraient l'outrecuidance de vouloir visiter les lieux… Quant aux nuisances pour les économies touristiques et viticoles et  la dangerosité de la situation en période de vendange, de rentrée des classes nous en parlerons encore moins. D’autant plus, qu’il n’y a aucune nécessité de bloquer la route D52 après l’intersection de St Sernin le chantier se situant en amont. Le promoteur, lui, voit l’arrêté du 13 juillet remplacé par celui du 17juillet avec une seule différence : une ligne où Valeco a le droit de "stationner", forcément sur la chaussée et donc à bloquer la circulation ...

Bref ! pour Valeco on change l’arrêté et pour nous,  la proposition de Mr Brunel est:"...les locataires des gites et autres résidences de tourisme pouvant prouver leur réservation  peuvent sans restriction circuler sur la RD52 à toute heure. De même, toute personne pouvant prouver qu'il doit se rendre au hameau de St Sernin peut être autorisé à le faire, tel que le ramassage des déchets." ....      édifiant !

Nous avons donc décidé, pour être résilients plutôt que déprimés, de faire le choix de l'humour, en éditant  des "laisser passer" pour la Principauté de St Sernin...!!!!

Enfin,  après avoir fait face à 10 ans de tribunal administratif ;   les factures de ce dernier  trimestre :  un pourvoi en conseil d’état, 6 constats d'huissier, 2 relevés de géomètre expert, 4 référés, 1 recours en excès de pouvoir…. commencent à alourdir nos épaules …Il nous faut quelques "munitions"...supplémentaires, en effet, notre résistance implique sans doute un référé liberté et nous sommes sous la menace d’une astreinte de 500€ par jour… pourrons nous tenir le temps nécessaire ?

http://ventsetterritoires.blogspot.fr/2017/08/aude-destru...

Que ceux qui peuvent nous aider le fassent.

 Envoyez vos dons –chèque libellé   au nom de l’association « Les Amis de St Sernin »  et adressé à :

Les   Amis de StSernin

 Traverse du hameau

 Hameau de St Sernin

11300 Bouriège.

Agnès Roy pour le Collectif des Résistants du Pont du Rec

Plus d'informations : ICI

La Fête du vent se prépare avec l'AMASSADA : 

Flyer FDV 2017-297X210 3 volets plis roulés light.pdf

jeudi, 25 mai 2017

HURLEVENT ASSO : Depuis le début de l'année...

Cela fait pas mal de temps que n’avons donné de nouvelles de l’éolien (aux niveaux local, départemental et régional). Ce début d’années a été riche en événements)

"Vous le savez : l’an dernier, les anti-éoliens se sont constitués en collectif au niveau de la région Occitanie. Ce collectif a continué à structurer son organisation de façon à être efficace. Il a eu de nombreux contacts avec les principaux responsables aux nivaux administratif et politique.

albi,collectif régional,eolien,compte rendu réunion du 23 novembre 2016,hurlevent asso

L’objectif était d’informer les élus et collaborateurs  sur l’éolien (ce n’était pas un luxe), de faire connaître notre point de vue sur les énergies renouvelables, et en particulier de participer aux travaux de la commission spécialisée en la matière (elle a pour mission d’analyser les problèmes énergétiques et de piloter tout autant que faire se peut, la programmation des énergies renouvelables en Occitanie, région « à énergie positive »). De même, le grand public étant peu informé des nuisances de l’éolien, un travail important en direction des médias a été mis en place.

Les responsables des départements se réunissent tous les deux ou trois mois (la communication se faisant, dans l’intervalle par courrier  électronique).

Une de ces réunions avait lieu à Rodez le 21 janvier dernier à Rodez, le jour même de la grande manifestation contre le transformateur géant de St-Victor et Melvieu. Manifestation très réussie.

Deux jours auparavant, une délégation de TNE PNRHL était reçue par M. Vialelle au siège du Parc Régional. Objectif : faire en sorte que la limite de 300 éoliennes maximum soit respectée et obtenir que les décisions de la commission spécialisée du Parc appelée à donner son avis sur les projets éoliens ne le fassent plus dans le plus grand secret. Le premier résultat a été que des délégués de TNE ont été admis à participer à la réunion suivante de la commission spécialisée et ont pu faire des remarques, le 11 avril dernier.

Deux projets étaient à l’ordre du Jour : Courniou et Les Verreries de Moussans. Ils ont été exposés par les personnels du Parc avec projection de cartes et de croquis. Mais comme on avait refusé de nous communiquer les dossiers ou du moins des éléments suffisants auparavant, nous ne pouvions pas être efficaces dans la discussion qui a suivi. Du coup, il sera très important de crever cet autre abcès : celui de la communication du dossier dès qu’il aura été déposé en préfecture (ce qui, soit dit en passant, est le cas du projet des Verreries qui reste bloqué jusqu’ici).

Nous n’étions pas admis à la phase finale de la commission: la délibération et le vote. Du coup, nous ne savons rien de la décision concernant le Verreries de Moussans. En revanche, pour Courniou, nous avions appris dès avant la séance, qu’EDF avait retiré son projet.

Ce retrait s’explique aisément quand on sait que les citoyens de Courniou se sont très bien battus : l’association Protection Somail, appuyée par Hurlevent, après une pétition bien conduite (plus de 80 % de signataires dans la commune), a obtenu que le conseil municipal se prononce très majoritairement contre le projet. Elle a ensuite continué la pression. C’est ce qui a contraint EDF EN a retirer son dossier. Mais pour combien de temps ?

Les Verreries de Moussans : Il y a peu de riverains vers le Sud, et peu armés. Côté Courniou, il y a du monde et il est apparu qu’il y avait des co-visiblités importantes à partir de certains points du village. Ce sont donc les citoyens de cette commune qui sont le plus directement concernés par ce projet.

Entre temps, c’était l’enquête publique de Riols 2. Hurlevent n’avait pas appelé à y participer, mais a appelé à manifester à St-Pons le jour où le commissaire enquêteur était en mairie. Après quelques prises de parole et de premières interviews, il a été décidé d’entrer, tous, dans la salle où il recevait. A suivi une assez longue discussion entre le public et le commissaire, couverte par France Bleu Hérault et FR 3*. Il fallait le faire pour marquer notre désapprobation.

A ce jour, nous attendons le rapport du commissaire (15 jours de retard).

Nous allons maintenant préparer la commission départementale de la nature, des paysages et des sites (CDNPS) qui va donner son avis avant la décision préfectorale. Notre objectif est de nous faire entendre, , de sorte que tous les membres aient bien pris connaissance de notre argumentation.

Il ne manque pas de pain sur la planche.

Désolés de ne pas avoir donné davantage de détails. Certaines choses se préciseront dans les prochains messages. Nos objectifs principaux sont de nous faire entendre, de faire connaître notre façon de penser et, pour cela, agir sur les communes où les problèmes se posent… et aux niveaux où les décisions se prennent.

*grâce à Michèle, merci !"

samedi, 31 décembre 2016

Hauts Cantons d'Oc : communiqué de HURLEVENT ASSO

Le mois de décembre. Création du collectif régional TNE Occitanie-Environnement

"Bonjour à tous ! 

Comme nous vous l’avions annoncé dans notre dernier compte-rendu (la période d’automne), les associations anti-éoliennes de toute l’Occitanie se sont réunies à Albi le 23 novembre dernier pour proposer la création d’un collectif (ou d’une fédération), et ce afin de constituer un groupe conséquent et solide face aux représentants de la Région et de l’Etat (il y avait une trentaine de participants).

albi,collectif régional,eolien,compte rendu réunion du 23 novembre 2016,hurlevent asso

Ensuite, les associations ont été consultées sur ce que serait ce groupe (collectif ou fédération) et sur le nom qu’on lui donnerait. Le résultat a été : Collectif Occitanie-Environnement.

Dans la foulée quasiment, à l’occasion du salon EnerGaïa, au Palais des Expositions à Montpellier, une conférence de presse était organisée dans un café pour faire connaître l’existence de ce nouveau collectif ainsi que ses motivations et revendications. C’était le 13 décembre.

Et le lendemain, des militants distribuaient à l’entrée du salon le tract ci-joint.

NOTRE RÉGION MÉRITE MIEUX !

Manifeste pour une région à énergie positive,

positivement humaine

L’État et le Conseil régional sont co-responsables depuis 2012 d'une politique publique de l'énergie

« ambitieuse ». Nous, citoyens, n'avons pas été associés à son élaboration. En privilégiant l'éolien

industriel - 3600 MW éoliens installés en Occitanie d'ici 2020, soit environ 1450 éoliennes

industrielles - on a laissé le champ libre aux seules logiques d’intérêt privé de ce secteur.

L'éolien industriel bafoue nos droits et notre santé.

Il rompt insidieusement les liens qui nous attachent aux lieux où nous vivons.

NOUS ALERTONS sur :

● les nuisances des éoliennes notamment sonores et infrasonores qui altèrent la santé des riverains et

n'ont jamais été évaluées

[Les industriels de l'éolien ont obtenu une dérogation injustifiable au code de la santé, refusent la distance

de 1500 m recommandée par l'académie de médecine et sont dispensés de mesurer les basses

fréquences nocives émises par leurs machines]

● le foisonnement anarchique des projets qui bouleversent la vie économique et sociale en milieu

rural, la biodiversité, la qualité des paysages et la notion même d’espaces naturels

[1450 éoliennes = 1 million de tonnes de béton,

72 000 tonnes d'acier soit 10 fois la tour Eiffel,

15 km2 de terrain naturel transformé en zones techniques.

Plus de la moitié de ces éoliennes industrielles se concentrent dans des parcs naturels régionaux et des espaces sensibles]

● la multiplication des infrastructures (transformateurs, lignes HT...) qui produisent des impacts et des

coûts jamais présentés au public

[Les surcoûts liés à l'éolien industriel provoquent une augmentation incontrôlée du prix de l'électricité et contribuent directement à aggraver la précarité énergétique ]

NOUS DEMANDONS

● que soient abrogés les schémas éoliens régionaux de 2012 et

stoppée l'installation d'éoliennes industrielles dans les milieux naturels et

les espaces ruraux de notre région

● que les citoyens soient associés à l'élaboration des politiques

énergétiques qui touchent directement leur environnement et mobilisent

des budgets colossaux

● que la politique régionale soit réorientée vers de vraies économies

d'énergie et des énergies renouvelables socialement, économiquement,

écologiquement viables

Nous luttons pour que soient préservés, pour tous et pour l'avenir, des espaces de nature authentiques et

accueillants, riches d'histoire, de beauté et de biodiversité.

Collectif de 140 fédérations

et associations de protection de l'environnement,

de la qualité de vie et du patrimoine,

opposées à l'invasion de l'industrie éolienne dans les milieux naturels et les espaces ruraux d'Occitanie.

toutesnosenergies@laposte.net

Ces deux journées ont été bien couvertes par les médias, entre autres par FR3 (deux fois) et le Midi Libre.

Outre le tract de présentation du Collectif régional, nous vous joignons la copie d’un article du Midi Libre qui accorde une place importante à David Augeix, directeur d’EDF EN. (lien : http://www.midilibre.fr/2016/12/14/region-non-l-eolien-n-est-pas-bloque,1440127.php)

Nous ne manquerons pas de revenir sur cet article, car c’est bien d’EDF EN que doivent venir nos principaux ennuis ces temps prochains (pour notre vallée).

A bientôt."

Manifestation à Rodez le 21 janvier à Rodez : transport par bus

"Bonjour à tous !
En pièces jointes, vous trouverez l'invitation à une manifestation contre la prolifération des éoliennes dans notre région. Toutes les associations de TNE Occitanie Environnement sont concernées. Ce rassemblement doit être une réussite.
 
albi,collectif régional,eolien,compte rendu réunion du 23 novembre 2016,hurlevent asso,courniou,pardailhan,les verreries de moussans,éolien industriel,l'amassada,https:douze.noblogs.org,super-transformateur,st-victor-et-melvieu, Attac Jaur Somail,cnt des hauts cantons

A cet effet, Attac Jaur Somail et la CNT locale proposent un autobus pour les gens de notre vallée intéressés par cette manifestation. Le ramassage serait organisé en fonction des inscriptions.
La participation aux frais serait pour chacun de 10 à 12 euros.

Prière de s'inscrire  à la permanence de la CNT (rampe du Marché à Saint-Pons) ou à la Cigale, (3, Rte de Castres à Saint-Pons).

A bientôt."

lundi, 28 novembre 2016

Votre chronique : HURLEVENT ASSO, bilan de la période de l’automne

"Ci-dessous le compte-rendu de la dernière période sur les faits et événements concernant l’éolien dans notre coin et dans la région.

Jusqu’à cette fin de novembre, il ne s’est pas passé grand chose d’officiel : la préparation des projets éoliens reste toujours aussi secrète : Nous sommes obligés d’attendre que l’inspecteur des installations classées pour l’environnement (ICPE) ait terminé ses échanges avec l’opérateur pour espérer obtenir le dossier d’étude d’impact. C’est ainsi que pour le dossier de Riols 2, qui était pourtant abouti pour le permis de construire, nous avons du attendre jusqu’à cette fin de novembre la déclaration de recevabilité. Il nous faudra encore quelques jours pour pouvoir consulter le dossier. Que ceux qui voudraient pouvoir en disposer pour voir comment le contrer veuillent bien nous le faire savoir en réponse à ce message (association.hurlevent@gmail.com).

albi,collectif régional,eolien,compte rendu réunion du 23 novembre 2016,hurlevent asso

Même mot d’ordre du secret pour un nouveau projet de 7 éoliennes sur Les Verreries de Moussans qui est passé récemment en commission au Parc Naturel Régional sans que nous le sachions ! C’est un scandale !

L’assemblée générale de notre association

Elle a eu lieu le 28 octobre à la veille de la Toussaint. Beaucoup de personnes n’ont pu venir, se sont excusées.

La discussion du rapport d’activité a porté sur le nombre important de projet dans notre vallée. Ils se sont heurtés à une forte opposition. Certains ont été jugulés rapidement, d’autres ont demandé une lutte importante : Courniou, grâce à une pétition qui rassemble une très forte proportion de la population et à un travail de terrain important, a de bonnes chances de mettre le projet d’EDF EN de 14 machines en échec : le conseil municipal a voté largement contre.

Il n’en est pas de même pour celui de Riols 2 contre lequel nous nous sommes battus certes, mais avec moins d’efficacité, car disposant de moins de forces. Au conseil municipal, il a manqué une voix pour faire échouer le projet. Et même si plusieurs communes riveraines se sont opposées au permis de construire (dont surtout Pardailhan), le projet poursuit son chemin. Il vient d’être déclaré recevable (voir plus haut). La suite, c’est la demande par le préfet au tribunal administratif de désigner un commissaire enquêteur, ensuite de quoi l’enquête publique sera mise en place (ce sera en février ou en mars)

L’assemblée générale a décidé que nous nous battrions au moment de l’enquête publique (actions diverses, pétitions, dénonciation de la corruption qui règne dans ce contexte…) et ensuite. Nous ne renonçons pas à faire échouer ce projet afin d’éviter d’aller en justice. Nous avons encore des chances.

La constitution d’un collectif régional

L’action de terrain est importante, mais le contexte régional aussi. Il faut savoir que notre région Occitanie s’est fixé l’objectif de devenir la première région à énergie positive d’Europe. Evidemment, les énergies renouvelables auraient une part dans ce projet. Pour éviter que l’éolien, qui est une source d’énergie obsolète, ringarde ne soit privilégié, il a paru nécessaire de nous organiser en collectif au niveau de la région. Une première réunion des associations a eu lieu à Albi ce 23 novembre, à cet effet. Vingt-huit personnes présentes ont décidé de créer ce collectif afin de pouvoir imposer notre présence à la commission qui sera créée au niveau régional.

Question : collectif ou fédération ? Vous êtes invités à vous prononcer en réponse au message que nous avons diffusé hier. Nous vous donnerons des nouvelles et des précisions dans notre compte-rendu de décembre

Lire aussi le compte-rendu diffusé par TNE : (Albi-collectif régional Eolien compte rendu réunion du 23 novembre 2016)

Réunion avec le président du PRNHL

A sa demande, TNE(Toutes Nos Energies) sera reçu par le président du Parc le 19 janvier.  Il s’agit de mettre un coup de frein important à la construction d’éoliennes sur le Haut Languedoc. Nous vous en reparlerons.

Manifestation à Rodez le 21 janvier 2017, à l’initiative de l’Amassada.

Cette manifestation, contre un super-transformateur à St-Victor-et-Melvieu, dans l’Aveyron, transfo qui doit drainer l’électricité de 1000 éoliennes ( !) venant de tout le Sud du Massif Central, intéresse toute la région. Vous y êtes tous invités. Nous vous donnerons les détails ultérieurement. A bientôt."

vendredi, 21 octobre 2016

Hauts Cantons - HURLEVENT ASSO communique : "Venez à l'Assemblée Générale !"

« Nous vous invitons à participer à notre assemblée générale qui revêt cette année une grande importance ainsi que le montre notre lettre ci-dessous. A bientôt.

Afficher l'image d'origine

Cailho le Haut  le 14 octobre  2016 

 Chers adhérents(es), chers amis(es),

Depuis notre dernière Assemblée Générale de fin mars 2015, il s'est passé beaucoup de choses : les opérateurs éoliens ont élaboré et proposé pas moins de 6 parcs éoliens autour de notre vallée dont les plus connus sont celui de Riols et celui de Courniou (pour ces deux, 24 machines au total) et cela au mépris de la santé des riverains et de l'environnement. Avec notre aide, la résistance s'est organisée et certains projets sont d'ores et déjà quasiment abandonnés. TNE (Toutes nos Energies,) collectif d'associations du Parc Naturel Régional du Haut Languedoc, a joué un grand rôle menant une action en direction du Parc, des représentants de l'Etat et du Conseil Régional.

Même si ensemble, nous avons remporté quelques succès, la lutte doit continuer et s'accentuer en particulier pour le projet de Riols qui a reçu l'aval du Parc. Plus que jamais nous avons besoin de votre soutien, car le projet de Riols, s'ajoutant à celui de Ferrières, saccagerait les Avant-Monts.

Il nous faut donc nous mobiliser à nouveau. Cest pourquoi nous vous appelons a venir nombreux à....

L’Assemblée Générale 

Vendredi 28 octobre 2016, à 18h30

Salle Polyvalente de Prémian

L’ordre du jour sera le suivant :

  • Rapport moral et rapport d’activité + vote.
  • Le point sur les projets dans notre environnement proche et au plan régional. ; quelles actions entreprendre ?
  • Rapport financier + vote.
  • Elections au Conseil d’Administration (remplacement des membres sortants)
  • Mobilisation des adhérents
  • Questions diverses ….
  • Buffet

Notre réunion est ouverte à toutes et tous, adhérents(es) ou non adhérents(es).

Nous serons ravis de vous y retrouver… très nombreux (ses) !!

Le conseil d’administration de l’association Hurlevent 

BULLETIN D’ADHÉSION

 

NOM : Mme, Mlle, M ...................................................................... …….Prénom......................................................................................................................

 

Adresse ..................................................................................................... .Code postal :.............................Ville :....................................................................

 

Téléphone : ............................................................................................... Adresse courriel.....................................................................................................

 

Désire adhérer à l’Association Hurlevent en qualité de  membre actif (cotisation annuelle : 10 €).

(1 bulletin par personne physique, recopier sur papier libre si nécessaire)

 

Date et signature :

 

samedi, 16 juillet 2016

Votre chronique : "Néocolonialisme et éolien industriel"

Un communiqué à partager :

"Néocolonialisme et éolien industriel

Une réalité politique, économique et sociale antidémocratique

Le colonialisme a été reconnu depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale comme une relation inégalitaire s'opposant au « droit des peuples à disposer d'eux-mêmes ».

C’est ce déni de « notre droit à disposer de nous-mêmes » qui me fait faire aujourd’hui ce parallèle entre néocolonialisme et éolien industriel.

Le colonialisme était une forme d'expansionnisme et d'impérialisme.

Qui consistait à défendre les intérêt politiques d’un état ou ceux économiques d’un industriel privé au détriment des intérêts du pays où il s’installait.

Aujourd’hui, les promoteurs s’appuient sur l’administration politique (les maires) en faisant jouer les ressorts de la finance (les retombées économiques), le tout étant imposé de la manière la plus antidémocratique qui soit aux populations locales (tout se passe dans le plus grand secret).

Cela induit une relation de dépendance totale au lobby de l’éolien industriel car aucun élu n’arrive à réaliser combien leur liberté est annexée par l’arrivée d’un promoteur. Ce dernier devient le maître qui décide de l’avenir radieux du territoire qu’il vient d’annexer. On promet de l’argent, des soutiens à des projets, on fait miroiter un développement économique. Rien de tout cela n’est vrai. Certains élus de nos jours se comportent comme les petits chefs de village lors de la colonisation de l’Afrique au 19 ème siècle. A ceux-là on promettait les honneurs et on remettait de la verroterie. A ceux-ci on promet un développement économique et on remet des miettes de bénéfices.

Les motivations de la colonisation ont été essentiellement des motivations économiques (s’enrichir), stratégiques (empêcher des concurrents de prendre la place) et des motivations idéologiques (diffuser la civilisation).

On retrouve ce même schéma avec l’éolien industriel. Les promoteurs s’enrichissent, ils confirment leur prises d’intérêts sur un territoire au nom d’une pseudo « transition énergétique ». Cela s’appelle du « green washing ».

Le dernier aspect du colonialisme dont il faut tenir compte c’est le rapport à la violence. A l’origine et après la conquête militaire initiale, le colonialisme s'est souvent accompagné d'actes de violences pour soumettre les populations.

Aujourd’hui, il n’y a pas une manifestation d’opposants à un projet industriel qui n’ait vu l’arrivée des forces de l’ordre. La mort de Rémy Fraysse à Sivens en est malheureusement le plus tragique exemple.

De plus, souvenons-nous du rôle soit-disant positif de la colonisation. C’est bien encore à cela que l’on veut nous faire croire aujourd’hui. Mais le rapport entre colonialisme et croissance économique n'a toujours pas été démontré et la paix sociale au sein des villages durement touchée.

Complicité du public et du privé

Dès 1873 l'industrie européenne a bénéficié de l'expansion coloniale au prix d'énormes dépenses publiques réalisées dans les colonies. Aujourd’hui, les promoteurs privés bénéficient du soutien de l’état et les retombées financières dans les caisses des municipalités imposent un modèle de développement économique en complète contradiction avec les besoins des habitants du pays.

Là où il faudrait maintenir un tissu social actif, une économie locale et des emplois pérennes, l’éolien industriel contribue à la désertion des territoires, au saccage de zones pourtant réputées pour leur intérêt écologique.

Dernier point :

Le lobby de l’éolien industriel est très puissant, que ce soit au niveau de l’Etat ou de l’Europe.

Nous n’avons pas les moyens des grandes multinationales.

Mais pour y faire face, nous, associations de citoyens, collectifs ou autres, pouvons coopérer et mettre en commun nos moyens pour revendiquer notre « droit à disposer de nous-mêmes »." Hildegarde Champêtre

mercredi, 06 juillet 2016

Hauts Cantons : communiqué de HURLEVENT ASSO

Le projet d'extension de l'Éolien industriel sur le territoire du Parc fait polémique : Voici le communiqué mensuel de HURLEVENT ASSO retransmis dans son intégralité -avec quelques rares coupures notées : (coupure/modérateur du blog)-

Le visuel interactif augmenté de Nelly Galan - PAO Icso Le Tarn libre rend compte de la situation de la tension grandissante sur l’éolien dans le Parc naturel régional du Haut Languedoc

Le Parc naurel régional du Haut Languedoc est en train de devenir l'épicentre de l'éolien dans la région Languedoc Roussillon Midi Pyrénées.)

"Le mois de juin dans notre vallée 

Voici ce qu'il s'est passé pendant le dernier mois.

Le mois de juin a été particulièrement chargé.

Information préalable : La commission du PRNHL compétente en matière d’éoliennes avait donné son avis (fin mars-début avril ?) sur les projets de Riols 2 et des Verreries de Moussans/Boisset, mais il nous a longtemps été longtemps impossible de le connaître (« Nous ne pouvons pas le dire »). Evidemment, c’est pour nous empêcher de nous organiser. (coupure/modérateur du blog)… !

Seul le projet de Riols 2 a reçu un avis favorable. Bien sûr, nous n’avions pas été admis à cette commission, même en tant que simples spectateurs, ce qui est tout simplement scandaleux ! En tout cas, c’est réglé pour Boisset/Verreries.

Le 10 juin, la Com’com du Saint-Ponais devait donner son avis sur le projet éolien de Riols. Nous avons fait passer un argumentaire axé sur les nuisances pour les riverains. Les conseillers l’ont eu un peu tard et n’ont pas vraiment eu le temps de le lire. En tout cas, le sort des riverains ne les inquiète pas beaucoup  puisque il n’y a eu que deux voix contre et une abstention.

Le 14 juin, c’était au tour du conseil municipal de Saint-Pons de délibérer sur le projet Riols 2 : Nous avions vu le maire auparavant et lui avons remis une documentation analogue à celle du 10 juin. Mais il aurait fallu faire davantage : en effet, le résultat du vote montre la fragilité des prises de position 8 voix pour, 8 contre et trois abstentions.

Puis s’agissant d’autoriser une étude de projet éolien sur la commune par Valorem (sur la crête des Trois Boules, pas loin du col de Saint-Colombe), 9 voix pour, 6 contre et trois abstentions.

Nous avons eu le sentiment que si nous avions été un peu plus disponibles, nous aurions sans doute pu inverser la tendance.

Ce que nous avons pu noter par ailleurs, c’est que des pressions fortes avaient été exercées pour faire aboutir ces projets.

Le 21 juin, conseil municipal à Courniou. A l’ordre du jour, le projet éolien.

Nous avions lancé un appel à venir nombreux (« C’est le moment ou jamais »), car nous pensions tous, d’après un certain nombre d’entretiens individuels avec les conseillers que le conseil serait assez nettement favorable au projet. Mais il nous a été rapporté après le « pré-conseil », seul moment de véritable discussion (mais non ouvert au public), que la majorité s’était révélée plutôt contre.

Pour éviter de tomber dans les provocations de cette femme la mairesse, (coupure/modérateur du blog), et qui est capable de retourner la situation, il valait mieux lancer un appel au calme, ce que nous avons fait.

Il y avait néanmoins beaucoup de monde ce soir-là, et surtout des habitants de Courniou pour assister à la délibération sur ce projet de 14 éoliennes sur le rebord du Somail. Il y a eu un long exposé de la part de Me le Maire et on ne savait pas trop bien où cela mènerait. On pouvait penser que son intention allait être d’insister pour un avis favorable. Mais non…

Finalement, le vote a eu lieu à bulletins secrets et a donné le résultat suivant : pour la poursuite du projet : 3, contre 11, et une abstention.

Ce résultat est à mettre au crédit du collectif de Courniou (qui s'est transformé en association et qui a accompli un travail considérable tous ces derniers mois).
Nous sommes heureux d'avoir pu y contribuer.

Maintenant, ce n'est pas forcément terminé, mais c'est un acquis important. Il est bien possible qu'EDF EN ne renonce pas, mais ce sera bien plus difficile pour elle.

Apparemment, tous les conseils devaient siéger avant fin juin (ils ont été sans doute pressés de le faire), car c’était au tour de Pardailhan ce vendredi 24 juin de donner son avis sur Riols 2.

Nous n’avons pas eu le temps de faire beaucoup plus que ce qui avait été fait sur les hameaux proches de du site prévu pour l'implantation (Rodomouls, Cathalo, Le Plo de Cathalo), où presque tous les habitants ont signé notre pétition. Auparavant, un de nos camarades de Pardailhan avait contacté le plus possible de conseillers municipaux, muni d’une documentation persuasive.
Nous nous sommes contentés de faire le tour de Pardailhan pour remettre un tract motivé invitant les habitants à être présents au conseil.

Le maire a accepté qu’il y ait une petite intervention avant la séance.. C’est notre camarade de Pardailhan qui s’en est chargé. Ensuite, le maire a indiqué qu'il avait l'intention de demander un vote à bulletins secrets, ce que les conseillers ont refusé. Puis, il a été question de ce qu'EDF EN proposait à la commune pour obtenir son avis favorable au projet Riols 2. Ce n'était pas grand chose, mais non plus pas négligeable. Mais il n'y a pas eu de véritable discussion, car une fois de plus, elle avait eu lieu en "pré-conseil". 

Le vote, si j'ai bonne mémoire, a donné le résultat suivant : contre le projet : 5, pour : 2 et abst. 4 : Ça ne paraît pas extraordinaire, mais c'est solide, car ce sont des positions bien affirmées (on peut penser que les abstentions sont dues aux soucis concernant les nuisances de l'éolien pour les hameaux exposés), et il ne sera pas question d'accepter toute autre disposition en faveur du projet éolien (ce qui a été affirmé par le maire en séance). Autrement dit, il ne sera pas question de revenir sur le projet éolien.

La commune de Pardailhan, fidèle à son attitude démocratique, reste donc le cauchemar d'EDF EN

Il y avait du monde pour assister à ce conseil.

Bilan : Il nous reste Riols 2 (quoique… nous n’avons pas de nouvelles de Vieussan où la réunion publique pour la présentation du projet n’a toujours pas eu lieu. Le secret est particulièrement bien gardé).

Mais nous n’avons dit notre dernier mot.

Une seule remarque d’ensemble : lorsque nous sommes disponibles et que nous sommes au moins quelques-uns à nous mobiliser, il y a possibilité de victoire. 

Nous allons entrer dans la période estivale, pendant laquelle il se passe généralement peu de choses. Toutefois, le 13 juillet, une délégation de TNE emmène Agnès Langevine, vice-présidente du Conseil Régional d’Occitanie, visiter des parcs éoliens du sud du Massif Central et il y aura des rencontres avec des associatifs pendant ce périple… L‘objectif essentiel est de montrer les dégâts qu’entraîne l’éolien…

Vous aurez un compte-rendu de cette journée.

Bon été !"

mardi, 21 juin 2016

Hauts Cantons : HURLEVENT ASSO communique, "c’est le moment ou jamais…"

« Venez assister au conseil municipal de Courniou !

Voici l’appel que lance l’association « Protection Somail » de Courniou qui demande à chacun d’entre nous d’assister au conseil municipal de leur commune, qui a lieu ce mardi 21 juin à 20 H 30, à la mairie. (voir pièce jointe)»

 

Afficher l'image d'origine

«Hurlevent est scandalisé par l’attitude de certains élus qui ne se soucient guère des riverains qui seront victimes des machines projetées à proximité des hameaux qu’ils habitent.

Après Ferrières-Poussarou, Les Verreries de Moussans, Riols, Saint-Etienne d’Albagnan, Vieussan et Courniou, c’est au tour de Saint-Pons de Thomières d’envisager un projet.

C’est de la folie !

Mais il n’y a pas unanimité : après Riols (avec 8 voix pour contre 7 et condition suspensive), c’était cette semaine au tour de Saint-Pons de délibérer : 8 voix pour, 8 contre et trois abstentions concernant le projet de Riols, puis s’agissant d’autoriser une étude sur la commune, 9 voix pour, 6 contre et trois abstentions.

Ce sont les maires et présidents de com’com qui sont coupables, car ce sont eux qui introduisent les projets et insistent pour qu’ils soient adoptés.

Maintenant, c’est le conseil municipal de Courniou qui va être appelé à se prononcer alors que la population est très majoritairement contre. Madame le maire va-t-elle vouloir passer en force ?

Le rôle prioritaire de nos élus n’est-il pas de protéger leurs administrés avant toute considération économique ou politique ? »

L’association “Protection Somail” de Courniou précise qu'une présence modérée et courtoise est souhaitée ce Mardi 21 juin au conseil municipal. 

Aux différents conseils (de communes ou de communauté) auxquels nous avons assisté, nous nous sommes abstenus d’intervenir de manière intempestive. Il n’y a pas de raison pour que dans cette commune où un travail considérable a été accompli, nous agissions autrement.

Nous serons présents, calmes et dignes.

Pièce jointe : 

"Le conseil municipal va délibérer sur le projet éolien ce mardi 21 juin 2016 à 20 h 30.

Conscients de cette heure solennelle, les habitants de Courniou et ceux des communes voisines seront présents nombreux à ce Conseil qui engage l'avenir de leur environnement et celui de leurs enfants.

En ces circonstances, une pétition de 306 signataires (600 habitants, 480 électeurs environ à Courniou), donc une large majorité de la population contre le projet éolien a été remise à Mme le maire et à ses conseillers : Tous ces signataires sont des habitants de Courniou, ou des contribuables ayant une résidence secondaire, quelquefois leurs héritiers soucieux de participer à l’avenir de la commune. Un certain nombre encore ne s’est pas exprimé ni les personnes âgées qui n’ont pas été contactées en raison de leur grand âge. D’autres habitants, opposés au projet ont préféré ne pas signer.

Espérons que cette tentative d'expression participative (ou de véritable plébiscite) ne sera pas ignoré du Conseil Municipal.

L'association Protection Somail"