compteur internet
Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

vendredi, 16 décembre 2016

Votre chronique : "La tragédie humaine qui se déroule sous nos yeux à Alep est insupportable."

 AGISSONS !

Amnesty International appelle à agir :

Conflit Syrien

Amnesty International - France

 
5 choses que vous pouvez faire pour Alep
 
La tragédie humaine qui se déroule sous nos yeux à Alep est insupportable.
L'évacuation de dizaines de milliers de personnes a commencé ce matin mais le risque que de nouvelles atrocités soient commises reste présent.
 
Ce drame nous laisse un sentiment d'impuissance mais aujourd'hui plus que jamais, nous pouvons agir !
 
Nous avons besoin de vous pour faire pression sur les gouvernements afin que l'évacuation des civils se fasse en toute sécurité et qu'ils permettent l'accès à des observateurs : vous pouvez interpeller directement les gouvernements de Syrie, de Russie et d'Iran via Twitter ou interpeller leur ambassade via email.

Notre pression peut être déterminante pour sauver des vies."

agissez maintenantSylvie Brigot-Vilain, Directrice générale d'Amnesty International France
 

L’équipe d’Avaaz appelle aussi à joindre nos voix pour arrêter ces massacres

"Chères amies, chers amis,

À Alep, le massacre aurait commencé.

Selon des informations, les milices vont de maison en maison, exécutant les civils, femmes et enfants, et un convoi d’évacuation vient d’être attaqué. Des dizaines de milliers de personnes sont abandonnées, appelant à l’aide.

Nos gouvernements ont tous échoué à empêcher cette guerre. Exhortons-les à s’unir pour demander à la Russie, l’Iran et la Syrie d’autoriser l’ONU et la Croix-Rouge à évacuer les derniers civils d’Alep. Si ces trois gouvernements reçoivent cette requête de la part non seulement des États-Unis et de l’Europe, mais de tous les gouvernements du monde, cela PEUT les faire réfléchir:

Signez maintenant

La Russie et l’Iran ignorent régulièrement les appels des États-Unis et de l’Europe occidentale. Mais Avaaz est un véritable mouvement mondial. Si cette fois, les appels proviennent réellement de CHAQUE partenaire commercial, allié et ami de ces pays - du Brésil à l’Afrique du Sud, de l’Inde à la Pologne, cela VA changer leurs plans.

Pour les civils d’Alep, le temps est compté. Faisons pression sur nos gouvernements pour qu’ils décrochent leur téléphone et appellent la Russie et l’Iran. Nous avons échoué à soutenir le peuple de Syrie depuis trop longtemps, ne laissons pas tomber les derniers citoyens d’Alep:
 
 

Selon des informations, les milices ont commencé à aller de maison en maison, assassinant les familles piégées à Alep. La Russie et l’Iran peuvent arrêter le massacre et permettre l'évacuation de tous les civils À CONDITION que TOUS les dirigeants mondiaux le leur demandent. Avaaz est présente partout dans le monde - demandons à chacun de nos gouvernements d’exhorter la Russie et l’Iran à agir avant qu’il ne soit trop tard:
Signez maintenant

 
Avaaz s’est tenue au côté du peuple syrien à travers des dizaines et des dizaines de campagnes. La situation est critique. Ne les abandonnons pas maintenant.

Avec espoir, L’équipe d’Avaaz"

PS - La situation sur le terrain évolue rapidement. Voici des reportages qui fournissent des indices clairs que les opérations d’évacuation sont menacées et que le massacre a commencé:

A Alep-Est, les civils pris en otage (La Croix)
http://www.la-croix.com/Monde/Moyen-Orient/A-Alep-Est-civils-pris-otage-2016-12-14-1200810545

Syrie: Alep reprise par le régime, des civils massacrés (Les Inrocks)
http://www.lesinrocks.com/2016/12/13/actualite/syrie-alep-reprise-regime-civils-massacres-11888114/

Alep 2011-2016: requiem pour une ville (L’Orient Le Jour)
http://www.lorientlejour.com/article/1024112/alep-2011-2016-requiem-pour-une-ville.html

dimanche, 11 décembre 2016

Votre chronique : « Une pensée apaisante pour cette belle journée du 11 décembre 2016 »

« Tel temps à la Saint-Daniel, même temps à Noël. »

L’image contient peut-être : une personne ou plus et texte

Une douce note de Jacques Prévert en ces temps incertains où la violence et la haine gangrènent les cœurs...

Photo de  Libre expresssion

dimanche, 27 novembre 2016

Votre chronique : « Lettre ouverte mondiale à Donald Trump »

Une pétition lancée par Avaaz : « Lettre ouverte mondiale à Donald Trump »

"Avaaz - qui signifie “voix” dans plusieurs langues d'Asie, du Moyen-Orient et de l'Europe de l'Est - a été lancé en janvier 2007 avec une mission démocratique simple: fédérer les citoyen(ne)s de toutes les nations pour réduire l'écart entre le monde que nous avons et le monde voulu par le plus grand nombre et partout.

Avaaz est un mouvement mondial en ligne qui donne aux citoyens les moyens de peser sur les prises de décisions partout dans le monde."

"Cher M. Trump,

Partout dans le monde, des gens sont en train de signer et partager une lettre contre la haine et la division. Rejoignez-nous!"

secure.avaaz.org

samedi, 16 juillet 2016

Votre chronique : "Néocolonialisme et éolien industriel"

Un communiqué à partager :

"Néocolonialisme et éolien industriel

Une réalité politique, économique et sociale antidémocratique

Le colonialisme a été reconnu depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale comme une relation inégalitaire s'opposant au « droit des peuples à disposer d'eux-mêmes ».

C’est ce déni de « notre droit à disposer de nous-mêmes » qui me fait faire aujourd’hui ce parallèle entre néocolonialisme et éolien industriel.

Le colonialisme était une forme d'expansionnisme et d'impérialisme.

Qui consistait à défendre les intérêt politiques d’un état ou ceux économiques d’un industriel privé au détriment des intérêts du pays où il s’installait.

Aujourd’hui, les promoteurs s’appuient sur l’administration politique (les maires) en faisant jouer les ressorts de la finance (les retombées économiques), le tout étant imposé de la manière la plus antidémocratique qui soit aux populations locales (tout se passe dans le plus grand secret).

Cela induit une relation de dépendance totale au lobby de l’éolien industriel car aucun élu n’arrive à réaliser combien leur liberté est annexée par l’arrivée d’un promoteur. Ce dernier devient le maître qui décide de l’avenir radieux du territoire qu’il vient d’annexer. On promet de l’argent, des soutiens à des projets, on fait miroiter un développement économique. Rien de tout cela n’est vrai. Certains élus de nos jours se comportent comme les petits chefs de village lors de la colonisation de l’Afrique au 19 ème siècle. A ceux-là on promettait les honneurs et on remettait de la verroterie. A ceux-ci on promet un développement économique et on remet des miettes de bénéfices.

Les motivations de la colonisation ont été essentiellement des motivations économiques (s’enrichir), stratégiques (empêcher des concurrents de prendre la place) et des motivations idéologiques (diffuser la civilisation).

On retrouve ce même schéma avec l’éolien industriel. Les promoteurs s’enrichissent, ils confirment leur prises d’intérêts sur un territoire au nom d’une pseudo « transition énergétique ». Cela s’appelle du « green washing ».

Le dernier aspect du colonialisme dont il faut tenir compte c’est le rapport à la violence. A l’origine et après la conquête militaire initiale, le colonialisme s'est souvent accompagné d'actes de violences pour soumettre les populations.

Aujourd’hui, il n’y a pas une manifestation d’opposants à un projet industriel qui n’ait vu l’arrivée des forces de l’ordre. La mort de Rémy Fraysse à Sivens en est malheureusement le plus tragique exemple.

De plus, souvenons-nous du rôle soit-disant positif de la colonisation. C’est bien encore à cela que l’on veut nous faire croire aujourd’hui. Mais le rapport entre colonialisme et croissance économique n'a toujours pas été démontré et la paix sociale au sein des villages durement touchée.

Complicité du public et du privé

Dès 1873 l'industrie européenne a bénéficié de l'expansion coloniale au prix d'énormes dépenses publiques réalisées dans les colonies. Aujourd’hui, les promoteurs privés bénéficient du soutien de l’état et les retombées financières dans les caisses des municipalités imposent un modèle de développement économique en complète contradiction avec les besoins des habitants du pays.

Là où il faudrait maintenir un tissu social actif, une économie locale et des emplois pérennes, l’éolien industriel contribue à la désertion des territoires, au saccage de zones pourtant réputées pour leur intérêt écologique.

Dernier point :

Le lobby de l’éolien industriel est très puissant, que ce soit au niveau de l’Etat ou de l’Europe.

Nous n’avons pas les moyens des grandes multinationales.

Mais pour y faire face, nous, associations de citoyens, collectifs ou autres, pouvons coopérer et mettre en commun nos moyens pour revendiquer notre « droit à disposer de nous-mêmes »." Hildegarde Champêtre

mercredi, 01 juin 2016

Votre chronique : Pierre Rabhi appelle à « quitter le culte de la croissance indéfinie »

Communiqué par le 27 mai 2016

"Pierre Rabhi appelle à « quitter le culte de la croissance indéfinie »

Pierre Rabhi appelle à « quitter le culte de la croissance indéfinie »

COP 21 et persistance d’un modèle de consommation obsolète 

Déjà en amont de la COP21, Pierre Rabhi exprimait ses doutes quant à son efficacité. Le fondateur du mouvement Colibri était assez pessimiste sur le sujet : « Il ne sortira rien de cette énième grand-messe. J’ai du mal à croire que les changements structurels nécessaires y soient actés ». Car, pour lui, la COP21 ne s’attaque pas « aux sources des déséquilibres ».

Quelles sont alors les sources de ce déséquilibre à la fois écologique, mais aussi économique (entre les pays du Nord et du Sud, par exemple) ? Selon le sage paysan, c’est notre modèle économique même et notre façon de consommer. Il en appelle donc à « quitter le culte de la croissance indéfinie ».

Arrêter d’en vouloir toujours plus : la seule solution 

Seule solution pour s’en sortir, quitter ces pratiques effrénées de consommation, pour se tourner vers d’autres solutions plus durables et modérées dans leur fonctionnement : « Il faut entrer dans une nouvelle ère, celle de la modération : modération de la consommation et de la production ». Au rang des choses à supprimer : la pêche industrielle, l’agriculture intensive, etc.

Une nouvelle façon de consommer et de créer de la richesse doit être mise en place, selon Rabhi. Et cette nouvelle façon, c’est l’agroécologie, concept qu’il défend depuis longtemps. Cette nouvelle vision de l’agriculture promeut le compostage, la pluriculture, la recherche de complémentarité entre les espèces, la réintroduction des haies, etc. Une  façon de cultiver la terre qui a déjà fait ses preuves, notamment lors de la mission qu’il a menée en 1981 au Burkina Faso, avec son association Terre et Humanisme : l’expérience a permis aux paysans burkinabés de retrouver une autonomie alimentaire, qu’ils peinaient à atteindre lorsqu’ils essayaient de se développer selon les lois de la mondialisation.

20467223

Ce qui l’inquiète : la récupération de cette idéologie par les multinationales

L’idée de l’agroécologie se répand de plus en plus dans les médias, dans les discours des politiques, dans celui des grands groupes, etc. Une évolution qui, contrairement à ce qu’on pourrait penser, ne réjouit pas son chantre tant que cela. Pierre Rabhi considère l’adoption de ce discours comme un leurre des grandes multinationales, qui se cachent derrière du greenwashing.

« L’agroécologie, ne se résume pas à des techniques, mais répond à une éthique de vie qui consiste à préserver la terre en tant que patrimoine », déclare-t-il, nous rappelant aussi la composante humaine de l’agroécologie, que certaines grandes entreprises négligent toujours, alors même qu’elles prétendent aller vers une agriculture plus durable. Une agriculture plus équilibrée passera par l’arrêt de l’exploitation de l’humain, pense l’agronome algérien.

Contre l’agriculture industrielle : les initiatives citoyennes

Désillusionné sur le pouvoir des initiatives gouvernementales et internationales, comme la COP21, Pierre Rabhi n’est pourtant pas pessimiste. Il entrevoit une lueur d’espoir au bout du chemin : les initiatives citoyennes. Selon le sage de l’agroécologie, c’est par le bas que se fera la révolution de demain.

« La société civile est en train de se forger un nouvel imaginaire face à un système à bout de souffle, dont le déclin se traduit par la montée du chômage, de la pauvreté et de nombreux déséquilibres. (…)Les innovations sociales qui se multiplient sur les territoires, dans l’écologie, les énergies renouvelables, l’éducation… sont autant d’expérimentations qui vont assurer le futur», décrypte Pierre Rabhi.

C’est pourquoi lui-même souhaite épouser le mouvement et lui fournir un nouveau souffle. Au micro du Monde, il confie envisager de «lancer une plate-forme citoyenne, un forum civique qui révélera tout ce qu’entreprend la société civile. Un inventaire dynamique des alternatives, en quelque sorte, qui permettra, quelques mois avant les échéances de 2017, de montrer aux politiques ce que font les citoyens ».

coups-projecteur-image-copy10-big

À quand un véritable support politique ? 

Pour Rabhi, on l’a compris, l’initiative vient d’en bas, des citoyens qui prennent conscience de l’obsolescence d’un modèle économique. Mais pour que cette révolution verte soit véritablement mise en place, il faudrait que ces initiatives qui viennent « par le bas », remontent « vers le haut » : « Si nous avions des politiques intelligents, ils appuieraient ces initiatives qui émanent de la société civile ». 

Rien n’est moins sûr en cette période de crise : entre élections présidentielles qui approchent et incompréhension des politiques, l’agroéconomie peut encore attendre. Il n’y a, pour s’en convaincre, qu’à se rappeler les mots récents de Sarkozy, qui définit l’agroécologie comme « une véritable obsession pour la destruction de notre puissance agricole qui serait remplacée par la possibilité donnée aux bobos d’aller faire leurs courses à la ferme dans le cadre des circuits courts ». Une analyse qui passe fondamentalement à côté d’une tendance émergente et dynamique de notre nouvelle société.

Cette incompréhension des sphères politiques conduit à l’immobilisme vis à vis de l’écologie et de l’industrie alimentaire. Pourtant, selon Rabhi, « il y a urgence. Car ce n’est pas la planète qui est en danger, mais l’humanité. La Terre, elle, en a vu d’autres ».

Sources : Interview de Rabhi par Le MondeLe mépris de Nicolas Sarkozy pour l’agroécologie

 

 

mardi, 31 mai 2016

Hauts Cantons : rassemblement contre la loi travail à Saint Pons de Thomières

Mercredi 01 juin à 12 heures, appel à rassemblement- manifestation, contre la nouvelle loi sur le travail, au rond-point de Saint Pons de Thomières
 
Nuits Debout (mouvement lancé contre le projet de loi Travail "et le monde qui va avec")
 
Pierre Blondeau, ATTAC,  et la CNT des hauts Cantons unis contre la loi travail
 
Résultat de recherche d'images pour "nuits debout image"
Le Mercredi 01 juin à 12 heures, ils appellent à rassemblement- manifestation, contre la nouvelle loi sur le travail, au rond-point de Saint Pons de Thomières, place du Foirail.
 
20 heures soupe fraternelle, offerte par nuits-debout, à la population.                    
 
À partir de 18 h 30, préparation de la soupe et, si pluie, salle de réception de la mairie.
 
Contact, liens :

dimanche, 20 mars 2016

Poèmes à partager... Pour un peu de douceur dans ce monde

Contre les haines et les guerres, ils sont quelques-uns à choisir de chanter la solidarité, la paix et le partage, s'éloignant de La marseillaise de Rouget de Lisle, chant écrit dans un contexte de guerre et choisit ensuite pour hymne national de la France.

Bernard Guiraud, natif du hameau du Pin sur la commune de Vieussan, a récemment confié au blog ses poèmes.

Du haut de ses 84 printemps il propose de donner à lire sa version personnelle de la "Marseillaise de la paix" pour un hymne au partage et à la joie de vivre.

Un grand merci à lui pour ce bel élan et retrouvez-le sur son site http://www.bernardguiraud.com/

Bernard Guiraud 004.jpgBernard Guiraud 004 (2).jpg

Peace sign.svg

Et comment résister au plaisir de vous donner à entendre : La Marseillaise Pacifiste de Graeme Allwright 

La Marseillaise De Graeme Allwright et Sylvie Dien, octobre 2005.

Pour tous les enfants de la terre

Chantons amour et liberté.

Contre toutes les haines et les guerres

L’étendard d’espoir est levé

L’étendard de justice et de paix.

Rassemblons nos forces, notre courage

Pour vaincre la misère et la peur

Que règnent au fond de nos cœurs

L’amitié la joie et le partage.

La flamme qui nous éclaire,

Traverse les frontières

Partons, partons, amis, solidaires

Marchons vers la lumière.

Graeme Allwright, Sylvie Dien

Texte libre de droit, offert par les auteurs, à distribuer sans modération.

Le fusil brisé, symbole de l'Internationale des résistant(e)s à la guerre

Voir aussi :

La "Marseillaise de la paix" Paroles de Meena Compagnon Goll, Octobre 2014 : https://youtu.be/y6pa-hVC09k

- Nouvelle hymne national français écrit par Pierre Weill : La Marseillaise de la paix.

- Alphonse de Lamartine, répondait à Mr. Becker à Saint-Point le 28 mai 1841 : la Marseillaise de la Paix.

vendredi, 18 mars 2016

18 mars 2016 : un jour pour penser à la condition des femmes...

« Réhahn, ce portraitiste français de renommée mondiale est l'un des photographes les plus appréciés sur la toile et ce n'est pas un hasard.
 
Comme personne, il parcourt le monde à la recherche des plus beaux regards. En 2011 au détour d'une rivière au Vietnam à Hôi An, son lieu de résidence, il photographie celle qui deviendra son égérie.
 
Histoire d'une rencontre qui va bouleverser leur destin respectif 
 
À l'occasion de la journée internationale des droits de la femme, Réhahn offre son plus célèbre cliché...»
Un article posté sur Face Book par Flora le 10 mars 2016 lien http://voyagerloin.com/
 

Car madame Xong à elle seule redéfinit la notion de beauté, loin de ce que le monde occidental n'a de cesse de promouvoir. La journée internationale des droits de la femme est l'occasion de montrer au monde le pouvoir d'un sourire, même caché, de ces femmes courageuses et bienveillantes.

Réhahn est en cela bien plus qu'un photographe, il est un messager qui prouve une qu'une image vaut tous les discours.


Consultez son site internet, sa page facebook ou son compte instagram pour suivre Réhahn dans ses voyages. 

 

mercredi, 10 février 2016

Mons-la-Trivalle : « Darwin et les grandes énigmes de la vie » ce jeudi au Comptoir Associatif

Le livre, traduit de l'américain par Daniel Lemoine pour la Nouvelle édition établie par Marcel Blanc, « Darwin et les grandes énigmes de la vie » sera proposé à la lecture partagée au Comptoir coopératif des Artistes de Mons-la-Trivalle.

lecture du jeudi au comptoir associatif.JPG"Les grandes énigmes de la vie" partagées au Comptoir Associatif

"Le bambou qui fleurit tous les 120 ans, la disparition des cerfs géants voici 10 000 ans, la palourde pêcheuse et son leurre, les mouches qui se reproduisent sans accouplement,..." et bien d'autres histoires naturelles, comme autant de contes philosophiques pour nous familiariser avec la nouvelle vision du monde vivant que nous propose Darwin.

Les textes de Stephen Jay Gould, Pierre Sonigo et Caspar Henderson sont présentés par Jean Michel Villeroux. 

« Car Darwin a changé notre monde, écrit Stephen Jay Gould...  Je pense même que le véritable esprit darwinien pourrait sauver notre monde en perdition, car il sape cette arrogance occidentale coutumière qui nous attribue tout pouvoir sur la Terre et ses habitants, sous prétexte que nous serions le produit ultime d'un processus évolutif prédéterminé. »

Stephen Jay Gould, Professeur de biologie, de géologie et d'histoire des sciences à l'université de Harvard est l'un des chefs de file de la nouvelle théorie de l'évolution.

Son engagement pour le partage de la connaissance scientifique fait sa notoriété, due à la fois à ses travaux scientifiques et à son activité constante contre les abus de cette même "connaissance scientifique".

Ce jeudi 11 Février, la lecture partagée des grandes énigmes de la vie, animera le Comptoir associatif de Mons-la-Trivalle, à 18 h 30. Contact tel : 06 70 95 05 56.

La fable de "L'éphémère" pour illustrer des points de vue... bien courts !

« Une éphémère adulte. Plus qu'un jour à vivre.

Ephemere.jpg

Photo de Stéphane Bonhomme, voir son site De-natura.net « La nature en billebaude »

Un beau matin, les éphémères d'un étang tinrent conseil pour débattre d'une théorie ahurissante à propos des enfants, créatures bipèdes agitées que l'on voyait souvent patauger à grands cris sur la rive. Selon cette hypothèse audacieuse, qui contredisait le savoir des anciens, les enfants n'étaient pas éternels, mais grandissaient, pour devenir des hommes, créatures bipèdes de haute taille souvent aperçues en compagnie des enfants.

C'était évidemment une idée ridicule mais pour en avoir le cœur net, on décida de réaliser une vaste expérience scientifique. Ainsi pendant une journée (car les éphémères ne vivent qu'une journée à l'état adulte), les nombreux enfants se promenant autour de l'étang furent discrètement suivis et mesurés à intervalles réguliers.

On accumula ainsi des centaines de données. Le verdict tomba au crépuscule et il était sans appel : les enfant ne grandissent pas. Tous les individus observés avaient en effet conservé la même taille tout au long de leur promenade. Les savants ayant participé à l'opération purent donc mourir le soir même avec la satisfaction d'avoir démontré, une bonne fois pour toutes, que les enfants sont des entités immuables.»

L'illusion des éphémères et de leur courte expérience nous rappelle qu'un phénomène trop lent échappe à nos sens conclut Jean Marie. Pour le percevoir, il faut juger son œuvre sur une longue période, parfois même sur une très longue période...»

vendredi, 01 janvier 2016

Bonne Année 2016 !

Carte de voeux 2016 Planète Bleue

Joie et Paix pour tous !