compteur internet
Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

samedi, 23 juin 2018

Occitanie : OC’VIA à nouveau condamnée pour destruction d'espèce protégée

COMMUNIQUÉ DE PRESSE FNE LR - NACICCA

FNE

Montpellier, le 21 juin 2018
TRAVAUX DU CONTOURNEMENT NÎMES-MONTPELLIER : OC’VIA À NOUVEAU CONDAMNÉE POUR DESTRUCTION D'ESPÈCE PROTÉGÉE

La société Oc'Via, chargée de la construction de la LGV Nîmes-Montpellier, a été condamnée par le tribunal correctionnel de Nîmes, le 18 juin 2018, pour avoir détruit certains des meilleurs sites à Outardes canepetière des Costières Nîmoises, sans autorisation. Elle écope d’une sanction alourdie s’élevant à un total de 42 000 euros.

L’Outarde canepetière est une espèce menacée d’extinction en France. Autrefois présente dans tout l’hexagone, il n’en reste que des populations relictuelles et les Costières du Gard ont le privilège d’abriter le quart de la population française survivante. Bien que l’espèce soit protégée, 14 % de cette population ont été sacrifiés pour réaliser le Contournement ferroviaire Nîmes-Montpellier entre 2012 et 2016.

Alors qu’OC’VIA avait été autorisée à amputer l’habitat et l’effectif d’une espèce en voie d’extinction de manière très conséquente, la société s’est malgré tout autorisée des débordements supplémentaires dans les zones à préserver, et ce à plusieurs reprises.

En 2016, OC’VIA avait ainsi été condamnée à 7000 euros d’amende (dont 3 000 avec sursis) et à verser 9000 euros aux parties civiles, pour avoir réalisé en 2013 des travaux en pleine période de reproduction de l'espèce, alors que l'autorisation ne lui avait pas encore été accordée.

Cette fois-ci, la société est reconnue coupable du décapage, en 2014, de 11 hectares au sein du site Natura 2000 des Costières Nîmoises, sans dérogation accordée pour enfreindre la loi sur les espèces protégées.

OC’VIA a cette fois été condamnée à 20 000 euros d’amende, et à verser 22000 € aux parties civiles : la fédération France Nature Environnement (FNE) et l’association Nature & Citoyenneté Camargue Crau Alpilles (NACICCA), l’association lanceuse d’alerte, TGV CNM Respectez-nous, ayant été jugée irrecevable.

Malgré les mesures compensatoires, la population d’Outardes n’a à ce jour pas retrouvé son niveau de 2012, et de nouveaux dégâts deviennent impossibles à compenser par manque de foncier approprié. C’est pourquoi nous demandons un moratoire sur les projets qui impactent le site Natura 2000 des Costières Nîmoises. Le grignotage sans fin doit cesser sous peine de remettre en question l’objectif-même de cette zone de protection d’importance européenne.

Pour Simon Popy, président de FNE LR :

« Au delà de l’Outarde, cette condamnation met en évidence la nécessité de prévenir certaines dérives liées aux activités d’extraction de matériaux, qui ne sont pas toujours aussi propres qu’elles le prétendent. Cette vigilance est d’autant plus importante que le projet de Ligne Nouvelle Montpellier-Perpignan va provoquer une explosion des besoins en matériaux le long de son tracé, et que démarre en ce moment l’écriture du nouveau Schéma Régional des Carrières pour une durée de 12 ans. »

Contacts presse :

FNE LR : Olivier Gourbinot : tél : 06 89 56 04 84

NACICCA : Anthony Olivier : 06 49 20 24 85

A diffuser largement, merci.

PIERRE BALZERGUE

ANIMATEUR DU RESEAU REGIONAL – CHARGE DE RELATIONS PUBLIQUES
18 RUE DES HOSPICES – 34090 MONTPELLIER
09 72 62 18 15 - 06 72 57 40 77
pierre.balzergue@fne-languedoc-roussillon.fr www.fne-languedoc-roussillon.fr
Retrouvez-nous sur notre page Facebook et Twitter

lundi, 04 juin 2018

Votre chronique : Communiqué de France Nature Environnement

FNE

COMMUNIQUÉ DE PRESSE FNE LR - ECCLA

Montpellier, le 4 juin 2018
RENONCEMENTS À TOUS LES ÉTAGES DE L'ÉTAT SUR LA RÉGLEMENTATION DE L'USAGE DES PESTICIDES

Alors que la promesse du Président de la République d’interdire le glyphosate ne sera pas tenue, les préfets du Gard et de l’Aude entérinent la régression des zones de non traitement à proximité des milieux aquatiques (cours d’eau, canaux, plan d’eau, étangs ...).

Les milieux aquatiques sont particulièrement sensibles à l’épandage de pesticides à leurs abords, pour de nombreuses raisons : impact direct sur la faune et la flore aquatiques, diffusion dans le milieu, exportation et accumulation des produits en aval etc. Commencer par réglementer la pulvérisation de produits phytopharmaceutiques à proximité des milieux aquatiques est donc la priorité.

Depuis mai 2017, la réglementation sur les Zones de Non Traitement (ZNT) a changé : le nouvel arrêté interministériel (1) donne – à l’instar du précédent (2) – une définition assez large des « points d’eau » concernés, qui doivent recouvrir l’ensemble des éléments du réseau hydrographique identifiés sur les cartes IGN au 1/25 000. Malgré tout, c’est désormais aux préfets de chaque département qu’est délégué le soin de définir les « points d’eau » à protéger.

Si certains préfets sont restés dans l’esprit du texte, d’autres ont pris des arrêtés restreignant de manière considérable la définition des « points d’eau » concernés. Ainsi, l’arrêté du préfet de l’Aude ne protège plus que 39 % du réseau hydrographique au sein du vignoble audois ; l’arrêté du préfet du Gard, quand à lui, ne protège plus que 34 % du réseau hydrographique dans le vignoble gardois, et 9 % dans les zones de riziculture.

Alors que ces départements sont particulièrement touchés par la pollution aux produits phytopharmaceutiques dans les eaux de surface, mais aussi dans l’eau potable, FNE LR - et l’association ECCLA dans l’Aude - ont demandé par recours gracieux aux préfets de compléter leurs arrêtés.

En l’absence de réponse des préfets les associations ont décidé de saisir le juge administratif pour les contraindre à revoir la définition des « points d’eau ».

Pour Simon Popy, président de FNE LR : « Nos territoires sont touchés par la pollution aux pesticides. Certains bassins présentent des concentrations fortes à très fortes dans les eaux de surface, voire dans les eaux souterraines. C’est à la fois un enjeu de protection de la nature et de santé publique. Les mesures prises par les préfets de l’Aude et du Gard sont manifestement en dessous des exigences de la loi et constituent une régression. Nous ne pouvons l’accepter ».


1 : Arrêté interministériel du 4 mai 2017 NOR : AGRG1632554A

2 : Arrêté ministériel du 12 septembre 2006 NOR : AGRG0601345A


Contacts presse :
Olivier Gourbinot : tél : 06 89 56 04 84 ; email : coordination.fnelr [at] gmail.com

A diffuser largement, merci.

PIERRE BALZERGUE

ANIMATEUR DU RESEAU REGIONAL – CHARGE DE RELATIONS PUBLIQUES
18 RUE DES HOSPICES – 34090 MONTPELLIER
09 72 62 18 15 - 06 72 57 40 77
pierre.balzergue@fne-languedoc-roussillon.fr www.fne-languedoc-roussillon.fr
Retrouvez-nous sur notre page Facebook et Twitter

lundi, 02 avril 2018

Votre chronique : "l'eau un produit commercial ou un bien commun ?" Ciné-débat le 11 avril à Montpellier

"Jusqu'à la dernière goutte, les guerres secrètes de l'eau en Europe"

"Le comité local Attac Montpellier vous invite à un ciné-débat autour de la projection du film « Jusqu'à la dernière goutte, les guerres secrètes de l'eau en Europe » de Yorgos Avgeropoulos.

goutte d'eau.jpg

Au moment où l'Europe traverse une crise non seulement économique mais aussi morale et politique, des millions d'européens réclament une réponse à une question cruciale : l'eau pour l'Union européenne est-elle un produit commercial ou un bien commun ?

Le documentaire de 60 minutes explique clairement les contradictions de l'Union européenne qui, bien que constatant l'échec de la privatisation dans le domaine de l'eau, pousse à cette même privatisation et va jusqu'à exiger de certains Etats membres qu'ils vendent leurs services d'eau et d'assainissement au privé dans le cadre de plans d'austérité qui leur sont imposés.

Des interviews réalisées durant 4 ans dans 6 pays et 13 villes montrent ce processus à l'oeuvre ainsi que les résistances qu'il soulève.En effet, certaines villes européennes rejettent la privatisation de l'eau qu'elles avaient adopté depuis des années et "remunicipalisent" leurs services d'eau et d'assainissement.

Le débat qui suivra la projection du documentaire sera animé par Eau Secours 34  avec pour grand témoin, Jean-Luc Touly, qui abordera plus particulièrement la situation française. Porte-parole de l'Association pour le contrat mondial de l'eau France, président du Front Républicain d'Intervention Contre la Corruption, juge prud'homal de 1993 jusqu'en janvier 2018, Jean-Luc Touly est un fin connaisseur de la gestion publique et privée de l'eau en France ainsi que des multinationales comme Veolia et Suez." https://herault.demosphere.eu/rv/8551

Ce ciné-débat aura lieu le 11 avril à 19 h, a Montpellier Salon du Belvédère Le Corum - Esplanade Charles-de-Gaulle Montpellier

carte

carte

jeudi, 28 septembre 2017

Alerte santé : "Le glyphosate est un scandale sanitaire", Pr Charles Sultan

L'invité de 7h50 France Bleu Hérault

"Le glyphosate est un scandale sanitaire", Pr Charles Sultan, pédiatre en endocrinologie à Montpellier

clic sur ce lien pour écouter  :        L'invité de 7h50 France Bleu Hérault - 6min -

"Le glyphosate est un scandale sanitaire", Pr Charles Sultan, pédiatre en endocrinologie à Montpellier

Par Claire Moutarde le mercredi 27 septembre 2017
Podcasts : iTunes RSS 
PR Charles Sultan, pédiatre en endocrinologie au CHU de Montpellier
PR Charles Sultan, pédiatre en endocrinologie au CHU de Montpellier © Radio France - Claire Moutarde

Le Pr Charles Sultan dénonce la non interdiction du glyphosate.

Pédiatre en endocrinologie, consultant au CHU de Montpellier, le Pr Charles Sultan qui se bat depuis 30 ans sur les effets des pesticides sur la santé des enfants.

Déjà en 2013 :

http://www.midilibre.fr/2013/11/15/alerte-aux-pesticides-...

vendredi, 07 octobre 2016

Hauts Cantons : communiqué de l'union locale CNT « rassemblement pour soutenir les réfugiés »

Rassemblement le samedi 8 octobre 2016 pour soutenir les réfugiés
 
"Au cours des dernières années, la mer Méditerranée est devenue un véritable cimetière..."
 
Soyons nombreux-ses à nous rassembler 
samedi 8 octobre, à 14h devant la Préfecture (place des Martyrs de la Résistance) à Montpellier pour pour affirmer notre solidarité avec les migrants et ne pas laisser la rue à l’extrême-droite ! plus d'infos: http://www.cnt-f.org/educ34/spip.php?article260&var_mode=calcul
Union Locale CNT des Hauts Cantons 11 Rampe du Marché 34220 St Pons de Thomières
unionlocalecnt@laposte.net
Permanence syndicale tous les mercredis matin

dimanche, 29 mai 2016

Poèmes à partager... Pour un peu de douceur dans ce monde...

En ce dimanche 29 mai 2016, journée dédiée à La Fête des Mères

Mille voix s'élèvent pour chanter " Bonne Fête Maman ! " ...

Peinture by Jennifer Lommers 

 Le poème de Bernard Guiraud, extrait de son recueil "Cigale dans la tramontane" illustre avec sensibilité ce lien qui unit chaque enfant à sa mère... 

poème Maman 001.jpgpoème Maman 001 (2).jpgpoème Maman 001 (3).jpgPoème "MAMAN" de Bernard Guiraud prix d'excellence - Institut Académique de Littérature Francophone

vendredi, 20 mai 2016

Mons-La-Trivalle : « Bonnie & Slice », le salon de coiffure de Manon et Florian a ouvert ses portes

Son nom résonne à la manière d'une chanson de Gainsbourg : « Vous aimez les belles histoires ? Écoutez l'histoire de Bonnie and Slice ». Cette création d'entreprise est l'aboutissement d'une rencontre et d'une passion commune. 
 
15 mai 2016 033.JPG
 
Leurs noms : Manon Astruc et Florian Miccoli. Manon, 26 ans est originaire de Mons-La-Trivalle. Elle suivit sa formation de coiffeuse à Montpellier où elle a obtenu son CAP Mention et Florian, 30 ans vient de Metz où il apprit aussi le métier, obtenant son CAP Mention et le B P de Styliste Visagiste.
15 mai 2016 023.JPG

Bonnie and Slice, le salon de coiffure fraîchement installé sur la route des Gorges, dans les locaux communaux de l'ancienne petite crèche de Mons-La-Trivalle, remplit d'enthousiasme les villageois qui pourront désormais confier leur tête avec plaisir à des mains expertes sans devoir se déplacer.
Manon et Florian 15 mai 2016 032.JPG

« Le goût pour la coiffure, le côté artistique, créatif et le relationnel de ce métier, c'est notre passion. Nous nous sommes rencontré à Montpellier car nous avons travaillé dans le même groupe de salon de coiffure dans cette ville... » 

Ensuite tous deux ont travaillé à Metz, Montpellier et au Luxembourg. « Après avoir voyagé une année à l'étranger, nous avons décidé de créer un salon de Coiffure à notre image a Mons-La- Trivalle.
15 mai 2016 023.JPG
 
Nous utilisons des techniques de coupe anglo saxonne, travaillons avec des produits dynamiques de marques Américaines et Anglaises mais sans oublier le côté nature avec des produits de composition naturelle fabriqués dans le Sud de la France. »
15 mai 2016 035.JPG
Bref, l'ouverture de leur salon de coiffure est à l'avant garde. Et quel bonheur de s'abandonner entre les mains de deux professionnels passionnés et aussi sympathiques.
 
15 mai 2016 029.JPG
Ils s’occupent de tout, sont à l’écoute avec le sourire. Coupe, coloration, soins, lissage, mèches, brushing… De quoi se retrouver, relooké !

15 mai 2016 025.JPG

Le grand avantage, c'est aussi l'ouverture non stop entre 12 et 14 h, une vraie aubaine pour ceux qui n’ont pas une minute à perdre. 

manon et florian 15 mai 2016 033.JPGBonnie and Slice, c'est déjà une belle histoire et ce n'est qu'un début. 

« Le nom Bonnie & Slice fait référence au couple baroudeur et inspiré des bandits américains Bonnie and Clyde. Ce qui rappelle dans un sens notre duo, précise Manon... Slice, jeu de mot avec Clyde, évoque une technique de coupe anglaise !
Ce couple remarquable dynamique et plein de fantaisie, associé en amour comme en affaire ne laisse pas indifférent. Le duo envisage un avenir rempli de projets. 
Bonnie and Slice ? une entreprise à suivre...
Pour prendre rendez vous, contacter Manon et Florian, du mardi au vendredi de 9 h à 19 h et le samedi de 9 h à 17 h, heures d'ouverture du salon, au 04 30 40 23 71.

lundi, 04 avril 2016

Votre chronique : "Un homme pourrait-il être emprisonné à vie seulement parce qu'il a la mauvaise religion ?"

Cyrille Martin lance à tous les échos un cri d'alerte : "Un homme pourrait-il être emprisonné à vie seulement parce qu'il a la mauvaise religion ?"

Afficher l'image d'origine

«J'accuse!» publié dans L'Aurore le 13/01/1898 par Émile Zola (défense d'Alfred Dreyfus, officier de confession juive condamné injustement en 1894, réhabilité en 1906.)

Une alerte qui appelle à réfléchir et semble bien s'ancrer dans le climat actuel de défiance, où la peur s'installe, portée par le vent de violence qui s'élève, au nom "d'insécurité"...

"Je vais présenter mon documentaire "UN NOUVEAU DREYFUS ? Jamal Zougam, bouc émissaire des attentats de Madrid ? " ce mercredi 6 avril à 18 h 30, à l'université Paul Valéry (Montpellier 3), salle D09 ( la grande salle du département cinéma ), entrée libre.
Projection organisée avec le ciné-club La Pantalla
, Département d'espagnol de l'Université Paul Valéry :
https://www.facebook.com/La-Pantalla-Cine-en-versi%C3%B3n...

La bande annonce :

https://www.youtube.com/watch?v=s7iEVXcRyAw
 

site : nouveaudreyfus.net

L'affaire Dreyfus pourrait-elle se reproduire aujourd'hui ? Un homme pourrait-il être emprisonné à vie seulement parce qu'il a la mauvaise religion ? Enquête sur Jamal Zougam, l'homme condamné pour les attentats d'Atocha, qui avaient fait 200 morts en 2004, à Madrid.

Je passerai la veille, mardi 7 avril, dans la matinale de Radio Campus Montpellier (8 h) pour parler de mon film."

À voir ce 6 avril à 18 h 30, à l'université Paul Valéry, Montpellier 3, salle D09, entrée libre.

lundi, 28 mars 2016

Hauts Cantons : Cyrille Martin invite à la projection de son documentaire

Mardi 29 mars le documentaire "UN NOUVEAU DREYFUS ? Jamal Zougam, bouc émissaire des attentats de Madrid ? " présenté à Mons-La-Trivalle en décembre 2015, sera projeté au Gazette Café de Montpellier.

Afficher l'image d'origineCyrille Martin réalisateur du documentaire, "Un nouveau Dreyfus ?"

"L'histoire de Jamal Zougam a amené Cyrille Martin à se lancer dans la réalisation de son premier documentaire, Un nouveau Dreyfus ?, fruit de plusieurs années de travail en indépendant, en « franc-tireur »."

Cyrille Martin propose de prendre un peu de recul :

"Alors que Bruxelles a été frappée à son tour cette semaine, et qu'on craint d'autres attentats islamistes pour les temps à venir, je vous propose de prendre un peu de recul en revenant sur l'attaque qui a touché les trains de Madrid en 2004. Comme vous le savez peut-être, c'est le seul de ces attentats pour lequel l'enquête ait débouché sur un procès. Passés complètement inaperçus hors d'Espagne, les enregistrements vidéos des audiences ne manqueront pas de vous surprendre.

Je vous invite donc à venir voir mon documentaire, ce mardi 29 mars, à 18 h15 : "UN NOUVEAU DREYFUS ? Jamal Zougam, bouc émissaire des attentats de Madrid ? ", au Gazette Café, 6 rue Levat, à Montpellier (près de la gare), entrée libre. Je serai bien sûr présent, pour le présenter et en discuter."

La bande annonce :

https://www.youtube.com/watch?v=s7iEVXcRyAw

Voir le site : nouveaudreyfus.net

"La projection suivante aura lieu le mercredi 6 avril à 18h30, en partenariat avec le ciné-club La Pantalla, Département d'espagnol de l'Université Paul Valéry (Montpellier 3), dans la salle D09 de l'université Paul Valéry ( la grande salle du département cinéma ), entrée libre."

Écouter sur Radio Libertaire l'interview de Cyrille Martin réalisateur "d'un nouveau Dreyfus ? " :

lundi, 14 mars 2016

Mons-la-Trivalle : une « Performance/cabaret jubilatoire » pour trinquer avec Sébastien Barrier

« Savoir enfin qui nous buvons » : le titre du prochain spectacle proposé en partenariat avec Sortie ouest semble vouloir répondre à une question actuelle et fondamentale.

savoir enfin ce que nous buvons.jpgSébastien Barrier raconte l’aventure de sept vins nature et l'art de leurs vignerons (Angélique Lileyre)

Sept vins nature du val de Loire à découvrir

Sébastien Barrier, nous conte, avec passion, l’aventure de vins de Loire : sept vins nature*, et l'authenticité des vignerons-artistes qui les élèvent, avec amour, sans chimie, ni modification à la vigne ou à la cave.

Cette « Performance/cabaret jubilatoire » invite chacun à déguster et refaire le monde… Les buveurs de vin y étancheront peut-être leur soif de connaissance.

«In vino véritas » Depuis Pline l'Ancien, référence au long des siècles avec son Histoire naturelle en 37 livres publiée en l'an 77, la sentence ''Dans le vin la vérité'' a fait son chemin : « Le jus de la vigne clarifie l’esprit et l’entendement, apaise l’ire, chasse la tristesse et donne joie et liesse» écrit ensuite Rabelais.

Du vocabulaire, de l’histoire, des portraits et des travaux pratiques avec ces vins à déguster pour ravir les palais et ce don de parole qui tente de joindre la vérité d'un lien qui se raconte.

blog post imageSébastien Barrier conte aussi sa propre histoire (Angélique Lileyre)

Saltimbanque des temps modernes, comédien, musicien, bonimenteur, Sébastien Barrier ne joue pas, il « prend la parole », célèbre "la Dive Bouteille", chante l’art du vigneron, l'amour du terroir, le goût du vin qui enivre et l'authenticité du breuvage qui lui dicte son histoire. 

Au fil de cette performance fleuve, le ''conteur œnologique à la verve grisante'' se déverse dans les oreilles autant que le vin dans le gosier. 

La dégustation commentée, de et par Sébastien Barrier, (Production l’Usine, Scène conventionnée pour les arts dans l'espace public, Tournefeuille / Toulouse Métropole) est proposée au tarif unique adulte et enfant : 10€, dégustations comprises.

C'est le vendredi 18 Mars 2016 à 19 h à la Salle Polyvalente de Mons-La-trivalle. Durée approximative environ 5 h.

Uniquement sur réservation par mail à culture@cc-orb-jaur.fr et au 04 67 97 90 34 auprès d'Angélique Cocordano Coordonnatrice Culturelle.

*note sur https://www.causette.fr/ : "Depuis plusieurs années, une « contre‐agriculture » s’est imposée dans le paysage œnologique. Face à la grande industrie du vin, qui retouche ses breuvages à grand renfort de chimie, quelques vignerons éthiques et utopistes produisent, sur de petites parcelles, des crus divins sans engrais ni pesticides de synthèse, en faisant l’impasse sur 99 % des additifs autorisés (les sulfites, notamment)".