compteur internet
Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

mercredi, 23 mai 2018

Occitanie : « Les Perturbateurs endocriniens - Des tragédies d'hier à celles de demain »

Perturbateurs endocriniens, défi sanitaire, économique et social
 
Résultat de recherche d'images pour "Y AURA-T-IL ENCORE DES PETITS OCCITANS EN 2040 ?"
Y AURA-T-IL ENCORE DES PETITS OCCITANS EN 2040 ?
 
"Comme vous le savez, les perturbateurs endocriniens représentent un défi sanitaire, économique et social de grande ampleur.
Je vous prie de trouver ci-joint les annonces de 3 colloques organisés, dans les jours qui viennent, en Occitanie."
Communiqué du Professeur Charles Sultan
CHU et Université Montpellier
 
afape1.jpgProgramme-Colloque-Infertilite-page-002.jpgafape2.jpgProgramme-Colloque-Infertilite-page-001.jpg

dimanche, 17 novembre 2013

Votre chronique : Alerte aux pesticides avec l’Appel de Montpellier

Charles Sultan, endocrinologue au CHU, et Gérard Bapt, député PS de Haute-Garonne, fédèrent un collectif inquiet des risques pour la santé.

Alerte aux pesticides avec l’Appel de MontpellierA Montpellier, Charles Sultan étudie les perturbations endocriniennes. F. VALENTIN

Vous êtes initiateur de l'Appel de Montpellier, lancé samedi dernier. De quoi s'agit-il ?

C'est un appel aux autorités de sécurité sanitaire et alimentaire et aux autorités politiques à lutter contre les pesticides, compte tenu de leur risque potentiel pour la santé. Ce sont des perturbateurs endocriniens.

Pétition en ligne

"L’effet cocktail de ces substances est encore insuffisamment documenté, mais pourrait s’avérer majeur pour un certain nombre d’associations avec des pathologies endocriniennes ou cancéreuses", écrivent les signataires de l’appel de Montpellier, qui interpellent
le public via une pétition accessible au public sur le site du député Gérard Bapt.

Parmi les premiers signataires figurent une cinquantaine de parlementaires et d’élus, dont le maire de Montpellier et 2 ex ministres de l’Ecologie 

Vous-même, endocrinologue au CHU de Montpellier, êtes un spécialiste de ces questions.

Gérard Bapt m'a sollicité il y a quelques mois parce que mon équipe travaille* depuis des années sur l'impact ** des pesticides qui peuvent être à l'origine de malformations génitales chez les bébés ou de l'épidémie actuelle de pubertés de plus en plus précoces. Aujourd'hui, on sait que la problématique est beaucoup plus large : les pesticides sont aussi en cause dans les retards de croissance intra-utérins, ils ont un rôle dans les pathologies dégénératives, mais aussi le cancer, l'obésité, le diabète...

Qu'attendez-vous de l'appel de Montpellier ?

Le Grenelle de l'environnement prévoit de réduire de 50 % l'utilisation de pesticides à l'horizon 2018. Pourtant, la vente de pesticides ne baisse pas depuis trois ans. Il ne faut pas qu'un engagement devienne un vœu pieux. Il faut une mobilisation nationale pour mettre en adéquation les grands principes et la réalité. La situation est alarmante : 95 % des cours d'eau et 70 % des nappes phréatiques sont contaminées selon le commissariat général au développement durable. Où allons-nous ? Que faisons-nous, nous, les lanceurs d'alerte ?

Concrètement, que demandez-vous ?

C'est peut-être utopique mais on milite pour l'abolition de l'utilisation des pesticides en trouvant des solutions alternatives. Elles existent : le Cirad développe par exemple des méthodes alternatives en Indonésie, pour se passer de pesticides dans les cultures.

La société vous semble-t-elle prête à se mobiliser ? Quand on voit les réactions violentes à l'écotaxe...

Il faut expliquer. Je constate que je suis de plus en plus sollicité par des parents inquiets et sensibles à ces problématiques. Il y a une prise de conscience. Maintenant, il faut que les politiques soient plus actifs, qu'ils assurent le relais.

Pourquoi “l'appel de Montpellier” ?

Parce que tout part d'une première réunion organisée le 26 août dernier à Montpellier, avec des élus, les autorités sanitaires avec l'Agence régionale de santé, les chercheurs du Cirad et de l'Inserm, l'Inra, les apiculteurs... Montpellier a une légitimité dans la mesure où il y a une conjonction d'experts sur un même territoire. De nombreuses équipes travaillent sur le sujet, elles sont sollicitées dans le monde entier. Le Languedoc-Roussillon est un territoire remarquable sur ces questions parce qu'il y a aussi beaucoup d'agriculteurs, et une prise de conscience sur ces problématiques. Reportage Sophie Guiraud Midi Libre  11/15/2013 

liens :

*http://www.midilibre.fr/2012/04/16/la-pulverisation-aerie...

**http://www.midilibre.fr/2013/04/19/de-troublantes-anomali...