compteur internet
Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

mercredi, 10 mai 2017

10 mai : Journée nationale des mémoires de la traite, de l'esclavage et... de leurs abolitions

Article 4 Déclaration Universelle des droits de l'homme de 1948

« Nul ne sera tenu en esclavage ni en servitude.

L'esclavage et la traite des esclaves sont interdits sous toutes leurs formes » 

Résultat de recherche d'images pour "travail précaire et esclavage+moderne la toupie"

«La traite des êtres humains en France est une réalité méconnue», constate en 2016 la Commission nationale consultative des droits de l'homme (CNCDH). Pourtant, « loin des idées reçues, l'esclavage moderne existe dans notre pays, de même que le travail forcé de personnes vulnérables, et que nombre d'enfants et d'adolescents sont contraints à mendier ou à voler...» écrit la CNCDH qui estime que « la France ne consacre pas assez de moyens à la lutte contre la traite et l'exploitation des êtres humains.»
Pour une réflexion sur le respect de la dignité humaine et la notion de crime contre l'humanité le 10 mai a été choisi en référence au 10 mai 2001, jour de l'adoption en dernière lecture par le Sénat de la loi reconnaissant la traite et l'esclavage comme crime contre l'humanité (loi n° 2001-434 du 21 mai 2001).
Le samedi 4 février 2017 était le 223e anniversaire de la première abolition de l’Esclavage en France

« Le 4 février 1794, la Convention nationale abolit l’esclavage et déclare les anciens esclaves citoyens. Cette abolition fait suite aux révoltes d’esclaves, de personnes libres de couleur et à la guerre entre la République française, la Grande-Bretagne et l’Espagne...»
 
Le 27 avril 2017 était le 169e anniversaire de l'adoption du décret d'abolition de l'esclavage

« Le 27 avril 1848, la France adopte le décret d’abolition de l’esclavage. La France est le premier État et demeure le seul qui, à ce jour, a déclaré la traite négrière et l’esclavage "crime contre l’humanité".»

Définition de l'esclavage
 
Comité Contre L'esclavage Moderne
Le Comité contre l'Esclavage Moderne (CCEM) a été crée en 1994 (www.esclavagemoderne.org)
"Les principales formes contemporaines d’esclavage sont l’esclavage pour dette, le travail forcé, qui comprend l'esclavage sexuel et l'esclavage domestique, le mariage forcé, l’esclavage traditionnel, et le travail exorbitant des enfants… Si elles se rencontrent le plus souvent en Asie et en Afrique, l’Europe et l’Amérique sont également concernées. Il existe des esclaves dans les immenses plantations du Brésil, des femmes sont victimes de trafic et d’esclavage sexuel en Europe, de jeunes enfants sont asservis comme domestiques dans des pays occidentaux. Ce fléau n’épargne aucun pays. En France, cette nouvelle servitude se retrouve notamment dans l'esclavage domestique, les ateliers clandestins, la mendicité forcée, et la prostitution forcée…"

MOLEM1080 REPORTAGE

vendredi, 07 octobre 2016

Vieussan : à Miravel, de vraies vacances, comme tout le monde

Le 9 octobre prochain est consacrée Journée Mondiale du handicap. La protection des droits et de la dignité, l’accès aux loisirs et à la culture* pour les personnes handicapées n’est pas toujours facile.

Encadré par des éducateurs du GREAT, Groupement Régional d'Éducation et d'Aide par le Tourisme, association qui organise des vacances adaptées, un groupe était accueilli au Domaine de Miravel pendant 3 semaines.

vieussan-le-domaine-de-miravel-lieu-privilegie-pour-accueill_745510_510x255.jpgOuvert à tous au cœur de la nature, Miravel offre un accueil privilégié en gestion écologique

Pour François, leur hôte, un grand nombre de questions se sont posées. La variété des handicaps, mentaux, visuel ou de mobilité amenait à tester le plan de mise en conformité du domaine (démarche obligatoire pour tout établissement recevant du public, ERP). 

« Si la démarche était un peu complexe et demandait un gros travail, nous avions néanmoins rencontré une écoute et des réactions constructives auprès des services dédiés de la Préfecture et notre dossier nos plans et nos demandes raisonnables de dérogation et d’adaptations ont été validés par elle. »

vieussan-le-domaine-de-miravel-lieu-privilegie-de ressourcement.jpgPour le droit  de tous aux loisirs, François ouvre le jardin privilégié de Miravel

« La confrontation avec la réalité d’un grand groupe de handicapés adultes de 30 à 60 ans a conduit à réaliser à chaud quelques équipements complémentaires. Nous avons appris que chacun d'eux est un cas unique et demande beaucoup d‘écoute. Les handicapés ne sont pas handicapés du cœur, ils prennent grand soin les uns des autres.»
Leur émotivité, souvent forte, les fait réagir plus vite et plus fort que la moyenne, comme des enfants.

ils se tiennent la main.jpg

« Nous passons nos vacances en famille avec les handicapés, déclare l'une des enfants des éducateurs du groupe. Ce sont des adultes, mais ils sont comme nous, nous nous comprenons. »

Ce public différent a ainsi bénéficié de vraies vacances comme tout le monde et avec tout le monde. La plupart d’entre eux travaillent dans des ESAT, avec des métiers protégés. Certains sont mariés, mènent des vies de famille.

« Les efforts d’un petit groupe d’hommes et de femmes de bonne volonté, généreux et compétents, conservent un tissu social digne de ce nom. Ces héros du quotidien peuvent renverser la vapeur, affirme François.

Ce séjour de vacances adaptées au domaine de Miravel a été pour nous une grande leçon concrète, rappelant qu’il n’y a pas de développement durable si on laisse un tiers de la population sur le bas-côté. »

Plus d'info :

*L’accès à la culture pour les personnes en situation de handicap n’est pas toujours facile. Bâtiments non adapté, explications trop compliquées, personnel non formé,... que dit la loi sur l’accessibilité culturelle ?

CULTURE ET HANDICAP, LA RÉGLEMENTATION

1948 – ONU – Déclaration Universelle des droits de l’homme, art 27 : « Toute personne a le droit de prendre part librement à la vie culturelle de la communauté »

1993 – ONU – Résolution n°48/96 du 20 décembre 1993, règle 10 : « Les Etats feront en sorte que les handicapés soient intégrés dans les activités culturelles et puissent y participer en toute égalité. »

2002 – France – Loi de modernisation sociale, art 53 : « L’accès du mineur ou de l’adulte handicapé physique, sensoriel ou mental aux droits fondamentaux reconnus à tous les citoyens, notamment […] aux loisirs, au tourisme et à la culture constituent est une obligation nationale.

2007 – ONU – Convention relative aux droits des personnes handicapées, art 30 : « Les États Parties reconnaissent le droit des personnes handicapées de participer à la vie culturelle, sur la base de l’égalité avec les autres » et « Les États Parties prennent des mesures appropriées pour donner aux personnes handicapées la possibilité de développer et de réaliser leur potentiel créatif, artistique et intellectuel, non seulement dans leur propre intérêt, mais aussi pour l’enrichissement de la société »

2005 – France – Loi du 11 février 2005 : La loi oblige les établissements accueillant du public à se rendre accessibles pour tous, quelque soit le handicap. Les établissements ont un délai de 10 ans pour se conformer à la loi. Parmi les établissements recevant du public, on inclut bien sûr les établissements culturels, tels que les musées, les théâtres, les monuments historiques, les bibliothèques, etc...

LA COMMISSION CULTURE ET HANDICAP

Depuis 2001, une Commission « Culture et Handicap » a été créée afin de rassembler les différentes parties prenantes (ministères chargés de la Culture et des personnes en situation de handicap, établissements médico-sociaux, structures culturelles, associations de personnes handicapées, collectivités territoriales…) et réfléchir au moyen d’améliorer l’accessibilité artistique et culturelle aux personnes en situation de handicap.

En 2003, cette Commission a notamment publié une Charte d’accueil des personnes handicapées dans les lieux culturels. Cette charte permet d’aider les établissements culturels à bien comprendre les enjeux de l’accueil d’un public en situation de handicap et donne des pistes de réflexion pour les rendre accessibles.

Les congés payés désignent les périodes de congé au cours desquelles le salarié est payé par l'employeur en raison d'une obligation légale dans certains pays.

Apparus en France le 20 juin 1936 et en Belgique dès le 8 juillet suivant, les congés payés sont une innovation sociale majeure dont certaines prémices étaient apparues dans des conventions collectives en Allemagne dès le début du xxe siècle. Cette législation sociale est liée à l'avènement du Front populaire en France. Au début du xxIe siècle, les congés payés existent dans de nombreux pays. (source wikipédia)

jeudi, 06 octobre 2016

Votre chronique : Idriss Aberkane présente son livre "Libérez votre cerveau"

Idriss Aberkane dévoile ici sa méthode pour libérer notre cerveau à l'école et au travail...

aberkane,video,idriss,neurosciences,idriss aberkane,livre,"libérez votre cerveau",éducation,liberté,cerveauneurosciences, mais aussi neurosagesse et neurodroit pour éviter le neurofascisme

Spécialiste des neurosciences, Idriss Aberkane est titulaire de trois doctorats, dont un en neurosciences. Il a également donné plus d'une centaine de conférences sur quatre continents et conseille plusieurs gouvernements sur leur système éducatif. Il est aussi éditorialiste au Point.

 

"Science sans conscience n'est que ruine de l'âme ”  disait déjà Rabelais...

Le  livre "Libérez votre cerveau" de Idriss Aberkane est édité chez Robert Laffont

vendredi, 27 mai 2016

Votre chronique : Gérard Filoche explique la loi travail

"Le code du travail est une construction sociale..."

"Pour tout saisir des enjeux de la loi El Khomri..."

Filoche 3Loi travail : Gérard Filoche enflamme les opposants -26/05/2016

 

dimanche, 01 mai 2016

C'est le 1er mai : Fête du travail

Travail - activité - chômage - rôle social ; apprentis - lycéens - étudiants - chômeurs -  travailleurs - employés - salariés... Autant de concepts qui demandent à être justement éclaircis.

1er mai,fête du travail,albert jacquardRue 89, Lyon, 09/03/2016

Réflexion sur le travail, un entretien avec Albert Jacquard


"...Non, le travail n'est pas une nécessité. Dans la nature, c'est un concept qui n'existe pas."

 Une réflexion qui mériterai d'être plus écoutée... Tout un programme pour des réformes d'avenir.

"... La seule chose à échanger, ce sont les idées...

... Échanger des biens matériels, ça ne produit rien."

"... Quand on échange des idées on crée... On est loin du travail, on est en pleine civilisation !"

mercredi, 13 avril 2016

Votre chronique : Un exposé de Gérard Filoche en réaction à la demande du Medef

Gérard Filoche ne mâche pas ses mots ! Il réagit à la demande du Medef (Mouvement des entreprises de France), dirigé par Pierre Gattaz, qui réclame un assouplissement du contrat de travail et du licenciement. "Un culot monstre de M. Gattaz, d'oser réclamer ça !"...

Gérard Filoche, membre du bureau national du PS, ancien inspecteur du travail, était en janvier l'invité du matin sur RFI.

Auteur du livre "Vive l’entreprise ? Le Code du travail en danger", il revient au  micro d'Arnaud Pontus sur le plan pour l’emploi, la rencontre entre les partenaires sociaux et l'appel pour une primaire à gauche.

"Le CDI c'est la norme, c'est la condition pour que l'économie fonctionne. L'anomalie, c'est la précarité !" (...) "L'économie n'a pas besoin de CDD, elle n'a pas besoin de précaires ! C'est une forme politique pour subordonner les gens..."

lundi, 07 mars 2016

Poèmes à partager... Pour un peu de douceur dans ce monde

 C'était en 1856... Victor Hugo écrivait Melancholia...  il y a 160 ans... c'était hier... que sera demain ? 

Illustration pour le poème sur le travail des enfants par Victor Hugo vers 1880 publié par Hetzel
------------------
Melancholia (extrait)
------------------------------
Où vont tous ces enfants dont pas un seul ne rit ?
Ces doux êtres pensifs que la fièvre maigrit ?
Ces filles de huit ans qu'on voit cheminer seules ?
Ils s'en vont travailler quinze heures sous des meules ;
Ils vont, de l'aube au soir, faire éternellement
Dans la même prison le même mouvement.
Accroupis sous les dents d'une machine sombre,
Monstre hideux qui mâche on ne sait quoi dans l'ombre,
Innocents dans un bagne, anges dans un enfer,
Ils travaillent. Tout est d'airain, tout est de fer.
Jamais on ne s'arrête et jamais on ne joue.
Aussi quelle pâleur ! la cendre est sur leur joue.
Il fait à peine jour, ils sont déjà bien las.
Ils ne comprennent rien à leur destin, hélas !
Ils semblent dire à Dieu : « Petits comme nous sommes,
Notre père, voyez ce que nous font les hommes ! »
O servitude infâme imposée à l'enfant !
Rachitisme ! travail dont le souffle étouffant
Défait ce qu'a fait Dieu ; qui tue, œuvre insensée,
La beauté sur les fronts, dans les cœurs la pensée,
Et qui ferait - c'est là son fruit le plus certain ! -
D'Apollon un bossu, de Voltaire un crétin !
Travail mauvais qui prend l'âge tendre en sa serre,
Qui produit la richesse en créant la misère,
Qui se sert d'un enfant ainsi que d'un outil !
Progrès dont on demande : « Où va-t-il ? que veut-il ? »
Qui brise la jeunesse en fleur ! qui donne, en somme,
Une âme à la machine et la retire à l'homme !
Que ce travail, haï des mères, soit maudit !
Maudit comme le vice où l'on s'abâtardit,
Maudit comme l'opprobre et comme le blasphème !
O Dieu ! qu'il soit maudit au nom du travail même,
Au nom du vrai travail, sain, fécond, généreux,
Qui fait le peuple libre et qui rend l'homme heureux !

    Victor Hugo, Les Contemplations, Livre III
 

''Apparue en Angleterre dès la fin du XVIIIe siècle, la révolution industrielle eut pour conséquence une mutation capitaliste et industrielle, souvent cruelle, qui supplantera la civilisation rurale et féodale dans toute l'Europe.

Avec le XIXe siècle s'ouvre l'ère du "machinisme" et l'explosion démographique des villes C'est aussi l'apparition de nouvelles classes sociales..."

http://users.skynet.be/maevrard/livre5.htm

Le code du travail est né peu à peu : il est la seule garantie d'une certaine protection pour les salariés.

vendredi, 17 avril 2015

Vieussan : François Moratal était un voisin créatif et serviable précurseur,

 François Moratal s'est éteint dans son 91e printemps. Aîné des 3 enfants de la famille venue d'Espagne, il partit avec son frère André de 10 ans son cadet travailler à Labruguière dans l'usine de bois Progil, aujourd'hui La Tarnaise des Panneaux. Célibataire, Il revînt vivre à Boissezon, dans sa petite maison  jouxtant la maison familiale pour y passer sa retraite.

tontonFrançois Moratal avec Ronalson, l'un de ses petits neveux, chez lui à Boissezon

François aimait la vie simple, le jardinage et la compagnie des chats,  « Curieux cependant de techniques modernes il avait installé, en  précurseur, une pompe dans l'Orb pour irriguer son jardin. Novateur et très sociable, il fut l'un des premiers à Boissezon dans les années 1960, raconte son neveu, à introduire dans sa cave, une télévision devant laquelle les habitants du hameau venaient s'asseoir.»

IMG_20141228_140406.jpg

Ingénieux et passionné, il se consacrait au travail du bois. Bricoleur adroit et très outillé, il était généreux, toujours prêt à à offrir ses services aux voisins sans attendre de retour.

TONTON 2.jpgFrançois entouré de sa nièce Christine et de l'un de ses petits neveux Christophe, fils de Christine

Il aimait fabriquer meubles et objets, créait de menus jouets sur son tour pour sa nièce Christine et ses 3 neveux, José, Philippe et Thierry qu'il considérait comme ses enfants. Leur présence le rendait heureux

TONTON 1.jpg

Christine, sa nièce, à côté de François, à la maison de retraite de Saint Pons

Robuste, il avait vaincu son cancer il y a 10 ans et vieillissait doucement dans sa maison à Boissezon jusqu'à son départ, voilà 2 ans pour la maison de retraite.

Les habitants de Vieussan se joignent à la tristesse de sa sœur Anita, née en 1929, et de ses neveux qui gardent le souvenir ému de ce tonton attachant, original et créatif.

mardi, 24 février 2015

Votre chronique : "où va le droit du travail ?" - Une réponse magistrale...

"Tout le monde parle de la loi MACRON mais personne n’en parle comme Gérard FILOCHE. Depuis des semaines, il est en guerre contre « cette loi régressiste, la pire loi que la gauche ait proposée »..." transmis par H. G.

 source http://la-bas.org/